Affaire des Boeing 787 : Concorde, Falcon 7X, DC-10, ces avions déjà cloués au sol

 |   |  414  mots
Copyright Reuters
Plus d'un an seulement après sa mise en service, tous les B787 Dreamliner sont interdits de vol dans le monde jusqu'à nouvel ordre. C'est la première fois depuis 1979 et le DC-10 que les Etats-Unis clouent au sol la totalité des avions d'un même modèle.

Plus d'un an seulement après sa mise en service, tous les B787 Dreamliner sont donc interdits de vol jusqu'à nouvel ordre. Les Etats-Unis, le Chili, l'Inde, l'Europe ont emboîté le pas des compagnies japonaises qui avaient décidé mercredi de suspendre l'activité de leurs Dreamliner après un nouvel incident impliquant des batteries.

Le B787 cloué au sol partout dans le monde
La décision de la puissance FAA, l'autorité de l'aviation civile américaine de clouer au sol une flotte d'avions est extrêmement rare. « Même en cas de problème grave identifié, il est en général possible de définir des mesures transitoires (limitation d'exploitation, procédures particulières, inspections) qui permettent d'éviter l'interdiction de vol », dit-on à la DGAC, la direction générale de l'aviation civile. Il faut remonter à 1979 pour retrouver la dernière interdiction de ce genre aux Etats-Unis. Après le crash d'un DC-10 à Chicago (271 morts) à la suite de la perte d'un moteur, la FAA avait suspendu tous les appareils pendant un mois. La FAA avait constaté que l'origine de l'accident provenait d'une erreur de maintenance.

En 2008, les MD 80 d'American Airlines

La FAA a en revanche plusieurs fois ordonné de clouer au sol une partie de la flotte d'un modèle d'avions. En 2008 par exemple, tous les MD 80 d'American Airlines avaient été concernés pour inspection, mais pas toute la flotte de MD en service aux Etats-Unis.

Concorde en 2000, Le Falcon 7X en 2011

En France ou en Europe, il faut citer évidemment Concorde après l'accident de Gonesse le 25 juillet 2000 qui avait entraîné peu de temps après la suspension du certificat de navigabilité de l'appareil par la France et la Grande-Bretagne, les autorités de tutelle des deux seuls exploitants, Air France et British Airways. Le supersonique avait repris du service en novembre 2001 pour arrêter sa carrière commerciale au printemps 2003 pour des raisons économiques.

En mai 2011, les avions d'affaires Falcon 7X de Dassault Aviation avaient eux aussi été cloués au sol par l'agence européenne de sécurité (AESA) après un incident intervenu en vol sur l'un de ses appareils. Un 7X avait connu un problème d'emballement sur les compensateurs d'efforts (Pitch trim). Il s'était posé sans dommage, mais l'AESA a pointé un risque de perte de contrôle de l'avion. Ce système d'assistance aux commandes de vols avait été modifié en profondeur et l'appareil a repris du service moins d'un mois après.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2013 à 20:23 :
Pour les 7x c est l industriel DASSAULT en l 'occurrence qui avait pris l initiative de clouer au sol les avions et non l aesa et donc de facto en assumer les conséquences financières
Réponse de le 17/01/2013 à 23:14 :
Je crois qu'il y avait eu une reco de l'AESA
a écrit le 17/01/2013 à 16:46 :
AIRBUS serait bien avisé de prendre des leçons pour son A350XWB!
Ils vont utiliser des matériaux composites massivement, colles polymères et autres nouvelles technologies pour gagner du poids et avoir des avions qui consomment moins.
Après les fissures sur les ailes des A380, ce serait la catastrophe annoncée pour le consortium européen.
a écrit le 17/01/2013 à 15:55 :
Le concorde a bien fait son temps avant d'avoir été cloué au sol.
a écrit le 17/01/2013 à 13:15 :
Il n'y a donc aucun rapport entre les clouages cités ci-dessus : problème ponctuel grave, et celui des 787 : incidents tellement répétés que les pilotes sont surpris quand tout fonctionne. Mais bon : ces avions auraient, de toute façon, montré une durée de vie largement plus courte et les compagnies n'en auraient plus acheté.
Réponse de le 17/01/2013 à 15:15 :
Pourquoi une durée de vie plus courte ?
Réponse de le 17/01/2013 à 15:43 :
Pour deux raisons simples : chaque contact polymère/métal développe gentillement une boucle de corrosion par capture d'humidité (revoir vos cours de physique-chimie), puis, ce fameux polymère a un coef de dilatation bien supérieur à tout métal. Alors il est clair qu'entre le Pôle Nord et l'équateur, ils n'ajoutent pas deux rangées de sièges, mais toutes les tubulures ET les câbles électriques finissent par la sentir moyen et se séparent de leurs fixations et connections. D'où les légers soucis actuels.
Réponse de le 17/01/2013 à 15:48 :
D'ailleurs, pour votre info, certains fournisseurs français refusent la soudure sur de l'alu, car trop peu sûre. Et l'alu court tout de même les rues, dans un zing. Alors, réparer un avion à la cyanoacrylate, je vous explique pas... C'est pas tout à fait la même chose qu'une maquette.
Réponse de le 17/01/2013 à 16:01 :
Y'a personne qui bosse dans l'industrie, dans les lecteurs de La Tribune..??
Réponse de le 17/01/2013 à 16:52 :
Si justement, c'est pour cela qu'on ne repond pas. A vous lire, on serait tente de rigoler si ce n'etait pas si grave,
Réponse de le 17/01/2013 à 17:03 :
@; yvan ; pour les matériaux c'est plus du rétreint que de la dilatation...à-40° le delta entre les matériaux n' est
pas le méme, ok mais je suppose qu'ils ont prévu le phénomène...pour les connectiques je pense que tu
fais allusion à un thermo-couple, courant très basse tension qui peut engendrer un court circuit . Après ils ont
des problèmes de soupapes qui doivent rester en position fermée ce qui a pour conséquence de faire monter la pression dans les circuits de carburant et le kérosène sort par où il peut...joints,raccords...
Réponse de le 17/01/2013 à 17:15 :
Bien d'accord avec vous DG Seattle.
Réponse de le 17/01/2013 à 19:53 :
Non Roro. Vous réfléchissez par rapport à des problèmes de téléphonie. Là, nous avons du 400 Hertz, soit des fréquences voisines, mais les tensions sont différentes. Le téléphone est largement plus bas. En fait, leurs soucis sont purement chimiques et mécaniques. Même chose pour les batteries, d'ailleurs. Lorsque l'on demande trop d'un coup à une batterie, elle te fait un feu de dieu normal. C'est chimique.
Réponse de le 18/01/2013 à 1:51 :
Bon, Yvan, il serait temps de vous taire. Ou, comme vous le suggeriez dans un precedent message, retournez a vos cours, ils vous seront tres utiles pour vous eviter de proferer des inepties. Un thermo-couple est un court-circuit entre deux metaux de natures differentes et ce court-circuit (soudure chaude) genere une ddp fct de la temperature et des metaux en presence (chromel/alumel, fer/constantan, etc.). Bye !
Réponse de le 18/01/2013 à 8:29 :
Messieurs, arrêtez de parler de choses dont vous ne connaissez pas le fond du problème, vous n'avez pas la moindre information que celle vous pouvez entendre à la radio ou lire dans la presse...merci
Réponse de le 19/01/2013 à 14:26 :
Pas du tout DG Seattle, Yvan n'a pas parlé de thermocouple, il a parlé de soudure entre polymère et métaux et des problèmes mécaniques liés à cela. Ce sont des choses différentes donc évitez des commentaires méprisants suite à une mauvaise lecture du commentaire. C'est ROR qui a interprété à tort comme des thermocouples.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :