Suppressions de postes chez Air France : le plan de départs en détail

 |  | 450 mots
Lecture 3 min.
Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) est à l'origine d'une grève qui a coûté plus de 400 millions d'euros à la compagnie en septembre 2014.
Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) est à l'origine d'une grève qui a coûté plus de 400 millions d'euros à la compagnie en septembre 2014. (Crédits : reuters.com)
Air France a présenté vendredi un nouveau plan de 500 suppressions de postes au sol et de 300 chez les hôtesses et stewards ainsi que des mesures de modération salariale, mais les pilotes ont été épargnés.

Air France, qui emploie actuellement 65.324 salariés, a détaillé vendredi 13 février en comité central d'entreprise (CCE) le plan de départs volontaires (PDV) qui sera ouvert en juin, prévoyant la suppression de près de 500 postes parmi le personnel au sol, d'après des sources syndicales. La compagnie aérienne en difficulté avait annoncé le 22 janvier ce nouveau plan de réductions d'effectifs, après avoir déjà supprimé quelque 8.000 postes en trois ans. En voici les principaux axes.

  • Marseille et Toulouse les plus touchés

La compagnie aérienne se fixe pour objectif le départ de 319 équivalents temps plein dans les escales régionales. Dans ces bases, près de 1.800 personnes sont "éligibles" et peuvent donc se porter volontaires. Pour réussir, le plan de départs devra ainsi séduire un peu moins d'une personne sur cinq, ce dont doutent les syndicats.

En régions, 16 postes seront supprimés au sein de la direction générale industrielle (DGI, maintenance de la flotte) et, à Toulouse, 13 autres pour les fonctions supports (ressources humaines, communication, informatique...). Les escales de Marseille et de Toulouse seront de fait les plus touchées avec, respectivement, 111 et 77 emplois supprimés. Viennent ensuite Nice (37), Lyon (28), Strasbourg (27), Bastia et Ajaccio (24), puis Nantes (20).

  • À Paris, la direction générale industrielle particulièrement visée

Le reste des suppressions de postes concerne Paris ou sa région (148), à Orly surtout, et plus particulièrement au sein de la DGI (62 ETP). Le siège et les fonctions supports sont mis à contribution à hauteur de 39 postes, ainsi que l'activité long et moyen-courrier, avec 47 postes ciblés pour 406 personnes éligibles.

La récolte des candidatures débutera le 1er juin et sera close au 25 septembre. Les premiers départs seront possibles le 30 juin et les derniers, le 31 décembre.

  • Les pilotes épargnés

Le plan de départs prévoit également de supprimer environ 300 postes parmi les hôtesses de l'air et les stewards (PNC, personnels navigants commerciaux), seuls les pilotes étant épargnés par ce quatrième plan de départs chez Air France. Le calendrier présenté vendredi s'applique également pour les PNC, a précisé à l'AFP la compagnie.

La direction a confirmé une hausse des salaires limitée à 1,4% pour le personnel au sol et de 2% pour les hôtesses et stewards, mais n'a annoncé aucune mesure concernant les pilotes, a constaté Béatrice Lestic, représentante CFDT chez Air France, interrogée par Reuters.

Le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL) est à l'origine d'une grève qui a coûté plus de 400 millions d'euros à la compagnie en septembre 2014.

>> Aller plus loin Aéroports de Paris, trafic record malgré la grève des pilotes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2015 à 15:29 :
Hélas, vos sentiments (jalousie?) vous poussent à mal lire ce que j’ai écrit…

Le métier de pilote est largement sinistré hors Air France, allez sur les forums PPRuNE ou bien googlez « Pay to fly », vous verrez que nombre de pilotes ne sont même pas payés, ce sont eux qui paient pour maintenir leur licence à jour! Signez donc la pétition contre l’exploitation des pilotes en Europe…je le sais à mes dépens hélas! Tout le monde n’est pas une tronche ayant intégré la très sélective ENAC en classe prépa ou bien un ancien pilote de chasse qui part ensuite travailler chez AF!

Quant aux salaires chez AF, la pseudo « étude » dont vous parlez n’existe tout simplement pas! Seul le bilan social existe… Et les 20.000€ dont vous parlez ne concernent que les instructeurs et cadres, autant dire très peu de personnes (20114€ brut exactement en 2012, rapport annuel page 32)
C’est comme si vous preniez le salaire d’une star du JT de 20h et disiez que les journalistes sont tous surpayés alors que cette profession souffre aussi!

Contrairement à vos assertions, le fixe des pilotes ne représente pas 90% mais environ 30% du salaire, ils sont donc payés si ils travaillent, contrairement à beaucoup.

En aout 2010, voici le barème qu’un ami de chez AF m’a passé lorsque je tentais de rentrer chez eux. (source DRH)
Copilote moyen courrier A320 en bas de l’echelle: (échelon 1): fixe1438€ brut + 76,31x0,88= 67,15€ brut de l’heure de vol.
Copilote long courrier B777 en haut de l’echelle (échelon 10, 23 ans de carrière): 2876€ brut + 88,48x1,08= 95,55€ de l’heure de vol.
Commandant moyen courrier: (15 ans de carrière, échelon 8): fixe 3893€ brut + 76,31x1,25= 95,38€ brut de l’heure..

Alors? Où est l’extravagance? Toujours envie de jalouser les stars?

Il faut consolider les salaires des pilotes Lufthansa, AF ou British Airways si l’on ne veut plus voir en Europe (au Portugal cher à Transavia par exemple?) les conditions des autres pilotes s’effondrer…

Le problème du transport aérien vient d’un transfert de l’activité de transport aux pays à la concurrence déloyale pour pouvoir vendre des Airbus, car cela fait rentrer du cash rapidement dans les caisse de l’Etat !
Et arrêter de sur taxer les passagers via ADP, Taxe Chirac pour Unitaid, Taxe sur l’Aviation Civile, etc etc…
Lisez le rapport du député Le Roux!
a écrit le 14/02/2015 à 22:36 :
A l'attention de Jalousie.
Vous faites de la désinformation sur les salaires des pilotes.
La dernière étude menée au sein d'Air France donne un salaire moyen annuel de 132000 euros pour les pilotes moyen courrier et de 192000 euros pour les pilotes long-courrier (ce qui fait 16000 euros par mois).
Et pour ce qui est de ne pas être payé quand ils volent moins, c'est un mythe que les pilotes entretiennent. La même étude précise que la part fixe des pilotes est d'environ 90% du total.
Et si vous reprenez le bilan social d'Air France, qui est public, vous y lirez que les salaires mensuels des pilotes vont de 10.200 à 20.000 euros !
a écrit le 14/02/2015 à 13:35 :
Transavia (l'Air Inter du groupe Air France ) commande 20 Boeing 737-800 ! Ils sont riches et vendus à l' oncle SAM ...
a écrit le 14/02/2015 à 11:42 :
de toute façon, vu leurs salaires, ça ne peut pas durer comme ça!!!
Réponse de le 14/02/2015 à 13:16 :
Stop! renseignez vous: Googlez "Pay to fly" sur internet!!
Pilote de ligne est un métier à haute responsabilité parmi les plus MAL rémunérés! Il n'y a pas que Air France, Lufthansa ou British sur terre!
Si vous baissez d'1 euro les salaires dans les grosses compagnies (où les salaires n'ont rien d'extravagants d'ailleurs) alors c'est tous les autres pilotes et les autres salariés qui devront baisser le leur!! Et nombre de pilotes mordent déjà la poussière en europe!
Très très peu de pilotes touchent 15000 € par mois, ne fantasmez pas, même au bout de 20 ans de carrière, même chez AF, le plus grand nombre tourne entre 3000 et 6000 ... et il faut rembourser les formations, provisionner les mois sans heure de vol!
Interrogez vous sur combien touche le top du top des artistes, sportifs, notaires, avocats, médecin et comparez le à celui du top d'un pilote...
a écrit le 14/02/2015 à 10:43 :
Un pdv pour les pilotes ne sert à rien car il n'y a pas d'économies pour l'entreprise. Les heures de vol de ceux qui partent sont reportées sur ceux qui restent. Et comme ils sont payés à l'heure, le salaire de ceux qui récupèrent ces heures augmente en conséquence.
Et malgré cela, les pilotes d'Air France volent 600 heures par an, là où les pilotes de Lufthansa volent 750 heures. Cela représente un surcout pour Air France de 250 millions d'euros par an !
Cela a été constaté sur le premier pdv des pilotes. Les pilotes qui n'ont pas pris le pdv ont vu leur salaire augmenter de près de 10% durant les 3 dernières années, quand au sol les salaires ont juste suivi l'inflation.
La seule solution pour que les pilotes contribuent à la sauvegarde d'Air France serait donc de revoir leur système de rémunération. Il faudrait qu'ils volent autant que ceux de Lufthansa, tout en conservant leur salaire actuel. Qui, soit dit en passant, est de toutes façons supérieur à celui de leurs homologues allemands.
A bon entendeur ...
Réponse de le 14/02/2015 à 12:55 :
Intéressant...
Il serait d'ailleurs intéressant de réfléchir à l'idée de payer plus de salariés à l'heure ou au résultat produit, surtout aux postes administratifs ou non opérationnels, car c'est bien là que se fait la différence entre Lufthansa et AF...
Compte tenu de la tension entre le Président Juniac et ses pilotes, je doute qu'il leur fasse une "fleur" si facilement s'ils étaient encore en sureffectif! Et suivant attentivement les infos du site financier d'AF, je constate que la vieille légende du pilote AF le mieux payé au monde ne tient plus la route depuis longtemps pour expliquer les déboires d'une compagnie sur-bureaucratisée face aux compagnies du golfe..
a écrit le 14/02/2015 à 6:29 :
La société serait en surreffectifs, une tradition dans l'entreprise française alors que l'Etat tue la productivité donc les salaires, voyez la stagnation depuis 1995 et les paliers de croissance vers le bas.
Alors qu'on compte près de 6 millions de chômeurs au royaume du fonctionnaire à statut, 6,9 millions, pourquoi augmente-t-on les fonctionnaires chômeurs?
a quand 6 millions de pré-retraites?
Réponse de le 14/02/2015 à 6:48 :
Ce qu'on appelle chomage est en fait du travail libéré grace à l'utilisation de l'énergie. Il faut faire payer l'énergie.
Réponse de le 14/02/2015 à 8:27 :
La démonstration de ce théorème intéresserait le plus grand nombre...un avion pour voler même s'il consomme moins de Kéro, il faudra toujours le même effectif en terme d'équipage, et je vous rassure dans le prix du billet la consommation "énergie" est bien impactée...qu'Air France soit en sur effectif ou pas est un autre sujet, mais clairement pas lié à du travail libéré grâce à l'énergie.
a écrit le 14/02/2015 à 5:58 :
Les Cies du Golfe meilleures, + fiables, excellent service,
et moins Chères.....
Fini pour moi AIR FRANCE ET SA BANDE....De grévistes
Réponse de le 15/02/2015 à 12:17 :
Ne vous en faites pas, prochainement les gens du golfe prendront votre emploi avec leurs esclaves asiatiques qui sont payés une misère et vous ferez grève mais il sera trop tard. Avant de parler, il faut réfléchir.
a écrit le 13/02/2015 à 19:04 :
Pourquoi parler de licenciements s'il s'agit de départs volontaires? Certains proches de la retraite y verront peut être un opportunité puisqu'ils toucheront une prime!
Pourquoi dire que les pilotes sont "épargnés", laissant croire à un traitement de faveur, alors qu'ils ne sont sans doute pas en sureffectifs? Parions que les vieux pilotes auraient eux aussi souhaité bénéficier d'un nouveau plan de départ volontaire!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :