Air France-KLM lance des économies en urgence

Le groupe a décidé en décembre de prendre des mesures d'économies immédiates d'une centaine de millions d'euros qui doivent prendre effet dès le premier trimestre. Ceci car, fait rarissime, le conseil d'administration avait refusé de valider le budget 2015, jugé insuffisant. Des mesures largement plus lourdes seront annoncées au cours du premier semestre pour redresser le groupe. Ce jeudi, la direction a annoncé la cession d'un bloc de 2,2% d'actions d'Amadeus qui lui a rapporté 327 millions d'euros. Analyse.
La baisse de prix des billets, nécessaire pour remplir ses avions face au low-cost, va forcément absorber une grande partie du gain obtenu par la baisse du prix du carburant.
La baisse de prix des billets, nécessaire pour remplir ses avions face au low-cost, va forcément absorber une grande partie du gain obtenu par la baisse du prix du carburant. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)

Air France-KLM annoncera-t-il au cours des prochains mois la suppression de 5.000 nouveaux postes comme l'affirme notre confrère Le Figaro dans son édition de ce mercredi 14 janvier ? L'information a certes été démentie par le groupe aérien, mais elle ne surprend pourtant pas tant les mesures à prendre pour remettre Air France-KLM sur les rails s'annoncent drastiques.

Le conseil a refusé de valider en première lecture le budget 2015

D'ailleurs, selon nos informations, le groupe a décidé, en décembre dernier, de lancer toute une série de mesures d'économies en urgence, lesquellles n'étaient pas prévues dans le plan de restructuration Transform 2015 qui s'est achevé fin décembre (mais dont certaines mesures auront un impact au premier semestre 2015). Ceci car, fait rarissime, le conseil d'administration du groupe avait refusé de valider le budget 2015 (mais aussi ceux de 2016 et 2017) présenté par la direction, le jugeant insuffisant.

"Le budget 2015 était loufoque, et ceux de 2016 et 2017 très éloigné de la trajectoire" explique à La Tribune un proche du dossier, qui précise que les administrateurs ont été agacés par les trois révisions à la baisse des objectifs 2014 annoncés l'an dernier.

Il a fallu ajouter des mesures complémentaires pour que le budget soit validé.

Mesures lourdes en préparation

Ces mesures représentent des économies d'une centaine de millions d'euros en 2015 et plus encore en 2016 et 2017. Certaines doivent prendre effet dès le premier trimestre 2015. Elles pourraient être présentées lors d'un comité central d'entreprise (CCE), prévu le 5 janvier. Interrogée, la compagnie ne fait pas de commentaires, mais rappelle qu'à l'occasion de l'annonce de son troisième profit warning en décembre, elle avait évoqué de mesures complémentaires immédiates. A ces mesures, suivront des mesures structurelles largement plus lourdes du prochain plan stratégique Perform 2020, qui devraient être annoncées en mars pour KLM et d'ici à fin juin pour Air France.

"L'ordre de grandeur des économies à faire se situe entre 1 et 2 milliards d'euros sur trois ans", explique la même source.

En novembre, KLM avait indiqué prévoir 700 millions d'euros d'économies au cours des cinq années. Le montant sera donc moindre sur trois ans, la première étape du plan Perform 2020.

Refinancement

Par ailleurs, selon certaines sources, le groupe n'exclut pas une ou deux interventions sur le marché obligataire assez rapidement pour bénéficier de financements à taux réduits. Notamment pour fianancer une échéance qui arrive en 2015. Selon un expert, Air France-KLM pourrait ainsi lever près d'un milliard d'euros. A plus long terme, le groupe n'exclut pas une augmentation de capital si le cours de l'action parvenait, sur fond de baisse du pétrole, à grimper vers les 12-13 euros. Mais avant d'en arriver là, il y a encore la cession des parts dans le système global de distribution (GDS), Amadeus. Air France-KLM a annoncé ce jeudi soir, la cession d'un bloc de 2,2% du capital. Le produit net s'élève à 327 millions d'euros.

Coûts plus élevés

Car la situation dans laquelle se trouve le groupe français reste très difficile. Ses résultats financiers ne sont pas bons, sa structure bilantielle non plus, sa compétitivité est plus faible que celle des ses concurrents en raison, pour ce qui concerne Air France, d'un coût du travail plus élevé dans l'Hexagone que dans les pays où sont basés ses rivaux, et d'une productivité intrinsèque inférieure à celle des autres compagnies. Selon des comparaisons établies par la compagnie, les coûts des escales dans l'Hexagone et des personnels navigants commerciaux d'Air France seraient 40 à 50% plus élevés par rapport aux compagnies low-cost.

L'environnement concurrentiel s'accentue

Ceci alors que l'environnement concurrentiel s'accentue chaque jour davantage du fait de la croissance continue des low-cost et des compagnies du Moyen-Orient (Emirates, Qatar Airways, Etihad Airways et Turkish Airlines). Résultat : la recette unitaire du groupe, qui reste l'une des plus élevées dans le monde, s'effondre. « A une vitesse faramineuse », explique t-on en interne. Un mouvement observé depuis le début du deuxième semestre 2014, à l'instar de Lufthansa mais pas de IAG (British Airways), qui affiche d'ailleurs une santé insolente.

Recul du prix du pétrole...

A tel point que cette baisse de prix, nécessaire pour avoir des avions remplis correctement, va forcément absorber une partie du gain obtenu par la baisse du prix du carburant. Selon des observateurs, au prix actuel du pétrole, le gain pour Air France-KLM en 2015 serait d'environ 1 milliard d'euros, mais près de la moitié pourrait être «rendue» aux clients par le biais d'une baisse de prix. Lundi 12 janvier, devant les investisseurs, Lufthansa a annoncé prévoir une baisse de 900 millions d'euros de sa facture carburant. Interrogé dans la foulée, Frédéric Gagey, le PDG d'Air France, a indiqué que la facture du groupe baisserait cette année mais ne s'est pas risqué à faire des estimations.

...au moment où les négociations de baisses de coûts vont commencer

Si le relâchement de la pression pétrolière apporte évidemment un bol d'air à Air France-KLM, elle tombe un peu au mauvais moment, puisque la direction doit négocier cette année de nouveaux accords de compétitivité avec le personnel dans le cadre de son nouveau plan stratégique Perform 2020.

«Il y a un risque que la baisse du prix du pétrole décale certaines priorités en termes de restructuration», fait valoir un expert.

Difficile en effet de demander des efforts supplémentaires quand l'entreprise retrouve des couleurs. Pourtant, même si Air France-KLM sera l'une des compagnies à profiter le plus du recul des cours de l'or noir en 2015, ce gain sera loin d'être suffisant pour combler l'écart de compétitivité avec les concurrents.

Le plan Transform n'a pas comblé l'écart de compétitivité avec les concurrents

Contrairement aux prévisions de la direction il y a un an, le plan Transform 2015 (2012-2014) n'a pas permis à Air France-KLM de réduire l'écart de compétitivité avec ses pairs, Lufthansa et IAG (British Airways-Iberia).

«Les mesures prises ont permis de combler en partie l'écart avec nos pairs », admettait pour la première fois le PDG du groupe Alexandre de Juniac à l'American European Press Club le 18 novembre, après avoir martelé le contraire pendant des mois.

En tenant compte de l'impact négatif du conflit des pilotes en septembre, Air France-KLM devrait faire état, lors de la publication de ses résultats 2014 le 19 février prochain, de bénéfices très limités en 2014, alors que IAG compte annoncer un bénéfice d'exploitation compris entre 1,320 et 1,370 milliard d'euros et que Lufthansa maintient son objectif d'un profit de 1 milliard d'euros.

Des efforts importants mais les concurrents en ont fait aussi

Air France-KLM n'a-t-il pas fait suffisamment d'efforts ? Les concurrents en ont-ils fait plus que prévu ? Les efforts d'Air France-KLM sont réels et importants. Lancé en 2012, le plan Transform est le plan de baisse des coûts le plus important depuis près de 20 ans, puisqu'il faut remonter à 1994, et la restructuration de Christian Blanc, pour trouver un plan plus ambitieux. Les coûts unitaires ont en effet baissé de plus de 10%.

Problème, les concurrents ne sont pas restés les bras croisés. Et les mesures qu'ils ont prises durant ces dernières années leur permettent de conserver l'avance qu'ils avaient en 2012. Une avance qui tient au fait qu'Air France-KLM est entré dans la crise de 2009 plus mal préparé que ses rivales (avec notamment un nouvel accord collectif signé en 2008 avec les hôtesses et stewards d'Air France qui a augmenté les coûts de cette catégorie de personnel d'une centaine de millions d'euros par an) et qu'une fois dans la crise, le groupe français a mis plus de temps que les autres à réagir puisqu'il a fallu attendre 2012 pour que des mesures à la hauteur de l'enjeu soient lancées.

«Entre 2004 et 2011, les coûts ont progressé de 12 à 15% par rapport à Lufthansa», déplore-t-on en interne.

2015, une année décisive

L'année qui vient de commencer s'annonce donc décisive pour Air France-KLM. Sa capacité à rester un leader mondial du transport aérien capable de ne pas se faire dicter sa stratégie, autrement dit son avenir, dépendra fortement des mesures qui seront prises en 2015. En 2020, les compagnies du Golfe et les low-cost seront en effet largement plus puissantes qu'elles ne le sont aujourd'hui. Air France-KLM est donc condamné à taper fort et vite. A la fois chez Air France et chez KLM qui a fini de manger son pain blanc. D'autant que Lufthansa et IAG ne baisseront pas la garde. La tâche s'annonce d'autant plus compliquée que les fortes tensions entre les catégories du personnel, qui se sont exacerbées après la grève des pilotes d'Air France, demeurent.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 18/01/2015 à 13:12
Signaler
Sans être la seule en cause, la grève des pilotes a fait beaucoup de mal à Air France a un moment ou les autres compagnies ont également fait beaucoup d'efforts. Le retard d'investissement dans le low cost coute très cher en part de marché et en reve...

à écrit le 16/01/2015 à 19:04
Signaler
Pas le choix. Baisse de 20% des salaires de tous les salariés, y compris du PDG. Fermeture les lignes pas rentables en France et en Europe.

le 17/01/2015 à 13:13
Signaler
Si Air France délocalisait son siége social à Amsterdam, les résultats de l'entreprise bondiraient de 20%... Arrêtez de dire que les salariés sobnt responsables de tout...Moi je propose de délocaliser le siège à Dublin, Air France ne paiera plus d'im...

à écrit le 16/01/2015 à 8:15
Signaler
L'article est incomplet. L'étude de la Direction montre que s'il y a un écart de compétitivité des escales de province, il y a aussi un écart de compétitivité des pilotes par rapport à Lufthansa et British Airways. Cet écart est 5 fois plus grand pou...

le 16/01/2015 à 8:41
Signaler
Stop aux rumeurs : les hôtesses et stewards d'air France ne volent pas moins que leurs homologues de Lufthansa ou British Airways. Et leurs salaires ne sont sûrement pas plus élevés. Ces rumeurs sont totalement fausses ...

à écrit le 16/01/2015 à 8:02
Signaler
Il faudrait juste que l'état se désengage des 15% qu'elle détient encore sur AF, de manière à être sûr que nos impôts ne serviront pas à renflouer les pertes. Après qu'ils fassent ce qu'ils veulent, c'est leur entreprise.

le 17/01/2015 à 13:06
Signaler
Si vous etiez un peu plus cultivé, vous sauriez que les aides publiques son tinterdites par la communaité européenne depuis bien longtemps!

à écrit le 16/01/2015 à 7:26
Signaler
Un bon exemple qui montre pourquoi la France, comme cette compagnie, vont s'effondrer.

à écrit le 15/01/2015 à 20:27
Signaler
Maintenant sur le vol long courrier Paris Brazza il faut peser étiqueter soit même sa valise devant une machine. Le plateau repas est de plus en plus bas de game.le confort des sièges en eco est un vrai supplice . Et pour finir le prix plus de 1500 e...

à écrit le 15/01/2015 à 18:01
Signaler
On peut savoir lesquelles ?

à écrit le 15/01/2015 à 17:15
Signaler
Il faut aussi parler de la baisser de qualité de service, qui est visible dès qu'on fréquente d'autres compagnies comme Brussel Airlines ou Turkish. On n'est plus traité comme un "usager à qui Air France fait l'honneur de prêter un siège" que comme u...

le 17/01/2015 à 1:33
Signaler
Un vol Ouaga CDG a 7 ou 8 heures du matin , c'est pas possible ! Sauf incident d'exploitation mais généralement les vols sont reportés au soir suivant ! Renseignez vous avant de dire des bêtises ! Concernant les repas a 17.00 comme vous dites ! Çela ...

le 17/01/2015 à 8:37
Signaler
Je viens de tomber sur cette article par hasard et votre analyse est très proche de la mienne que j'ai développé ici https://rsworldmarketing.wordpress.com/2015/01/16/air-france-proche-de-la-sortie-de-crise-ou-implosion/

à écrit le 15/01/2015 à 14:40
Signaler
Masse salariale trop importante et productivité insuffisante par rapport aux autres majors occidentales...

le 17/01/2015 à 13:08
Signaler
Pouvez-vous apporter les preuves de ce qu vous dites?

à écrit le 15/01/2015 à 13:09
Signaler
J'aimerais savoir le montant des charges de retraites d'Air France, en valeur et en pourcentage de la valeur ajoutée. A combien correspondrait une baisse de 20% de ces charges de retraites. Merci. .

à écrit le 15/01/2015 à 11:36
Signaler
je cite "Contrairement aux prévisions de la direction il y a un an" Je pense qu'il est urgent de changer de direction. Entre ceux qui ne croyaient pas aux Low Costs, ceux qui n'ont pas vu venir les compagnies du Golfe, à quand une équipe compéten...

le 15/01/2015 à 18:02
Signaler
A la seule différence qu'il y a un an, la direction ne pensait pas avoir à faire face au saigneur du ciel. Ceux là même qui coulent leur compagnie par leurs grèves, leurs non efforts, ... Par contre, je vous rejoins sur le fait qu'il faut licencier...

à écrit le 15/01/2015 à 11:16
Signaler
sur 10 ans : action easy jet +400% action AFKLM -30%

le 15/01/2015 à 11:39
Signaler
Voici la réponse Selon le SNGAF (Syndicat National du Groupe Air France) la compagnie aérienne Air France – KLM aurait perdu 27 millions d’euros en 5 heures. La raison de cette perte serait une faute de frappe d’un file pricer chez KLM. Sur des prix...

le 15/01/2015 à 13:23
Signaler
130 euros le billet pour le Brésil me paraît correct quand on sait que les salariés, leurs enfants jusqu'à 26 ans, les retraités... d'AF, qui sont légion, ne payent rien. Pour eux c'est open bar. Et après on dit que l'entreprise de gagne pas assez.

à écrit le 15/01/2015 à 11:02
Signaler
je n’oublie pas les gréves depuis 98 .... Air France plus jamais !

le 15/01/2015 à 17:51
Signaler
Toujours le meme disque ca devient saoulant à force!! Easy Jet ne fait jamais grève peut etre? (il ne s'est rien passé le 31 decembre et pendant les fetes?) C'est sur entre français la jalousie est sport numero 1, pour taper sur la compagnie natio...

à écrit le 15/01/2015 à 9:37
Signaler
Air France c'est un peu une France en taille réduite. Tout le monde sait qu'il faut faire des efforts mais personne ne veut que ça le concerne. Pourtant il va falloir agir vite et fort. le PDG d'Air France-KLM a pourtant une fenêtre de tir depuis l'é...

le 15/01/2015 à 16:50
Signaler
Pourquoi seuls les salariés devraient faire des efforts ? Les actionnaires sont entièrement responsables de la mauvaise gestion de leur entreprise. Une entreprise qui n'est pas performante DOIT disparaître pour laisser la place à une autre plus perfo...

le 15/01/2015 à 20:32
Signaler
@Dingo j'espère pour vous que vous travaillez dans une entreprise performante. Sinon il faudra disparaître .... Mais bon la concurrence c'est bien chez les autres....après la subir chez soi ou de là à être un tout petit envieux. J'adore tout ces comm...

le 15/01/2015 à 22:01
Signaler
Les actionnaires sont responsables, dites-vous ?? Perso, si j'avais acheté des actions AF-KLM, ce serait : - pour faire une plus-value; - pour apporter un financement dans une entreprise à laquelle je crois. A part prendre des risques avec mon arg...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.