A Strasbourg, comment les taxis ont taclé Uber

 |   |  717  mots
Quatre syndicats de taxis ont appelé leurs adhérents à manifester devant le parc des expositions, explique DNA. Mardi, ils revendiquaient la mobilisation d'au moins 150 taxis. promettant de bloquer intégralement l'accès au salon
Quatre syndicats de taxis ont appelé leurs adhérents à manifester devant le parc des expositions, explique DNA. Mardi, ils revendiquaient la mobilisation d'au moins 150 taxis. promettant de bloquer intégralement l'accès au salon (Crédits : YVES HERMAN)
Un dirigeant de la division France du géant américain de la mise en relation entre passagers et véhicules de transports avec chauffeur (VTC) devait animer une conférence au salon i-Novia. Mais le commissaire du salon a dû céder, selon ses propres mots, "sous la pression des taxis" et annuler sa venue.

Nouvelle démonstration de force de la part des taxis. A Strasbourg, ceux-ci ont en effet réussi à faire annuler la participation d'un dirigeant d'Uber France à l'une des conférences programmées lors du salon i-Novia, qui se déroule au parc des expositions de la Ville les 7 et 8 octobre, à en croire Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA). Si vous avez manqué le début, La Tribune récapitule.

A l'occasion de la 9e édition du salon strasbourgeois dédié aux nouvelles technologies et aux entrepreneurs, Alexandre Molla, le directeur du développement d'Uber France devait animer demain jeudi à 11h une conférence présentant les coulisses de l'entreprise créée par Travis Kalanick il y a six ans et qui a révolutionné le marché du transport de personne. Autant dire que la société semblait s'incrire, on ne peut mieux, dans le thème du salon.

     | Lire Uber vaut désormais 50 milliards de dollars ! A quand l'entrée en Bourse ?

La menace des taxis

Il n'en a pas fallu davantage pour que les taxis s'agacent. Quatre syndicats de taxis ont donc appelé leurs adhérents bas-rhinois à manifester le jour J entre 9h30 et 13h, devant le parc des expositions, explique DNA. Mardi, ils revendiquaient ainsi la mobilisation d'au moins 150 taxis, promettant de bloquer intégralement l'accès au salon.

De quoi obliger le commissaire du salon, Michel Blanck à annuler la venue d'Uber afin d'éviter tout débordement. Celui-ci l'a annoncé mercredi en fin de matinée dans un communiqué relayé par DNA. Et Michel Blanck ne se cache pas de céder "sous la pression du syndicat départemental des Artisans du Taxi du Bas-Rhin":

"Le Salon i-Novia des Nouvelles Technologies & Entrepreneurs se voit dans l'obligation d'annuler la conférence « UBER ». [...] Nous avons dû prendre cette décision sous la pression du Syndicat Départemental des Artisans du Taxi du Bas-Rhin qui prévoyait de bloquer tout l'accès au Salon. [...] Nous souhaitions vraiment pouvoir offrir aux visiteurs cette conférence et remercions la Société UBER de leur intérêt pour i-Novia, mais les circonstances nous l'empêchent aujourd'hui."

Mais les taxis n'ont pas attendu la publication de ce communiqué pour afficher leur contentement sur Twitter. En témoigne la réaction d'un "actif dans le monde du taxi à Bruxelles" (c'est ainsi qu'il se présente sur son blog), qui publiait mardi soir la capture d'écran d'un courriel de l'organisateur du salon daté du mardi 6 octobre à 16h54, "confirmant" l'annulation de la conférence Uber :

On notera au passage le qualificatif de "hors la loi" utilisé pour qualifier la société qui met en relation chauffeurs de VTC (véhicules de transport avec chauffeurs) et passagers. Preuve s'il en fallait une que l'interdiction d'UberPop (qui permettait de mettre en relation des passagers avec des chauffeurs particuliers et non professionnels) est en train de raviver les tensions des taxis à l'égard des VTC en général et d'Uber en particulier.

Contactée par La Tribune, la préfecture locale n'avait pas encore réagi à l'heure de la publication de l'article.

Uber veut faire le point

De son côté, Uber a exprimé sa "stupeur" suite à l'annulation de la conférence. Reprenant les termes qui avaient été utilisés le  24 juin après les violences extrêmes des taxis à l'encontre des utilisateurs des services d'UberPop, l'entreprise a ainsi estimé:

"Il est totalement inacceptable dans un Etat de Droit de voir qu'une petite minorité connue pour être particulièrement violente puisse empêcher la bonne tenue d'une conférence, pourtant engagée en toute sérénité et ouverture d'esprit. Ces menaces démontrent une fois de plus qu'une minorité de taxis refuse tout changement et toute concurrence".

Le communiqué précise que le Directeur général d'Uber France, Thibaud Simphal, a "sollicité le soutien des forces de l'ordre pour assurer la sécurité des chauffeurs partenaires de l'équipe d'Uber à Strasbourg". Et "il a également émis le souhait de pouvoir rencontrer le Préfet de Région dans les prochains jours, afin de faire le point sur la situation locale". En attendant, le match continue.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2016 à 19:42 :
C'est pour quand messieurs taxis vôtre application Le.Taxi arrive ? Ça fait deux ans on dit qu'il arrive 1/1/2016 et maintenant ? C'est nul ça
a écrit le 08/10/2015 à 9:26 :
Combat d'arrière-garde d'une troupe déjà vaincue. Le client a tranché !
a écrit le 07/10/2015 à 18:10 :
incroyable l'armée a pourtant des chars et des buldozzer pour faire respecter l'oredre et forcer le barrage de taxis
a écrit le 07/10/2015 à 17:21 :
Soutien aux taxis
Marre de ces sociétés américaine qui ont leur compte dans des paradis fiscaux et qui casse nos artisans ...
Uber il y a des lois françaises contre vous respecter la LOI !!!!!
Réponse de le 07/10/2015 à 21:40 :
Ben justement, il faut changer les LOIS françaises !!!!
Réponse de le 08/10/2015 à 9:04 :
Vous n'avez rien compris. C'est UBER Pop qui a été interdit par la loi. La société uber propose plein d'autres services qui sont parfaitement légaux. Il est absolument inacceptable que la corporation des taxis utilise la force pour interdire un concurrent légitime.
a écrit le 07/10/2015 à 15:40 :
Uber met en relation passagers et véhicules. Ne reste plus qu'à réinventer la télé conférence et tout le monde sera content. Pas de présence mais l'information n'est pas censurée !!
a écrit le 07/10/2015 à 15:14 :
La maffia des taxis a encore frappé, en toute impunité. Ou est la république ?
Réponse de le 07/10/2015 à 17:23 :
Uber ne respecte pas la loi française !
Réponse de le 07/10/2015 à 22:58 :
@ vincent
Renseignez vous. UberPOP n'est désormais plus disponible comme le demandais la justice. Par contre Uber standard est parfaitement légal et plus efficace que les taxis (meilleur service).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :