Accident de TGV mortel : la rame a percuté le pont avant de dérailler

Selon le parquet de Strasbourg, la rame d'essai du TGV a percuté un pont "avant de basculer sur le talus de la ligne ferroviaire", faisant au moins 11 morts, samedi dans le Bas-Rhin. La SNCF a confirmé ce scénario.

3 mn

A Eckwersheim (Bas-Rhin), sur les lieux de l'accident, les opérations de levage étaient toujours en cours en début de soirée, dimanche.
A Eckwersheim (Bas-Rhin), sur les lieux de l'accident, les opérations de levage étaient toujours en cours en début de soirée, dimanche. (Crédits : Reuters)

La rame d'essai du TGV qui a déraillé samedi 14 novembre en Alsace à Eckwersheim, faisant au moins 11 morts et 37 blessés, a percuté un pont, selon un premier scénario de l'accident, a indiqué dimanche 16 novembre le parquet de Strasbourg. Quatre mineurs, âgés de 10 à 15 ans, se trouvaient à bord du TGV d'essai qui a déraillé samedi en Alsace, mais ils ne comptent pas parmi les 11 morts de la tragédie, ni parmi les blessés graves, a indiqué lundi le parquet.

Dans le détail, selon les premiers éléments de l'enquête, après que la motrice a "percuté" le pont, "le train a ensuite déraillé avant de basculer sur le talus de la ligne ferroviaire", a déclaré à l'AFP le procureur-adjoint du parquet de Strasbourg, Alexandre Chevrier.

Un porte-parole de la SNCF a confirmé ce scénario, précisant que dans le choc de l'accident, le train s'était séparé en deux.

"Le TGV a quitté la voie au niveau du pont et a percuté des rambardes de protection. Une partie des voitures est tombée dans le canal et l'autre dans un champ", a-t-il indiqué.

Une nouvelle victime retrouvée dimanche

En début de soirée, plus aucun corps ne se trouvait sur le site, a ajouté M. Chevrier en précisant qu'aucune nouvelle victime n'avait été retrouvée lors des recherches menées dimanche.

Tandis que le président du directoire de la SNCF, Guillaume Pepy, avait confirmé dans la journée "la présence d'un certain nombre d'accompagnants dans la rame", dont des enfants, le parquet de Strasbourg n'était pas en mesure de préciser leur nombre. Depuis, le parquet a indiqué ce lundi que les quatre mineurs, âgés de 10 à 15 ans, qui se trouvaient à bord ne comptent pas parmi les 11 morts de la tragédie, ni parmi les blessés graves.

Le procureur-adjoint a exprimé des réserves concernant le cas supposé de cinq personnes portées disparues, évoqué samedi par les enquêteurs, soulignant qu'un travail de "recoupement" des personnes à bord de la rame était en cours.

"Le problème est cette liste de personnes qui ont pu ou ne pas monter à bord. Il y a toujours un travail de recoupement: combien de passagers ont pu monter à bord et comment", a expliqué M. Chevrier.

Les onze tués faisaient partie d'une équipe d'une cinquantaine de techniciens et cheminots à bord de la rame, qui effectuait un essai sur la ligne à grande vitesse destinée à relier Paris à Strasbourg en 01H48, à partir d'avril 2016, contre 02H20 actuellement.

A Eckwersheim (Bas-Rhin), sur les lieux de l'accident, les opérations de levage étaient toujours en cours en début de soirée.

Dans la journée, à l'aide de câbles d'acier accrochés à la rame, les secouristes ont sorti de l'eau la motrice arrière et une voiture à l'aide d'une grue, sous les regard de dizaines de promeneurs médusés. Selon les pompiers, les opérations devaient s'achever dimanche à minuit.

(Avec AFP)

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 16/11/2015 à 17:45
Signaler
Photo aérienne: https://twitter.com/TheNewsClub_US/status/665557190426497025/photo/1 On peut voir que effectivement la plupart des wagons sont sortie bien avant le pont, mais quelque chose a percuté le pont, peut-être une bogie?

à écrit le 16/11/2015 à 15:42
Signaler
Comment un TGV (ou n'importe quel train) circulant normalement sur ses rails peut-il percuter un pont ???

à écrit le 16/11/2015 à 15:17
Signaler
NON! La rame de TGV a dérailler AVANT de percuter le pont, c'est plus logique!

à écrit le 16/11/2015 à 15:08
Signaler
SNCF, grammaire: un train, des rails...

à écrit le 16/11/2015 à 14:55
Signaler
Présence d'enfants d'un coté, et de l'autre impossibilité de savoir immédiatement les présents dans la rame d'essai, dont l'accès est théoriquement réglementé. Il y a du laxisme, de l’irresponsabilité, bref du n'importe quoi dans tout ça.

à écrit le 16/11/2015 à 14:54
Signaler
Des enfants à bord !!!!!!!! décidément dans ce pays, l'amateursime n'a plus de limite !!!!!!!!!!

à écrit le 16/11/2015 à 11:27
Signaler
Personne pour dire que c est la faute a Macron, c est vrai quoi il pourrait déployer ses cars plus vite.

le 16/11/2015 à 13:07
Signaler
Les Vrais Dirigeants de la S.N.C.F, qui y ont tout pouvoir sur le fonctionnement et sur le réseau sont les Extrêmes Gauche Communiste C.G.T et S.U.D Rail, qui ne considèrent que leurs " acquis" et revendications. Le déraillement mortel de l'an passé ...

à écrit le 16/11/2015 à 10:38
Signaler
Sur la vue de dessus on suppose à l'oeil que le rayon de courbure à cet endroit peut difficilement admettre une vitesse de 350 kms/h. Le TGV est réputé pour sa fiabilité mécanique. erreur d'appréciation dans la construction du tracé ou excès d'optim...

à écrit le 16/11/2015 à 9:41
Signaler
Sur Google Earth on voit tres bien ou s est produit l accident : à 12 km de la gare de Strasbourg dans une grande courbe qui enjambe le canal. Quel peut être la vitesse d´un TGV si près de son point de départ ou de son point d arrivée ? Pon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.