ADP prépare le terminal 4, la dernière grande aérogare de Roissy

 |   |  1361  mots
D'après certains experts, le futur terminal 4 pourrait être en mesure d'accueillir non pas 120 millions de passagers (jauge maximale fixée aujourd'hui) mais 130 voire 150 millions de passagers. Question : le contrôle aérien pourra-t-il traiter un plus grand nombre d'avions? Certains pensent que oui au regard de la performance de l'aéroport londonien de Heathrow qui accueille 79 millions de passagers (10 millions de plus que CDG) avec seulement deux pistes, quand Roissy en possède 4.
D'après certains experts, le futur terminal 4 pourrait être en mesure d'accueillir non pas 120 millions de passagers (jauge maximale fixée aujourd'hui) mais 130 voire 150 millions de passagers. Question : le contrôle aérien pourra-t-il traiter un plus grand nombre d'avions? Certains pensent que oui au regard de la performance de l'aéroport londonien de Heathrow qui accueille 79 millions de passagers (10 millions de plus que CDG) avec seulement deux pistes, quand Roissy en possède 4. (Crédits : Air France)
Le gestionnaire des aéroports parisiens va lancer en 2018 les études détaillées de la construction du T4, un nouveau terminal d'une capacité de 30 à 40 millions de passagers, dont la première tranche est prévue pour 2024, avant les Jeux Olympiques de Paris.

C'est la dernière grande phase d'agrandissement de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle qui se prépare. Celle qui va permettre à l'aéroport du nord parisien de pouvoir repousser la saturation de ses aérogares, aujourd'hui prévue à l'horizon 2023-2025, à 2050. Le groupe ADP, gestionnaire des aéroports de Paris, va en effet lancer cette année les études détaillées du terminal 4, un nouveau terminal d'une capacité de 30 à 40 millions de passagers réservé essentiellement à Air France et ses alliés, dont la première tranche, pouvant accueillir entre 7 et 10 millions de passagers, est prévue en 2024, peu avant le début des Jeux Olympiques de Paris. Évoqué depuis des années, le terminal 4 est un projet colossal.

« Avec ce terminal, ADP aura un nouvel Orly», a indiqué vendredi 23 février Augustin de Romanet, le PDG d'ADP, lors de la présentation des résultats financiers 2017 du groupe.

Atout fondamental : la maîtrise du foncier

La comparaison en dit long sur l'immensité du projet. Avec plus de 30 millions de passagers l'an dernier, Orly n'est ni plus ni moins que le 10e aéroport européen. Ce projet est facilité par la propriété du foncier des plateformes parisiennes par ADP, un sujet qui suscite d'ailleurs des craintes dans la perspective d'une privatisation du groupe aéroportuaire, aujourd'hui détenu à 50,6% par l'État.

« Grâce à la maîtrise du foncier par ADP, grâce à la configuration des lieux et à cette emprise foncière, nous avons la possibilité de construire la future grande infrastructure de CDG. C'est la dernière grande infrastructure de Roissy-Charles de Gaulle, la dernière grande occasion que nous avons pour accueillir du trafic et porter la croissance du trafic aérien. Après, ce sont des changements de paradigmes, il faut raser, reconstruire...», a indiqué Edward Arkwright, le directeur général exécutif du groupe, en charge du développement, de l'ingénierie, et de la transformation.

La construction du terminal 4 va s'étaler sur une période de 20 ans.

"C'est un projet qui va s'étaler dans la durée, que nous allons essayer de « phaser » pour lisser les investissements, accompagner la courbe du trafic", a ajouté Edward Arkwright.

La capacité maximale des aérogares portée à 120 millions de passagers

Avec le terminal 4, la capacité des aérogares de Roissy atteindra 120 millions de passagers, sachant que le terminal 3, réservé aux compagnies charter et à certaines low-cost, sera supprimé d'ici à 15 ans, car il se situe sur la zone où sera construit le nouveau terminal. Avec ce dernier, Roissy peut répondre à la croissance du trafic jusqu'à l'horizon 2050.

«En 2050, Roissy sera plein comme un œuf, Orly aussi. On ne créera pas un troisième aéroport parisien. Il faudra aller à Lille, à Nantes ou à Tours... pour aller prendre un vol intercontinental. Mais d'ici 2050, Paris peut absorber la croissance grâce à ses réserves foncières », a précisé Augustin de Romanet.

Quel trafic en 2024?

Le timing du terminal 4 est-il le bon, sachant qu'en 2017, Roissy a accueilli 69,5 millions de passagers, à seulement 10,5 millions de la capacité maximale de ses terminaux, laquelle se situe autour de 80 millions de passagers, comme l'avait indiqué Augustin de Romanet dans une interview accordée à La Tribune en 2014 ? A cette époque, le Pdg d'ADP avait précisé que ce seuil de 80 millions de passagers serait atteint vers 2023-2025, au moment donc de l'ouverture du terminal 4.

Vendredi 23 février, la direction d'ADP n'a, en revanche, pas indiqué l'horizon de saturation des aérogares actuelles. Pour autant, celles-ci n'ont pas changé. Selon certains experts, les prévisions de trafic tourneraient autour de 2,3% en moyenne entre 2018 et 2025.  Par conséquent, avec ce scénario, CDG ne serait pas (ou à peine) saturé quand le terminal 4 ouvrira ses portes. Les statistiques de trafic des dernières années confortent ce scénario. Si l'on projette en effet le taux de croissance moyen observé à Roissy entre 2012 et 2017 (+2,4% par an) à la période 2018-2025, Roissy pourra absorber sans problème la croissance du trafic jusqu'à l'ouverture de la première tranche du terminal 4 en 2024. Autre exemple, il a fallu sept ans (entre 2010 et 2017) pour augmenter le trafic de 10 millions de passagers. S'il faut du coup sept ans à nouveau pour accueillir 10 millions de passagers supplémentaires et arriver à la capacité maximale de CDG, l'arrivée du terminal 4 arrivera à point nommé.

Pour autant, la prudence est de mise. Car, au cours des sept dernières années, la croissance du trafic d'ADP à Roissy a été freinée par les déboires d'Air France, qui représente la moitié du trafic de CDG, par la crise qui a frappé de manière générale le transport aérien jusqu'en 2015, par les attentats qui ont frappé la France et l'Europe en 2015 et 2016, et également par le gel des droits de trafic à partir de 2012 aux compagnies du Golfe. Or, aujourd'hui, Air France et le secteur du transport aérien vont mieux. Si la menace terroriste est toujours forte, la croissance économique semble repartie, en France en particulier. De quoi espérer un trafic dynamique dans la mesure où l'élasticité du trafic aérien à la croissance du PIB est de l'ordre de 2,3.

En outre, si l'État faisait un geste vis-à-vis des compagnies aériennes en allégeant les charges qui pèsent sur elles, et si Air France parvenait à augmenter sa compétitivité intrinsèque, la compagnie pourrait mettre à bien un projet de forte croissance rentable comme la direction en a l'ambition. Auquel cas, le terminal 4 risquerait d'arriver un peu tard.

Certes, la croissance du trafic de 5,4% à CDG en 2017 a profité d'un effet de rebond par rapport à une année 2016 marquée par les attentats en France et la menace terroriste, mais si ce taux de croissance se maintenait au cours des prochaines années, les aérogares de Roissy arriveraient donc au maximum de leur capacité dès 2020, à quatre ans de l'ouverture de la première tranche du terminal 4.

Roissy saturé en 2050?

La question des prévisions reviendra également sur le tapis pour tenter de prévoir à quel horizon CDG accueillera 120 millions de passagers. ADP, et certains experts, le fixe vers 2045-2050. Rappelant que la capacité maximale envisagée de Roissy était fixée à 35 millions de passagers quand l'aéroport a ouvert en 1974, certains estiment que ce débat n'a pas lieu d'être. Avec les nouvelles technologies de traitement des passagers au sol à venir, le terminal 4 pourrait même, selon eux, être en mesure à terme d'accueillir non pas 120 millions de passagers mais 130 ou 150 millions de passagers.

Reste à voir si le contrôle aérien serait en mesure de traiter un plus grand nombre d'avions. Certains pensent que oui au regard de la performance de l'aéroport londonien de Heathrow qui accueille 79 millions de passagers (10 millions de plus que CDG) avec seulement deux pistes, quand Roissy en possède 4. Une hypothèse qui laisse Augustin de Romanet perplexe.

« Si on projette la qualité du contrôle aérien britannique et de l'exploitation d'Heathrow à CDG, cela fait 158 millions. Mais aucun aéroport n'accueille 158 millions de passagers. Il y a des effets de saturation que l'on ne connaît pas bien encore. Je ne suis pas sûr que CDG puisse aller jusqu'à 158 millions de voyageurs », a-t-il indiqué.

"Un dossier qui fait s'arracher les cheveux"

On n'en est pas là. L'heure est en effet à la conception de ce fameux terminal. Et ce ne sera pas une partie de plaisir. Situé au nord des terminaux 2F et 2E, le hub d'Air France, la construction du terminal 4 constitue aux yeux des dirigeants d'ADP un véritable défi puisqu'il faudra assurer la continuité des passagers et des bagages entre les opérations actuelles d'Air France et le terminal 4. Un train pour amener les passagers et un convoyeur de bagages devront donc être construits. « C'est un dossier qui fait s'arracher les cheveux », pointe Augustin de Romanet.

« Le terminal 4 sera construit sur une parcelle très étroite, de manière intensive. Il doit être flexible, personne ne sait quelle sera la nature du trafic en 2050, si une zone Shenghen existera toujours. Il ne faut surtout pas qu'on le pense en prenant nos fonctionnalités d'aujourd'hui », fait valoir Edward Arkwright.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2019 à 19:36 :
Pas un zadiste, pas un écolo, pas un triton tacheté pour contester l'agrandissement de cet aéroport sur les meilleures terres agricoles de France ?!!!
a écrit le 07/03/2018 à 6:50 :
Bref if y a tout à craindre! Roissy et sa succession d’Algeco mal reliés les uns aux autres... bref, plus bordélique que cet aéroport, il n’y a pas. Avant même d’y arriver, on peine... accès routier infernal, accès ferroviaire apocalyptique et dangereux... en 60 ans, ou presque, rien n’a été fait pour améliorer les accès à Roissy!

Cet aéroport est une véritable usine à gaz, mal pensé, mal bâti, mal géré!



Réponse de le 25/02/2019 à 9:54 :
"bref, plus bordélique que cet aéroport, il n’y a pas."

L'aéroport John-F.-Kennedy de New York ? Par ce que franchement de mon souvenir c'était pire que Roissy!
a écrit le 06/03/2018 à 17:59 :
Construire un aéroport alors que nous arriverons à un maximum de production de pétrole dans les 10 prochaines années ne me paraît pas très intelligent,
Oubliée la loi de conservation de l’énergie? Lavoisier : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
Tout ce que nous utilisons ne sont que des matières premières transformées grâce à l’énergie, pas de transformation sans énergie et pas d’énergie sans transformation. Le pétrole conventionnel décline à 5 % l’an, nous devrons trouver et produire l’équivalent de 55 millions de barrils jours en 2035 (entrevue Christophe de Marjorie 12/02/2013 sur BFMTV). Où sont les champs qui produiront comme 5 Arabie Saoudite ou les 10 Mer du Nord qui nous manquent ?
Depuis les années 80 nous consommons plus que ce que nous trouvons, depuis 2000, 100 milliards trouvés pour plus de 400 milliards de barils consommés, rappelons que en 2015 les compagnies pétrolières ont trouvées 2,8 milliards de barils pour une consommation de 34 milliards et moins de 1 milliard en 2016.
Dans l´agriculture, le pétrole et le gaz servent à fabriquer les engrais, 180 millions de tonnes de fertilisants (N-P-K)) et les phytosanitaires indispensables à l'agriculture moderne. Sans eux, les rendements s'effondrent. Dans les 20 ans nous passerons le pic de production de phosphore qui n’a aucun remplaçant. Nous utilisons aussi du diésel (100 à 150 litres pour ha/an pour planter, traiter et récolter) pour la mécanisation, oubliez le tracteur électrique. 1 camion sur 2 transportent des aliments, chaine du froid etc...Dire que nous voulons un monde durable, c’est possible avec 1 ou 2 milliards d’habitants, mais ce sera le retour en 1800 avant la révolution industrielle. Autre aspect intéressant, nous couvrons d’infrastructures l’équivalent d’un département tous les dix ans. Jusqu’à quand ?
Moins de pétrole, moins de transport, déclin de la société.
http://dai.ly/x1bw879
https://www.youtube.com/watch?v=LnaEsByCmCE
a écrit le 06/03/2018 à 9:36 :
Tout ça est bien beau pour la gestion du trafic aérien . Mais à quand une amélioration du trafic routier au sein même des aéroports parisiens ?? L'accès aux terminaux quels qu'ils soient, restent un labyrinthe pour les particuliers ou bien un cauchemar pour les professionnels qui y travaillent au jour le jour ...
a écrit le 05/03/2018 à 22:46 :
Aux heures de pointe, un avion passe au-dessus de mon jardin toutes les 40 secondes. Des centaines de milliers de personnes subissent ce bruit infernal dans le Val d'Oise depuis les communes riveraines jusque celles situées sur le couloir formé par la vallée de Montmorency.
Les pouvoirs publics s'en moquent.





















.
Réponse de le 06/03/2018 à 11:48 :
Vous avez acheté votre maison avant la mise en service de l'aéroport?
Réponse de le 06/03/2018 à 17:48 :
Que voulez-vous? Que l'on ferme l'aéroport parce que des gens habitent à proximité? Ne vaudrait-il pas mieux que vous déménagiez?

L'on ne va tout de même pas déplacer l'aéroport de Paris en dehors de l'Ile-de-France...
Réponse de le 07/03/2018 à 22:56 :
@curieux:
Ma maison est située à Enghien-les-Bains. Vous trouvez que c'est une commune à proximité de Roissy? Nos en somme aussi éloigné que Paris.
Si les avions survolaient Paris, faudrait-il que les parisiens s'en aillent.Lorsque j'ai fais construire ma maison en 1980, on pouvait faire la sieste dans la chaise-longue du jardin.
a écrit le 05/03/2018 à 22:40 :
Il ne s agit pas tellement de creer un terminal supplementaire mais de tout repenser sur la gestion entre terminaux de cet aeroport le plus bordelique du monde. Il faudrait que tous ces teeminaux soient connectes sur une ligne de desserte grande vitesse
Tout provincial comme moi ou tout etranger, prefere eviter cet airport et connecter a Francfort,ou a Amsterdam voire Heathrow
Réponse de le 06/03/2018 à 9:38 :
Entièrement d'accord avec vous . Les terminaux des aéroports parisiens sont des plus bordélique... l'accès routier au sein de l'aéroport s'améliorera-t-il un jour ???
a écrit le 05/03/2018 à 19:48 :
La "qualité" du contrôle n'a rien à voir. Le seul facteur pertinent, c'est la taille du module moyen. CDG, de mémoire, traite 72 mouvement à l'heure, soit un toutes les 50 secondes. Le seul moyen d'augmenter la cadence, serait de raccourcir les distances/temps entre avions; pas sûr que n'importe qui s'y risquerait. Et construire le terminal 4 à la place du T3.. "j'te dis pas le b..." pendant cette période. De Romanet, ayant reçu ce poste, pour services rendus, a beau jeu d'étaler ses fantasmes; en 2050 il y a bien longtemps qu'il sera parti. Et la 104 peut être pas encore bouclée...
a écrit le 05/03/2018 à 19:40 :
44 ans après l'inauguration de l'aéroport de Roissy, toujours pas de liaison ferroviaire directe et de qualité pour rejoindre Paris ! A comparer avec les aéroports des pays d'Europe du nord et ceux d'Asie (Japon, Singapour t Chine)...Quant à l'aéroport, il se distingue par sa piètre architecture, la mauvaise qualité de ses services.
Réponse de le 05/03/2018 à 20:36 :
Le RER entre Roissy et la Gare du Nord n'est pas si mal (je l'ai encore pris ce matin après un vol long courrier). Son tarif est bas et il permet d'éviter les embouteillages, même s'il n'est pas confortable. Les nouveaux terminaux de Roissy sont agréables, au niveau de nombreux autres aéroports internationaux, y compris les plus récents d'Asie (ceux de Chine ne m'impressionnent pas). Il faut arrêter de tout dénigrer uniquement parce que c'est français.
D'ici à 2050, les moteurs ne feront plus de bruits, et les avions ne seront plus du tout les mêmes, donc les aéroports auront bien changé... s'ils existent encore !
Réponse de le 06/03/2018 à 16:17 :
@pedro l'avantage de l'âge, c'est qu'il apporte des souvenirs... Parmi ceux ci, le fait qu'en l'an 2000 (disait on dans les années 50/60) LE moyen de transport serait l'hélicoptère... Quant aux avions, on se rappellera aussi que le décollage vertical... ben non... Que le bruit a été réduit (fan et taux de montée meilleurs), mais qu'il perdurera; pour l'instant on en est toujours aux moteurs thermiques (même si spécifiques). Et ce n'est certes pas en 2050 qu'on aura résolu le stockage de l'électricité. Quant au RER B, il ne peut structurellement pas servir pour des directs; d'où le projet via la gare de l'Est. Et le surcoût ("taxe" aéroportuaire) ne sera pas oublié...
Réponse de le 06/03/2018 à 17:49 :
Un CDG express est en cours de construction. Il devrait égaler la qualité des aéroports que vous citez. Le prix aussi.
a écrit le 05/03/2018 à 16:38 :
Pourvu que ce soit mieux qe les autres, pour la circulation des personnes, les espaces d'attente, la séparation des flux arrivée/départ, .. Il y a des réflexions importantes à avoir, au-delà de maximiser les aspects fric. Les clients (et non usagers) sont trop négligés à Roissy
a écrit le 05/03/2018 à 16:33 :
Et Amsterdam, et Bruxelles, voilà d'autres pistes. Une liaison entre Paris et zaventem et schipol en tgv permet aussi d'éviter Paris. Moi, j'aime bien Bruxelles et Amsterdam, souvent moins chères
que Paris aussi bien en hôtel
qu'en destinations lointaines même avec le thalys en plus.
a écrit le 05/03/2018 à 16:00 :
Heureuse que CDG a été construit dans les années soixante dix, aujourd'hui ce serait impossible avec les professionnels de l'ostruction et du blocage, financés par deniers publics.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :