Aérien : l'arrivée des vaccins change-t-elle la donne pour une reprise l'été prochain ?

 |  | 902 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Malgré l'arrivée d'ici à la fin de l'année de vaccins contre le Covid-19, les professionnels du secteur ne voient pas un effet dopant sur la reprise du trafic avant le deuxième semestre 2021, voire le dernier trimestre. L'an prochain, l'association internationale du transport aérien table encore sur un trafic en baisse de 50% par rapport à 2019. Pour lever les quarantaines, les professionnels demandent la généralisation des tests antigéniques dans les aéroports. Ce qui passe par des accords de réciprocité.

En arrivant d'ici à la fin de l'année ou au début de l'année prochaine, les vaccins contre le Covid-19 seront sur le marché beaucoup plus tôt que prévu par la plupart des États, jusqu'à l'annonce de la découverte d'un vaccin par le couple Pfizer-BioNtech le 9 novembre. Une bonne nouvelle pour l'ensemble des secteurs d'activité et plus particulièrement pour celui du monde du voyage, dévasté depuis le début de la crise sanitaire.

Même si plusieurs inconnues demeurent concernant les résultats des essais cliniques de ces vaccins, mais aussi leur diffusion aux quatre coins de la planète, et l'acceptation des populations, les récentes annonces sur la découverte d'un vaccin écartent en effet le scénario du pire pour les compagnies aériennes : celui d'une durée beaucoup plus longue pour l'élaboration d'un vaccin, voire celui d'un échec. Elles apportent désormais de la visibilité à un secteur qui naviguait à vue jusque-là, brûlant du cash comme jamais et affichant des pertes financières colossales. Selon l'association internationale du transport aérien (IATA), les résultats financiers cumulés des compagnies aériennes vont se solder en 2020 par une perte nette de 118,5 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 328 milliards de dollars.

Pour autant, l'arrivée des vaccins de manière anticipée change-t-elle vraiment la donne pour ce secteur aujourd'hui quasiment à l'arrêt dans de grandes parties du globe, même s'il commence à repartir en Asie et a déjà même retrouvé son niveau d'avant crise en Chine ? Va-t-elle accélérer la reprise du secteur et permettre aux compagnies aériennes de ne pas passer à côté de la prochaine saison d'été, cruciale pour l'ensemble des acteurs du transport aérien ?

Pas d'effet "dopant" du vaccin avant le deuxième semestre

Aujourd'hui, à part Ryanair (voir encadré ci-dessous), personne ne révise pour l'heure ses prévisions d'un retour au niveau de trafic d'avant crise : 2024 pour Alexandre de Juniac, le directeur général de l'IATA, "2024, voire 2025" pour Olivier Jankovec, le directeur général de l'ACI Europe, l'association des aéroports européens. Selon eux, l'arrivée des vaccins ne devrait pas avoir "d'effet dopant sur la reprise" d'après l'expression du directeur de l'ACI Europe, avant le deuxième semestre, voire le dernier trimestre 2021, en raison du rythme de diffusion et de la vaccination, ont-ils dit au Paris Air Forum qui s'est déroulé du 20 au 26 novembre. La plupart des opérateurs interrogés à l'occasion de cet évènement organisé par La Tribune ne voit pas non plus de véritable reprise avant l'été prochain. Résultat : l'an prochain, le trafic aérien mondial devrait encore être en retrait de 50% par rapport à 2019, selon IATA. Même chose en Europe pour l'ACI, qui a néanmoins élaboré un scénario pessimiste à -63%.

Généralisation des tests antigéniques

Aussi, pour la prochaine saison estivale, période traditionnellement stratégique pour le transport aérien à ne surtout pas manquer, plus que la vaccination qui sera encore loin de concerner l'ensemble de la population mondiale à ce moment-là, l'enjeu sera davantage de lever les quarantaines qui existent dans de nombreux pays par la généralisation des tests antigéniques dans les aéroports pour les passagers au départ, afin de créer des "corridors sanitaires". Ce qui passe par la reconnaissance par les États de ces tests rapides, à la fiabilité moindre que les tests PCR. Ce qui n'est pas encore le cas, comme en Espagne par exemple.

"Le vrai scénario de reprise qu'on a dans le viseur, c'est le printemps [qui correspond au début de la saison été dans le transport aérien, Ndlr], cette saison fatidique que l'on ne doit pas manquer. Pour cela, le facteur clé, c'est de lever les quarantaines", explique Thomas Juin, le président de l'Union des aéroports français (UAF).

En l'absence de coordination au niveau européen, ce dernier demande à l'État français de négocier de manière bilatérale avec un certain nombre de pays comme les principaux pays européens, du bassin méditerranéen, le Royaume-Uni, les Etats-Unis... des accords de réciprocité sur l'acceptation de ces tests. Pour autant, tempère Nathalie Stubler, PDG de Transavia, ces tests peuvent encourager la reprise hors phase de confinement. Et personne aujourd'hui ne peut garantir qu'il n'y aura pas de troisième vague au printemps.

Au final, l'année 2021 sera évidemment moins mauvaise que 2020, mais affichera toujours des pertes vertigineuses. Selon l'IATA en effet, le secteur devrait perdre 38,7 milliards de dollars.

Ryanair table sur un été très impressionnant

Parmi tous ces discours, celui de Ryanair se fait beaucoup plus enthousiaste. La compagnie table en effet sur un été "très impressionnant" et estime qu'elle recouvrera le niveau de trafic pré-Covid d'ici à l'automne, selon la déclaration à Reuters du directeur général, Michael O'Leary (photo). Ryanair entend exploiter 30% de ses capacités pendant la période de Noël, puis monter à 60%-80% à partir du printemps avec l'arrivée des premiers vaccins contre le Covid-19.

"Lorsque nous arriverons à la fin de l'été et au début de l'hiver 2021, nous prévoyons un retour à presque toutes nos capacités de 2019", a souligné Michael O'Leary.

 Lire aussi : Reprise : pourquoi les compagnies de "hub" sont désavantagées par rapport aux low-cost

 --

REPLAY

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2020 à 8:49 :
ah super ! enfin le retour au pillage de la planète avec une forte croissance écologique de façade et une superproduction pour méga super consommation
j'adorrrrrrrre
il paraît que le prix de l'eau va augmenter ? mais non, le gouvernement va privatiser tout cela et nous pourrons faire des bénéfices sur le manque d'eau ... ah, allons boire un verre pour fêter cette super opportunité
a écrit le 26/11/2020 à 8:31 :
ALors que la question devrait se poser sur l'efficacité de ces vaccins conçus à la va vite et donc leur qualité on nous parle banalités sans arrêt...
a écrit le 25/11/2020 à 17:19 :
Ce n est pas qu'un problème de prendre l'avion mais de se sentir en confiance lors de son séjour sur place à l'arrivée et là ce n 'est pas gagné! on en reparlera en 2024 2025
a écrit le 25/11/2020 à 17:05 :
Tant que de nombreux états imposeront des quarantaines à l'arrivée , ça ne repartira pas .
a écrit le 25/11/2020 à 16:40 :
Il est un peu tôt pour voir les réservations repartir à la hausse. Tant que nous ne saurons pas où et quand il sera possible de se faire vacciner, et tant que les états se seront pas mis d’accord pour rouvrir leurs frontières, nous resterons dans le flou...et nous nous abstiendrons d’envisager des voyages.
a écrit le 25/11/2020 à 16:09 :
Il faut savoir si le transport aérien sera toujours là !

Besoin de 100 milliards de $ en 2021, suite aux 100 milliards déjà déboursés en 2020
a écrit le 25/11/2020 à 15:43 :
Le "retour à la normale" n'aurait rien de normal puisque le transport aérien était déjà au delà la normale.
Compte tenu de ce qui c'est passé depuis la " pandémie", à la marge les déboires du 737max et le mouvement "honte de prendre l'avion", les barrières sanitaires pour... toujours ? Un retour à la normale est plus qu'hypothetique,
sauf si on entend par retour à la normale la fin du transport de
masse pour un tourisme de masse par les compagnies low cost.
Réponse de le 25/11/2020 à 17:19 :
Etant proche du peuple, je suis favorable au transport aérien pour tous et pas cher, et donc pour les low-cost? Pourquoi seuls les riches auraient le droit de voyager dans votre monde? Etant proche des petites gens des pays en voie de développement qui vivent du tourisme, je suis pour la reprise des voyages. Ca s'appelle de la solidarité.
a écrit le 25/11/2020 à 14:21 :
J 'espère qu'on va conditionner les entrées et sorties du territoire hexagonal et outre mer pour les français et les étrangers par la présentation d'un carnet de vaccination attestant qu'on a été vacciné contre la Covid 19. Sinon , c'est à désespérer des efforts que nous faisons .
Réponse de le 26/11/2020 à 3:58 :
@ Calamard
Volontaire pour recevoir un produit dont vous ignorez tout et qui va influer a coup sur votre arn. Vous etes suicidaire ?
Heureusement qu'il existe des contrees ou le mot liberte a encore un sens.
Votre presidium minus supreme vous a bien dresse.
Bientot les restrictions monetaires qui ne vont pas manquer d'arriver et vous serez mur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :