Air France : les pilotes veulent 10,7% d'augmentation, la direction propose +0,6%

 |   |  907  mots
(Crédits : Jacky Naegelen)
Les négociations annuelles obligatoires (NAO) ont débuté hier à Air France sur fond de résultats financiers record pour Air France-KLM. La direction d'Air France a proposé une augmentation générale de 0,6%. Les pilotes, dont les grilles salariales sont gelées depuis 2011, demandent quant à eux une augmentation de 10,7%, intégrant notamment un rattrapage de l'inflation cumulée depuis 2011. Certains pilotes évoquent la menace d'un préavis de grève s'ils n'obtiennent pas gain de cause. Ce qui semble peu probable.

Les échanges risquent d'être une nouvelle fois musclés entre les syndicats des pilotes d'Air France et la direction. Après la montée de température des syndicats de pilotes début janvier sur la question des prérogatives du commandant de bord en matière de sécurité des vols, c'est la question salariale qui risque aujourd'hui de faire des étincelles. Alors que les NAO (négociations annuelles obligatoires) ont débuté ce mardi avec une proposition de la direction d'une hausse générale de 0,6%, le SNPL et Alter, deux syndicats de pilotes, demandent une augmentation de 10,7%, l'équivalent d'une centaine de millions d'euros.

Gel des salaires depuis 2011

Selon le calcul des syndicats, cette hausse correspond pour 6% au rattrapage de l'inflation cumulée depuis 2011, date à laquelle les grilles salariales ont été gelées et, pour le reste, à des mesures concernant essentiellement la revalorisation de la rémunération des commandants de bord moyen-courrier qui serait inférieure à celle observée chez des transporteurs concurrents. Une demande d'autant plus justifiée à leurs yeux que le groupe va publier des résultats financiers record pour l'année 2017.

"Même s'il s'agit d'un point de départ dans la négociation, proposer une hausse de 0,6% est une provocation. Cela ne couvre pas l'inflation attendue en 2018 et encore moins le rattrapage l'inflation cumulée depuis le gel des grilles salariales en 2011, alors que le groupe va dégager un bénéfice d'exploitation record de 1,5 milliard d'euros (avec KLM, Ndlr)", s'insurge un pilote.

Si le montant précis de l'augmentation souhaitée par les pilotes n'était pas connue jusqu'ici, son principe l'était. Fin novembre, les deux syndicats ont alerté la direction sur la nécessité d'augmenter les pilotes. Et la direction y a déjà répondu en indiquant que le gel des grilles des pilotes depuis 2011 n'avait pas empêché une forte hausse de rémunération pour la très grande majorité des pilotes, du fait de l'évolution des carrières.

"Entre 2012 et 2017, l'évolution de la rémunération moyenne des pilotes présents a été de + 9,1%, hors effet des cadences. Cette progression importante s'explique par l'évolution des classes, l'ancienneté et les changements de machine [plus un avion est gros, plus la rémunération des pilotes est élevée, Ndlr] ou de spécialité (passage CDB) [passage de copilote à commandant de bord, Ndlr]. Sur la même période, le salaire annuel moyen perçu par pilote est passé de 179.000 euros (salaires et traitements bruts moyens par pilote à temps plein) à 201.000 euros, soit une augmentation de +12%", avait répondu Franck Terner, le directeur général d'Air France dans un courrier envoyé aux syndicats.

"Pour les pilotes présents entre 2012 et 2017 (donc hors effet nouveaux entrants), le salaire moyen sur la période a même augmenté de +18%", avait-il précisé, en ajoutant que « sur la période, l'indice INSEE des prix à la consommation a été de +2.5%»."

Peu de chance d'avoir gain de cause

Aussi légitime soit-elle aux yeux des pilotes, la demande a peu de chance d'être mieux  entendue aujourd'hui.

"Si elle l'était, elle entraînerait de facto un pourcentage de hausse identique pour l'ensemble des catégories de personnels d'Air France puisque la demande des pilotes ne peut s'inscrire que dans le cadre de la NAO. L'augmentation représenterait plusieurs centaines de millions d'euros. Ce que ne pourra pas accepter la direction", explique un syndicaliste membre d'une organisation représentant les personnels au sol.

Un telle décision amputerait de près de la moitié des bénéfices d'exploitation d'Air France en 2017, lesquels devraient représenter un peu moins de la moitié du 1,5 milliard d'euros généré par l'ensemble du groupe Air France et KLM. On imagine donc la réponse de la direction qui va devoir également composer avec les actionnaires, fatigués de ne pas avoir eu de dividende depuis une dizaine d'années. Autant de demandes qui arrivent au moment des vents contraires commence à faire jour, notamment la hausse des prix du carburant.

Selon certains syndicalistes, pour avoir éventuellement gain de cause, les syndicats de pilotes auraient dû accepter la proposition de la direction de négocier dans un cadre bilatéral une nouvelle structure de la rémunération en échange de mesures de productivité.

Menace de grèves?

 "Une autre démarche serait d'envisager des négociations plus larges, incluant, dans un « gagnant-gagnant », des évolutions de rémunération avec des changements de système de rémunération, des mesures de productivité et d'efficacité ou de périmètre. C'est la voie qu'ont choisie d'autres compagnies, en particulier Lufthansa. Il me paraît envisageable d'entrer, si vous le souhaitez, dans une discussion de ce type, dont l'objet serait d'examiner de nouvelles mesures encourageant la croissance en incluant une discussion sur les grilles de rémunération pilotes, en niveau comme en structure", avait indiqué en décembre Franck Terner aux pilotes.

Ce que refusent les pilotes. "Toucher à la structure de la rémunération, c'est toucher au contrat, c'est-à-dire à tout ce qui concerne la productivité, le découpage des rotations, etc. C'est une quasi-déclaration de guerre", expliquait un pilote.

Si la négociation sur les NAO doit s'achever ce vendredi, les tensions risquent de durer plus longtemps. Certains pilotes n'hésitent pas à d'ores et déjà brandir la menace d'un préavis de grève.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/01/2018 à 23:40 :
Il faut les laisser encore profiter de la manne, avant 10 ans les prémiers avions sans pilotes à bord seront en test et dans 20 ans 50% des avions seont pilotfree, lol!
Dans 30 ans ça fera partie du passé.
Réponse de le 27/01/2018 à 7:21 :
...et 100% passengerfree ,lol et relol !
a écrit le 26/01/2018 à 9:50 :
Vos cris d'orfraie concernant le montant"mirobolant"des salaires des pilotes de votre compagnie ex nationale sont sont à hurler de rire
Je suis captain B777 direct entry depuis 5ans dans une compagnie asiatique de très bonne réputation.
Salaire annuel pour 2017 : 337000 $ Tax free + les facilitées habituelles pour ces jobs (health care pour toute la famille,billets gratuits etc)
Le pilote qualifié est une denrée rare,les besoins mondiaux pour les prochaines années sont énormes,alors Messieurs , taper sur les votres et lorgner leur gamelle de la sorte est comment dire ?.....juste grotesque.
a écrit le 25/01/2018 à 20:39 :
Quand on pense que Christian Blanc avait redressé cette compagnie. Quel gâchis !

S'il n'y avait pas le petit personnel au sol dans la balance, je souhaiterais que cette compagnie fasse faillite au plus vite, en renvoyant dos à dos ses dirigeants et ses pilotes.

Enfin, non : Autant je souhaite que certaines de nos entreprises se redressent, autant je souhaite qu'Air France fasse faillite et que ça soit une marque au fer rouge sur le CV des pilotes et dirigeants, mais que le petit personnel soit repris par d'autres compagnies où ils auront un meilleur avenir.

A noter que ça marche aussi avec une ou deux autres entreprises semi-publiques
Réponse de le 26/01/2018 à 9:09 :
Quel gâchis si vous souhaits se réalisaient.....

Tout d'abord Air France , ne vous en déplaise, n'a jamais été aussi loin de la faillite. Bénéfices records , croissance record, embauches etc .cela grâce aux efforts conjoints de tous ses employés et d'une conjoncture moins défavorable . Le pétrole à considérablement baissé mais les taxes françaises ainsi que le coût aéroportuaire (ADP) ont explosé annihilant les efforts de productivité des employés .
Actuellement le transport aérien croît rapidement , les commandes d'avion sont importantes et il n'y aura pas assez de pilotes pour les faite voler .
Croyez vous que dans un tel contexte les méchants pilotes ne retrouveront pas de travail ( mieux payé) en cas de faillite d'Air France? Croyez vous que le gentil personnel au sol n'aura pas plus de difficultés pour en retrouver?
Puérilité et inconséquence...
a écrit le 25/01/2018 à 18:17 :
C'est bien pourquoi Air France veut prendre des bacheliers pour en faire des pilotes en 2 ans....
Réponse de le 26/01/2018 à 8:55 :
Même réponse qu'à Stormy plus bas .
Concours cadet il faut être en deuxieme année de classe préparatoire scientifique pour postuler .lire le paragraphe " les conditions pour postuler " paragraphe "être cadet a Air France " de la page :
http://corporate.airfrance.com/fr/etre-pilote-de-ligne-air-france

La formation pour lâcher un copilote en ligne ( cad être opérationnel et productif) prend environ 36 mois après ce concours .

Il est curieux qu'une certaine presse ait relayé ,un peu stupidement, cad sans vérifier , les informations fournies par Air France à ce sujet . Les infos fournies par AF étaient elles donc fausses dans le but de laisser croire au public que n'importe quel bachelier puisse être copilote en 24 mois comme vous l'avez naïvement cru cher GIANTPANDA?
C'est possible .... dans quel but ?
Je regrette que vous ,comme d'autres , aient été abusés .

Une dernière chose si un copilote peut être formé dans les conditions énoncées ci dessus , il fait beaucoup plus de temps pour former un commandant . ( une dizaine d'années d'expérience + formation )
a écrit le 25/01/2018 à 17:47 :
Ces gens là sont vraiment des malheureux, de pauvres misérables, de ce corporatisme exacerbé dont ils font partie.
Ils sont souvent en " l'air ", et c'est pour ça qu'ils ne peuvent pas avoir les pieds sur terre...
a écrit le 25/01/2018 à 11:51 :
Ils sont assez payés ces privilégiés
a écrit le 25/01/2018 à 11:40 :
Avion sans pilote....le pied!
a écrit le 25/01/2018 à 8:36 :
À mettre en parallèle avec ces articles:
- http://www.sudouest.fr/2016/04/20/le-patron-d-air-france-klm-augmente-son-salaire-de-65-2336446-4755.php
- http://www.20minutes.fr/economie/2043091-20170403-air-france-klm-pdg-jean-marc-janaillac-empoche-demi-million-euros-six-mois-activite
- https://www.lesechos.fr/industrie-services/tourisme-transport/030839461607-comment-florence-parly-a-negocie-son-depart-dair-france-2128201.php
- https://www.marianne.net/politique/quand-la-ministre-florence-parly-s-envolait-d-air-france-avec-un-parachute-de-675000-euros
- http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/air-france-les-salaires-des-dirigeants-augmentent-de-plus-de-40-23-02-2017-6706119.php
- https://lexpansion.lexpress.fr/entreprises/air-france-la-remuneration-des-dirigeants-n-a-augmente-que-de-17-6_1882520.html
- http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/02/23/air-france-les-syndicats-denoncent-une-augmentation-de-41-de-la-remuneration-du-comite-executif_5084571_3234.html

Précisons que l’essentiel de ces sommes a été versé lorsque l’entreprise était dans le rouge et que les salariés (pilotes inclus autravers des plans internes Transform 2015 et Trust Together) acceptaient de faire des efforts pour tenter de la sauver.
a écrit le 25/01/2018 à 6:22 :
Le retour des revendications des privilégiés
a écrit le 25/01/2018 à 3:21 :
Le jour où l'état se désengagera cette compagnie fermera. Le service est déplorable, le personnel désagréable (pas tous cependant). j'ai fait un Paris HongKong Paris avec un chef de cabine d'une impolitesse incroyable, on avait l'impression de le déranger dans sa sieste.
C'est dommage d'exporter un tel "savoir faire"!!! Sur BA, personnel à l'écoute des passagers et pour 300 euros moins cher!!!
Réponse de le 26/01/2018 à 13:25 :
J’ai eu aussi une très mauvaise expérience avec Air France... dans un coucou vétuste et sale on a réussi à décoller avec 45 minutes de retard et perdre mes bagages sur un vol court-courrier de routine. Sans compter que
les agents de bord sont snobs et prétentieux et se croient au Ritz Carlton.

Sans l’aide de l’Etat, cette sinistre compagnie low-cost ferait enfin faillite et ses assistés sociaux de luxe, ses enfants gâtés que sont ses pilotes iraient enfin (réellement) travailler pour une fois dans leur carrière pour l’argent qu’ils extorquent par le chantage à un État trop faible pour dire non.
a écrit le 24/01/2018 à 20:49 :
Les seigneurs (saigneurs) du ciel!....j'imagine que ceux qui ont des salaires bloqués depuis 2010 souhaiteraient également une telle augmentation....au fait quel est le vrai bilan carbone du transport aérien ? Mieux que la voiture? Comme tout le monde ment sur le sujet....😁
Réponse de le 24/01/2018 à 22:06 :
Les directeurs d’AF, n’ont pas leurs salaires bloqués eux, +40%en 4ans, 5 fois le salaire d’un CDB long courrier. Relisez les articles sur le départ de Florence Parly par ex
a écrit le 24/01/2018 à 19:34 :
Avant c'était Paris bordeaux en avion , salaire : 20000/mensuel pour le pilote et un peu de la moitié pour le copilote et avec grosso modo 200 passagers à bord.
Maintenant Paris bordeaux en TGV c'est salaire ; 3000/mensuel et pas de copilote et avec grosso modo 1000 passagers à bord...cherchez l'erreur
Réponse de le 27/01/2018 à 10:33 :
Vous avez parfaitement raison... en oubliant les 6 millards d’euros payés par an par le contribuable français pour faire rouler ces trains. Finalement, dans l’avion Air France c’est le passager qui paie son voyage (pas chez Ryanair ou c’est le contribuable local bien sûr)!
J’ai rarement vu autant d’âneries sur un forum.... renseignez-vous avant d’écrire, tous les salaires pilotes explosent dans le monde, des entreprises ferment aux USA par manque de pilote, etc.. la fameuse loi du marché en quelque sorte qui n’est une loi que quand elle tire les salaires vers le bas!
a écrit le 24/01/2018 à 19:12 :
Air France souffre de la concurrence des compagnies du Golfe (hyper subventionnées) et de celle des "low-cost". Mais ses principaux handicaps sont une mauvaise gestion et le coût prohibitif de ses pilotes parmi les plus privilégiés au monde ! et également une pléthore de cadres inutiles...
Alors que d'énormes efforts ont été imposés à toutes les catégories de personnelsces dernières années, les pilotes osent encore réclamer des augmentations salariales !
Il faudrait tous les licencier et procéder à de nouvelles embauches sur des bases raisonnables.
Réponse de le 24/01/2018 à 21:59 :
Oui,mettons les aux conditions des pilotes KLM! Retraite comprise..
a écrit le 24/01/2018 à 17:06 :
ces mandarins sont insatiables et méprise les autres personnels . Servons d'abord les hôtesses que les pilotes ont grugé !!!
Réponse de le 25/01/2018 à 18:00 :
Vous pouvez développer ?
Le PNC ont des syndicats aussi il me semble ...?
Faire porter les efforts sur les plus jeunes sans faire preuve de solidarité entre génération est un piège classique de la direction d'AF dans lequel il semblerait que les syndicats PNC seraient tombés pieds joints.....
a écrit le 24/01/2018 à 15:51 :
Plutôt que de taper sur les pilotes, il faudrait plafonner les cotisations sociales. Comme c'est le cas en Allemagne ou aux Pays Bas. A salaire équivalent pour les pilotes français ou hollandais, AF surbit un surcout de plusieurs millions d'euros à cause des cotisations patronales françaises.
Réponse de le 24/01/2018 à 18:58 :
vous avez raison, qu'ils aillent travailler chez LUFTANSA ou ALITALIA ou un low cost ............d'ailleurs c'est ce qui les attend s'ils continuent comme ça
Réponse de le 24/01/2018 à 21:06 :
"TAPER sur les pilotes"... avec 200 000€/an en revenu annuel moyen?? C'est bien de voir le monde d'en haut, depuis les nuages, mais il faudrait redescendre un peu sur terre également.
De l'extérieur, le plus choquant, c'est le mépris apparent des pilotes pour le reste du personnel, qui a subi l'essentiel des plans successifs. Il y a clairement un abus de leur pouvoir de nuisances de la part des pilotes
Réponse de le 25/01/2018 à 8:50 :
"il faudrait plafonner les cotisations sociales".

Quelle est cette mode de voir le plafonnement ou la baisse des cotisations sociales comme solution miracle ?

Savez-vous au moins à quoi servent ces cotisations ?
a écrit le 24/01/2018 à 15:39 :
Pour les prochaines vacances, j’éviterai de réserver chez Air France par sécurité.
Je n'ai pas spécialement envie de subir une grève à ce moment là !
a écrit le 24/01/2018 à 14:48 :
les plus gros pollueurs de notre planète osent la ramener ! place aux jeunes bientot
Réponse de le 24/01/2018 à 16:45 :
Aux jeunes pollueurs ?
a écrit le 24/01/2018 à 14:30 :
Et on parle des fonctionnaires ou autres assimilés...qui seraient plus rigides que le reste de la population...Le blocage des salaires ET PROMOTIONS-ECHELONS... est bloqué depuis plusieurs années dans le secteur public.. De plus 1 échelon est acquis entre 3 et 8 ans soit au mérite soit à l' ancienneté = 30-50 euros brut pour ces salariés
alors messieurs les pilotes, certes vous avez des responsabilités importantes....mais aussi moins d ' heures de vol que les autres compagnies européennes ou autres .
Donc un peu de décence ne serait-ce pour vos collègues PN/ consorts/reste de la population qui ne bénéficient pas des mêmes augmentations que vous....
Réponse de le 24/01/2018 à 16:57 :
A noter ,que dans les conventions de la Métallurgie un non-cadre peut rester une vie entière dans son coefficient d'embauche rien n’obligeant l'employeur à modifier cela surtout si il n'y pas de formation interne à caractère promotionnel au sein de l'entreprise ce qui est le plus courant malheureusement .Pour un cadre ,c'est deux changement de qualification possible avec un écart de 7 ans maxi.
a écrit le 24/01/2018 à 14:24 :
Ils sont assez payés .
a écrit le 24/01/2018 à 14:02 :
Amusant ces salariés qui décident des augmentations de salaire. Dans la vie normale, quand on est pas content de son augmentation, on prend le risque de démissionner et de postuler ailleurs. A moins que la place ne soit pas si inconfortable que ça?
a écrit le 24/01/2018 à 13:22 :
Si la direction cède aux pilotes Les billets d'avion vont encore augmenter c'est donc les clients qui vont payer il y en a marre.
Réponse de le 24/01/2018 à 15:38 :
Pas faux.
De 0,,38 pc . Ce n'est pas rien dans un environnement concurrentiel c'est sur.
Masse salariale totale 7,5 milliards d'euros. Pilotes 950millions soit 95 millions de plus si augmentation de 10pc , cela fait grosso modo une augmentation de coût de 0,38 pc. (Ca 25 milliards )
Réponse de le 24/01/2018 à 19:20 :
1500€ l'aller Paris/Pékin en 1967. 550€ l'aller-retour Paris/Pékin en janvier 2018 toujours avec Air France.
Moins cher c'est l'avion gratuit !
Il y a d'un côté le coût excessif des pilotes d'Air France et de l'autre des prix de billets trop bas pour que les compagnies puissent gagner de l'argent.
De plus ces bas prix permettent à des hordes de touristes mal léchés de se répendre partout à travers la planète et de tout détruire...
a écrit le 24/01/2018 à 13:16 :
Que cela plaise ou non, les pilotes sont en position de force. Même Ryan Air et son patron O’Leary sont contraints d’augmenter les salaires. Lufthansa a fait de même l’an dernier, mettant ainsi fin à une série de grèves.
Au vu des commandes d’avions, ce n’est pas prêt de s'arrêter. Et s’il ne s’agissait que d’une question d’argent, la Chine et les émirats offrent bien plus que les compagnies européennes. Si le différentiel de revenus devient trop important, les pilotes européens n’hésiteront pas.
Alors oui, les pilotes sont bien payés et le seront de mieux en mieux les prochaines années.
Quant à la théorie de @citoyen blasé, je lui ferai remarquer que la filière pilote cadet à laquelle il fait allusion existe depuis fort longtemps. AF la remet en activité pour éviter de voir son exploitation perturbée dans le futur par un manque de pilotes qualifiés.
a écrit le 24/01/2018 à 12:52 :
Ces pilotes plombent la compagnie depuis trop longtemps, leurs demandes sont indécentes.
Réponse de le 24/01/2018 à 22:02 :
Oui, et ils gagnent 5 fois moins que leurs directeurs...
a écrit le 24/01/2018 à 11:13 :
haha
des grevistes communistes a 200.000 euros/ an
s'ils ne sont pas contents ils peuvent demissionner, et trouver un autre boulot a 1200 euros nets par mois....
l'atterrissage risque d'etre douloureux, pilote ou pas!
a écrit le 24/01/2018 à 11:00 :
Ils ont raison de mettre la pression dès maintenant et de ne rien lâcher, j'ai vu que les futurs pilotes de lignes seront recrutés à 20 ans avec beaucoup moins de diplômes, il est évident que le but de l'opération est de faire baisser les salaires. Quelle originalité !

Tant que ces jeunes bons marchés ne sont pas encore prêts c'est le moment d'insister, ensuite ce sera trop tard.
Réponse de le 24/01/2018 à 15:00 :
Et bien non , le niveau de recrutement reste le même .
Il faut juste avoir deux années de classe préparatoire scientifique après le bac ( math sup , math spé par exemple ) pour pouvoir s'inscrire au concours. Réussir ce concours , puis suivre les 36 mois de formation avec succès pour pouvoir être copilote. Il existe aussi d'autre filières de recrutement pour les pilotes ayant de l'expérience comme ceux venant d'autres compagnies ou les pilotes militaires par exemple .
Réponse de le 24/01/2018 à 19:24 :
Ok pouvez nous nous dire en quoi consiste cette nouvelle Loi svp ? Parce qu'avec lrem on est toujours habitué à du flou complet et là vous êtes en train de me dire que rien ne change en fait...

Au secours
Réponse de le 25/01/2018 à 13:27 :
Non, monsieur Wilco - c'est Math Sup uniquement, et non Math Spé s'il s'agit de l'ENAC, et le BAC uniquement et désormais, pour la filière cadets ....
Réponse de le 25/01/2018 à 17:55 :
@ stormy si pour ce qui est des cadets.
http://corporate.airfrance.com/fr/etre-pilote-de-ligne-air-france
Suffit de lire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :