Le PDG d'Air France-KLM met en garde les pilotes du SNPL Air France

Mardi, alors que le vote des pilotes sur le projet de création d'une compagnie à coûts réduits commençait, Jean-Marc Janaillac a envoyé un courrier àaux adhérents du SNPL pour leur rappeler les conséquences du vote. En cas de vote négatif, il proposera au conseil d'administration une voie alternative pour que ce projet se mette en place. Il n'y aura pas d'autres négociations, a-t-il martelé. Les résultats du vote seront connus le 17 juillet.
Fabrice Gliszczynski

4 mn

(Crédits : PHILIPPE WOJAZER)

Certains y voient une clarification, d'autres une mise en garde, voire une menace. Alors que les pilotes du SNPL Air France sont appelés à se prononcer depuis mardi 20 juin sur le projet de création d'une compagnie à coûts réduits par rapport à Air France (projet Boost), Jean-Marc Janaillac le PDG d'Air France-KLM et président d'Air France leur a écrit, ce mardi, pour «attirer leur attention sur les enjeux qui s'y attachent et souligner les conséquences du choix qu'auront à effectuer ceux d'entre eux qui y participeront ».

Trois propositions

Pour rappel, cette consultation lancée par le bureau du SNPL Air France, est un peu particulière, dans la mesure où les pilotes ne vont pas se prononcer sur une proposition de projet, mais sur trois : celui que la direction a soumis à signature, celui du bureau du SNPL (que ne reconnaît pas la direction) qui est peu ou prou le même avec le maintien des toilettes privatives dans les A350 que la direction veut supprimer pour ajouter des sièges, et enfin la possibilité de ne choisir aucune des deux offres.

Lire ici : La décision « baroque » du SNPL qui retarde le projet Boost

Face à ce scénario pour le moins atypique, Jean-Marc Janaillac a voulu mettre les points sur « i ». A ceux qui pensent qu'après avoir déjà beaucoup lâché dans cette négociation, la direction n'est plus à ça près et peut encore faire encore quelques concessions, Jean-Marc Janaillac répond qu'«il n'y aura pas de nouvelle réouverture des négociations ». Ce « souci d'ouverture » qui l'a conduit, lui et Franck Terner, le directeur général d'Air France, à « accepter à plusieurs reprises de faire évoluer le contenu du projet d'accord dans le sens souhaité par les représentants « (du SNPL), « ne doit pas être pris pour de la faiblesse ».

« Aujourd'hui, nous sommes parvenus au bout de ce que nous pouvions accepter, y compris sur les points sur lesquels nous ne sommes pas parvenus à un accord avec le bureau du SNPL », assure-t-il.

Autrement dit, le projet du SNPL ne compte pas à ses yeux.

« Ainsi que Franck Terner l'a indiqué au Président du SNPL, le seul projet d'accord sur lequel nous sommes aujourd'hui engagés, et que nous sommes susceptibles de signer, est celui que nous avons proposé à la signature des syndicats de pilotes à la suite de plusieurs mois de négociation avec eux. La version portée par le bureau du SNPL n'engage que lui. Dans le triple choix compliqué qui vous est proposé aujourd'hui, il doit être très clair que voter en faveur du projet porté par le bureau du SNPL revient à voter contre tout accord », explique Jean-Marc Janaillac.

Du côté du bureau du SNPL, on est convaincu, si les adhérents privilégient son texte, que la direction "apportera les modifications nécessaires à une signature", même si cette dernière affirme le contraire.

Si le texte est rejeté, il y a aura une alternative

Jean-Marc Janaillac s'est montré menaçant en disant que ce projet « indispensable pour remettre durablement Air France sur une trajectoire de croissance profitable » sera créé d'une manière ou d'une autre.

«Si le résultat de la consultation conduisait au rejet du projet d'accord que nous avons proposé, ou si celui-ci ne faisait pas l'objet d'une signature rapide, alors que le délai imparti aura été particulièrement long, je convoquerai donc immédiatement le Conseil d'administration d'Air France KLM afin de lui proposer une voie alternative pour y parvenir. Il est en effet de ma responsabilité vis-à-vis d'Air France, de ses personnels et de ses clients que la Nouvelle compagnie soit créée, d'une manière ou d'une autre », a-t-il écrit.

Pour certains en interne, cette alternative serait de rattacher ce transporteur non plus à Air France mais à Air France-KLM, sans nécessité de faire appel à des pilotes d'Air France, qui-plus-est avec des contrats d'Air France. Un scénario qui sortirait cette compagnie de l'orbite d'Air France et du SNPL Air France. Et qui priverait les possibilités d'évolution de carrière des pilotes d'Air France.

Grogne des pilotes contre le bureau du SNPL

Pour autant, selon de nombreux pilotes, un vote favorable semble se dessiner. Une bonne partie de la base grogne contre le bureau du SNPL qu'ils accusent au mieux de  ralentir la création de cette compagnie, au pire d'essayer de la torpiller. Cette grogne s'est accentuée hier, quand les pilotes ont découvert qu'il manquait certaines choses dans l'argumentaire en faveur du projet Boost qui accompagne, comme les statuts du SNPL le demandent, les différentes propositions de vote envoyées aux pilotes à côté de l'argumentaire en faveur du projet du bureau du syndicat.

Fabrice Gliszczynski

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 23/06/2017 à 12:02
Signaler
Le SNPL = bolchéviques bourgeois ! Ils vont tuer l ENTREPRISE qui a grand besoin d oxygène.....allez continuer!!!!!!

à écrit le 23/06/2017 à 10:33
Signaler
Le bon chemin vers la faillite

à écrit le 23/06/2017 à 6:32
Signaler
Le statut des pilotes leur permet de faire grève en permanence comme les profs titulaires et fonctionnaires de l'Education Nationale.Si les pilotes étaient simplement contractuels ,ils ne se permettraient pas de faire la pluie et le beau temps depuis...

à écrit le 22/06/2017 à 11:37
Signaler
Monsieur le PDG d'AIR FRANCE pourquoi ne laissez-vous pas les syndicats "piloter" l'entreprise ? Quand tout les salariés d'AIR FRANCE se retrouveront au chômage ils comprendront bien leurs erreurs !

à écrit le 22/06/2017 à 11:31
Signaler
Tout ce qui permettra de sortir une partie de AF-KLM des griffes du SNPL AirFrance ne peut être QUE positif pour l'entreprise !!! La négociation a eu lieu, les formes ont été mises pour prendre en compte les syndicats : maintenant, ça suffit !! Si ...

à écrit le 21/06/2017 à 15:55
Signaler
Il est temos qu'on en finisse avec les privilèges exorbitants de ces prétentieux.

à écrit le 21/06/2017 à 13:49
Signaler
Pour ceux qui ont des connaissances au sein des pilotes de plus en plus de volants responsables donc n' appartenant pas au SNPL ont ras le bol de ce syndicat extrémiste digne des belles années des ailes volantes. La direction AF KLM doit marginalise...

à écrit le 21/06/2017 à 13:33
Signaler
La faillite.....vite....pour Alitalia (pardon, c'est fait; les pilotes italiens y ont mis la main)......non vite pour AF et on rattache tout ce qui pourrait être rentable et d'avenir à KLM. Le reste on le laisse au SNPL pour accélérer cette faillite ...

à écrit le 21/06/2017 à 7:57
Signaler
La solution pour AIRFRANCE est indépendante de l'entreprise. Elle est liée à l'application de la note n°6 du CAE qui propose de répartir le financement des retraites et du chomage sur les entreprises et sur la consommation d'énergie. C'est un test po...

le 23/06/2017 à 21:29
Signaler
.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.