Les pilotes d'Air France veulent plus d'argent : le DG leur répond

 |   |  909  mots
(Crédits : Stephane Mahe)
Les syndicats de pilotes demandent une hausse des salaires, qui sont gelés depuis 2011. Dans un courrier que "La Tribune" s'est procuré, Franck Terner, le directeur général, explique que, malgré le gel des grilles, la rémunération de 90% des pilotes a progressé en raison de l'ancienneté, du passage de copilote à commandant de bord... Entre 2012 et 2017, le salaire annuel moyen des pilotes a grimpé de 12%, à 201.000 euros.

Nouvelles tensions en vue entre la direction d'Air France et les pilotes. Sur les salaires cette fois. Dans un courrier envoyé récemment au directeur général d'Air France, Franck Terner, le SNPL et le SPAF, les deux syndicats de pilotes représentatifs demandent une augmentation générale des grilles de salaire des pilotes, lesquelles sont gelées depuis 2011, comme pour l'ensemble des autres catégories professionnelles. La requête n'est pas nouvelle. Les deux syndicats avaient tenté de l'ajouter au printemps dans les négociations sur les conditions de création de la nouvelle compagnie Joon. Mais il avait été convenu d'aborder cette question ultérieurement.

Hausse de 12% du salaire annuel moyen, à 201.000 euros

Dans un courrier que La Tribune s'est procuré, Franck Terner a répondu aux demandes des deux syndicats, en indiquant que le gel des grilles des pilotes depuis 2011 n'a pas empêché une forte hausse de rémunération pour la très grande majorité des pilotes, du fait de l'évolution des carrières.

«La rémunération individuelle des pilotes a évolué positivement tout au long de cette période, et pas seulement du fait de l'augmentation des cadences. Entre 2012 et 2017, l'évolution de la rémunération moyenne des pilotes présents a été de + 9,1%, hors effet des cadences. Cette progression importante s'explique par l'évolution des classes, l'ancienneté et les changements de machine [plus un avion est gros, plus la rémunération des pilotes est élevée, Ndlr] ou de spécialité (passage CDB) [passage de copilote à commandant de bord, Ndlr].

Sur la même période, le salaire annuel moyen perçu par pilote est passé de 179.000 euros (salaires et traitements bruts moyens par pilote à temps plein) à 201.000 euros, soit une augmentation de +12%.

Pour les pilotes présents entre 2012 et 2017 (donc hors effet nouveaux entrants), le salaire moyen sur la période a même augmenté de +18% », a indiqué Franck Terner, en précisant que « sur la période, l'indice INSEE des prix à la consommation a été de +2.5%. »

Le montant de l'intéressement dépassera 8.000 euros cette année

Pour Franck Terner, en effet, la croissance envisagée au cours des prochaines années va déboucher sur 900 qualifications de type par an « favorable à la rémunération des pilotes ».

Par ailleurs, dans ce courrier, le directeur général d'Air France donne le niveau d'intéressement que recevront les pilotes en 2017.

« Le montant moyen d'intéressement au titre de 2017 que vont toucher les pilotes sera près du triple de celui au titre de 2016, et dépassera 8.000€, l'équivalent de 4% du salaire moyen (...) En application du préambule du titre 2 de l'accord Trust Together, nous avons recours à une expertise commune pour clarifier l'interprétation de la mesure de gel des classes de 2012. Celle-ci pourrait avoir pour conséquence une augmentation de la masse salariale avec un enjeu de l'ordre de 10 millions d'euros. »

Changement du système de rémunération

Au passage, Franck Terner indique aux syndicats que la méthode envisagée par les syndicats n'est pas la bonne.

« Les évolutions de salaire se discutent chaque année lors des NAO (négociations annuelles obligatoires), dans un cadre associant les représentatifs de toutes les catégories de personnel de l'entreprise. Il n'y a aucune provocation à vous confirmer que c'est dans ce cadre que doivent être négociées ces évolutions, conformément à la loi. Procéder autrement créerait sans aucun doute des tensions internes que nous ne voulons pas voir renaître et porterait atteinte à la cohésion interne », a-t-il signifié en proposant un autre scénario.

 « Une autre démarche serait d'envisager des négociations plus larges, incluant, dans un « gagnant-gagnant », des évolutions de rémunération avec des changements de système de rémunération, des mesures de productivité et d'efficacité ou de périmètre. C'est la voie qu'ont choisie d'autres compagnies, en particulier Lufthansa que vous citez. Il me paraît envisageable d'entrer, si vous le souhaitez, dans une discussion de ce type, dont l'objet serait d'examiner de nouvelles mesures encourageant la croissance en incluant une discussion sur les grilles de rémunération pilotes, en niveau comme en structure. »

De quoi agacer les syndicats, selon plusieurs pilotes.

« Toucher à la structure de la rémunération, c'est toucher au contrat, c'est-à-dire à tout ce qui concerne la productivité, le découpage des rotations, etc. C'est une quasi-déclaration de guerre », explique l'un d'eux.

"Si les grilles ne progresent pas, le métier se dévalorise" (un pilote du SNPL)

La réponse de la direction risque en effet d'énerver les pilotes qui, même si leur niveau de vie a progressé pour l'essentiel d'entre eux entre 2012 et 2017, ne veulent absolument pas mélanger les hausses liées à l'ancienneté et celles des grilles salariales. «Si les grilles ne progressent pas, le métier se dévalorise », explique un pilote.

Les pilotes de Lufthansa ont en effet arraché de belles augmentations de salaires, mais ont dû accepter en retour que l'essentiel de la croissance du groupe, pour ne pas dire la quasi-totalité, se fasse au sein des autres compagnies du groupe, aux coûts moins élevés, comme la low-cost Eurowings...

« Les pilotes de Lufthansa ont gagné la bataille de la rémunération, mais pas celle du périmètre. Nous avons gagné celle du périmètre, et pas celle de la rémunération », analyse un pilote.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2017 à 11:38 :
Le DG, par sa réponse, n'a pas fermé la négociation :
- Cadre NAO
- Englobant l'ensemble des catégories de personnel
- Prise en compte du périmètre, notions économiques, etc...
Je ne dirai qu'une chose simple : Bien envoyé !
Seulement, la catégorie des "Princes" continue de dicter sa Loi, envers et contre l'avenir d'un Groupe et des autres catégories de salariés du Groupe "la bas peuple".
Remettez-vous en cause, dans un monde économique en évolution.
Permettez-moi également, "Seigneurs", de poursuivre ainsi : "C'est vrai, la vie est dure avec 200 K€ annuel, certes brut !"
Dernière chose : Honte à vous, ne soyez pas étonnés du mépris que vous générez.
Un humble connaisseur du domaine AF...
a écrit le 07/12/2017 à 18:53 :
Et allons-y donc ! au fait pourquoi pas ! on est déjà les pilotes les mieux payés pour faire le moins d'heures ! ils ne manquent pas de culot les cochers de fiacre !
Qu'ils continuent et ils seront bientôt obligés d'aller se faire embaucher par les Chinois ou Emirates car ils auront mis à mort leur compagnie !
S'ils se rendaient compte au moins combien les français les détestent !
Réponse de le 07/12/2017 à 22:10 :
Vous citez dans votre commentaire les Chinois et les Emiratis. Savez-vous seulement qu’ils rémunèrent mieux qu’Air France leurs pilotes par heure travaillée?
Réponse de le 08/12/2017 à 11:29 :
Oui, très certainement, mais eux au moins ne prennent pas en otage les passagers la veille de Noël ou un 15 juillet parce que la Direction ne leur a pas accordé les chiottes privatives qu'ils demandent d'installer dans leurs avions.

Quand on est payé à ces niveaux-là, on demande a minima aux gens de se comporter comme des Executives, i.e. des Cadres Dirigeant responsables.

Je lis plus bas que vous vous comparez à Juniac, Parly, des PDG en somme, des footballeurs, des stars du show business, mais quoi ? vous n'avez même pas le début du commencement d'une attitude humble et responsable.

Ne vous étonnez pas des remarques vinaigrées que vous pourrez lire ici.
Réponse de le 09/12/2017 à 8:36 :
C’est quand même marrant, quand une grève éclate, vous blâmez les grévistes qui vous ennuient sans vous demander qui, en face d’eux, les y pousse. Montrez la lune à un imbécile, il regardera votre doigt.
Au passage vous noterez qu’il n’est, ici, pas question de grève. Le syndicat demande une NEGOCIATION, la direction refuse. Les grilles salariales sont pourtant gelées depuis 6 ans, avec l’accord des pilotes, pour aider la boîte lorsque les comptes étaient dans le rouge. C’est le dialogue social à la française: pas de menace de grève, pas de négociation.
Allez-y parlez-nous de l’attitude humble et responsable de Juniac et Parly :-)
Réponse de le 09/12/2017 à 20:02 :
Ahhh enfin .... le commentaire de wars.....toujours le même radotage sur les " cochers de fiacre" ... c'est au moins la sixième fois que vous nous le resservez... vous voyez je suis un fidèle lecteur....
Toujours les mêmes commentaires issus d'un esprit dont les informations surannées semblent avoir été retraitées par un esprit malveillant et jaloux....MAIS passons . LA RÉALITÉ , très cher, est bien loin de vos fantasmes.. Les salaires des pilotes sont bien plus élevés en ASIE et aux USA qu'en Europe et donc de ceux qui travaillent en France . En Europe les meilleurs salaires sont aux pays bas ( vous savez ce pays où tout le monde se précipite pour échapper à l'impôt) KLM et en Allemagne Lufthansa.
Tout les pilotes français qui quittent l'Asie en ce moment pour revenir chez eux ne disent qu'une chose : j'ai perdu en salaire mais vivre en France n'a pas de prix pour un français . A méditer.
PS: ce que les français détestent par dessus tout c'est le mauvais esprit dont vous faites preuve.
a écrit le 07/12/2017 à 13:06 :
Mais allez-y, et faites grève pendant qu'on y est. Ils n'ont vraiment honte de rien, surtout quand on sait à quel point pour un jeune pilote en France il est dur de trouver une situation stable et qu'il faut enchainer des tonnes de contrats précaires ou qu'il faille aller dans les pays en développement pour trouver qqch de potable (et encore). Et ces seigneurs sont là à pleurer sur leur sort. Soit AF se débarasse de ces nuisibles (en particuliers les anciens) soit elle coule avec. Car si l'envie leur prend de faire grève, c'est la faillite à l'horizon. Et non, le too big to fail ça marche pas dans l'aérien (Swissair et Air Berlin y'a 1 mois sont là pour le rappeler). Et c'est pas non plus Joon qui va sauver le navire, avec les Level French blue et Norwegian qui n'attendent qu'à en faire une bouchée. Sur ce, bienvenue en 2017 !
a écrit le 07/12/2017 à 11:51 :
Toute vérité n’est pas bonne à entendre quand on voit la réponse systématique des pilotes aux réactions des lecteurs.
Réponse de le 09/12/2017 à 23:56 :
La vérité que vous souhaitez ici invoquer n’est que partiellement présente dans cet article, pour rester poli. Les commentaires dont vous venez vous plaindre sont une rare occasion pour un éclairage différent. Libre à vous de laisser libre cours à votre curiosité ou à vous enfermer un peu plus confortablement dans vos idées dogmatiques.
a écrit le 07/12/2017 à 11:28 :
Sans prétention aucune , j'ai un bon bagage de formation et un statut que beaucoup m'envient mais demain je signe des mains et des pieds pour un job dévalorisé à 200 000 euros annuel.
Ces messieurs ont perdu le sens des réalités.
a écrit le 07/12/2017 à 10:30 :
LES magnifiques SAIGNEURS DU CIEL :-)
Qu'ils sont excellents, magnifiques les saigneurs du ciel d'Air France. Ils se pensent excellents pilotes. Les accidents et incidents parfois passés sous silence attestent du contraire.
D'ici à 10/15 ans, les progrès fulgurants des technologies offriront aux compagnies la possibilité de réduire les coûts et de se passer d'un puis de 2 pilotes pour envisager un contrôle depuis des centres opérationnels au sol. Les conducteurs de métro volants pourront faire la grève comme lors du passage de 3 à 2 dans les cockpits... Je ne crains, pour ma part, aucunement de voler un jour sur des avions sans pilotes à bord tant les progrès auront sécuriser là gestion des paramètres des vols.
Profitez pour vous remplir les poches et ne jamais partager les fruits d'un travail collectif de salariés aux tâches différentes mais toutes indispensables. L'humilité n'est point la principale qualité de ces saigneurs.
Passager Business, souvent dans les avions dont ceux d'AF (à noter la honte des cabInes des A330 notamment sur l'Afrique) mais pas seulement, je suis toujours surpris de l'arrogance des pilotes d'AF qui se prennent souvent pour de bons gestionnaires ou pdgs en puissance. Je rappelle seulement l'épisode "yragi-comique" d'un syndicaliste pilote devenu pdg d'une compagnie Air Liberté /AOM conduite à la faillite. Voilà où mènent ces pilotes. Si je gérais mon entreprise depuis des années avec autant d'arrogance, d'inéfficacité décisionnelle et avec la même absence de responsabilités économique, financière et sociale que ces pilotes, j'aurais mis mon entreprise en difficulté il y a bien longtemps.
Continuez de pleurnicher, SAIGNEURS d'Air France, continuez votre oeuvre qui est juste le reflet d'âmes égocentriques et donc le reflet de vos incompétences.
Réponse de le 07/12/2017 à 19:11 :
Pour information,
sEigneur ...
Réponse de le 09/12/2017 à 19:49 :
Ça va mieux....

MIchael O'Leary sort du corps de ce pauvre passager BUZINESS...

C'est amusant ce commentaire , on croirait entendre un croisiériste qui viendrait se plaindre de l'arrogance du commandant parce qu'il n'est pas invité tout les soirs à sa table.

Dans quel monde fantasmagorique vivez vous ?

Ah aussi , j'oubliais , le sempiternel commentaire des avions sans pilotes...
Les pilotes vont les adorer .. si si... pour votre gouverne ces avions sont pilotés depuis le sol .... le pilote n'aura même plus besoin d'être physiquement présent et pourra probablement en piloter plus d'un à la fois ce qui aura pour effet d'augmenter considérablement ses revenus...

Tout ceci est néanmoins prévu dans un futur à peu près aussi proche que çelui ou l'on verra les entreprises se passer des responsables ( de quoi d'ailleurs ..?) exécutifs.....
a écrit le 07/12/2017 à 9:30 :
Que les pilotes partent en Chine ou dans les pays du Golfe s'ils s'estiment mal payés, avoir le culot de se comparer avec un footballeur, un comédien ou un chanteur ! Le salaire moyen en France est inférieur a 2300 euros net , je ne pense pas que tout ces gens rentrent dans cette catégorie.
Réponse de le 07/12/2017 à 10:18 :
Ne vous en déplaise, nous aimons la France et Air France. Nous ne souhaitons donc pas partir et nous battrons pour que les conditions y restent bonnes. Et vous,vous battez-vous pour vos conditions ou vous contentez-vous de regarder la gamelle de votre voisin en espérant jalousement qu’il ait, un jour, moins à manger que vous?
Réponse de le 07/12/2017 à 14:57 :
@Un pilote
Malheureusement bcp de salariés ne peuvent pas comme vous bloquer totalement une entreprise pour satisfaire leurs exigences financières déjà très généreuses comparées à la grande majorité des salaires. Heureusement la concurrence existe, dommage que l'état donc le contribuable viennent chaque fois à votre secours.
Réponse de le 10/12/2017 à 0:02 :
Je ne peux que souscrire à votre première assertion. Il est malheureux que la plupart des salariés français n’aient pas ce moyen de pression sur leur employeur. Pour y remédier, syndiquez-vous, ce sera un premier pas (mais pas le dernier). Aujourd’hui, beaucoup pensent que, s’ils ne sont pas contents de leurs conditions (ce qui n’est pas notre cas) et ne peuvent obtenir des négociations (ce qui est notre cas), ils peuvent aller voir ailleurs.
Sauf que lorsque tout le monde sera aligné sur le SMIC du Bangladesh cette stratégie atteindra ses limites. Seuls quelques irremplaçables tireront péniblement leur épingle du jeu.
La loi du marché a plusieurs milliers d’années, faut-il encore en accepter benoîtement brutalité,
Qui que vous soyez, un Indien ne peut-il pas vous remplacer pour le quart de votre salaire?
Réponse de le 10/12/2017 à 9:34 :
Quant à l’arlésienne de l’état volant au secours d’Air France, au vu des charges qui pèsent sur l’entreprise, notamment le coût d’ADP, qui augmente chaque année, le contribuable a TRÈS largement récupéré sa mise.
a écrit le 07/12/2017 à 8:28 :
Toujours plus Messieurs les pilotes.
Toutes les autres catégories de personnel ont fait de substantiels efforts ces dernières années alors pourquoi pas vous, un peu aussi.
C'est sur qu'avec de tels salaires, il est plus facile de faire grève qu'à la poste par exemple où les salaires sont proches du SMIC. A quand votre prochaine grève... Faites la un week-end ou durant les vacances pour bien embêter tout le monde, et pour vous, cela vous permettra d'aller dépenser votre argent dans un palace aux Bahamas en voyageant bien sur gratuitement, elle n'est pas belle la vie de pilotes....
Quant à "l'autre pilote" qui en marre..., il a marre de quoi, il est très, très malheureux..., nous allons tous pleurer ensemble.
Réponse de le 10/12/2017 à 0:06 :
Pour commencer, les billets des pilotes sont au même prix que ceux de tout le monde dans l’entreprise. Sauf si vous êtes du COMEX, auquel cas vos avantages sont tout autres. N’en parlerez-vous pas ici?
Qui vous dit que les pilotes n’ont pas fait d’effort ces dernières années?
Les plus simples à comprendre sont les 3 jours de congés abandonnés définitivement pour aider la boîte. Puis les 12 jours de repos (6 week-ends par an) abandonnés définitivement pour aider la boîte. Puis les grilles salariales gelées depuis six ans pour aider la boîte.
C’est sur ce gel que le syndicat souhaite revenir maintenant que les résultats sont meilleurs et que la direction se gave de primes et augmentations.
a écrit le 07/12/2017 à 6:03 :
Toujours plus ...!
a écrit le 07/12/2017 à 4:05 :
Les pilotes d'Air Chance font l'unanimite. La simple evocation de SNPL et les poils se herissent. Mais pourquoi donc ? Quelle ingratitude, ils sont pourtant les meilleurs.
a écrit le 06/12/2017 à 23:18 :
Morbides pilote. Air France est comme beaucoup de produits français : inadaptée au monde actuel. La concurrence diminue les charges de fonctionnement, alors que les pilotes veulent plus encore d'augmentations. Ils prennent en otage une entreprise en difficultés.
Réponse de le 07/12/2017 à 10:21 :
C’est au moins à moitié vrai. Mais si Air France a du mal à s’adapter, ce n’est pas dû au salaire de ses pilotes, dans la moyenne du marché (comparables à EasyJet, British, Lufthansa mais inférieurs à ceux de KLM ou Emirates), mais aux multiples taxes françaises, avec celles d’ADP en premier lieu, qui augmentent régulièrement au-delà de l’inflation malgré un service médiocre.
a écrit le 06/12/2017 à 19:37 :
Je vis au Mexique et quand je lis la saga AF, j'ai l'impression d'une vraie similitude: les gens aux postes clés ne pensent qu'à se goinfrer et se foutent totalement de l'avenir du système qui les nourrit. Hallucinant !
a écrit le 06/12/2017 à 18:38 :
Ras le bol des caprices des pilotes d'Air France. Ils plombent la cie. C"est simple, si leurs conditions de travail, leurs avantages à foison et leur rémunération ne leurs plaisent pas, ils n'ont qu'à démissionner et aller voir ailleurs.... histoire d'être cohérent !
Sauf qu'ailleurs, tout est plus dur. Et ça, ils le savent.
Reste qu'avec eux, nombreuses personnes évitent air France. Pas assez fiable !
Réponse de le 06/12/2017 à 19:21 :
Dans ce cas évitez KLM, Lufthansa car les pilotes y sont mieux payés qu’a AF.
Et puis évitez aussi les majors américaines, DELTA, United etc.
Et j’allais oublier les compagnies chinoises qu’un proposent 30% se salaire en plus pour aller voler chez eux.
Moi aussi j’en ai marre....
Réponse de le 06/12/2017 à 20:59 :
Hum, vos grèves à répétition chez les Chinois ??? Vous nous faites rire les "fat cats", ils vous jèteraient dans les 15 jours, avec une marque au fond du pantalon !!! Et chez les Américains ?? Ouaf,ouaf, vous êtes incapables de travailler comme ils l'exigent !! Alors, restez penards et pas trop de bruit !!!
Réponse de le 07/12/2017 à 10:43 :
@Un autre pilote. En effet, sauf que leur productivité est largement supérieure et les coûts logistique PN bien inférieurs. Pour connaître le système de l'intérieur, les pilotes AF, notamment sur long courrier, me renvoient une image à mi-chemin entre la diva et l’apparatchik soviétique.
Réponse de le 08/12/2017 à 1:23 :
@Un autre pilote - et les conditions de travail chez les compagnies que vous citez ?
Réponse de le 10/12/2017 à 0:10 :
À Prod PN. Intéressant, sachant que plusieurs pilotes long-courrier sont obligés légalement d’arrêter leurs vols mi-décembre, ayant atteint la butée réglementaire.
Mais qui est responsable du dimensionnement? Quel visionnaire voulait virer des pilotes il y a 2 ans et annule aujourd’hui des vols faute de navigants pour piloter les avions?
Ces chefs ne seraient-ils pas de la Prod PN? Toujours en poste aujourd’hui malgré une faute grave qui coûte de l’argent à toute l’entreprise?
a écrit le 06/12/2017 à 17:58 :
ils ressemblent de plus en plus aux nos chères amis cégétistes d edf

jamais plus je ne volerai avec air france !!!!!!!

ils se plaignent la bouche pleine et je pense qu ils devraient un peu la fermer et bosser

pas une semaine sans qu ils est une revendication !!!!
a écrit le 06/12/2017 à 17:44 :
Bien vu! En l’occurrence les salaires offerts en Chine ou aux Émirats sont bien supérieurs aux français. Mais vous avez raispn, il vait moeux aligner tout le monde sur le SMIC du Bangladesh.
Avec des commentateurs comme vous, pas besoin de journaliste!
Réponse de le 06/12/2017 à 21:06 :
Il y a une limite à vos continuelles exigences ?? La vérité est que vous êtes très mal considérés par les français, et ailleurs d'ailleurs, et il faut ne vous en prendre qu'à vous même... Vous parlez des autres compagnies ?? Mais votre conduite vous disqualifie, et personne ne voudra engager un pilote pire que la CGT...votre métier est d'être un responsable, ceci dans tous les domaines, et les pilotes SNPL se montrent si irresponsables qu'ils dénaturent leur fonction et placent tout le monde à risque...
Réponse de le 06/12/2017 à 21:57 :
Si les autres compagnies payent mieux, pourquoi ne pas allez travaillez chez elles? Toujours cette mentalité de fonctionnaire...
Réponse de le 07/12/2017 à 10:16 :
Détrompez-vous. Il est facile pour un pilote expérimenté de retrouver un job. Et contrairement à ce que vous pensez, nous ne sommes pas haïs par la planète entière. Certains se réjouissent même que les pilotes des majors soient bien payés rendez-vous compte! Il y a bien sûr quelques rageux qui crachent leur bile jalouse dans les commentaires d’articles à charge, mais vous êtes minoritaires. La plupart des gens préfèrent se battre pour maintenir voire améliorer leur condition plutôt que pour faire baisser celles des autres.
Réponse de le 08/12/2017 à 11:48 :
Je suis cadre dirgieant, utilisateur fréquent du transport aérien, avec dans mes équipes des cadres supérieurs aussi, payés largement moins que vous..
Je ne connais personne dans mon environnement professionnel qui vous respecte particulièrement. A 200 k, on ferme sa gueule ou on démissionne.
Je ne connais nulle part un cadre payé 200 k qui fait grève. Cela n'existe pas. C'est aussi ridicule que la grève de footballeurs en coupe du monde.
Alors, oui, on monte dans vos avions, car on n'a pas le choix, mais on a aucune estime pour votre corporation, mais vraiment aucune estime.
Réponse de le 09/12/2017 à 8:42 :
Personne n’a besoin de votre estime pour faire voler nos avions. Quant à nos salaires, arrêtez de croire sans vérifier tout ce que vous lisez. Comme le disait si justement Coluche, le seul truc vrai dans le journal, c’est la date (et notre DG n’en est pas à un mensonge près).
Tant mieux si vous arrivez à négocier avec votre management sans menace de grève. Chez nous c’est impossible. Donc si on ne veut pas démissionner, s’expatrier en Chine ou aux Emirats pour augmenter nos salaires ou passer chez EasyJet pour les maintenir, on doit montrer les crocs pour obtenir une négociation.
Saviez-vous que les pilotes de Lufthasa avaient passé plus de jours en grève que les pilotes d’Air France ces dernières années? Quand la presse en parlait, veniez-vous aussi cracher votre fiel sur eux?
a écrit le 06/12/2017 à 17:11 :
Au final, un pilote gagne nettement plus qu'un Président de la République ou qu'un premier Ministre, ne parlons pas d'un chef d'entreprise en PME ou d'un professeur de médecine. Les horaires sont concentrés de telle façon qu'il est libre la moitié du mois. Et ils trouvent moyen de se plaindre qu'ils ne sont pas assez payés et que le métier se dévalorise. Mais quel autre métier procure un tel salaire moyen pour un horaire de 10 ou 12 heures de vol par semaine en moyenne en moyen-courrier ?
Réponse de le 06/12/2017 à 17:52 :
Vos chiffres sont faux.
Réponse de le 06/12/2017 à 19:04 :
Quitte à dire des bêtises, continuons.
Que penser du salaire d’un footballeur qui ne travaille que 90 minutes de temps en temps ( quand il n’est pas sur le banc de touche).
Et celui des présentateurs vedettes du journal de 20h. 30 minutes de boulot par jour !
Et les comédiens ! Payés des fortunes pour un film d’1h30 !
En général, je remarque que ceux qui gagnent plus que moi sont trop payés, et ceux qui gagnent moins que moi sont aussi trop payés, vu le boulot de m... qu’ils fournissent. Par contre, moi, je ne suis pas assez payé.....
a écrit le 06/12/2017 à 15:13 :
S'il fallait trouver un exemple pour faire comprendre la non compétitivité des entreprises françaises, Air France serait un choix d'excellence !
On y trouve tout jusqu'à un management dont les stratégies sont exemplaires du social-capitalisme cher à nos hommes politiques et qui conduit aux mêmes échecs.

Delta et China Eastern ont bien un plan en tête, attendre que le fruit pourrisse complètement ?
Les pilotes " dévalorisés" seront ravis de profiter enfin des salaires et conditions de travail mirifiques de la concurrence !
Réponse de le 06/12/2017 à 17:52 :
Bien vu! En l’occurrence les salaires offerts en Chine ou aux Émirats sont bien supérieurs aux français. Mais vous avez raispn, il vait moeux aligner tout le monde sur le SMIC du Bangladesh.
Avec des commentateurs comme vous, pas besoin de journaliste!
Réponse de le 07/12/2017 à 10:58 :
merci pour la brillante démonstration !
Il ne s'agit évidemment pas d'un simple niveau de salaire mais du travail effectué pour ce salaire. C'est la grosse problématique d'Air France, elle fait intervenir de nombreux paramètres et pas que les heures de vol effectives mais aussi l'organisation des hubs, le temps de préparation avant vol etc...

Mais vous avez raison autant restreindre la discussion au niveau des salaires, ça permet de voler bas..........avec le résultat qu'on connait.
a écrit le 06/12/2017 à 15:00 :
Les chauffeurs routiers et les cheminots, qui ont les uns et les autres des responsabilités, réclament aussi des augmentations de salaire. Leurs conditions de travail sont souvent plus difficiles que celles des pilotes d'AF.
Réponse de le 06/12/2017 à 17:45 :
Et plutôt que d’augmenter leurs salaires vous préférez voir ceux des pilotes baisser? Ça améliorera votre quotidien?
Réponse de le 06/12/2017 à 19:06 :
Et les enseignants !
Sans éducation, pas de pilotes de ligne, de chauffeur routier ou de conducteur de train.
Ils n’ont pas de responsabilités, eux ?
a écrit le 06/12/2017 à 14:47 :
Le bureau actuel du SNPL Alpa (ou du moins ce qu'il en reste) a été élu il y a 3 ans.
Quand sont les prochaines élections du prochain bureau ?
Merci d'avance
Réponse de le 10/12/2017 à 0:12 :
Courant 2018 me semble-t-il.
a écrit le 06/12/2017 à 14:46 :
C'est comme pour les militaires malgré le gel du point d'indice et la baisse des recrutements la masse salariale a augmenté ils ont contourné le gel par de l'avancement automatique et ont eu de ce fait des augmentations.Dans le privé il en va tout autrement et l'avancement n'est nullement automatique depuis bien longtemps malheureusement. L'état n'a pas vocation a conserver sa participation dans une entreprise qui se croit toujours nationalisée.
a écrit le 06/12/2017 à 14:09 :
Je pense que la publication de ces chiffres va surtout énerver le PNC , le PS et leurs syndicats respectfs .
Réponse de le 10/12/2017 à 15:26 :
Sans nul doute! Figurez-vous qu’ils ont aussi énervé les pilotes et leurs syndicats respectifs.
a écrit le 06/12/2017 à 14:03 :
Tiens, ils ont oublié les toilettes réservées aux pilotes dans leurs revendications cette fois !

Ils n'ont qu'à recruter massivement des pilotes de Ryanair à des niveaux de salaire inférieurs à ce des actuels pilotes d'Air France, et la messe sera dite.

Tout bonnement incroyable et surtout scandaleux que de telles personnes osent se plaindre, surtout lorsqu'elles gagnent plus que des ministres... tout en travaillant moins de 35 heures par semaine !

Il est aussi inacceptable de voir que lorsque l'on demande des efforts à toutes les catégories d'employés en entreprise en France, certains continuent à réclamer des privilèges de Madame La Marquise. Mon livreur de meubles d'hier, est passé chez moi à 7h02 du matin, et repassé à 20h55. Il est payé au SMIC horaire et fait donc des journées de 14-16 heures par jour. Allez comparer !
Réponse de le 06/12/2017 à 17:51 :
Moins de 35h/semaine en moyenne? Avez-vous des sources fiables ou bien vous croyez-vous au café du commerce?
Certaines semaines on bosse moins de 35h, d’autres plus de 50h.
La revendication ici est de débloquer les grilles de salaire, que nous avons accepté de geler depuis 2011 pour sauver la boîte.
Entretemps, la direction s’est gavée. Regardez les émoluments d’Alexandre de Juniac ou de Florence Parly quand tout le monde se serrait la ceinture.
Réponse de le 06/12/2017 à 19:44 :
@pilote - et vous pensez que la boite est sauvée ?
Réponse de le 06/12/2017 à 21:43 :
La boîte a évité le pire, au prix de sacrifices de nombreuses catégories de personnel. Maintenant que les résultats sont les plus hauts de l'histoire de l'entreprise, les salariés demandent un retour à la bonne fortune.
Le management refuse, nonobstant les récentes augmentations accordées au COMEX mais ne s'oppose pas à l'augmentation délirante des taxes d'ADP malgré un service douteux.
Donc plutôt que d'agir sur les salaires, le management devrait faire son travail de lobbying pour que les recommandations du rapport Le Roux sur le transport aérien, commandé par le gouvernement, soit appliqué par le gouvernement.
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/144000658/index.shtml
Réponse de le 07/12/2017 à 11:15 :
@Un pilote. Non, AF n'a pas encore évité le pire. Tenir ce genre de discours c'est se reposer sur ses lauriers. Lisez les excellents articles de la Tribune sur le rapprochement Arabie Saoudite-Russie, pour comprendre que nous devons nous préparer à une augmentation du baril et donc du coût carburant. Dans ces conditions, les efforts réalisés par toutes les catégories de personnel chez AF (sauf les pilotes...) risquent d'être réduits à néant par la gloutonnerie des pilotes. Ce type de raisonnement est ridiculement court-termiste : j'accepte un effort temporaire en espérant me rattraper à la prochaine période de vache grasse. Or les efforts consentis (je parle toujours des autres catégories de personnel...) doivent être capitalisés pour fournir à l'entreprise une structure saine et une sécurité financière à long terme permettant d'absorber des aléas futurs et investir dans les facteurs clés de son succès : un outil de production fiable et attractif (les avions) et un système de distribution performant.
Ce qui vous est demandé, messieurs les pilotes, ce n'est donc pas un effort court terme pour pouvoir vous re-gaver ensuite ; c'est un effort tout court !


Quant à critiquer les salaires des dirigeants, même si on ne peut que constater une certaine démesure, ce discours fleure bon la rengaine cégétiste. Si vous vouliez le salaire de Janaillac il fallait choisir la même voie, travailler autant, puis réussir là ou nombreux sont ceux qui échouent. il faut vous rendre compte qu'on attire pas les mouches avec du vinaigre. S'il faut offrir 3 fois son salaire pour avoir un dirigeant qui réussisse vraiment à transformer AF, alors, le jeu en vaut la chandelle.
Réponse de le 07/12/2017 à 14:01 :
Merci Prod PN pour votre argumentaire.

Vous dites que les pilotes n'ont pas fait d'effort permanent?
TF2015 a supprimé 3 jours de congés annuels, de manière permanente, avec l'accord des pilotes.
TT a supprimé 12 jours de repos annuels (acceptez-vous de travailler 6 week-ends de plus par an?), de manière permanente, avec l'accord des pilotes.
Les grilles de salaires sont gelées depuis 2011, avec l'accord des pilotes.

C'est sur ce gel que nous souhaitons revenir.
Si vous considérez que le salaire des pilotes est un frein à la santé financière de l'entreprise, comment expliquez-vous que British Airways, Lufthansa, EasyJet... offrent des conditions comparables (voire meilleurs chez KLM) aux leurs avec les résultats économiques qu'on érige en modèle? Êtes-vous aussi critique envers les redevances d'ADP?

Je ne veux ni le salaire de De Juniac ou Parly, ni leurs jobs. Je veux mon job et mon salaire et je me battrai malgré la mauvaise foi que je lis dans la presse pour les conserver au mieux. Si on attire pas les mouches avec du vinaigre, on aurait pu faire des économies sur les salaires des dirigeants que je viens de citer et qui nous ont fait tant de mal.
Dans la même veine, de plus en plus de pilotes expérimentés refusent quitter leur boîte pour AF car leurs conditions sont meilleures là où ils sont. Or on annule des vols faute de pilotes. Je n'irai pas jusqu'à les comparer à des mouches, mais nous pourrions un jour sentir le vinaigre.
a écrit le 06/12/2017 à 13:33 :
Moi aussi je veux des augmentations...."si les grilles ne progressent pas le métier se devalorise..." comme partout...sauf chez les footeux!
a écrit le 06/12/2017 à 12:39 :
Passez-les à 800 000 euros annuels, ça ira plus vite pour faire couler cette boîte.
Les Allemands ont bien compris : ils ont maintenu ces niveaux stratosphériques juste pour Luft. mais savent bien qu'il faut mieux à terme fermer la maison historique.
Il s'agirait de demander aux pilotes (je rappelle que ce ne sont que des chauffeurs de luxe) d'atterrir...
Pour aller plus loin, à quand l'uberisation du pilotage ?
Réponse de le 06/12/2017 à 17:47 :
Le pilotage est déjà uberisé par Ryanair. Et quel que soit votre métier, il peut l’être aussi. Quel que soit votre métier, on peut trouver un Indien qui le fera aussi bien que vous pour le quart de votre salaire.
Donc au lieu de critiquer les conditions des autres, battez-vous pour maintenir les vôtres.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :