Air France-KLM : "2018 commence sous des auspices plus difficiles", dit son PDG

 |   |  1018  mots
(Crédits : Jacky Naegelen)
Lors d'une audition au Sénat ce jeudi, Jean-Marc Janaillac, le PDG du groupe français de transport aérien, a expliqué avec une augmentation du prix du carburant et d'une pression concurrentielle beaucoup plus forte.

Si l'année 2017 a été une année record pour Air France-KLM en termes de trafic et probablement en termes de résultat opérationnel, l'année 2018 s'annonce plus difficile de l'aveu même de son PDG, Jean-Marc Janaillac.

"L'année 2018 commence sous des auspices différents et un peu plus difficiles", a-t-il indiqué ce jeudi, lors d'une audition au Sénat, en pointant le prix du pétrole qui a assez fortement augmenté ces dernières semaines après avoir "été relativement bas en 2017", et une "pression concurrentielle beaucoup plus forte" que celle observée l'an dernier, laquelle était "relativement modérée" avec une hausse des capacités plus ou moins en ligne avec la hausse de la demande.

Les compagnie du Golfe repartent à la charge

En 2018, "les compagnies du Golfe, qui s'étaient un peu calmées repartent à l'offensive, suivies par Turkish Airlines qui s'était mise aussi en sourdine", mais aussi par les "compagnies chinoises et d'Asie du sud-est", qui augmentent elles aussi "assez fortement leur offre", sans oublier "l'arrivée en force des compagnies low-cost long-courriers" comme Norwegian ou Level, la compagnie du groupe IAG (British Airways, Iberia, Aer Lingus, Vueling).

A cette vive concurrence sur le long-courrier s'ajoute "une augmentation de la présence des low-cost en France avec Easyjet qui met en place des bases supplémentaires, Volotea qui augmente son offre" et le développement annoncé de Ryanair.

Chute du cours de Bourse

Ce durcissement de l'environnement par rapport à une année 2017 où toutes les planètes étaient alignées, n'a pas échappé aux analystes financiers. Après le quadruplement du cours de Bourse l'an dernier, la baisse de de l'action Air France-KLM depuis le début de l'année, et notamment depuis le 9 janvier (-10% depuis), traduit leurs inquiétudes. Plusieurs analystes ont en effet dégradé leur recommandation du groupe français. Après HSBC le 11 janvier qui a abaissé son objectif de cours de 15,5 à 14 euros, Morgan Stanley a également ramené le sien ce vendredi à 14 euros, contre 18,35 euros jusqu'ici.

Les cours du brut ont touché cette semaine un plus haut depuis décembre 2014, à plus de 70 dollars pour le baril de Brent et à plus de 64 dollars pour le baril de brut léger américain (WTI). Début décembre l'association internationale du transport aérien (IATA) indiquait tabler pour cette année sur une hausse du prix du Baril de 10% par rapport à l'an dernier et de 12,5% pour ce qui concerne le prix du kérosène, à près de 74 dollars le baril.

"Au vu du faible profil de marge d'Air France-KLM vis-à-vis de ses concurrents, auquel s'ajoute une plus grande sensibilité au prix du carburant que les autres compagnies traditionnelles et à bas coûts, nous avons décidé de dégrader notre recommandation à sous-pondérer contre pondération en ligne, même s'il reste un potentiel de hausse sur notre objectif de cours", expliquent les analystes de Morgan Stanley.

650 millions de surcoûts au cours d'aujourd'hui

Ses collègues de HSBC ajoutent qu'Air France-KLM est moins bien couverte que Lufthansa par exemple face à une hausse de prix du carburant. Dans une note publiée le 15 janvier, Oddo BHF estimait qu'au cours actuel du baril, et en tenant compte des niveaux de couvertures carburant, la facture du groupe français pourrait grimper de 650 millions de dollars en 2018. Oddo BHF a maintenu son objectif de cours à 12,5 euros.

Pour autant, le scenario observé l'an dernier, avec une hausse du prix du baril en début d'année avant de retomber par la suite, appelle à la prudence.

Nouveau plan stratégique

S'il s'est félicité de la bonne performance enregistrée en 2017, Jean-Marc Janaillac a néanmoins rappelé que "beaucoup de chemin restait à faire" et que le groupe et "plus particulièrement Air France" n'en était "qu'au début d'une transformation, qui doit être poursuivie et amplifiée", car "nos résultats, s'ils se sont améliorés, restent assez largement inférieurs à ceux de nos concurrents".

"Cela traduit un écart par rapport à nos concurrents et un écart assez significatif de résultat opérationnel entre Air France et KLM", a-t-il déclaré, en citant un taux de marge opérationnelle de 6% pour Air France-KLM (4% pour Air France et 9% KLM) contre 10% chez Lufthansa et 12% chez British Airways. Pour améliorer la compétitivité et la rentabilité du groupe, Jean-Marc Janaillac a confirmé la préparation d'un plan stratégique à cinq ans, qui sera présenté au conseil d'administration en juin pour une mise en place à partir de 2019.

"Le principal enjeu stratégique de ce plan est de définir la place et le rôle d'Air France et de ses filiales sur le réseau domestique", a précisé Jean-Marc Janaillac, en ajoutant qu'un appel d'offres pour le renouvellement d'une partie de la flotte court et moyen-courrier d'Air France, HOP, Transavia et KLM serait lancé en juin pour une décision à la fin de l'année.

Le poids de l'environnement français dans le déficit de compétitivité

Jean-Marc Janaillac a par ailleurs souligné qu'une partie du déficit de compétitivité d'Air France provient de l'environnement français, en rappelant la situation singulière d'Air France par rapport à aux entreprises tricolores d'autres secteurs. "Air France exporte 60% de son chiffre d'affaires à l'international, est en concurrence sur l'ensemble de ses lignes avec des acteurs internationaux et 97% de ses salariés sont sous contrats français", a-t-il fait valoir.

Ce dernier a déploré le niveau de redevances d'ADP, le gestionnaire des aéroports parisiens qui est "parmi les plus coûteux avec une évolution assez dynamique de ses redevances", mais aussi le niveau de taxes spécifiques au transport aérien en France, "supérieur aux autre pays", et "le coût des contributions sociales".

"Lufthansa paye des charges patronales à hauteur de 25% plafonnée à 100.000 euros de salaires quand Air France paie 46% de manière non-plafonnée. Au final, l'écart de coûts est 400 millions d'euros. C'est difficile à rattraper", a-t-il expliqué.

Ces sujets de compétitivité seront abordés aux Assises du Transport aérien qui débuteront début mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2018 à 7:22 :
Plusieurs facteurs se combinent, par comparaison, le transport aérien est considere comme stratégique dans l 'Emirat de Dubai. Tout confondu, entre DNATA , EK , Flydubai,les tour operators, cela représente environ 27% de PIB . Les aéroports sont ouverts H24, pour faire transiter les passagers. 15% seulement y font escale d'au moins 1 journée. En comparaison, CDG/ORY/LYS/BDX/ NCE/MRS les autorités française imposent un couvre feu de 6h la nuit.
Soit 25% d’activités en moins pour pure raisons idéologiques. Quant a CDG, cet aeroport jouit du statut du plus nul au monde parmi les grands aéroports internationaux.
Contrairement a ADP, Dubai airport est au service de EK, Air France aurait tout intérêt a prendre le contrôle de cette société et en faire un outil synergique, c'est du bon sens paysan. Quant aux coûts de la masse salariale, c'est un cancer franco français, les compagnies exotiques n'y ont aucune responsabilité .
Autre points importants, la fiabilité, la sécurité des vols. Le classement de AF est désastreux, malgré tous les "ingénieurs" ( mini requis pour postuler comme cadet pilotes ou a l'ENAC sont effarants) dans les postes de pilotage et les bureaux, AF a un record d'accident. La sélection des pilotes d'AF n'incluait pas de vérification au simulateur des compétences pro( hard skills) juste une estimation du potentiel cognitif des candidats. La plus part des grandes compagnies , imposent un passage obligatoire au simulateur. 60% des pilotes environ y sont élimines. Alors que nos Armées regorgent de talentueux pilotes partant a la retraite jeune ( moins de 40 ans ) du fait du statut général de militaire, AF ne les recrute pas en priorité, Une pure perte de la valeur acquise par l’expérience, financée par le contribuable. En Chine, la sélection est doublée par un contrôle de ces compétences par les autorités ( aviation civile) au simulateur également avant toute embauche!!!! AF a donc un des pires record au monde en matière de sécurité des vol, d'ou une image dans le monde de l’aéronautique internationale peu brillante. Avec tous les médias disponibles , le client, qui lui se moque du " code barres" sur la dérive des avions, le sait parfaitement.
La fidélité du réseau est essentielle, Un client part de LOS ( Lagos) dans l après midi sera le lendemain a Shanghai..(PVG ). il repartira dans la soirée après ses meetings et arrivera le surlendemain a LOS pour 13h.. Avec le WI FI a bord , il pourra meme passer ses ordres en vol, en regardant un film récent. Le barycentre des échanges se fait maintenant entre les BRICS et l'Afrique anglo-saxonne). 1/3 de la population mondiale est a 4 heures de vol de Moyen Orient, les 2/3 a 8 heures. Les clients en classe affaire sont la.
Avec la complicités des chambres de commerce, La multitude du low cost en France est avérée. Certe AF réagit avec le développement de Transavia JooN..N’empêche que sans une vision stratégique de l’importance de l’aérien dans notre économie, d'un Etat majoritaire a 17%, permettant de lever les boulets aux pieds que ce trimbalent cette société, rien ne changera.
Dens CDB 777
a écrit le 27/01/2018 à 14:20 :
"Lors d'une audition au Sénat ce jeudi, Jean-Marc Janaillac, le PDG du groupe français de transport aérien, a expliqué avec une augmentation du prix du carburant et d'une pression concurrentielle beaucoup plus forte. " Cette phrase ne veut rien dire, relisez-vous :)
a écrit le 27/01/2018 à 7:48 :
On se demande parfois si "l'environnement" n'est pas le prétexte facile à de nouvelles taxes et à un nouveau "business" ... On le constate aussi lorsqu'on passe au garage avec un véhicule, ce sont les dispositifs (soit disant) anti pollution qui génèrent les coûts les plus exorbitants !!
a écrit le 21/01/2018 à 10:25 :
Le PDG d'AF a raison de rappeler certaines vérités: inutile de demander toujours plus d'efforts aux pilotes et PNC si dans le même temps: les redevances d'Aeroport de Paris augmentent sans arrêt, si les taxes sur le transport aérien sont aussi lourdes (taxe Chirac....) et si cotisations sociales ne sont pas modulées.

Après là où la compagnie a vraiment mal joué, c'est dans la couverture du pétrole. Elle aurait du se couvrir au maximum quand le barril était peu cher... Encore un manque d'anticipation
Réponse de le 21/01/2018 à 20:52 :
La couverture pétrole est à double tranchant : Elle et elle seule a permis les profits à plusieurs milliards d'euros avant 2007 , puis quand le pétrole est tombé de 200 à 35 euros AF s'est retrouvé piégé devant payer le petrole 3 fois plus cher que le marché d'ou les pertes à plusieurs milliards qui suivirent
a écrit le 20/01/2018 à 12:54 :
En 2016, dans le trajet Montréal-Nice-Ajaccio, j'ai dû utilisé Air France dans le segment Paris-Orly/Nice... mais plus jamais je ne ferai cette erreur !!! Dans un vol de routine, on a réussi à décoller avec 45 min de retard, on a réussi à perdre mes bagages... et pour finir, on a réussi à ce que je rate la dernière correspondance et que je perde 1 journée de vacances (plus annulation de ferry et de chambre d'hôtel... plus frais supplémentaires).

Si cette gauloiserie fait enfin faillite... j'achète le meilleur Champagne pour fêter ça !
Réponse de le 20/01/2018 à 15:53 :
Votre résumé manque de précision.
Vous avez fait Montréal/CDG/Orly/Nice/Ajaccio, assez probablement. On peut supposer que vous avez enregistré vos bagages à Orly, pour Nice, et qu'ils n'étaient pas à l'arrivée, pour que vous soyez aussi affirmatif... Quant à la "correspondance", vous aurez remarqué que les ferries ne partent pas de Nice Côte d'Azur; et qu'en conséquence, il est souhaitable de prendre des précautions. Si vous le dîtes, Air France doit avoir une part de responsabilité; mais on peut la juger PARTAGEE.
Réponse de le 20/01/2018 à 21:32 :
@ am

Le segment Roissy / Orly c’est encore pire... on s’est cru quelque part perdu dans la brousse dans une guimbarde péruvienne... Quant au « service à la clientèle » de Air France là c’est pire que le pire des low costs. Air France est un service bas/moyende gamme qui est facturé 25% trop cher... où le client est un malheureux sir que l’on anarque et que l’on escroque.

Je ne mentionne même pas le sinistre coucou vétuste et tout sale qui nous servait d’avion. Nous étions une dizaine de passagers dans la même situation que moi à Nice... dont un pilote d’Air France dont on avait perdu pour la 4ème fois ses bagages en moins de 9 mois... J’ai eu une version moins édulcorée des difficultés « logistiques » de cette compagnie.

J’ai été dédommagé par Delta Airlines parce qu’Il n’y avait rien à faire avec Air France dans le traitement de ma plainte... Je serais mort de vieillesse avant que cela n’aboutisse. Depuis ce jour, Air France a été rebaptisé très affectueusement Air Poubelle.
Réponse de le 20/01/2018 à 22:36 :
Avant d'exprimer un avis, il faut apprendre à écrire correctement...
Réponse de le 21/01/2018 à 1:21 :
Si vous saviez comme on s’en fiche de votre vie et de votre dernier voyage raté.....,,
Réponse de le 21/01/2018 à 12:31 :
Le plus drôle de l’histoire c’est que j’etais entre deux passagers typiquement Français.

A ma droite, Balzac, reniflait et rotait en mangeant ce qu’ils donnent à bord aux animaux de compagnie et, lisant son journal à l’envers, je n’ai rien dit, il semblait absorber ?!

A ma gauche, Olivier, un type ronchonneux et irascible , taponnait pendant tout le vol son smartphone pour gagner des vies sur Candy Crush... je n’ai rien dit, il semblait sous anxiolytique?!

Deux intellos arrêtés à Nice pour désordre public.
a écrit le 20/01/2018 à 11:07 :
Pourquoi alors ne pas tout remettre à plat? AF doit devenir compétitif mais ce n'est pas avec la multiplicité des compagnies et des offres qui vont aider la compagnie. Pourquoi les voyageurs prennent AF-KLM ? Par choix patriotique? Que nenni, par obligation. car quand j'ai le choix de la compagnie, je prends celle qui offre le meilleur compromis. Prenant un exemple; Je pars fin avril en Corée du Sud et Japon. Je voyage sur Air China. Compagnie tout à fait fréquentable qui certes vend ses sièges ¥100 ( 12 €) mais c'est moins que les 20 ou 30 € de AF, deux valises de 23 kilos et la possibilité d'arrivée à Séoul et repartir de Fukuoka pour moins de €600,-. Air France est beaucoup plus cher et ce types de voyages multi destinations augmentent singulièrement le prix chez AF alors que d'autres compagnies vous proposent des billets raisonnables. Champagne? bof, je ne bois pas d'alcool alors si je veux une coupe je la paie..dernier point, les nouveaux tarifs sans bagages sont à présent au même prix qu'avant avec bagages. Quel est l'intérêt? devenir voyageur fréquent pour gagner des miles alors que les miles deviennent si rares n'est pas attractif non plus. Je voyage sur toute compagnie européennes ou non vers les USA et quand je vais en Asie, je prends Air China ou Japan ailrlines. Emirates et Qatar vers l'Océanie....mais AF-KLM? de moins en moins.
Réponse de le 21/01/2018 à 12:23 :
Tout ceci est bien joli mais...les avions sont pleins...
Il y a plein de bonnes ou de mauvaises raisons pour voyager sur AF (ou KLM...ou LH etc) mais si les avions sont pleins c'est que soit :
1- les tarifs ne sont pas si chers pour les quelques 100 millions de passagers qui voyagent sur ces AF/KL
2- le réseau de vol, les fréquences de vol, les plateformes de correspondances, le programme de fidélité, le réseau de vente, les alliances, le produit aussi perfectibles soient-ils, ne sont pas aussi mauvais

Enfin sur la compétitivité, il n'y a pas de secret : quelque soient les torts de ces compagnies dans la faiblesse de compétitivité, quand on part avec 400 millions d'€ d'handicap sous forme de taxation diverses en plus comparé à Lufthansa (et je ne parle donc pas de compagnies asiatiques ou moyen orientales), on ne peut pas faire de miracle. La stratégie va consister à bricoler en permanence quelque chose pour faire plus avec moins.
Les salariés l'ont bien compris, sachant que leurs efforts partiront pour une large part dans le paiement de ces taxes plutôt que dans des investissements utiles et nécessaires pour leur boite.
a écrit le 19/01/2018 à 22:10 :
L'avion pollue l air la terre etc...fait beaucoup de bruit...l avenir (en tous cas pour le court et moyen courrier) c est bien le TGV...reste une vrai volonté politique.
Réponse de le 20/01/2018 à 8:51 :
... un avenir bien subventionné qui coûte à chaque contribuable plus de 1000€ par an !
Réponse de le 21/01/2018 à 10:26 :
On prend le TGV pour aller en Amérique ou en Asie????
Réponse de le 28/01/2018 à 5:45 :
La SNCF , "a nous de vous faire preferer l'avion".. Materiel deplorable, qualites de service antique, et puis le plus important : la securite, dans les gares, dans les trains, Je reconsiderai prendre le train quand la sncf aura mis en place les memes protocoles de securite que dans l 'aerien..
a écrit le 19/01/2018 à 22:01 :
cette compagnie est vraiment mauvaise. Je viens de faire la semaine dernière A/R Paris cuba dans un 777 300 avec un système multimédia hors d âge ..que tous les personnes essayez vainement de faire marcher.. 18h avec une tel service multimédia est juste inadmissible..on est en 2018..je voyage régulièrement et n hésitez pas entre AF et les autres..fuillez
Réponse de le 20/01/2018 à 11:31 :
18 h ?! vous avez fait combien d'escales ?!
Réponse de le 20/01/2018 à 15:56 :
Apprenez à écrire sans faute d’orthographe et ensuite vous pourrez faire des commentaires ( un simple conseil )
Réponse de le 21/01/2018 à 12:32 :
Oui prenez la Cubana de Aviacion, c'est sûrement mieux...
En parlant de La Havane, AF a presque 2 vols par jours (cela représente plus de 900 sièges) et les avions sont pleins.
Maintenant c'est vrai que certains appareils déployés sur La Havane commencent à accuser le poids des ans. Changer les cabines de plusieurs dizaines de 777 coutent plusieurs centaines de millions d'euros. L'argent ne tombe pas du ciel. Apparemment c'est prévu dans 2 ans. Mais je peux comprendre qu'en tant que client vous n'en ayez rien à faire
Réponse de le 21/01/2018 à 20:59 :
Le monsieur a raison : il écrit A/R et ça fait bien 18 heures en avion .
Comme le disait mon prof de math en spé qui avait eu st-ex comme élève : pas étonnant qu'il se soit fait descendre : il ne faisait jamais attention .
a écrit le 19/01/2018 à 17:17 :
Pourquoi le sénat a-t-il droit à des confidences que le PDG ne doit, me semble-t-il, qu'à ses actionnaires?
a écrit le 19/01/2018 à 17:02 :
Eh bien oui....en 2017 les avions volent encore avec du kérosène....et il y a de la concurrence....ce n'est pas une nouveauté....enfin il me semble....
Réponse de le 19/01/2018 à 21:07 :
... tout comme l'environnement français (fiscal, structurel, administratif) qui est un boulet depuis des années.
Quand va t on libérer AF et ses salariés de ces boulets?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :