Air France n’obtiendra rien aux Assises du transport aérien en étant en grève, dit son PDG

 |   |  273  mots
Jean-Marc Janaillac
Jean-Marc Janaillac (Crédits : Reuters)
Dans un courrier envoyé aux salariés d'Air France la veille de l'ouverture des Assises du transport aérien qui ont pour objectif d'améliorer la compétitivité des compagnies tricolores, Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM assure qu'Air France "n'obtiendra rien si nous allons aux Assises désunis et en conflit". Une dizaine de syndicats appellent à la grève pour les journées du 23 et 30 mars. Ils réclament une hausse salariale de 6%.

Alors que s'ouvrent ce mardi 20 mars les Assises du transport aérien pour trouver des mesures permettant notamment d'améliorer la compétitivité des compagnies tricolores, Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM s'inquiète des appels à la grève de l'intersyndicale pour les 23 et 30 mars à Air France pour une revalorisation salariale de 6%.

« Nous ne serons pas entendus et nous n'obtiendrons rien si nous allons à ces Assises désunis et en conflit », a-t-il prévenu dans un courrier envoyé ce lundi aux salariés que La Tribune s'est procuré.

Demande d'une augmentation générale de 6%

Autrement dit, impossible de demander à l'Etat des mesures pour baisser les coûts du secteur en faisant grève dans le même temps. Lancer un mouvement dur pour réclamer une hausse de salaires de 6% au moment où l'on vient aux Assises demander un chèque de plusieurs centaines de millions d'euros à l'Etat peut en effet donner du grain à moudre à ceux qui affirment que l'environnement français n'explique pas tout dans la faible compétitivité d'Air France, et que les syndicats d'Air France ont également leur part de responsabilité en refusant la réforme et en multipliant les grèves ou les menaces de grève. D'autant que cette position pourrait même être cyniquement utilisée par l'Etat pour rester modeste dans ses mesures au motif que l'Etat ne va pas financer les hausses des salaires des pilotes », selon un pilote.

Dans ce courrier, Jean-Marc Janaillac indique qu'il ira aux Assises pour que l'Etat donne les moyens de nous battre dans un cadre de "concurrence équitable" et abaisse les coûts externes pesant sur notre activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2018 à 18:46 :
La direction d'AIRFRANCE doit comprendre que le problème n'est pas interne à l'entreprise mais concerne aussi la SNCF et d'autres entreprises. TOUTES les entreprises doivent agir ensemble pour répartir les charges sociales sur les entreprises et sur la consommation d'énergie. Il faut une grève générale. C'est écrit page 12 de la note n°6 du CAE. Il est indispensable d'appliquer cette note, sinon c'est la révolution.
a écrit le 19/03/2018 à 14:57 :
Parce qu il souhaite obtenir quoi ?
Curieux de le savoir !
Après réflexion ;
Ce n est rien d autre que l expression de la pauvreté de sa pensée !
Réponse de le 19/03/2018 à 17:29 :
Tout est dedans...


https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/transport-logistique/air-france-en-greve-quand-s-ouvre-le-debat-sur-la-competitivite-du-ciel-francais-772138.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :