Baisse des taxes en vue pour Air France ?

 |   |  399  mots
(Crédits : Christian Hartmann)
Le Sénat a adopté deux amendements du projet de loi des finances permettant au secteur d'économiser une centaine de millions d'euros, dont l'essentiel bénéficiera à Air France.

Bonne nouvelle en vue pour les compagnies aériennes et pour Air France en particulier? Peut-être. Alors que le débat est vif pour instaurer une taxe sur le kérosène qui alourdirait les charges du transport aérien (le Sénat l'a néanmoins repoussée lundi), une réduction des taxes d'environ une centaine de millions d'euros par an pourrait au contraire voir le jour l'an prochain.

Le sénateur Vincent Capo-Canelas à la manoeuvre

Ce jeudi, sous l'impulsion du sénateur Vincent Capo-Canellas, deux amendements ont été votés en ce sens au Sénat pour le PLF 2019 (projet de loi des Finances) dans le but d'améliorer la compétitivité du secteur. L'un supprimant la TVA sur les taxes aéronautiques (taxe d'aéroport, taxe de l'aviation civile, taxe de solidarité) des vols domestiques d'un montant de 40 millions d'euros, l'autre faisant passer l'abattement sur la taxe d'aéroport pour les passagers en correspondance de 40 à 60%, soit une économie de de 60 millions d'euros d'économies pour les compagnies aériennes.

Cette dernière mesure bénéficiera essentiellement à Air France, qui assure l'essentiel du trafic de correspondances dans l'Hexagone.

Cet abattement se justifie d'autant plus selon Vincent Capo-Canelas que la taxe d'aéroport sert à financer les opérations de sécurité et de sûreté, et que "la majorité de des passagers en correspondance sont issus de l'espace Schengen ou d'Etats comme les Etats-Unis, le Canada et la Grande- Bretagne,  bénéficient de l'Inspection filtrage unique (IFU)". Vu la croissance du trafic attendu sur le trafic de point-à-point notamment, cette mesure ne devrait pas diminuer le montant de la taxe.

Ces mesures ont été évoquées dans les ateliers des Assises du transport aérien, dont la date des conclusions ne sont toujours pas connues.

Assises du transport aérien

Co-président du thème "performance économique" de ces Assises, Vincent Capo-Canellas a expliqué que "le poids de la fiscalité propre au secteur aérien en France et celui des charges sociales constituent des handicaps majeurs qui, dans un secteur où la concurrence européenne voire internationale est des plus ouvertes, nuisent à notre connectivité et contribuent à la fragilité économique des compagnies aériennes françaises, moins compétitives que leurs concurrentes étrangères".

La balle est désormais dans le camp de l'Assemblée Nationale qui va soit accepter ces amendements, soit les rejeter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2018 à 17:21 :
Des naifs croient encore que le TGV est propre . Sans parler de ses nuisances sonores , rappelons que le TGV marche à l'électricité d'origine nucléaire et que le nucléaire ; c'est sale et parfois mortel
Réponse de le 01/12/2018 à 23:41 :
Sans compter que la SNCF est le plus gros pollueur de France avec les désherbants pulvérisés le long des voies ferrées
Réponse de le 03/12/2018 à 8:20 :
vient me voir tu pourra pedaler dans le froid voir la chaleur pour que je regarde la tele
a écrit le 30/11/2018 à 15:24 :
Quid des autres transports propres? TGV par exemple ? On préfère achever une planète à bout de souffle?
a écrit le 30/11/2018 à 15:12 :
Incroyable! Les "gilets jaunes" font du lobbying au Sénat et réussissent à faire baisser des taxes... que nos "députés" (le sont-ils et l'ont-ils jamais été?) vont s'empresser de rétablir, tant le lobbying gouvernemental est efficace. C'est une raison pour ne pas toucher au Sénat qui a toujours été un élément modérateur dans nos institutions; même Napoléon III le reconnaissait, qui disait que quand le contenu d'une tasse est chaude, on le verse dans une autre tasse pour le refroidir.
a écrit le 30/11/2018 à 14:25 :
En revanche, si on comprend bien, la concurrence nationale entre la ruralité, assommée de taxes sur la bagnole, et les métropoles, qui profitent du produit de ces taxes, n'est pas un sujet, visiblement...
a écrit le 30/11/2018 à 13:34 :
La tva sur la taxe...... tout est dit....

Ou plutôt : tout est bon .

L’augmentation des taxes aéroportuaires à été de plus de 150 % sur les dix dernières années ce qui fait un rythme annuel de plus de 9 % , l’augmentation de cette année sera de 6%.....seulement.
La marge bénéficiaire d’ADP est supérieure à 45% grâce au système de double caisse : une caisse pour les activités aériennes proprement dites , peu rentable , et une autre pour les activités annexes ( parkings , magasins ), celle là plus que bénéficiaire.
Ce bénéfices sont principalement reversés sous forme de dividendes aux actionnaires , aux premiers rangs desquels figure l’état. ADP est donc un percepteur d’impots additionnels et en tout genres pour le compte de l’état qui ,semble t’il, fait preuve d’une grande créativité dans le domaine.
Dans le but d' »améliorer » encore la performance de ce sytème de syphonnage du transport aérien , ADP projette la construction du T4 à CDG, financé par les compagnies et qui ne sera qu’un grand centre commercial totalement inadapté à leurs besoins et ceux du passager.
Deux rapports parlementaires en ce sens ( Abraham et Leroux ) ont dénoncé ces pratiques : sans résultats : l’état manque de ressources et ne voit aucun inconvénient à taxer les compagnies aériennes et donc in fine leurs employés .

Taxe sur la taxe , taxe de sûreté sur des voyageurs ne nécessitant aucun contrôle ( puisqu’en correspondance à l’interieur des terminaux) , taxe Chirac etc etc ...
Après tout cela on finit par avoir un ministre de l’economie affirmant sur un plateau de TV,en début d’année, qu’air france est au bord du dépôt de bilan culpabilisant les employés qui osaient demander une reduction de leur perte de salaires . Ce faisant il oubliait magistralement que l’état est en grande partie responsable de la mauvaise profitabilité de l’entreprise et que malgré cela , au moment de sa déclaration, celle ci réalisait les meilleurs résultats de son histoire.

On ne peut que souhaiter bon courage aux Ben Smith, Marc Rochet , Pascal de Izaguirre et autres pour inverser cette tendance mortifère potentiellement socialement explosive.
a écrit le 30/11/2018 à 13:34 :
La raison Supérieure de la compétitivité, au service du libre échange tout azimut ( CETA,TAFTA ..) entraine : dumping social avec low cost et baisse qualitative, délocalisations, pollution élevée (carburants détaxés pour trafic aérien et naval). Au final, c'est bien le con.sommateur qui paye.
a écrit le 30/11/2018 à 11:41 :
Les gilets jaunes ont mis à l'affiche un problème général en France: la sur taxation tout azimut qui pénalise citoyens et entreprises et explique nos performances inferieures à celles des autres Pays en terme économique et de chômage. Il est temps de réagir et de corriger tout cela.
a écrit le 30/11/2018 à 11:39 :
Les gilets jaunes ont mis à l'affiche un problème général en France: la sur taxation tout azimut qui pénalise citoyens et entreprises et explique nos performances inferieures à celles des autres ays en terme économique et de chômage. Il est temps de réagir et de corriger tout cela.
a écrit le 30/11/2018 à 10:08 :
tres fort les senateurs … on taxe plus l essence et on detaxe les vols interieurs ...
a écrit le 30/11/2018 à 9:01 :
Eh bien voilà qui va pouvoir s'ajouter aux bonnes raisons d'aller se promener sur les Champs demain. Entre ça, la taxe carbone que l'UE vient de dé-contraindre, les péages et le prix à la pompe, l'addition c'est pour Bibi.

J'en vois une qui prépare une campagne sans adversaire aux européennes.
Réponse de le 30/11/2018 à 10:41 :
Cher Frank,
1er commentaire: Il est envisagé une suppression de la TVA sur les taxes aéronautiques :
Selon votre post, il semblerait que vous soutenez le principe ubuesque de taxer une taxe !!! un impôt sur l'impôt ! ce n'est pas le discours des Gilets Jaunes que j'avais cru entendre !!!
2ème commentaire : L'exonération de la taxe sur les passagers en transit qui passerait de 40% à 60%, ça signifie que des passagers qui ne font QUE passer par la France, au lieu d'être taxés à 60%, ne le seraient plus qu'à 40% sur les taxes aéroports... dont continueraient à payer des taxes pour financer les dépenses françaises (école, police, hôpitaux etc qu'ils n'utillisent pas!) simplement parce qu'au lieu de faire Prague-Paris-New York, ils ne choisissent pas le trajet Prague-Amsterdam-New York ou Prague-Londres-NewYork. Si KLM se développe 2 fois plus vite qu'AirFrance, c'est surtout du fait des taxes françaises : les clients étrangers des compagnies françaises vont finir par mettre un gilet jaune !
Pensez aussi qu'un passager en transit permet de développer les liaisons départ CDG, sont réapprovisionnés (plateau repas notamment) par des emplois français, permettent à ADP d'engranger des bénéfices qui seront principalement distribués à l'Etat, Bref, les passagers en transit créent des emplois indirectement en France, ils participent à l'effort de l'impôt en France sans pour autant bénéficier des services publics qu'ils financent, ... et qu'ils peuvent TRES facilement contourner la France !! pensez qu'on attire pas les abeilles avec du vinaigre !!
NB je ne travaille pas dans le milieu aérien, mais simplement, je constate le déficit commercial français et je ne souhaite pas qu'il se creuse, car il faudra alors plus d'impôt pour le compenser !
Réponse de le 30/11/2018 à 11:34 :
Cher Lyonnais,
je comprends bien votre raisonnement. Mon point touche à la question de l'équité sociale. Je ne pense pas que les dépenses de voyage en avion figurent au premier plan du budget d'une personne qui boucle son mois avec un salaire minimum. Réduire cette taxe revient donc à accroitre les inégalités sociales car le revenu attendu par cette taxe devra être supporté par ailleurs. Bien sur à budget constant, ce dont je ne doute pas un seul instant. Qu'il y ait des inégalités sociales est naturel dans une société entrepreneuriale mais il convient de toujours veiller à ce que les inégalités ne soient pas outrancières. Ce qui se passe actuellement est un feu orange à l'attention de ceux qui seraient tentés de creuser plus outre les inégalités en surfant sur le succès de récentes réformes nécessaires. Et personnellement, bien qu’entrepreneur, je suis totalement contre. Cordialement.
a écrit le 30/11/2018 à 8:31 :
La vieille économie encore subventionnée.
a écrit le 30/11/2018 à 8:29 :
Le transport aérien, moyen de transport le plus polluant par personne transportée, a le plaisir de vous informer que l’état diminue ses taxes et que nos sénateurs ont refusé de taxer le kérosène pour les vols domestiques. Comprenne qui voudra (pourra)...
Réponse de le 30/11/2018 à 17:26 :
@PANDA / ce que vous écrivez est FAUX .
Réponse de le 01/12/2018 à 11:23 :
Ceci est faux. Sachez que si vous faites un long-courrier la conso est de l'ordre de 3L/100km par passager, soit 2 ou 3 fois moins qu'une voiture. Les avions électriques sont inenvisageables avant longtemps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :