BlaBlaCar rachète Ouibus et tente une alliance multimodale avec la SNCF

 |   |  521  mots
Avec Ouibus, BlaBlaCar tente de récupérer une partie de son marché qui a rejoint les cars Macron.
Avec Ouibus, BlaBlaCar tente de récupérer une partie de son marché qui a rejoint les "cars Macron". (Crédits : DR)
La célèbre licorne française rachète la filiale de la SNCF spécialisée dans les liaisons par car, tandis que l'entreprise ferroviaire entre dans son capital. Les trois protagonistes veulent bâtir une nouvelle offre multimodale qui combinerait train, car et covoiturage.

C'est un tournant pour BlaBlaCar !  La licorne française a annoncé le rachat de Ouibus, la filiale de la SNCF spécialisée dans les liaisons interrégionales et internationales par car. Dans le détail, BlaBlaCar lève 101 millions d'euros. À travers cette levée de fonds, la SNCF entre dans le capital de BlaBlaCar qui, elle, rachète donc sa filiale Ouibus à 100%.

"Énormément de nos covoitureurs font aussi du bus et vice-versa. On se rend compte qu'il y a une complémentarité très, très forte", a indiqué à l'AFP Nicolas Brusson, cofondateur et directeur général de BlaBlaCar.

"L'évolution de BlaBlaCar, c'est en fait d'ouvrir à une mobilité partagée beaucoup plus large que le covoiturage et donc une mobilité partagée sur la route qui comprend la voiture et le bus, à une échelle européenne, voire mondiale", a-t-il expliqué.

BlaBlaCar veut construire une nouvelle offre qui permet aux covoitureurs de combiner trois modes de transports dans une démarche dite intermodale avec le train, le car et le covoiturage. BlaBlaCar et la SNCF espèrent une commercialisation pour l'été 2019.

"Il y a quelques années, BlaBlaCar pouvait être considéré comme un ennemi de TGV parce que concurrent sur la longue distance. Aujourd'hui, on a un ennemi commun, c'est la voiture individuelle", a précisé à l'AFP Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF.

Tournant stratégique pour la SNCF et BlaBlaCar

La SNCF a présenté en septembre une feuille de route qui vise à se transformer en un acteur de mobilités multimodales. Cette stratégie se focalisait sur son site oui.sncf destiné à devenir un "véritable assistant personnel de mobilité" qui serait à la fois un opérateur de mobilités, mais également un agrégateur de mobilités opérés par d'autres acteurs.

De son côté, BlaBlaCar sort de son statut de pure player du covoiturage dans lequel il est devenu le numéro un mondial. En intégrant une activité, car il reprend une partie du marché qui lui a échappé depuis l'avènement des "cars Macron", du nom de ce marché né de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques portée en 2015 par celui qui était ministre de l'Économie de François Hollande, et qui avait cassé le monopole de la SNCF pour toutes les liaisons interrégionales. Avec les cars Macron, le covoiturage était frappé de plein fouet en raison d'une offre beaucoup plus compétitive, et massive.

Pourtant, il n'est pas certain que Ouibus soit un cadeau pour BlaBlaCar. La filiale de la SNCF a encore perdu 35 millions d'euros en 2017 (perte nette), pour un chiffre d'affaires de 55,3 millions d'euros, soit des pertes cumulées de 165 millions d'euros depuis 2013. La perte a toutefois baissé de 10 millions d'euros par rapport à l'année précédente et la SNCF estime que l'équilibre pourrait être atteint en 2019.

Pour sa part, BlaBlaCar a annoncé fin septembre être devenu rentable sur les 8 premiers mois de l'année à la faveur d'une hausse de 40% de son chiffre d'affaires, mais sans donner plus de détails.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2018 à 13:27 :
S'ils veulent que ça marche la SNCF, BBC et Ouibus vont devoir trouver une complémentarité intelligente dans le transport, plutôt que de se livrer à une concurrence frontale qui freinerait les 3.

Ce qui a tué les cars Macron c'est une concurrence sans freins qui a obligé les caristes à travailler à perte.

Ce que l'état n'a pas été capable de faire alors que c'est son job, peut être que BBC y arrivera. L'idéal serait qu'il arrive à dialoguer aussi avec les régions pour mettre en place un réseau plus complet.
Réponse de le 13/11/2018 à 18:10 :
Ouibus a été créé par la SNCF contrainte par Bercy. La complémentarité prônée est une affaire purement politique. Hollande soumis à son enfant illégitime lui a offert en cadeau des bus alors qu'avant on donnait un train électrique. Ces jeux, objets de communication avant tout, sont sortis du chapeau malgré que leurs aînés n'aient jamais fait la preuve de leur rentabilité. D'ailleurs, aucun transporteur n'avait demandé jusque là une modification de la législation pour faire ce type de transport entre villes françaises.
a écrit le 13/11/2018 à 12:55 :
Cette affaire Ouibus est la démonstration de l'ECHEC TOTAL de la fausse bonne idée de Macron Hollande Valls

Les autres fausses bonnes idées récurrentes de Macron et du gouvernement LREM MODEM LR UDI dirigé par Philippe avec les Lemaire Schaippa Griveaux Darmanain etc etc

se soldent et se solderont également par des échecs.

il n'y a rien a attendre de ces équipes de Députés Sénateurs LREM MODEM LR UDI qui soutiennent, initient, déploient les idées saugrenues de l'attelage Macron Philippe
a écrit le 13/11/2018 à 12:54 :
Cette affaire Ouibus est la démonstration de l'ECHEC TOTAL de la fausse bonne idée de Macron Hollande Valls

Les autres fausses bonnes idées récurrentes de Macron et du gouvernement LREM MODEM LR UDI dirigé par Philippe avec les Lemaire Schaippa Griveaux Darmanain etc etc

se soldent et se solderont également par des échecs.

il n'y a rien a attendre de ces équipes de Députés Sénateurs LREM MODEM LR UDI qui soutiennent, initient, déploient les idées saugrenues de l'attelage Macron Philippe
a écrit le 13/11/2018 à 11:49 :
"Aujourd'hui, on a un ennemi commun, c'est la voiture individuelle", a précisé à l'AFP Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF" : ennemi de la SNCF, mais pas de BLABLACAR !
a écrit le 13/11/2018 à 10:46 :
Se retrouver avec la SNCF au capital de son entreprise, franchement pour un soi disant brillant entrepreneur, ce n'est pas très glorieux.
a écrit le 13/11/2018 à 9:29 :
BlaBlaCar n'existera plus dans 2-3 ans, car coulé par les OuiBus qui ne vont jamais être rentable ou concurrentiel par rapport à Flixbus.
a écrit le 13/11/2018 à 8:15 :
Le "car" une économie du moyen age. Dommage.
Réponse de le 13/11/2018 à 16:20 :
Comme le transport par car a été inventé au moins 30 ans après le transport par train, on dira que le transport par train est pré-moyenageux.
a écrit le 12/11/2018 à 19:57 :
La grande victoire des cars MACRON, projet du puissant Jupiter banquier énarque!
les pertes de OUIBUS se sont accumulées pour atteindre 165 millions d'euros l'an passé, dont 36 millions d'euros pour la seule année 2017. un plan social, une charrette de 95 salariés est prévue d'ici décembre. Quelle réussite.
Je propose aux français par notre vote démocratique(bulletin de vote), légal et juste, d'éradiquer, de bannir, de chasser de tout mandat politique et/ou civil ces fossoyeurs de la France, systématiquement vite et bien: aux européennes, aux municipales (LREM paris), et surtout aux législatives (députés playmobil).
Utilisez aussi le bouche à oreille, les marchés, les réseaux sociaux (pétitions, blogs, think tank...). pour les chasser.
Réponse de le 13/11/2018 à 9:02 :
Tu lui reproches quoi ? de les avoir créés?
Réponse de le 13/11/2018 à 9:06 :
A votre liste il faut ajouter Guillaume Pépy responsable du naufrage de la SNCF : accidents dont certains mortels, pannes et retards à répétition, TGV délabré, réseau régional moribond.De quelles protections bénéficie-t-il pour survivre à tous ses échecs ?!
Réponse de le 13/11/2018 à 10:08 :
Bonjour,

Quel est le rapport entre la l'ouverture du marché de transport au bus et les pertes de OuiBus ?
Macron n'est pas responsable des pertes de OuiBus. C'est une filiale privée de la SNCF qui se gère toute seule comme une grande et qui est, comme un grande responsable de ses pertes. D'autres entreprise s'en sortent bien, par exemple FlixBus, et on ne va pas mettre cela au crédit de Macron tout de même.
Je vous propose de prendre du recul sur vos propos, de vous intéressez un peu plus sérieusement aux sujets, et à vous poser les bonnes question avant de faire des associations et des raccourcis hasardeux.
a écrit le 12/11/2018 à 19:39 :
Fuite en avant suicidaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :