Brittany Ferries : l'Etat poursuit le sauvetage et apporte 45 millions d'euros de subvention

Après avoir eu recours au chômage partiel, à un prêt garanti par l'Etat de 117 millions d'euros et à une exonération des cotisations salariales, la compagnie maritime bretonne va recevoir une nouvelle aide sous la forme d'une subvention. Le premier employeur de marins français doit à la fois éponger ses pertes, répondre aux enjeux environnementaux en transformant son modèle, et, dans le même temps, assurer sa pérennité.

4 mn

(Crédits : Brittany Ferries)

Brittany Ferries n'en finit plus d'être remise à flot. La compagnie maritime bretonne va recevoir une nouvelle aide de l'Etat, une subvention exceptionnelle de 45 millions d'euros, et bénéficier d'un abandon de créances pour un total de 16 millions d'euros, a annoncé vendredi Matignon. Déjà, il y a un an, l'Etat allégeait l'ardoise des dettes, à hauteur de 15 millions d'euros sous la forme d'exonération de cotisations salariales pour l'entreprise basée à Roscoff.

De fait, depuis des mois, l'Etat et ses financeurs sont au chevet de la compagnie qui a subi simultanément la crise Covid-19 et le Brexit.

Mais malgré le chômage partiel auquel l'entreprise confirmait à La Tribune avoir eu recours pour 600 personnes et un Prêt garanti par l'Etat (PGE) de 117 millions d'euros, le redémarrage de la compagnie, dans un contexte de flambée des prix de l'énergie, est plus compliqué que prévu. Sur le PGE, Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries confiait : "c'est notre seule dette, mais c'est un boulet au pied."

Aussi, face à ces perspectives inquiétantes pour la compagnie qui emploie 2.800 personnes en Normandie et en Bretagne, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire lui-même était aller requérir cet été l'autorisation de la Commission européenne pour apporter "60 millions d'euros d'aide financière supplémentaire sous forme de prêt à très long terme". Du prêt, l'aide se traduit finalement par l'annonce d'une nouvelle "subvention" pour porter secours à la compagnie qui assurait avant le Covid des traversées vers l'Angleterre (Portsmouth), l'Irlande (Cork) et l'Espagne (Plymouth/Santander).

"L'Etat a décidé d'apporter à Brittany Ferries une aide sous forme de subvention de 45 M EUR", indique dans un communiqué le cabinet du Premier ministre Jean Castex.

"C'est une excellente nouvelle", s'est félicité auprès de l'AFP Jean-Marc Roué, président de Brittany Ferries. "L'entreprise aujourd'hui est en capacité de dire que son avenir et sa pérennité sont assurés", a-t-il ajouté.

En définitive, l'Etat compte sur la réserve d'ajustement Brexit, le fonds européen d'aide aux entreprises les plus touchées par le Brexit, pour prendre en charge cette aide, souligne-t-il, ajoutant qu'elle s'inscrit aux côtés de l'abandon d'une créance de 10 millions d'euros de l'Ademe et d'une aide de six millions d'euros de la région Bretagne.

Amortir les dettes et financer la transformation du modèle

En réalité, en plus d'éponger ses pertes, Brittany Ferries doit aussi entamer sa transition énergétique.

Pour pérenniser son modèle, Brittany Ferries a ainsi annoncé en juillet dernier la commande de deux navires hybrides de nouvelle génération dotés d'une motorisation hybride (GNL + batteries) , livrables en 2024. "Ces investissements sont les meilleures réponses à la crise", affirmait le président de la Région Bretagne Loïg Chesnais-Girard.

Alors que les prix de l'énergie (pétrole, électricité, gaz), dopés par les effets de la reprise post-Covid, commencent à peser dans la comptabilité des entreprises, la transformation de Brittany Ferries n'est pas sans conditions :

"Le renforcement de la structure financière de Brittany Ferries est cependant nécessaire", affirme-t-on à Matignon, indiquant que le soutien de l'État est "conditionné à l'effort des banques, et des autres financeurs" de la compagnie "dans le cadre du plan de financement de l'entreprise et notamment pour le financement des options de ses navires".

Le pari technologique est ainsi soutenu par l'armateur français CMA CGM qui  apportera aussi 25 millions d'euros d'argent frais, en souscrivant pour 10 millions d'euros d'obligations convertibles de Brittany Ferries et en prêtant 15 millions à la compagnie bretonne, remboursables après cinq à huit ans, selon M. Roué.

En 2020, Brittany Ferries s'est enfoncée dans le rouge, avec un chiffre d'affaires divisé par 2,3. L'année 2021 doit être "aussi mauvaise, voire pire que 2020", déclarait récemment à l'AFP Jean-Marc Roué.

(Avec AFP)

Lire aussi 4 mnMalgré la tempête sanitaire, Brittany Ferries commande deux nouveaux navires

4 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 24/10/2021 à 23:14
Signaler
a revoir les salaires des dirigeant, et les actionnaires.

à écrit le 24/10/2021 à 3:19
Signaler
Demain on rase gratis. Au frais du contribuable, bien sur et qui n'a rien a dire.

à écrit le 23/10/2021 à 13:34
Signaler
Oui mais les 2 ferries ont été achetés en Chine. L'argent des contribuables Français part la bas soutenir l'emploi en Chine.

le 24/10/2021 à 23:19
Signaler
avant de parler de la chine état unis etc regarder les salaires des dirigeant, ainsi que des actionnaires., vous constaterais que l entreprise ne coule pas du au salaire des employés ou de la chine.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.