Cinq syndicats de la RATP appellent à la grève le 17 décembre contre l'ouverture à la concurrence

 |  | 319 mots
Lecture 2 min.
Cette grève, pour protester contre les conditions des futurs transferts d'agents de la régie vers des entreprises privées, prévue initialement mi-novembre, avait été reportée face à la situation sanitaire liée au Covid-19.
Cette grève, pour protester contre les conditions des futurs transferts d'agents de la régie vers des entreprises privées, prévue initialement mi-novembre, avait été reportée face à la situation sanitaire liée au Covid-19. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Les syndicats Unsa, CGT, SAT, Solidaires et SUD de la RATP ont lancé ce lundi, dans un communiqué, un appel à la grève pour protester contre la mise en concurrence de la régie, qui doit commencer par les bus à Paris en 2025. Cette grève avait déjà été lancée en octobre et devait se tenir mi-novembre mais avait été décalée en raison de la situation sanitaire.

Cinq syndicats de la RATP ont lancé lundi un appel à faire grève le jeudi 17 décembre pour protester contre "les conséquences" pour les agents de la prochaine ouverture à la concurrence des réseaux de la régie, ont-ils annoncé dans un communiqué commun.

Cet appel "à se mobiliser massivement" est lancé à "l'ensemble du personnel de l'entreprise" par les deux premières organisations représentatives de la RATP - l'Unsa et la CGT -, avec les syndicats SAT, Solidaires et SUD de la régie.

Cette grève a été décidée "pour illustrer le mécontentement et l'inquiétude qui animent chaque agent de la RATP sur les conséquences de la mise en concurrence", notamment les conditions de transfert des salariés vers des entreprises privées, expliquent les cinq syndicats dans leur communiqué.

Une grève déjà reportée

Mi-novembre, compte tenu de la crise sanitaire et du reconfinement, ces syndicats avaient décidé de reporter sine die un premier appel à faire grève le 19 novembre, qu'ils avaient lancé en octobre. Désormais, la situation sanitaire "tend à légèrement s'assouplir", notent ces organisations dans leur communiqué.

Ces cinq syndicats s'inquiètent des conditions de transfert des agents RATP chez des opérateurs privés, quand les réseaux de la régie seront ouverts à la concurrence. Le réseau autobus sera le premier concerné, à partir du 1er janvier 2025.

Ils critiquent le contenu du Cadre social territorialisé (CST) préparé par le gouvernement pour cette ouverture à la concurrence. Dans leur premier appel à la grève, en octobre, les cinq syndicats voyaient dans ce CST un texte de "reculs sociaux", en matière notamment de "conditions de travail, de rémunération, de congés annuels, de repos, d'augmentation du temps de travail, de liquidation à terme du statut du personnel RATP".

Lire aussi : Paris: pendant que la RATP fait grève, les bus Keolis arrivent

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2020 à 13:46 :
Ce qu'ils n'ont pas compris, ces paresseux, c'est que la concurrence est là pour les remplacer par des personnes qui acceptent de travailler comme tout le monde, et ne pas être en grève tous les 3 mois.
S'ils n'avaient pas fait grève aussi souvent, la concurrence n'aurait pas été nécessaire.
a écrit le 01/12/2020 à 12:42 :
Un pays fort et puissant est un pays où les services publics sont de qualité et fonctionnent bien. Les précédents commentateurs devraient aller séjourner aux U.S.A. Ils constateraient que tous les services, dont ils veulent chez nous la privatisation, sont là-bas dignes du Quart-Monde ! Pourquoi n'exigent-ils pas que nos services publics soient réformés et améliorés ?! Espèrent-il se goinfrer d'actions d'éventuels concurrents ?!
a écrit le 01/12/2020 à 11:48 :
Vite et vive la concurrence pour la ratp sncf et pourquoi pas la police toutes les entreprises publiques championnes mondiales des grèves à répétitions, absentéisme culturel, et record mondial de la plus faible productivité ! Il faut généraliser le système dans les administrations publiques les fonctionnaires trop bien payés pour un service calamiteux idem pour la paresse et l'absentéisme. Alignement en urgence sur le privé !!!!
a écrit le 01/12/2020 à 11:16 :
Une grève : raison de plus pour ouvrir à la concurrence
a écrit le 30/11/2020 à 20:41 :
Tiens, on avait presque oublié leur existence... Mais tout de même, on est content de savoir qu'ils n'ont pas attrapé la Covid19 en se sacrifiant pour nous transporter !
Réponse de le 01/12/2020 à 10:47 :
Avril 2020 :

A la prise de service, ils étaient enfin là, distribués par les encadrants. Ce mercredi, les agents d'exploitations de la RATP ont pu revêtir les masques chirurgicaux réclamés depuis le 27 janvier par les syndicats. Deux par journée de service, distribués à tous les personnels présents sur le terrain. Un soulagement pour beaucoup, alors que la colère monte dans les rangs depuis les deux décès des suites du coronavirus enregistrés dans les rangs des agents.« On ne sait pas par quel miracle, mais les masques sont arrivés!
Réponse de le 08/12/2020 à 18:51 :
Il y a eu des morts ! Il y a eu des agents contaminés! Il y à encore eu un décès hier d'un agent. Il y a eu des agents malades à peine guerri (14 jours d'arrêt) qu'ont a renvoyé bosser malgré des douleurs aux poumons ! Alors ne rigolez pas avec ça ! Quand au soit-disant absentéisme culturel il n'est pas pire que dans le privé croyez moi ou pas ! Je connais les deux ! Privé et public ! Et le privé n'est pas plus reluisant
a écrit le 30/11/2020 à 18:30 :
Horreur.......la concurrence, alors qu'il s'agit d'un service géré pour le bien de l'utilisateur, financé largement par les entreprises, la région et le contribuable, donc d'un service public exemplaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :