L'hallucinant scénario du crash de l'Airbus A320 de Germanwings

 |   |  1238  mots
Des enquêteurs allemands ont perquisitionné jeudi soir dans l'ouest de l'Allemagne les deux domiciles du copilote de l'avion de Germanwings, soupçonné d'avoir volontairement précipité l'appareil au sol.
Des enquêteurs allemands ont perquisitionné jeudi soir dans l'ouest de l'Allemagne les deux domiciles du copilote de l'avion de Germanwings, soupçonné d'avoir volontairement précipité l'appareil au sol. (Crédits : REUTERS/Kai Pfaffenbach)
Le copilote Andreas Lubitz a refusé d'ouvrir la porte du cockpit au commandant de bord qui en était sorti et a enclenché la descente de l'appareil. D'après la presse allemande, il a souffert d'une grave dépression il y a six ans de cela et était régulièrement suivi médicalement depuis. Le commandant de bord aurait tenté d'ouvrir la porte de blindée du cockpit avec une hache, en vain.

"Un épisode dépressif lourd". Andreas Lubitz, le copilote de l'Airbus A320 de Germanwings qui s'est crashé mardi dans les Alpes françaises avec 150 personnes à Bord, a souffert d'une grave dépression il y a six ans et était régulièrement suivi médicalement depuis, révèle vendredi 27 mars le quotidien allemand Bild qui a eu accès à des documents officiels.

Depuis, le jeune homme était sous traitement "médical particulier et régulier", poursuit le quotidien qui affirme que ces informations ont été transmises par la Lufthansa, maison-mère de Germanwings, à l'autorité allemande de supervision du transport aérien (Luftfahrtbundesamt, LBA).

La veille, c'est la voix étranglée de sanglots que lors d'une conférence de presse à Cologne Carsten Spohr, le patron de Lufthansa maison-mère de Germanwings, avait confié :

"Même dans nos pires cauchemars, nous n'aurions pas pu imaginer qu'une telle tragédie puisse arriver" dans notre entreprise. "Nous sommes abasourdis ici à la Lufthansa, ici à Germanwings."

Les révélations du procureur de Marseille

Les révélations deux heures plus tôt du procureur de Marseille, Brice Robin font froid dans le dos. À la lecture du Cockpit Voice Recorder, la boîte noire qui enregistre tous les sons dans le cockpit, le jeune copilote âgé de 28 ans, a volontairement agi pour précipiter l'avion contre la montagne.

"L'interprétation à ce jour (...) la plus plausible et la plus vraisemblable est que le copilote, par une abstention volontaire, a refusé d'ouvrir la porte de la cabine de pilotage au commandant de bord", a rapporté Brice Robin.

L'homme a ensuite "actionné le bouton commandant la perte d'altitude pour une raison qu'aujourd'hui nous ignorons totalement mais qui peut s'analyser comme une volonté de détruire cet avion", a indiqué Brice Robin.

Lors des vingt premières minutes de l'enregistrement, les échanges dans le cockpit entre le pilote et le copilote sont "courtois, un peu enjoués", mais lorsque le commandant de bord entame le briefing réglementaire en vue de l'atterrissage à Düsseldorf, les réponses du copilote deviennent "laconiques", "brèves", a indiqué le procureur.

Attitude volontaire

Après 20 minutes d'un pilotage normal, le commandant de bord quitte le cockpit, sans doute pour "satisfaire un besoin naturel". "On entend alors le commandant de bord demander au copilote de prendre les commandes et on entend à la fois le bruit d'un siège qui recule et d'une porte qui se ferme", ce qui laisse supposer que le commandant de bord se rendait aux toilettes.

À cet instant, on entend le jeune copilote, qui avait été engagé il y a quelques mois par la compagnie low-cost de la Lufthansa et n'avait qu'une centaine d'heures de vol à son actif, manipuler "les boutons du 'flight monitoring system' pour actionner la descente de l'appareil".

Celle-ci sera modérée et la trajectoire linéaire jusqu'à l'impact. "L'action sur ce sélectionneur d'altitude ne peut être que volontaire", a souligné Brice Robin.
Durant toute la durée de cette descente volontaire, la respiration du copilote est audible et normale, ce qui signifie qu'il était vivant jusqu'à l'impact.

Dans cet intervalle, on entend le commandant de bord appeler à plusieurs reprises pour avoir accès à la cabine de pilotage dont la porte blindée se bloque automatiquement sur ces appareils, aux termes des normes de sécurité mises en oeuvre depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Le copilote est resté muet

Le pilote tape à la porte en vain, les interventions des contrôleurs aériens français, qui ont repéré l'anomalie, restent sans réponse. Les alarmes se déclenchent alors pour alerter l'équipage sur la nécessité de redresser l'appareil. Aucun message de détresse n'a jamais été émis et le copilote est resté muet tout au long de la descente, a confirmé Brice Robin.

Dans les derniers instants du vol, des coups violents retentissent sur la porte du cockpit, ce qui laisse à penser que le commandant de bord tentait d'enfoncer la porte. D'après Bild, qui cite des sources sécuritaires, le commandant de bord a utilisé une hache se trouvant à bord de l'appareil pour tenter de forcer la porte blindée et tenter d'empêcher la catastrophe. Puis survient le bruit d'un choc sur un talus, avant l'impact, à plus de 700 km/h contre la montagne.

Selon le procureur de Marseille, les passagers ne se sont rendus compte de leur sort qu'à la dernière minute, juste avant l'impact. Des cris sont audibles dans les dernières secondes du Cockpit Voice Recorder. La mort a été instantanée.

Le copilote avait interrompu sa formation il y a six ans

Les enquêteurs français et allemands ont engagé des investigations sur l'environnement personnel et familial de cet homme d'origine allemande, Andreas Lubitz, 28 ans. Il avait entamé sa formation en 2008 avant de l'interrompre "de plusieurs mois" il y a six ans sans donner d'explications, Il était "à 100% capable de piloter" un avion, a martelé Carsten Spohr.

"Ceux qui nous connaissent savent que nous sélectionnons avec beaucoup, beaucoup d'attention" nos pilotes, a-t-il expliqué, ajoutant que la procédure de recrutement des pilotes laissait une large place aux examens psychologiques, en plus des tests sur les capacités techniques et cognitives.

Il a néanmoins ajouté qu'une fois devenus pilotes, ils ne subissaient plus de tests psychologiques mais seulement des examens destinés à tester leurs aptitudes au commandement, s'ils souhaitent devenir commandant de bord.

Suicide ou acte terroriste?

"Aucun élément ne milite en faveur d'un attentat terroriste", a dit Brice Robin en précisant qu'il réfléchissait "à une requalification de l'enquête", ouverte dans un premier temps pour "homicides involontaires".

Le copilote en question n'était "pas répertorié comme terroriste", a pointé le procureur, qui a peine à qualifier l'acte.

"Je n'appelle pas ça forcément un suicide quand on a la responsabilité d'une centaine de personnes derrière."

Des propos partagés par Carsten Spohr qui a ajouté qu'il "n'y avait pas le moindre indice" sur les raisons qui ont poussé le copilote à commettre un tel acte.

Des perquisitions aux domiciles du copilote

Par ailleurs, les enquêteurs allemands perquisitionnaient jeudi soir dans l'ouest de l'Allemagne les deux domiciles du copilote de l'avion de Germanwings, soupçonné d'avoir volontairement précipité l'appareil au sol mardi matin, a annoncé le parquet de Düsseldorf (nord-ouest).

"Les perquisitions concernent aussi bien l'appartement du copilote à Düsseldorf que son logement à Montabaur", où il vivait une partie du temps chez ses parents, a indiqué à l'AFP le procureur Ralf Herrenbrück, précise un communiqué de ses services évoquant "plusieurs perquisitions" dans le pays.

Le parquet de Düsseldorf a ouvert une enquête parallèle aux investigations principales menées en France en raison de la présence dans cette région allemande de nombreuses victimes.

Les procédures d'identification des corps ont débuté

Les familles des victimes, principalement de nationalités allemande et espagnole, sont arrivées jeudi en France en provenance de Düsseldorf et Barcelone. La famille du copilote est elle aussi en France, a précisé le procureur. Informées des circonstances du drame par le procureur de Marseille, elles devaient se rendre dans l'après-midi sur les lieux du crash, à Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence).

Les procédures d'identification des corps, qui nécessite des prélèvements d'ADN sur les familles, ont débuté jeudi et devraient, selon les enquêteurs, se poursuivre la semaine prochaine, voire la semaine suivante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2015 à 9:43 :
incompréhensible cette mesure prise à la hâte pour avoir deux personnes dans le cockpit - ces fonctionnaires et politiques qui ont pris cette décision devaient être à la fin du repas après avoir bu 10 bouteilles - comment un PNC va comprendre les actions du PNT qui est aux commandes, s'il décide de planter son avion rien ne le fera changer d'idée.
a écrit le 29/03/2015 à 9:29 :
L'A 320 est un petit avion de ligne, un car scolaire avec 2 ailes.
Comment se fait il que "les passagers ne se sont rendu compte de leur sort qu'à la dernière minute", alors qu'une bonne moitié d'entre eux ont obligatoirement vu et entendu le pilote mettre des coups de hache dans la porte ?
C'est la grève des scénaristes à Hollywood ?
a écrit le 29/03/2015 à 8:38 :
il n'y a pas de hache mais un pied de biche pour forcer l'ouverture de la porte mais apparemment le pilote n'a pas eu le temps
les compagnies ont déjà réagi et un steward ou une hôtesse entre dans la poste de pilotage si un pilote en sort
a écrit le 28/03/2015 à 10:19 :
Personne n'en parle , mais que se serait il passé si le commandant de bord n'avait pas quitté le cockpit pour aller aux toilettes ?
En plus, Le co pilote ne pouvait pas savoir qu'il quitterait la cabine juste au dessus des Alpes , car comme on l'entend aux infos ce matin , il aurait voulu crashé l'Airbus dans un endroit qu'il connaissait bien non loin d'un aérodrome qu'il aurait fréquenté .
a écrit le 27/03/2015 à 23:27 :
On s'enfonce dans l'invraisemblance . En admettant que le copilote souffrait vraiment de troubles mentaux au point de nécessiter un suivi médical, comme l'enquête semble le montrer comment une compagnie aussi célèbre que la Lufthansa a pu ignorer son état de santé . Les pilotes et copilotes de lignes doivent subir au moins un bilan de santé par an, d'autant plus que leur recrutement oblige à la connaissance des formations et des états de santé antérieurs . Si maintenant, les pilotes de ligne peuvent souffrir incognito de troubles mentaux, en plus des erreurs, des défaillances techniques et des caprices météo, l' avion ne saurait être un transport fiable . En attendant la conclusion de l' enquête, la compagnie Lufthansa est responsable de la tragédie, puisqu'elle est due à un pilote inapte ( déclaré tel lors de sa formation aux USA ). A t-on jamais vu qu'une importante entreprise ne soit pas au courant de l' état de santé d'un membre du personnel hautement qualifié ? D'autre part les troubles mentaux sont très difficiles à soigner, ils font partie du caractère et sont très souvent récurrents, les psy le savent .
Mais pour se faire une opinion définitive sur cette lamentable tragédie, il faut attendre la fin des enquêtes. Parce que l' hypothèse des troubles mentaux quoique valable n'explique pas tout. La descente de l' avion bien que rapide n'est pas en phase d'urgence et montre un pilotage maîtrisé qui est impossible si la perception de la réalité est fausse . La réaction du commandant parait très tardive: Quand l'alarme de bord retentit, le sol n'est plus qu' à 100m, au mieux à 300 m . A la vitesse de 100 m à la seconde, soit 360 km/ h seulement il ne lui reste qu'entre 1 et 3 sec pour sauver
l' avion, dont l'inertie empêche de réagir immédiatement. Il aurait du intervenir dés que son copilote a refusé d'ouvrir malgré plusieurs demandes. Affolement ? Si même le commandant s'affole , alors là ...
Réponse de le 29/03/2015 à 14:24 :
encore un qui n'a rien compris ! il fallait faire ceci, il aurait du agir comme cela ! et vous surement nous exempter de ces commentaires inutiles cat vous n'êtes pas pilote et n'y connaissez rien !
a écrit le 27/03/2015 à 11:38 :
Les pilotes Sapin et Hollande se sont enfermés dans le cockpit de l'avion France.Le pays perd de sa vitesse de croisière et se dirige tout droit vers un crash.Les français essayent de raisonner les pilotes,mais plus aucun bruit ne sort du cockpit a part un bruit de respiration.Les français cherchent désespérément la hache qui leur permettra de s'introduire dans le cockpit....
Réponse de le 27/03/2015 à 14:18 :
Je dirais plutôt, la copilote Angela Merkel s'est enfermée dans le cockpit de l'avion Europe. Elle a amorçé la descente déflationiste
Réponse de le 27/03/2015 à 17:19 :
On parle ici de l'assassinat de 150 personnes, et vous en revenez encore et toujours à Hollande. S'il est vrai que vous êtes un élu UMP, vous ne m'avez pas l'air plus psychologiquement apte à exercer vos fonctions que ce pilote. Un peu d'intelligence, ou au moins de la décence, s'il vous plait.
Réponse de le 27/03/2015 à 17:45 :
Bravo , vous voulez une médaille ? Le sujet n'est pas la politique ici . Merci et au revoir .
Réponse de le 27/03/2015 à 21:10 :
Mais oui bien sur, vous avez totalement raison. Maintenant il faut prendre vos médicaments et aller vous coucher.
Réponse de le 28/03/2015 à 10:02 :
je trouve lamentable de faire de l'humour dans de telles circonstances...
Réponse de le 28/03/2015 à 15:34 :
A plus de 2000 mètre pas de relais pour téléphone portable, quand à l'explosion, à 200 m sec l'avion d'environ 60 mètres de long s'est écrasé en environ 0,36 secondes, pas le temps que l'explosion se propage, le carburant s'est volatilisé comme le reste avec une violence et sur une grande surface, que ça ne doit pas exploser, puisque pour une explosion il faut un confinement.
a écrit le 27/03/2015 à 10:52 :
Trop facile ......les morts on toujours " tort " ....comment un avion qui fais une chute pendant 10 minutes avec presque 18 tonnes de carburant, et suivit par un avion de chasse :
ne donne :
-1 aucun SOS, prise de vitesse plus de 900 km/h
-2 aucune conversation de passager par téléphone a l'un de ces proche
-3 la chute dure plus de 10 minutes
-4 s'écrase au sol sans explosion
-5 toutes ce qui touche a l'électronique et téléphonie (téléphone portable passager) rien ne fonctionner.
je vous laisse vous faire vos propre opinions.............
Réponse de le 27/03/2015 à 15:42 :
d'accord. je me pose ces questions aussi. vu l'état de desagregation de l'avion carrément en poudre et surtout pas d'explosion alors que l'avion était plein de kéroséne. J'ai lu quelque part qu'il y avait 2 avions de chasse. Et puis sachez qu'un type qui frappe avec une hache ça fait vachement de bruit! et il devait gueuler le commandant! donc les voyageurs ont du entendre....tu demandes de l'aide a des mecs costauds dans l'avion pour t'aider en plus.. tu restes pas comme un idiot a te debrouiller tout seul! c'est une etat d'urgence là! C'est absurde. Pendant ce temps là les voyageurs peuvent téléphoner envoyer des textos mais...RIEN....la réputation d'un jeune pilote de 28 ans a côté d'une bourde (ou pas) de l'armée ça coute pas cher...Réflechissez! ça n'a pas de sens!.. si j'avais la possibilité je demanderai une simulation ( genre les Experts;-) d'un avion qui frappe une falaise a 711km /h pour comparer...bref...des avions disparaissent complétement, d'autres se percutent dans les montagnes...ça fait beaucoup de catastrophes depuis quelques temps...l'espace aérien est plein de mystéres..prenez les train je vous conseille...et puis QUI était dans l'avion aussi...ça c'est une bonne question....
Réponse de le 27/03/2015 à 17:10 :
@lorenzo et kate:
Commentaires complètements déplacés et truffés de contre vérités et de bêtises !
L'avion s'est écrasé avec une explosion entendue par des témoins. Le commandant de bord n'avait pas de hache pour défoncer la porte blindée (mesure depuis le 11 sept). Un avion qui frappe une falaise à 700km/h se désintègre en petits morceaux. L'avion de chasse est arrivé trop tard, il a constaté les débris et la fumée. Bref, encore des idiots qui veulent semer le doute et la théorie d'un complot. C'est pas respectueux pour les familles.
Réponse de le 27/03/2015 à 17:55 :
-1 aucun SOS, prise de vitesse plus de 900 km/h
* LES SOS PARTENT DU POSTE DE PILOTAGE ... CQFD
-2 aucune conversation de passager par téléphone a l'un de ces proche
* Difficile de capter un réseau stable à 700km/h dans une zone montagneuse reculée ( déjà à pied c'est dur ) , de plus les passagers n'ont surement pas pris conscience d'une descente fatale avant la toute fin ...
-3 la chute dure plus de 10 minutes
* Il a descendu à peine plus vite que lors d'une arrivée classique au sol ... ce n'est pas une chute à proprement parlé .
-4 s'écrase au sol sans explosion
* Nous ne sommes pas à hollywood , il y a probablement eu des feux autour des élèments dispersés car on apercevait de la fumée sur les premières images vidéo...
-5 toutes ce qui touche a l'électronique et téléphonie (téléphone portable passager) rien ne fonctionner.
* déjà répondu quant aux portables passagers , l'electronique du bord devait fonctionner correctement .

Tout ça ne parait pas si dur à comprendre ou concevoir .
Réponse de le 27/03/2015 à 18:02 :
1citoyen2plus....un avion que se crache avec son carburant fait " autre " qu'une simple explosion ...j'ai une licence d'ULM bon ok c'est pas un A 320, je suis de Manosque et je peut te dire que il y a TROP de détails qui ne tiennent pas la route ....de plus un avion de chasse qui "arrive " trop tard ....question : que comptait t'il faire ??? le remorquer ??? on peut croire que la marmotte met le chocolat dans le papier alu ...moi je n'y crois pas ! et je ne suis pas le seul
Réponse de le 27/03/2015 à 18:33 :
devant un pilote d'ulm ... Qui plus est de Manosque ... Je m'incline
Réponse de le 28/03/2015 à 13:23 :
Les gens ont besoin de croire au complots. Partout, tout le temps. C'est la psychologie humaine. C'est aussi un moyen de ne pas suivre la pensée majoritaire. Si le complot est avéré (ça arrive), ils pourront se sentir plus clairvoyants que d'autres. Si la thèse du complot n'est pas confirmée, il y a aura toujours l'argument de la manipulation de la masse. Au final, c'est simple la position du complot est celle qui permet de ne jamais avoir tort.
a écrit le 27/03/2015 à 9:07 :
Je viens de lire un tel florilège de conneries que je suis fatigué pour la journée !!
a écrit le 27/03/2015 à 8:05 :
se suicider avec 150 personnes... on encore longtemps nous faire avaler des couleuvres ????????
Réponse de le 28/03/2015 à 15:38 :
Il manque un verbe quelque part, et pas que...
a écrit le 27/03/2015 à 7:55 :
paix a leurs ames
a écrit le 27/03/2015 à 7:35 :
BONJOUR.Pour moi c est un veritable acte criminel.Une personne qui veut se suicider n a
pas a entrainer sur son lugubre sillage 149 autres personnes.
a écrit le 27/03/2015 à 2:53 :
C'est ironique, il avait un apart à Montabeaur
a écrit le 27/03/2015 à 2:20 :
Il tue 149 personnes et vous n'osez même pas l'appeler un terroriste, j'imagine que si son nom avait un semblant de ressemblance à celui d'un arabe on chercherai même pas à comprendre. Alors soyez objectifs et appeler un chat un chat.
Réponse de le 27/03/2015 à 4:34 :
"Le terrorisme est l'emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses, idéologiques ou crapuleuses" : Wikipédia
il me semble que rien n'indique tout ça donc arrêtez "votre objectivité" à deux balles
Réponse de le 27/03/2015 à 16:29 :
D'abord on dit "soyez objectif" au singulier, et "appelez un chat un chat" et pas "appeler". Fautes d'orthographe à part, je tiens à vous dire que votre commentaire est d'une naïveté assommante. Votre racisme sous-jacent ne tient pas la route car l'assassin en question (il faut appeler un chat un chat), et qui a prémédité pas seulement sa mort mais aussi celle de 149 personnes, n'est pas un terroriste mais un psychopathe. Andreas Lubitz était un homme avec des graves troubles psychiques.
La faute majeure, sinon l'unique, revient à Germanwings qui a permis qu'un pilote qui devrait être en congé maladie de travailler et même d'effectuer un vol en tant que co-pilote jusqu'à Barcelone. Ce déséquilibré mental est mort, mais la justice doit être faite et les indemnisations aux familles doivent être à la hauteur de cet abominable crime. Et peu importe si cela signifiera la faillite d'une fois pour toutes de Germanwings. Air France la remplacera.
a écrit le 27/03/2015 à 0:22 :
Il faut rappeler l'utilité indispensable d'avoir en permanence des équipes mixtes avec des seniors qui ont plusieurs année d'ancienneté, de compétence et de traçabilité. Il est indispensable de recruter des juniors et les encadrer pendant au moins plusieurs années pour les coacher. Aussi bien dans l'aviation que pour tous métiers car a moyen terme ça évite de graves désagréments et surcout.
a écrit le 26/03/2015 à 23:09 :
Ça rappelle la 1ère scène de "les nouveaux sauvages".
a écrit le 26/03/2015 à 22:20 :
Dommage que nous retrouvions dans ce malheur la quadrature du cercle de la "société" US. Paranoïa entraine protection exagérée de la part d'UN humain bien individualiste qui peut pourtant posséder un fusil mitrailleur ou être aux commandes d'un avion de 800 personnes. Et, lorsque l'on analyse un minimum les faits humains, il ressort que les seuls cas de suicide accompagnés d'autres tués sont quasi tous ceux des religieux à qui l'on promet une "vie" meilleure par la suite... Quelle horreur.
a écrit le 26/03/2015 à 22:10 :
Tout cela n'est que supposition à partir de la première boîte noire. La deuxième boite noire qui enregistre les commandes passées à l'avion et ses paramètres de vol n'a pas été encore retrouvée. Avion détourné et crash. Cela ressemble au cas 2014 de l'A320 de la Malaysian.
a écrit le 26/03/2015 à 21:02 :
On peut toujours lui mettre maintenant sur le dos le meurtre avec préméditation pour camoufler l'attentat terroriste afin d'éviter la propagande.

Cependant, cette suspecte interruption de formation me fait penser à celle de ceux qui se formaient pour piloter un avion sans chercher à apprendre ni à décoller, ni à atterrir, soulevés après les attentats du 11 septembre. Pourtant, lui savait mener toutes les phases de pilotage d'un avion !... Pas évident...

Protéger Airbus semble être délicat car l'avion était vieux, il avait donc fait ses preuves.

Protéger la LuftHansa pour défaut de maintenance afin de ne pas entacher la compagnie de sa réputation de qualité à l'allemande ? Les allemands sont aussi impliqués dans Airbus. Qui sait ? on peut tout imaginer.

Saura-t-on la vérité un jour ? les raisons d’État, les intérêts financiers, rien n'est moins sûr !...
Réponse de le 26/03/2015 à 21:28 :
Décidément les commentaires sont d'un niveau à faire pleurer ! tout le monde y passe ! les compagnies, les avionneurs, le BEA, les politiques, les chefs d'état ! mais arrêtez de tout savoir, tout contredire , faire des commentaires stupides comme si vous saviez tout et surtout arrêtez de dire des âneries pour le besoin de vous faire mousser ! ça en devient lassant tellement ça vole bas !
Réponse de le 26/03/2015 à 22:50 :
Vous soufrez tellement !
Réponse de le 27/03/2015 à 1:17 :
@Wars : War is not the solution.Wars are the problem.
a écrit le 26/03/2015 à 20:48 :
"cet homme d'origine allemande…"
Est-ce qu'on dit que François Hollande est d'origine française ? ce co-pilote était pas d'origine allemande, il était un citoyen allemand, donc un Allemand. Ainsi comme Angela Merkel, par exemple. L'accident est survenu en France mais l'avion et l'équipage était allemands, pas "d'origine étrangère", MM les journalistes !! franchement….
Réponse de le 27/03/2015 à 21:17 :
Absolument. De même on pourrait dire que Zinédine Zidane est un ex-footballeur d'origine algérienne, mais on dit qu'il est Français tout court.
a écrit le 26/03/2015 à 20:00 :
les compagnies aériennes savent que ce genre d incident arrive (deja passe en afrique). Ils n ont pas developpe de methodes pour empecher cela. La compagnie doit payer maintenant.
a écrit le 26/03/2015 à 19:53 :
Comment se fait-il que "une fois devenus pilotes ils ne subissent plus de tests psychologiques". Ils sont des surhommes les pilotes? Il paraît aussi qu'ils subissent un seul test médical par an. C'est le laxisme total, à l'image de nos sociétés. Par contre, on est bien plus exigeants avec les arrêts maladie de Monsieur ou Madame tout le monde, on espionne le malade, on le convoque devant le médecin de la société ou de la sécurité sociale. Il faudrait aussi des tests psychologiques permanents sur les dirigeants politiques qui pilotent des pays, et qui déclarent des guerres, sans que personne n'ait rien à dire!
Réponse de le 26/03/2015 à 21:10 :
Vous êtes d'un niveau affligeant. Vous mélangez tout, arrêtez donc pauvre français
Réponse de le 26/03/2015 à 22:52 :
Vous avez trop bu.
Réponse de le 26/03/2015 à 23:21 :
@Ben Vous pouvez aborder n'importe quel sujet, il y aura toujours un français pour donner son avis d'ignorant. Un français, çà cause. Cà dit des bêtises mais c'est plus fort que lui, il a besoin de prononcer des mots.
Réponse de le 27/03/2015 à 1:28 :
@democratox: et un démocratiz non français prononce quoi?
a écrit le 26/03/2015 à 18:50 :
Pourquoi ne pas placer les toilettes dans le cocpit ?
De cette façon, il ne peut pas y avoir ce genre de problème.
Et une petite cabine de repos....
Il y aurait forcément deux personnes en permanence à tous moments dans la cabine de pilotage.
Réponse de le 26/03/2015 à 20:14 :
Je ne pense pas que les pilotes et co-pilotes sortent du cockpit seulement pour aller aux toilettes ou "se reposer"...Il doit y avoir d'autres raisons aussi...
Réponse de le 26/03/2015 à 20:28 :
J'ai déjà entendu cela à la radio... Il ne faut pas pousser !... Il y a bien d'autres occasions qui nécessitent la sortie du cockpit !...

Euh !... Pourquoi alors ne pas imposer la présence de l'hôtesse courtisée par l'un des pilotes ? Idiot, me direz-vous ? Pas plus que la cabine de toilette ou de repos !...
Réponse de le 26/03/2015 à 20:39 :
Certaines compagnies (Emirates je crois) imposent déjà la présence d'une hôtesse ou d'un steward au besoin pour qu'un pilote ne se retrouve jamais seul. Cette pratique paraît raisonnable, pourquoi n'est elle pas utilisée par toutes les compagnies aériennes ?

Bon d'accord, parce que ça coûte, c'est trop cher un fonctionnaire de plus, et patati patata, d'accord, d'accord, c'est plus avantageux mourir même.
Réponse de le 27/03/2015 à 7:16 :
Et ca changera quoi? celui qui voudra faire ce genre d'acte neutralisera l'autre... Vous allez mettre un garde du garde pour évité ça; puis après un garde du garde qui garde.... On en fini plus.
Y a eu combien d'accident d'avion du à ce genre d'acte? Et combien son morts sur les route a cause d'un suicidé?
C'est malheureux pour les famille et je compatis, mais se lancer dans plein d'élucubration ne fera pas avancer le problème. Laissons les gouvernements et leurs lois et les compagnies régler le problème.
Réponse de le 28/03/2015 à 15:50 :
En effet, moi je vois le scénario: Le commandant part aux toilettes et l'hôtesse ou le Stewart arrive avec une arme dirigée sur le pilote restant jusqu'à ce que le premier revienne.... Après chaque problème, dans notre société, une bande de crâne se met à cogiter pour pondre une nouvelle loi, pour contrecarrer quelque chose qui arrive 1 fois tous les 50 ans au pire . Le tout sécuritaire devient pesant à la longue.
a écrit le 26/03/2015 à 18:12 :
Le suicide est l’acte délibéré de mettre fin à sa propre vie et uniquement sa propre vie. On ne peut pas qualifier le fait de faire écraser un avions en tuant 150 personnes comme un suicide, Il s'agit de meurtre avec préméditation.
L'enquête doit désormais comprendre le mobile de cet acte.
Réponse de le 26/03/2015 à 19:01 :
Vous semblez vous y connaître, en suicide. Du vécu..??
Réponse de le 26/03/2015 à 20:43 :
@ yvan : Déplacée et enfantine votre remarque, La taupe a tout à fait raison. Si ce type était assez conscient pour vouloir mettre fin à ses jours lors de ce vol là, il est évident qu'il avait totale conscience aussi qu'il n'allait pas mourir tout seul. Donc il s'agit d'un meutre avec prémeditation, pas d'un suicide.
Réponse de le 26/03/2015 à 21:55 :
@yvan, non désolé pas besoin de vécu pour indiquer la définition du terme suicide. Pour votre culture général, la définition du meurtre : Fait de tuer volontairement quelqu'un.
Réponse de le 26/03/2015 à 21:59 :
Meutre..?? Du vécu..??
Réponse de le 26/03/2015 à 22:17 :
C'est juste que vous n'aviez pas l'air de comprendre la différence entre les deux termes alors je me suis permis de vous les expliquer.
Réponse de le 26/03/2015 à 22:22 :
Certes, vous n'avez pas besoin de vécu... J'ai toujours su que vous saviez tout...
Réponse de le 26/03/2015 à 22:24 :
Donc, le co-pilote avait la haine des passagers. Va falloir m'expliquer un peu mieux, là...
Réponse de le 26/03/2015 à 22:43 :
Désolé je ne peux pas vous expliquer vous risquer de ne pas comprendre.
Réponse de le 26/03/2015 à 23:26 :
Dites simplement que vous ne pouvez pas expliquer, ce sera plus simple et je comprendrai.
Réponse de le 27/03/2015 à 7:20 :
Pour ma part c'est du vécu et on planifie tous jusqu'à avoir l'occasion d'y passer mais jamais on ne prévois de tuer volontairement ceux qui n'ont rien à voir avec notre mal-être. Au mieux les une ou deux qui nous y ont conduit et encore on préfère qu'il vive avec notre mort sur la conscience en trouvant un papier expliquant notre acte et remerciant ces personnes de nous y avoir conduit...
a écrit le 26/03/2015 à 17:49 :
Concernant le porte du cockpit; trop de sécurité tue la sécurité...
Réponse de le 26/03/2015 à 19:02 :
Résultat de la psychose US.
a écrit le 26/03/2015 à 17:48 :
Trop d'heures supplémentaires, le pilotes "décrochent", c'est ça….
Réponse de le 26/03/2015 à 19:03 :
Peut-être saurons-nous s'il avait un boulot à coté comme tous les pilotes de ligne US. Auquel cas, si ça se passait mal dans ce deuxième boulot...
Réponse de le 26/03/2015 à 21:26 :
Dites, c'est pas fatigant dire tant de conneries par la suite ? arrêtez avec vos théories complotistes, si vous avez la frousse, alors ne prenez plus l'avion, voyagez sur dos d'un mulet, cela prend plus de temps mais vous n'allez jamais vous retrouver devant une paroi à 2'500 m d'altitude à 250 nœuds à l'heure.
Réponse de le 26/03/2015 à 22:02 :
Vu votre réaction, je semble vous déranger d'une manière notable... Désolé d'avoir touché un point faible. Je le referai.
a écrit le 26/03/2015 à 17:28 :
Effectivement, on ne se suicide pas avec 150 personnes. La thèse du suicide est douteuse et pour ce qui est du fanatisme religieux, ce serait déjà apparu à l'enquête. Par contre, le net nous donne à lire en permanence, et même de plus en plus, des délires paranoïaques; et il se pourrait que dans une période de difficulté psychologique, il ait adhéré à une de ces thèses qui ne valent pas mieux que les délires religieux.
Réponse de le 26/03/2015 à 17:54 :
Ce n'est pas le premier pilote de ligne à se suicider aux commandes de son avion ...
a écrit le 26/03/2015 à 17:26 :
le pilotage automatique de l'avion était enclenché ; sur les voitures on sait faire maintenant des systèmes anti collision : pourquoi pas sur un avion ? ça éviterait ce drame
Réponse de le 26/03/2015 à 19:08 :
Encore faut il que le pilote automatique soit enclenché
a écrit le 26/03/2015 à 17:08 :
Étrangement on arrive a retrouver dans une montagne inaccessible en quelques heures une boite noire et à l'exploiter malgré qu'elle soit endommagée...et la boite noire du MH17 intacte, elle n'a soit disant toujours pas rendu son verdict...de là , à nous prendre pour des truffes....je m'étonne qu'on aie pas encore la maison blanche dire que c'était un coup des Russes...
Réponse de le 26/03/2015 à 17:58 :
Allez ! Encore un adepte de la théorie du complot...prenez une p'tite verveine avant d'aller au dodo.
Réponse de le 26/03/2015 à 20:03 :
Bah y'a une balise de géolocalisation dessus, c'est déjà plus simple de la retrouver sur la terre ferme qu'à 5000m de fond...
Réponse de le 28/03/2015 à 16:01 :
La boite noire "orange" a été vite retrouvée car dans un espace relativement restreint, et cabossée, mais la "puce" de mémoire qui est grande comme l'ongle de mon pouce, est solide de part sa faible masse et d'une protection supérieure, le seconde boite à pu être pulvérisée comme le reste et n'être jamais retrouvée. Quand aux anciennes boites, avec enregistreur à bande magnétiques elle était plus fragile, si le bande était atteinte, on pouvait la retrouver, mais la lire pouvait s'avérer difficile, voir impossible. Les mémoires solides ont cet avantage d'être "solides".
Réponse de le 28/03/2015 à 16:17 :
Désolé Letigre, pas de géolocalisation sur terre, la balise n'émet que sous l'eau, de toute façon la seconde boite a été retrouvée, enfin, la boite, pas l'intérieur là ou il y a la puce mémoire, à la vitesse ou l'avion a tapé l'aplomb, il est déjà bien d'en avoir récupérée une, et lisible.
a écrit le 26/03/2015 à 16:54 :
Pauvres gens. Lorsqu'on se suicide (si c'est officiel) on n'entraîne pas avec soi d'autres personnes. Au moins c'est premiers éléments de l'enquête feront taire les commentateurs qui prédisaient la fin d'Airbus
Réponse de le 26/03/2015 à 17:57 :
Les rapports d'enquêtes ont déjà démontré que sur Boeing, les accidents sont principalement du à des causes humaines et que sur Airbus elles sont dues à des causes mécaniques.
Réponse de le 26/03/2015 à 18:28 :
Et bien Airbus est entrain de rattraper son retard...
Réponse de le 26/03/2015 à 21:16 :
Cela ressemble beaucoup à ces personnes qui se suicident en se jetant sous un métro ou RER sans se soucier que cela va interrompre puis perturber longuement le trafic de la ligne et donc déranger un nombre considérable de voyageurs !
Réponse de le 26/03/2015 à 21:34 :
tiens donc ou avez-vous appris cette sottise de plus ! regrettez-vous ce succès planétaire franco-allemand challenger de Boeing !!! remarque affligeante !
Réponse de le 27/03/2015 à 12:04 :
Franchement les français ça cause beaucoup et inutilement...Que de sottises ici...Premièrement les boites noires (qui sont dans les faits rouges) sont aux nombres de deux, une qui enregistre les données électroniques et le fonctionnement de l'avion et l'autre les conversations dans le cokpit...Elles ont des balises pour facilité leur recherche et sont fait d'alliage de titane...Bref, ceux qui peuvent lire et utiliser ces données font partie du bureau d'enquête du pays ou a lieu de crash..NTSB et non celui du pays à qui appartiens l'avion. Ces bureaux d'enquêtes sont indépendant du gouvernement et d'entreprises pour éviter toutes allégeances et interférences .Donc, aucune conclusion ne sera donner tant et aussi longtemps que le NTSB n'aura pas éliminer entièrement les causes mécaniques et pour cela ils doivent rassembler toutes les pièces de l'avion et les expertiser..Bref, pour en venir à la conclusion qu'il s'agit d'un suicide, cela est trop prématuré et précaire comme information à ce stade de l'enquête...qu'il s'agisse d'un attentat, il faudra des preuves et non des soupçons ou des quand dira t-on pour juger. On a déjà pendu des hommes basé sur des rumeurs et je crois sincèrement que nous avons évolué depuis ces temps ou nous chassions les sorcières. Pour répondre à la question, qu'il devrait avoir plusieurs personnes dans le Cokpit...Cela est supposé être le cas, soient le pilote, le co-pilote et le technicien de bord qui lui analyse les vent, la météo et certains système de l'avion etc..de plus une autre question pour celui qui écrit que les avions devraient avoir des systèmes anti-collision comme sur les voitures et bien ils existent depuis longtemps. D'ailleurs ceux que nous possédons sur nos voitures est le résultat des systèmes qui ont été développé, il y a de cela plus de 30 ans pour l'aviation. Finalement ce ne serait pas le premier pilote qui se suicide en emportant ses passagers avec lui...malheureusement...de plus qu'il s'agisse de suicide ou non...tergiverser sur le fait que ce soit un meurtre ou non, je vous signale que cet homme est mort...donc, les accusations pour meurtre on repassera. Finalement on appelle cela en psychologie un suicide élargie, s'il y a lieu...De plus ils indiquent, qu'il était vivant et respirait mais, que savons nous en fait, peut-être était il inconscient ou malade...L'activation du fameux bouton a t-elle été faite volontairement ou le système était défaillant...Tout n'est que suppositions à ce stade...alors attendez les conclusions de l'enquête avant de juger....Ah oui j'oubliais ils restera toujours, malgré les preuves, des paranoîaques qui ne croiront que le complot internationale terroristes est la cause car aujourd'hui il n'y a plus d'accident, de suicide ou d'erreur humaine, seul le complot existe.... pour tuer des gens innocents. Sans rancune cousin d'Europe de votre voisine du Québec.
Réponse de le 27/03/2015 à 18:41 :
Lise, on aurait pu y croire... sauf que le NTSB ne va pas ou peu intervenir sur cette enquête... Le BEA est assez grand pour fuiter dans la presse toute seule. Pour les boites noires , les balises ne se déclenchent que dans l'eau... Bref ... Se renseigner avant ;-)
Réponse de le 28/03/2015 à 16:10 :
@lise, Il y avait "dans le temps" sur les longs courriers, pilote, copilote, mécanicien, radio etc... sur nos lignes intérieurs malgré une lutte des pilotes, Airbus avec ses commande électroniques et Air France on instauré un pilote et un copilote par mesure d'économie, il est vrai que jusqu'à ce jour, cela semblait suffire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :