L'OACI publie ses recommandations sanitaires pour relancer le secteur aérien

 |  | 682 mots
Lecture 4 min.
Les changements imposés au secteur aérien pour lutter contre l'épidémie sont les plus importants depuis les mesures de renforcement de la sécurité décidées suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.
Les changements imposés au secteur aérien pour lutter contre l'épidémie sont les plus importants depuis les mesures de renforcement de la sécurité décidées suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis. (Crédits : Charles Platiau)
Port du masque, contrôles de température, désinfection des avions... L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) publie ce lundi une série de recommandations sanitaires à destination du transport aérien afin de relancer un secteur touché de plein fouet par la crise. Bien que ces mesures n'auront pas de caractère obligatoire, elles devraient faire autorité, car faisant l'objet d'un large consensus.

L'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) publie ce lundi une série de recommandations sanitaires à destination du transport aérien pour relancer un secteur durement touché par la pandémie de coronavirus.

Ce protocole sanitaire est le fruit du travail d'une "task force" internationale mise en place par l'organisation onusienne, en collaboration avec de nombreuses organisations comme l'OMS ou la puissante Association internationale du transport aérien (IATA). Le rapport de cette "équipe spéciale sur la relance de l'aviation après le Covid-19" doit être approuvé ce lundi après-midi par le Conseil de l'OACI, son organe exécutif.

Le directeur général de l'IATA Alexandre de Juniac a dévoilé les principales mesures proposées par ce "guide des bonnes pratiques" dès la fin de la semaine dernière.

Lire aussi : "Les gouvernements doivent aider les compagnies aériennes" (Juniac, DG de IATA)

Cadre global

Les recommandations se veulent un "cadre" visant aussi bien la sécurité des passagers que celle des personnels, dans les aéroports comme à bord des avions.

Le voyageur devrait présenter, à son arrivée à l'aéroport, une déclaration de santé et subir un premier contrôle de température, propose l'OACI. L'enregistrement en ligne avant d'arriver à l'aéroport doit être privilégié, et les passages aux contrôles de sécurité doivent être repensés pour limiter les contacts physiques et les files d'attente.

Le port du masque ou d'un couvre-visage doit être obligatoire à l'intérieur du terminal, où une distance physique d'au moins un mètre doit être respectée, ainsi qu'à bord des appareils.

Une fois à l'intérieur de l'avion, les passagers doivent garder leur masque et se déplacer le moins possible pendant le vol, en évitant les files d'attente vers les toilettes pour ne pas risquer de contaminer les autres passagers.

Lire aussi : Masques, visières, prise de température... les mesures d'Air France pour rassurer les passagers

"Référence mondiale"

L'OACI ne préconise pas de neutraliser un siège sur deux pour assurer la distanciation physique, un système dénoncé par l'industrie qui y voit une menace à sa rentabilité.

Lire aussi : La distanciation physique dans les avions n'est pas obligatoire (AESA) : les compagnies aériennes soufflent

L'organisation demande toutefois que les voyageurs soient aussi éloignés les uns des autres que possible, en fonction du taux d'occupation de l'avion. Elle préconise également que la nourriture à bord soit pré-emballée et que l'avion soit désinfecté régulièrement.

De nouveaux contrôles de température doivent également être effectués à l'arrivée.

Ces mesures n'auront pas de caractère obligatoire mais elles ont fait l'objet d'un large consensus qui leur donnera "une autorité qui fera référence mondiale, pour la première fois sur ce sujet depuis la crise du Covid-19", explique à l'AFP Philippe Bertoux, représentant de la France au Conseil de l'OACI, qui a piloté les débats de la "task force".

"Ces mesures faciliteront une reprise sûre et durable du transport aérien, ceci à travers un partenariat étroit entre les secteurs de l'aviation et de la santé qu'illustre la participation active de l'OMS à nos travaux de réglementation", ajoute-t-il.

Crise historique

Le rapport soumis à l'approbation du Conseil présente plus largement "une stratégie pour une reprise du transport aérien international", qui traverse la plus grave crise de son histoire selon l'agence.

Les changements imposés au secteur aérien pour lutter contre l'épidémie sont les plus importants depuis les mesures de renforcement de la sécurité décidées suite aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis.

Pour pouvoir redémarrer après avoir été cloué au sol et mis financièrement à genoux, le secteur du transport aérien réclamait une harmonisation des règles afin de rassurer les passagers et les États qui ont pour beaucoup fermé leurs frontières dans l'espoir d'enrayer la propagation de l'épidémie.

L'OACI estime que la pandémie de coronavirus pourrait réduire de 1,5 milliard le nombre de passagers d'ici la fin de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2020 à 9:43 :
Où il apparaît qu'il vaut mieux faire voler des "Gros Navions" à moitié plein que des petits à moitié vides.
a écrit le 01/06/2020 à 18:31 :
Prendre l'avion, voler, voler pendant des heures. Atterrir à l'autre bout du monde. Pour y faire quoi au juste? Un peu de sobriété sera bon pour la planète et nos enfants. On peut tellement mieux se divertir près de chez soi, en France.
Réponse de le 01/06/2020 à 20:02 :
Qui n'a pas voyagé en lisant Jack London, Joseph Kessel, Henry de Montherlant, et bien d'autres pour qui l'aventure veut dire quelque chose ne peut peut-être pas comprendre cette envie irrépressible de découvrir l'ailleurs, et les autres du bout du monde.
J'aime voyager, j'aime découvrir d'autres pays, d'autres cultures, la France que j'aime pour sa devise, pour son idée de liberté pour sa laïcité me fait pourtant quelquefois douter. Le voyage dans ces moments est une source de liberté absolue, d'evasion mais surtout de découverte, celle qui nous place dans l'humanité.
Je veux aimer ma planète en l'embrassant pas en la vénérant. Laissez moi voyager en avion et restez chez vous si c'est votre plaisir.
Réponse de le 02/06/2020 à 10:06 :
@charles58
L'aventure, il y a longtemps qu'elle n'est plus à l'ordre du jour, à l'heure du transport de masse!
L'aventure sur Terre est elle encore possible où tout a été
souillé par 2 siècles d'industrialisation, de pollution, de conflits ?
Non, l'aventure: c'est mort. Tout au plus quelques dépaysements lointains sont possibles, mais au prix d'un bilan négatif pour la planète.
La vraie aventure se passe de la vitesse l'avion, elle est lente. Pour découvrir, la lenteur, la pause, l'arrêt et l'effort sont nécessaires, clés du plaisir de pouvoir enfin contempler.
...et il n'est pas nécessaire d'aller au bout du Monde, à la poursuite des rêves organisés, frelatés des agences de voyage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :