La SNCF a supprimé 7.000 emplois entre 2017 et 2019

 |  | 446 mots
Lecture 3 min.
Le groupe ferroviaire a supprimé 7.000 emplois en trois ans, de 2017 à 2019
Le groupe ferroviaire a supprimé 7.000 emplois en trois ans, de 2017 à 2019 (Crédits : BENOIT TESSIER)
Le groupe ferroviaire a réalisé "le principal plan de suppression d'emplois en France", selon le syndicat SUD-Rail qui dénonce "la fragmentation de la SNCF en multiples activités autonomes et le passage en sociétés anonymes".

La SNCF a supprimé 7.000 emplois en trois ans, de 2017 à 2019, l'effectif total passant de près de 159.700 agents à la fin 2017 à environ 152.700 à la fin 2019, selon un bilan social du groupe public ferroviaire, consulté vendredi par l'AFP.

Au cours de ces trois années, la SNCF a enregistré quelque 21.500 départs au total (retraite, licenciements, démissions, ruptures conventionnelles...) et a recruté près de 14.800 personnes en CDI, d'après le bilan du groupe.

Lire aussi : SNCF: dernier contrat en Île-de-France avant la concurrence

Hausse des démissions de 26% en 2019

En 2019, première année de mise en œuvre de la réforme ferroviaire, adoptée en 2018 malgré une longue grève, près de 6.600 personnes ont quitté l'entreprise, un chiffre en baisse de 2,5% par rapport aux quelque 6.750 départs enregistrés l'année précédente.

Parmi ces sorties du groupe, les départs à la retraite ont diminué de 14,8% (environ 3.400), comparés à ceux de 2018, alors que les démissions ont grimpé de 26% (près de 1.300), les ruptures conventionnelles bondissant de 66% (environ 470).

L'année 2019 était celle de l'arrêt des embauches au statut de cheminot, conformément aux dispositions de la réforme ferroviaire. La SNCF a recruté quelque 4.100 personnes l'an dernier en CDI, soit un recul de 6,5% par rapport à 2018. Les recrutements de jeunes de moins de 25 ans (environ 6.200) sont en forte diminution (-18%).

Lire aussi : Fin du statut de cheminot : les syndicats SNCF font de la résistance à Pepy

Dans l'introduction de son bilan social, le groupe note que "les évolutions technologiques, la situation économique et l'urgence écologique transforment en profondeur (ses) activités et (ses) métiers", tandis que la réforme ferroviaire "a renforcé les exigences de performance" en mettant la SNCF "en situation de concurrence accrue".

"Dans ce contexte", le groupe doit "être un employeur encore plus attractif et engagé", ce qui "passe notamment par le développement des compétences des collaborateurs", ajoute l'entreprise.

La SNCF "ne séduit plus"

Mais pour SUD-Rail, le groupe ferroviaire "ne séduit plus". "Chaque année", son bilan social "vient contredire la communication de la direction vantant l'attractivité de l'entreprise et son prétendu engagement sociétal", critique le troisième syndicat de la SNCF dans un communiqué.

Avec 7.000 postes disparus en trois ans, la SNCF a réalisé "le principal plan de suppression d'emplois en France", selon SUD-Rail. En outre, "la fragmentation de la SNCF en multiples activités autonomes et le passage en sociétés anonymes" (le 1er janvier 2020) augmentent le nombre des personnels d'encadrement quand des postes sont supprimés "sur le terrain", proteste le syndicat.

Lire aussi : Comment Jean-Pierre Farandou compte faire de la SNCF "un champion mondial de la mobilité durable"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2020 à 13:13 :
Deux remarques :
Combien de départ à la retraite à 4000 euros par mois ....
Et
combien de fonctionnaires ons etaient recrité dàns le même temps ...
Voila deux questions intéressantes .
a écrit le 21/12/2020 à 8:21 :
que la sncf vende ses immeubles
en principal ceux achete a prix d'or aux usa
par l'ancien pdg
a écrit le 21/12/2020 à 7:05 :
alors que sur le caillou les terres sont rendu aux indigènes pour
quelle raison l'état Français envoi les forces de l'ordre
défendre des intérêts brésilien sur une mine qui appartient de fait aux autochtones
c'est aussi la macronie une fois a droite et une fois a gauche
mais aux finale tout pour la mondialisation
et rien pour la france
a écrit le 20/12/2020 à 11:10 :
L'Etat stratège, qui privatise, démentèle et précarise....pendant ce temps là, le Parti Communiste Chinois construit sa propre station spatiale, démarre son propre réacteur à fusion et un ordinateur quantique 10 milliards de fois plus puissant que celui de apple....aller les "stratèges" du Medef ! Aller !! Plus que les cheminots ce sont nos "élites" qui sont totalement défaillantes !
a écrit le 20/12/2020 à 9:05 :
S'il n'y a plus d'avion, plus de trains, plus de bus, c'est qu'on se tourne vers une société de télétravail. Pourquoi conserver Air France, la SNCF et KEOLIS? Ce sont des foyers de pertes... qui, inexplicablement, versent des dividendes.
a écrit le 19/12/2020 à 18:56 :
1300 démissions sur 152000 = même pas un 1%, ça veut dire que les cheminots ne se sont pas si mal que ça à la SNCF.
a écrit le 19/12/2020 à 2:10 :
SNCF, c'est possible....
a écrit le 18/12/2020 à 15:36 :
si naguère cette société pouvait compenser la faiblesse des salaires (ex guichetier à 1200-1500€ max net mensuel à Paris-idf, primes dimanches comprises), par certains avantages:emploi stable et garanti, calcul de retraite d' alors plus favorable (37.5 ans x2% soit 75% du dernier salaire -hors prime et pas de retraite complémentaire), cette situation n' existe plus aujourd'hui même pour les salariés entrés il y a 30 ans dans cette entreprise, alors que cela faisait partie du contrat de travail (insécurité juridique à venir pour l' état, puis qu' aucun avenant au contrat de travail a été fait signer aux salariés)
Pas étonnant qu' il y ait des démissions depuis un an, des difficultés de recrutement même pour des conducteurs de train (surtout en idf).
Qui aujourd'hui ça fait réver de travailler à la sncf? qui est passé d' une boite industrielle un peu pépère à une multitudes de filiales dont on ne sait plus qui fait quoi, crée des baronnies, parfois des doublons, pertes de repères et de sens en interne et pour les fournisseurs-prestatires externes, bref une réforme idéologique menée à la hussarde et complètement ratée...là où aurait prévalu pédagogie,fluidité des étapes et associer les composantes sociales et managièrales de cette entreprise sur plusieurs années (à l' Allemande) plutôt que cristaliser les défiances , les résistances et donc les freins au changement.
Etonnamment la Sncf ne communique pas sur de nouvelles problèmatiques et l' article ne fouille, prospecte pas assez:
En idf la sncf se fait aspirer ses compétences d' ingénierie par des secteurs du btp et d'infrastructures routières ou aéroportuaires...plus porteurs et rémunérateurs .elle aura bien du mal à supporter la concurrence salariale et des avantages avec certaines grosses majors des btp par ex; prime sncf atteinte objectif encadrement équipe rail 227€ , prime équivalente btp voie :2700€ ....et tout est dans la même échelle...
Réponse de le 19/12/2020 à 1:40 :
Le statut de cheminot (cf. âge de départ à la retraite) octroyé à du personnel qui ne chemine pas me semble déjà un ENORME avantage social et vous parlez de salaires "faibles" pour des jobs à faible valeur ajoutée qui sont de loins supérieurs au SMIC et sans oublier les grèves de confort sans jour de carence par solidarité avec les syndiqués majoritaires fonctionnaires ou assimilés comme les salairés de EPIC à l'emploi GARANTI contrairement à ce que vous prétendez...
Réponse de le 19/12/2020 à 16:12 :
Très bien résumé, Cette myriade de société, a permis de retirer du personnel en contact avec la clientèle, voyageurs ou fret, tout cela pour faire vivre des entreprises qui ne sont viables qu'à coup de subventions étatiques qui ne sont pas réinvestit dans le commerce local. Nous ne savons pas l'économie des différents plans qui ont été entreprit, tout comme avec l'EdF, La Poste et l'eau. Par contre ce que l'on voit ce sont nos abonnements qui augmentent de manière exorbitants.
Réponse de le 20/12/2020 à 13:53 :
Boite industrielle "un peu pépére" , le mot est faible !!!
visiblement le commentaire de quelqu'un de la maison ;
Car si ces "pauvres cheminots "s'étaient confrontés ne serait ce qu'une semaine de leur vie professionnelle à du travail dans le privé , ils comprendraient dans quel monde déconnecté de la vraie vie (mais payé par nos impots tout de meme.. ) ils ont effectué leur carriére professionnelle
a écrit le 18/12/2020 à 15:21 :
si naguère cette société pouvait compenser la faiblesse des salaires (ex guichetier à 1200-1500€ max net mensuel primes dimanches comprises), par certains avantages:
emploi stable et garanti, calcul de retraite d' alors plus favorable (37.5 ans x2% soit
75% du dernier salaire -hors prime et pas de retraite complémentaire), cette situation n' existe plus aujourd'hui même pour les salariés entrés il y a 30 ans dans cette entreprise, alors que cela faisait partie du contrat de travail (insécurité juridique à venir pour l' état, puis qu' aucun avenant au contrat de travail a été fait signer aux salariés)
Pas étonnant qu' il y ait des démissions depuis un an, des difficultés de recrutement même pour des conducteurs de train (surtout en idf).
qui ça fait réver de travailler à la sncf? qui est passé d' une boite industrielle à multitudes de filiales dont on ne sait plus qui fait quoi:
une réforme menée à la hussarde complètement ratée...
étonnamment la Sncf ne communique pas dessus et l' article ne fouille pas assez
En idf la sncf se fait aspirer ses compétences d' ingénierie par des secteurs du btp et d'infrastructures routières ou aéroportuaires....elle aura bien du mal à supporter la concurrence salariale et des avantages avec certaines grosses majors des btp par ex
(pas de ticket restau ETC.... )
Réponse de le 19/12/2020 à 1:50 :
Ce ne sont pas des licenciements mais plutôt des faux départs à la retraite ANTICIPE (cf. âge de départ) car nombre de conducteurs de train de la SNCF vont être recruté par VFLI, filiale de transport de marchandises de la SNCF, pour éviter de former des jeunes conducteurs tout en interdisant la vente de trains surnuméraires (cf .commandes de confort chez Alstom) pour bloquer la concurrence sur le marché du fret ferroviaire...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :