Le TGV low-cost Ouigo redonne des couleurs au TGV

 |   |  685  mots
De janvier à fin octobre, 8 millions de passagers supplémentaires ont voyagé en TGV, dont 2 millions sur Ouigo.

Moribond ces dernières années en raison de la morosité économique, de l'impact sur les transports de la menace terroriste, mais aussi de la concurrence féroce des autres modes de transports comme les bus Macron, le covoiturage et les compagnies aériennes, le TGV regagne des passagers. Huit millions de passagers supplémentaires ont voyagé sur les TGV entre janvier et fin octobre, a indiqué ce mercredi le président du directoire du groupe SNCF, Guillaume Pepy, lors de la présentation du changement de nom du site de ventes Voyages-SNCF.com qui devient Oui.sncf. Sur ces huit millions  de clients supplémentaires, 2 millions (25%) ont voyagé sur Ouigo, qui représente pourtant environ 5% de l'offre TGV du groupe. Pour rappel, en 2016, Ouigo avait transporté 5,1 millions de passagers.

Ouigo au départ de Montparnasse le 10 décembre

De fait, avec les vacances de fin d'année et le lancement des premières lignes au départ de Paris à partir du 10 décembre, Ouigo va dépasser son objectif de 7 millions de passagers transportés sur l'ensemble de l'année.

« Le trafic de Ouigo dépasse le marché global des autocars longue distance (6,5 millions de passagers) et celui de Blablacar que nous estimons à 6 millions de voyageurs. Ouigo est l'acteur le plus important du voyage longue distance à bas prix », a déclaré Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF, en confirmant l'objectif d'un doublement du trafic de Ouigo pour 2018, grâce aux départs des gares parisiennes, et celui d'atteindre 25 millions de passagers Ouigo d'ici à 2020.

Ouverture à la concurrence

L'idée est de prendre de solides positions sur le marché  « low fare » dans la perspective de l'ouverture à la concurrence des lignes à grande vitesse à partir de 2021. Avec les TGV classiques, la SNCF veut ainsi gagner 15 millions de passagers supplémentaires en France d'ici à 2020, pour atteindre à cette échéance un trafic annuel de 115 millions de voyageurs. Reste que le développement de Ouigo pose la question de la cannibalisation de l'offre TGV avec le positionnement de Ouigo à Paris en complément de son positionnement initial en périphérie de la capitale, allait forcément cannibaliser les TGV classiques.

« Nous avons la conviction qu'il n'y a pas de cannibalisation (...). 50% des passagers Ouigo n'auraient pas voyagé s'il n'y avait pas eu Ouigo », a fait valoir Guillaume Pepy.

En début d'année, Rachel Picard avait été plus nuancée.

"Oui, bien sûr. Une partie des clients TGV passera sur Ouigo, mais nous préférons ça plutôt que voir nos passagers aller chez un concurrent. Nous préférons également mettre un client qui paye moins cher dans un siège que nous produisons deux fois moins cher plutôt que dans un TGV. Nous n'opposons pas les deux offres, mais nous construisons une offre globale avec les deux, une offre low-cost, qui est un modèle industriel et un contrat avec le voyageur différent et plus contraint, et une autre offre TGV plus qualitative, avec une fréquence des circulations très importante ».

"Mon mandat est dans les mains du gouvernement" (Pepy)

Par ailleurs, interrogé sur la réponse qu'il souhait donner à ceux qui ont réclamé sa démission depuis les incidents à la gare Montparnasse dimanche, à l'instar de Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La France, Guillaume Pepy a renvoyé la balle au gouvernement.

"Je crois avoir répondu depuis une dizaine d'années environ à une centaine de questions sur le sujet, chaque fois que les trains arrivent en retard, chaque fois qu'il y a une panne de clim, chaque fois qu'une gare est en travaux, chaque fois qu'il y a des incidents, j'ai répondu que mon mandat était dans les mains du gouvernement", a dit Guillaume Pepy.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a indiqué lundi qu'il n'était "pas question de mettre en cause qui que ce soit", semblant exclure tout changement de dirigeant. Le gouvernement a en revanche exigé de la SNCF qu'elle tire les conséquences de cette nouvelle panne géante qui a paralysé la gare Montparnasse pour la deuxième fois depuis l'été.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2017 à 10:16 :
Je ne comprends pas bien qu'avec les mêmes trains et e même réseau, certains sont d'un prix abordable et d'autres d'un prix bien trop élevé (problème de personnel, d'organisation ?) .Ou est-ce le contribuable qui paie encore plus ? Tout cela me paraît caché derrière un rideau de fumée. Il est grand temps quel La SNCF clarifie son offre et sa tarification à laquelle on ne comprend plus rien
a écrit le 08/12/2017 à 9:42 :
Et qu'en est-il de la la rentabilité du Ouigo? C'est trop facile de faire du chiffre ( passagers ) si on vend à perte.
a écrit le 07/12/2017 à 19:00 :
A la Sncf il existe dorénavant 4 classes: ceux qui peuvent se payer le Tgv, les moins fortunés le Ouïgo, les endettés le TER, et les pieds plats les Ouïbus....😁
a écrit le 07/12/2017 à 18:54 :
Effectivement les tarifs sont en baisse sur ouigo, mais toujours aussi chers sur les TGV "normaux".
Je me demande si la SNCF gagne de l' argent sur ce service (j' espère que la cour des comptes regardera ça). Je crains que le déficit ne suive et qu'on demande aux contribuables de régler la facture.
Ouigo aurait servi de machine à tuer la concurrence pour que la SNCF puisse revenir à son monopole bien pratique.
a écrit le 07/12/2017 à 14:55 :
Pour les mal comprenant ouigo c'est un jeu de mot sonore qui s'entend "we go" dans la langue du maitre...
a écrit le 07/12/2017 à 11:07 :
A partir de Montparnasse , OUIGO va cartonner . IL faut tout de même être souple sur les horaires, et ne pas avoir de grosses valises...
Cela dit, Montparnasse est saturé, et la moindre anicroche, enchaine des retards en cascade, donc je vois mal comment on pourra encore y mettre plus de trains.
a écrit le 07/12/2017 à 10:33 :
Bonjour,

certes, l'augmentation apparaît spectaculaire, mais la base de calcul est favorable, car l'année 2016 avait été calamiteuse. Il faudra attendre les résultats de 2018 pour savoir s'il s'agit d'une reprise durable ou d'un simple rebond technique.

Bien cordialement,

Vincent
a écrit le 07/12/2017 à 9:59 :
C'est en moyenne dix fois moins cher que le train même, forcément que ça ne peut qu'avoir du succès, ça fait belle lurette que le train, populaire par définition, aurait du s'orienter vers des tarifs bon marché.

Le problème étant nos politiciens bien trop influencés par le lobby pétrolier et qui ont passé leur temps et gestion à massacrer les voies ferrées.

"Quand l’État français sabote le train" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/06/DOUMAYROU/55773 (copier)
a écrit le 07/12/2017 à 9:13 :
La mise en concurrence ferait donc baisser les prix et inciterait à offrir un meilleur service ? Sans blagues.

L’étape d'après sera probablement de concilier prix bas et rentabilité. Les problèmes de performance auxquels des millions d'entreprises sont confrontées tous les jours, partout dans le monde.

Pour l’anecdote, en recherchant le nombre d’entreprises mondiales on trouve les plus gros employeurs mondiaux :
3,2 Millions d’employés : le département Américain de la défense
2,3 Millions : l'armée populaire de libération de Chine
2,1 Millions : le distributeur Walmart
1,9 Millions : Mc Donald
Quand à Uber il serait arrivé à 1 Million de chauffeurs en 5 ans, mais ce ne sont pas employés.
a écrit le 06/12/2017 à 19:05 :
Je viens de faire une simulation sur le site de la sncf pour un AR Rennes-Sarrebruck, départ le 27/12 et retour le 31/12 = €260,-!!!! Pour € 475,- , soit €215,- de plus je pars au Japon!!! La TGV, c'est délirant! Alors imaginez, une famille....avec ma voiture, une 607 HDI qui consomme entre 5 et 6 L au cent sur autoroute, je fais plus de 4000 km avec le prix d'un AR... donc la SNCF, je la connais et le voyage peu sur ses lignes....dommage!
Réponse de le 07/12/2017 à 8:44 :
Un peu délirant mais tu as regardé les dates les plus chères de l’année. Il doit rester que quelques places, le reste c’est du yield management.
Réponse de le 07/12/2017 à 20:18 :
Pareil
In aller simple à Strasbourg paris 110 euros
En famille ça fait 800 euros un AR à 4

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :