Le trafic aérien français devrait augmenter de 3,7% en 2018 (DGAC)

 |   |  345  mots
(Crédits : © Christian Hartmann / Reuters)
En 2017, le trafic aérien français a bondi de 6,1% à 164 millions de passagers. La Direction générale de l'aviation civile prévoit une hausse de 3,7% en 2018.

Même si elle n'atteint pas le rythme observé en 2017 (+6,1%, à 164 millions de passagers), la croissance du trafic aérien restera dynamique en 2018, selon les prévisions de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

«En 2017, nous avons  vécu une année exceptionnelle. Le trafic devrait rester dynamique en 2018. Nos prévisions tablent sur une hausse de 3,7% cette année»,  a expliqué Patrick Gandil, le directeur de la DGAC, lors de la présentation de ses vœux la semaine dernière.

Les compagnies étrangères tirent la croissance

Ce dernier a rappelé que cette croissance a permis à ADP de franchir la barre des 100 millions de passagers à Roissy et Orly mais aussi à l'aéroport de Lyon de dépasser le seuil des 10 millions, Toulouse et Marseille celui des 9 millions, Bordeaux celui des 6 millions ou encore Nantes qui a dépasser les 5 millions de passagers.

Mais, comme l'a fait remarquer Patrick Gandil, « la croissance du transport aérien français reste tirée par les transporteurs étrangers ». La part du pavillon français est en effet passée de 42,9% en 2016 à 42,1 % l'an dernier. Pour rappel elle était de 60% en 2000. Pour tenter d'améliorer la compétitivité des compagnies aériennes françaises, le gouvernement va organiser des Assises du transport aérien à partir du mois de mars.

Compétitivité

Les compagnies aériennes demandent la mise en place d'un environnement favorable à leur activité qui pourrait leur permettre de lutter à armes égales avec leurs concurrents. Dénonçant notamment une taxation du transport aérien en France supérieure à celle des autres pays, elles demandent le retrait de la fameuse taxe de Solidarité, dite Chirac, ou du moins un élargissement de son assiette, mais aussi une baisse des redevances aéroportuaires et la mise en place d'un nouveau modèle de financement de la sûreté. Elles exigent aussi la mise en place de conditions de concurrence dites équitables avec ces compagnies qui bénéficient de soutiens financiers directs ou indirects de leur Etat-actionnaire, comme les transporteurs du Golfe, Emirates, Qatar Airways et Etihad Airways.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2018 à 11:53 :
Rien sur la pollution engendrée par le transport aérien, comme sur le maritime. Il est plus facile de "taper" sur la vache à lait qu'est devenue la voiture.
Réponse de le 29/01/2018 à 13:16 :
Ben ils ont anéanti le train afin de faire prospérer le lobby pétrolier, le transport maritime est un énorme client du lobby pétrolier, le transport aérien aussi, et comme ce lobby est tellement puissant, ayant généré et certainement encore d'ailleurs, de nombreuses guerres pour ses seuls intérêts, il est évident que de taper sur les classes moyennes et les pauvres est systématiquement l'option qu'ils choisissent. C'est tellement pratique et nous autres y sommes tellement habitués hein...
a écrit le 29/01/2018 à 11:14 :
avec une telle croissance quelle betise l'arret de notre dames des landes ,,,,,??nous avons en france trop d'aeroport de plus trop petits souvent déficitaires ,,,,,,?
Réponse de le 30/01/2018 à 13:32 :
Mais comme le titre l'indique on parle ici de trafic aérien... parce que la DGAC compte aussi sur une hausse de trafic pour les drones, les ballons météo et les soucoupes volantes. :-)
a écrit le 29/01/2018 à 8:47 :
"Elles exigent aussi la mise en place de conditions de concurrence dites équitables avec ces compagnies qui bénéficient de soutiens financiers directs ou indirects de leur Etat-actionnaire, "

Que c'est beau la concurrence libre et non faussée... Une chimère néolibérale.
a écrit le 29/01/2018 à 8:39 :
Les assises du transport aérien, laissez moi rire,quand on sait que mr macron a rencontré le Pdg de norvégien, mr Björk kise,récemment lors de sa garden party,avec les "grands pdg ",et que celui ci est sorti ravi de son entrevu,espérant devenir bientôt à"important player in the french tourism Industry".
N'oublions jamais que vendre des avions ,c'est aussi vendre des passagers.. Et que pour vendre nos Airbus ,ils sont prêts à laisser crever des compagnies...dommage collatéral.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :