SNCM : décision du tribunal le 10 juin, Baja Ferries favori à la reprise

 |  | 403 mots
L'offre de Baja Ferries se démarquerait car c'est la seule qui émane d'un professionnel du transport maritime, cela peut faire la différence, rapporte Reuters en se basant sur une source proche du dossier.
L'offre de Baja Ferries se démarquerait car "c'est la seule qui émane d'un professionnel du transport maritime, cela peut faire la différence", rapporte Reuters en se basant sur une source proche du dossier. (Crédits : © Jean-Paul Pelissier / Reuters)
Le tribunal de commerce de Marseille a examiné mercredi les offres des trois repreneurs potentiels de la SNCM et mis en délibéré au 10 juin sa décision. L'offre améliorée présentée par Daniel Berrebi a retenu l'attention du procureur de la République.

Bientôt un dénouement pour la SNCM. Le tribunal de commerce de Marseille a mis en délibéré au 10 juin sa décision sur les trois offres de reprise de la société de transport maritime qui avait déposé le bilan le 3 novembre 2014.

Pour rappel, mercredi 27 mai, les juges consulaires ont étudié à huis clos les offres de Daniel Berrebi, l'armateur de la compagnie Baja Ferries dont le siège social est à Miami, de la société d'investissement Med Partners de Christian Garin, ancien président du port de Marseille, et du transporteur corse Patrick Rocca.

"Seule offre émanant d'un professionnel du transport maritime"

Au cours de l'audience, le procureur de la République Brice Robin a requis en faveur de l'offre améliorée présentée par Daniel Berrebi, dirigeant de Baja Ferries, a appris l'AFP de source proche du dossier.

Elle se démarquerait car "c'est la seule offre émanant d'un professionnel du transport maritime, cela peut faire la différence", rapporte Reuters en se basant sur une source proche du dossier.

Un rapport des administrateurs judiciaires, qui a servi de base au tribunal, privilégie aussi cette offre avec un montage financier qui n'attire pas de réserve de leur part.

Ce document, dont Reuters a obtenu copie, détaille les moyens mis en œuvre pour assurer la pérennité de l'entreprise, soit 50 millions d'euros, dont 10 millions apportés par Baja Ferries et un prêt de 40 millions.

Le personnel de la SNCM n'est pas convaincu

Mardi soir, les élus du personnel avaient rejeté -dans un avis seulement consultatif- en comité d'entreprise à l'unanimité les trois nouvelles offres, leur reprochant notamment un nombre de salariés repris trop faible --900 dans le meilleur des cas, contre environ 1.500 salariés en CDI aujourd'hui.

Les nouvelles offres déposées n'ont pas non plus convaincu les administrateurs judiciaires du groupe, qui ont dépeint dans leur rapport d'analyse une situation "loin d'être satisfaisante", malgré "des avancées importantes", notamment sur le financement du  du plan social (PSE).

"Un accord a été trouvé avec les actionnaires (permettant) avec 85 millions d'euros, de couvrir l'intégralité du coût estimé du plan social résultant de l'adoption éventuelle par le tribunal de l'offre la moins disante socialement", pointaient-ils en particulier dans leur rapport écrit en perspective de l'audience de mercredi et dont l'AFP a consulté les conclusions mardi.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2015 à 14:49 :
Vont tous pouvoir partir avec un bon magot, en plus de tout ce qu'ils ont "extrait" de l'état providence , c'est une bonne affaire !! Avec une conversion dans l'élevage de bétail virtuel ou la culture de terrains fantômes subventionnés par l'Europe , ça va être cool . C'est bon d'être Corse :-)
a écrit le 28/05/2015 à 11:17 :
Bravo...Joli coup de Baja Ferries ...! vu que depuis 8/9 mois l'Euros s'est dévalué d'environ 22% contre USD ...50 millions d'euros acheté à - 20% = un petit 10 millions de bénef avant opération...!
a écrit le 28/05/2015 à 10:14 :
Ca se corse pour les employés!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :