Notre-Dame-des-Landes : le gouvernement n'a encore rien à proposer aux élus du Grand Ouest

 |   |  647  mots
Il faut prendre un petit peu de temps, a expliqué la ministre des Transports Elisabeth Borne aux élus du Grand Ouest
"Il faut prendre un petit peu de temps", a expliqué la ministre des Transports Elisabeth Borne aux élus du Grand Ouest (Crédits : Reuters)
Dix jours après l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), la ministre des Transports Elisabeth Borne

Elisabeth Borne savait à quoi s'attendre en arrivant samedi à la mairie de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu, commune située en bout de piste de l'actuel aéroport de Nantes. La ministre des Transports n'a pas été déçue par son accueil. Dix jours après l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), elle a été accueillie sous les sifflets, les huées et les slogans d'environ un millier de manifestants "en colère" : "Macron trahison, Macron démission", "Saint-Aignan sacrifiée, Saint-Aignan humiliée", "La préfète dans la ZAD". Le président s'est rendu coupable à leurs yeux de s'être engagé pendant la campagne présidentielle à respecter le vote de la population locale, majoritairement favorable à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Les manifestants ont également déposé un cercueil noir rempli de cartes d'électeurs, barré d'un "Ci-gît la démocratie", au passage de la ministre.

Dans ce contexte peu favorable, Elisabeth Borne a tenté d'apaiser la colère des élus en confirmant la volonté du gouvernement de repenser le développement du Grand Ouest mais en se donnant le temps. Mais elle n'avait pas grand-chose à proposer à ce stade. "Il faut prendre un petit peu de temps, car beaucoup de projets étaient structurés autour de la réalisation de Notre-Dame-des-Lande", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse à l'aéroport de Nantes, situé sur la commune de Bouguenais."Cela ne veut pas dire qu'il ne va rien se passer à court terme : des travaux vont être engagés très rapidement sur le réaménagement de l'aérogare existante pour accueillir les passagers dans de bonnes conditions", a-t-elle ajouté.

"Après des années d'indécision dans ce dossier, une décision s'imposait, elle était nécessaire pour sortir de l'impasse. Cette décision a été prise. Bien sûr, elle suscite chez certains de la déception, voire de la colère. Elle suscite aussi des inquiétudes. Donc mon objectif, c'est de lever les inquiétudes", a affirmé la ministre,

Des aides à l'insonorisation des habitations...

Pour les riverains de l'aéroport, c'est la douche froide. Elisabeth Borne a seulement promis des aides à l'insonorisation pour les habitations de Saint-Aignan-de-Grand-Lieu en contrepartie des travaux d'agrandissement de l'aéroport actuel et s'est aussi engagée à discuter avec le maire de la commune des contraintes d'urbanisation de son territoire. "Le premier travail qu'on a à faire, c'est relier Nantes à Paris en moins de deux heures. (...) C'est bien la promesse et je vais m'assurer qu'elle est bien tenue", a souligné Elisabeth Borne.

La ministre a également rencontré le président (PS) du conseil départemental de Loire-Atlantique Philippe Grosvalet, la présidente (LR) de la région Pays de la Loire Christelle Morançais et la présidente (PS) de Nantes métropole, Johanna Rolland. "Cela conforte ce que nous avons toujours dit : rien n'était prêt, rien n'a été préparé, il n'y a aucun plan B", a déclaré la présidente de région dans un communiqué, "ce n'est pas acceptable, notre territoire ne peut attendre six mois supplémentaires". Pour le maire de Saint-Aignan-Grandlieu, Jean-Claude Lemasson, "on a eu un discours, on a une volonté affichée, mais rien sur la table".

Agrandissement de l'aéroport de Rennes

Christelle Morançais a annoncé son intention de réunir rapidement un "Parlement des territoires" élargi aux acteurs économiques, pour faire des propositions au gouvernement en matière d'infrastructures de transport, de numérique ou d'enseignement supérieur. Johanna Rolland, la maire de Nantes et présidente de Nantes métropole, a aussi soumis à la ministre de propositions sur la desserte de sa ville et la protection des populations survolées.

Après Nantes, Elisabeth Borne s'est rendue à Rennes pour discuter avec les élus locaux des perspectives d'agrandissement de l'aéroport de la ville, que le gouvernement s'est dit aussi prêt à développer après l'abandon d Notre-Dame-des-Landes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2018 à 21:38 :
Quel mépris pour les habitants de Nantes et sa région ! Macron a cassé ce projet mais n’a aucune solution à proposer, si ce n’est de « mieux répartir les flux dans le Grand Ouest ». Donc concrètement vous faites quoi ? Vous voulez faire passer l’aeroport de Rennes de 700k à 1,5M de passagers (sans dire en combien de temps), ah la belle affaire ! Si vous croyez que c’est cela qui va soulager le trafic de l’aéroport de Nantes, c’est que vous oubliez que Nantes a gagné 700k passagers en une seule année !! C’est quoi le plan ? Que tout le monde prenne le train pour Roissy ?? Cette décision de Macron est HONTEUSE. On décide sans rien connaître du dossier. On s’en remet à des médiateurs qui ont largement sous-estimé les difficultés d’agrandir Nantes-Atlantique. Mépris pour les 1,4 M d’habitants de Loire-Atlantique qui ont dit oui en majorité à cet aéroport. M. Macron vous n’etes pas prêt de me revoir dans un bureau de vote, et je peux vous dire que je suis loin d’être le seul autour de moi. On me méprise alors je vous méprise aussi messieurs les « marcheurs ». Voilà la recette pour faire monter le vote extrémiste dans un territoire jusque-là réputé pour sa grande tolérance et sa modération dans le vote.
a écrit le 29/01/2018 à 16:18 :
En attendant au printemps les élus pourront écouter des phrases historiques du genre :du haut de ces barricades quarante fesses vous contemplent !
a écrit le 29/01/2018 à 14:12 :
Ils ne faut pas que les élus locaux se fassent trop d’illusions sur les intentions de l’Etat, l’aeroport de Nantes n’aura au mieux qu’un bon coup de peinture !!!
a écrit le 29/01/2018 à 11:28 :
Aujoud'hui on parle de l'enorme croissance des vols et un comble un nombre important d'aéroports subventionnes par LE CON TRIBUABLE IL fallait en supprimer et faire un aeroport moderne RENTABLE a NDL !!!!
a écrit le 29/01/2018 à 8:49 :
Pourquoi se focaliser sur les habitants d'une bourgade de 3 000 habitants, dont certains ont au surplus spéculé sur le déménagement de l'aéroport? Allez plutôt faire une enquête en Vendée où tous (700 000 - 2 élus) ont ouvert le Champagne pour fêter la fin d'un projet délétère (pour tout le Sud du 44).
Réponse de le 29/01/2018 à 10:58 :
Pourquoi les ventre à choux ne voulaient pas de NDDL ? C'est parce qu'ils auraient du faire 35 km de plus et traverser la loire pour prendre l'avion . Les habitants du morbihan et du 44 nord eux préfèraient nddl , c'est pas compliqué , par contre je pense que le macronisme va prendre un coup .
a écrit le 29/01/2018 à 8:48 :
Remplacer les bêtises précédentes par de nouvelles bêtises donnera du "travail" pour les successeurs, il faut ménager l'avenir de certaine carrière!
a écrit le 28/01/2018 à 20:41 :
La très grande majorité des vols sur Nantes-Atlantique sont des vols régionaux... des vols de quelques heures, souvent dans le même fuseau horaire, ou à peu près... et le seul vol vraiment long-courrier internationale provient de Montréal, pour quelques mois d'été... pas de quoi signer un traité de libre-échange.

La région de Nantes compte 650,000 hab. et si on y ajoute les régions d'Angers, de Saint-Nazaire et de Rennes... on double grosso modo la population. En Amérique du Nord, un aéroport vraiment international se justifie avec une densité de population 3-4 fois supérieure.

Pour fin de comparaison, prenons l'exemple de Vancouver (la côte ouest du Canada)... où la densité de population est à peu près similaire à Nantes mais où l'économie est riche et florissante, où l'aéroport (très moderne) compte de nombreux vols directs avec l'Asie, avec la côte Ouest américaine et les grandes villes canadiennes.

Les élus locaux ont justifiés ce développement non seulement à cause des Jeux Olympiques mais aussi par la densité de la population et le très grand dynamisme du tissu économique.

Je pourrais prendre des dizaines d'exemple tout aussi évident pour le commun des mortels... mais le commun des mortels n'est pas Français. :-)

Tout le dossier autour Nantes ne justifie absolument pas un nouvel aéroport, ni même si on inclus sa très grande région... mais tout cela relève de la politique plutôt que de l'économie... et on se surprend que la France est au bord de la faillite.
Réponse de le 29/01/2018 à 11:02 :
C'est pour qu'il y ait plus de vols internationaux que nddl était prévu , alors tous pseudos experts de mes deux ne sont bons qu'à amuser la galerie , il n'y aura jamais , jamais d'agrandissement de Nantes atlantique , c'est du vent .
Réponse de le 29/01/2018 à 12:31 :
@ chris566

Alors, vous pensez qu’en construisant un nouvel aéroport on attire les vols internationaux? Qui, à l’internationale, voudrais prendre un vol sur Nantes? Les Américains ne connaissent que Paris, et encore. Les Canadiens, peut-être, pour les vacances... mais c’est plus facile de se rendre à Paris et après de commuter. Les Asiatiques viennent en France que pour visiter Paris et magasiner.

Si les politiciens nantais ne réussissent pas à vendre l’agrandissement de l’aéroport c’est que la fameuse croissance des vols est discutable. Enfin, les Nantais doivent se rendre à l’evidence, les aéroports sont presque toujours en milieu urbain... :-)
Réponse de le 30/01/2018 à 21:52 :
Vous m’amusez avec votre comparaison avec Vancouver ! En plus vous confondez densité et population d’une ville. L’unité urbaine de Nantes c’est 650.000 hab, mais sa région c’est beaucoup plus ! 1,4 M hab pour le seul département 44 et 6M en incluant les départements limitrophes. Voilà la véritable taille de la région de Nantes et de la zone de chalandise de son aéroport : 6 millions d’habitants. Je peux vous dire qu’il y a plusieurs aéroports internationaux en Scandinavie et ailleurs qui rêveraient d’avoir une telle zone de chalandise. D’ailleurs les compagnies aériennes ne s’y trompent pas puisqu’elles sont de plus en plus nombreuses à s’installer à Nantes et y baser leurs avions. Bref je vous laisse à votre vision rétrograde.
Réponse de le 30/01/2018 à 22:13 :
@ Bertlondon

Ne soyez pas un rechognon de service pour amuser la galerie... toutes les données sont totalement exactes et même en deçà de la vérité. On aime bien en France les projets creux et sans avenir dans un pays où il est peut-être temps de mettre un terme à ce délire fou et persistant, et enfin mettre de l'ordre dans les finances publiques d'un pays qui va vers la faillite !

Pour vous instruire, vous devriez consulter tous les projets similaires qui ont des été des désastres financiers... et ils sont nombreux dans des zones beaucoup plus peuplées que Nantes... Il ne faut pas seulement se bomber le torse et se croire soudainement une destination absolument incontournable sur le plan ''international'' mais encore faut-il justifier cette présence pour qu'elle existe un jour !

Probablement que personne ne vous l'a dit à ce jour... mais on attire pas des passagers avec des aéroports ou encore des gares... il faut que la demande soit présente, réellement, sans artifices politiques et comptables... la réalité est encore un concept trop déficient dans le pathos français... Quoi ! la médicalisation ne suffit plus pour un peu de lucidité ?
a écrit le 28/01/2018 à 18:03 :
Faut qu’Élisabeth arrête l’auto-bronzant et les séances d'UV ,elle dépasse les bornes ,on dirait une carotte sur pattes.
a écrit le 28/01/2018 à 17:33 :
"Des aides à l'insonorisation des habitations..."

Ou une boite de boules Quies
a écrit le 28/01/2018 à 12:39 :
Le renoncement au nouvel aéroport qui semblait être pour Macron la voie de la facilité va se révéler au final très couteux pour lui. Au printemps, il devra faire évacuer par la force la ZAD, on attend de voir. L'agrandissement de l'aéroport de Nantes va s'enliser dans d’innombrables recours et procédures des riverains et des même associations qui s'étaient opposés à NDDL. Au final comme l'histoire l'a déjà montré, les reculades constituent une illusion de tranquillité qui entraînent irrémédiablement son auteur dans la spirale de l'échec.
Réponse de le 28/01/2018 à 13:41 :
Quand on pense " NON" il faut avoir le courage de le dire haut et fort
C'est peut etre difficile mais après c'est CLAIR et l'on peut avancer et constuire . Il n'y a rien de pire que dire OUI quand on pense NON ; il suffit de regarder ou ont conduit les promesses qui n'engagaient que ceux qui les croyaient des gouvernements SARKO et Hollande .
BA BA de toute leçon de management .
Réponse de le 28/01/2018 à 16:54 :
@leon "de toute leçon de management" j'aime bien votre référence qui en fait en est une mauvaise car si l'on compte le nombre d'entreprises qui ont fermé les grilles pour cause d'erreurs de management un livre de plusieurs dizaines de pages ne suffiraient pas, j'exclue les erreurs qui ont débouché sur des suppressions d'emplois. Il serait intéressant que vous fassiez un bilan sur le management d'une entreprise qui vient de faire la Une économique Carrefour et de bien d'autres dont les noms sont tombés dans les oubliettes de l'économie, vous nous faites du discours à la M. Bernard Tapie. Bonne soirée.
Réponse de le 29/01/2018 à 2:51 :
... pas sur qu'il fasse évacuer la ZAD :...... mauvais pour son look !.... et on n'est pas a une reculade près .......
a écrit le 28/01/2018 à 12:34 :
toute cette istoire pour un reve de concorde , qui pour l epoque etais en avance et qui n a pas ete vendue ? LA FRANCE SOUFFRE DE MOYEN DE TRANSPORT CAR IL MANQUE DES GRAND AXES ROUTIER ET DE TRANSPORT FERROVIERE ? LA SNCF ET EN FALLITE TOUJOUR EN PANNE ?IL ON TROP MISSEZ SUR LE TGV ALORS QUE LES FRANCAIS SOUFRENT DE NE PAS AVOIR DE MOYEN DE TRAMSPORT. TOUS SIMPLEMENT POUR CE DEPLACE SANS LEURS REGION ET IL N Y A PAS QUE PARIS ? AUX ATUALITES ON NE PARLE QUE DE LA CAPITALE ?LES AUTRES FRANCAIS N EXITENT PLUS? DANS NOS CAMPAGNES TOUS DISPARAIS CE QUI FAIT MOURIR L ECONOMIE LOCAL???
Réponse de le 28/01/2018 à 13:42 :
les fotes d'ortograf ! Cheese
Réponse de le 29/01/2018 à 2:52 :
.... c'est de l'inclusif ?
a écrit le 28/01/2018 à 11:51 :
Cette dame est le symbole du mal français de la gouvernance.
Personne diplômée des grandes écoles ce qui signifie dans notre pays compétente dans tous les domaines SAUF lorsque l’on regarde sa carrière aucun poste dans la durée qui permet de juger de sa compétence à fortiori lorsque sa hiérarchie était celle d’un ministre dont le job est de faire de la com en permanence car qui peut croire un ministre compétent lorsqu’il est hors de son ministère 300 jours par an?
D’abord bien sur à la base une haute fonctionnaire le mal français puis une carrière de saut de puce:
1987 début de carrière au ministère de l’équipement
1989 moins de 2 ans directrice régionale de l’équipement de l’Ile de France
1990 moins d’un an après conseillère au ministère de l’éducation nationale sous J. Lang conseillère quel bilan????
1991/1992 mutée à la Sonacotra comme conseillère technique quel bilan RAS
Dans la foulée nommée au cabinet de Lionel Jospin pour quel poste et quel bilan « top secret »?
2002 directrice stratégie (quel bilan) à la SNCF
2007 Eiffage poste de complaisance?
2008/2012 directrice urbanisme mairie de Paris quel bilan?
2013 préfète Poitou Charente puis la même année préfète de la Vienne
2014 après avoir connu S. Royale, et laissé les finances de la région Poitou Charente dérivées car en tant que préfète elle aurait pu tirer le signal d’alarme, ministère de l’écologie sous Mme Royale
2015 nomination à la RATP
2017 au gouvernement.
La question que l’on peut se poser qui peut juger de ses compétences si elle en a en dehors d’être peut-être une « bête à concours » cela ne signifie pas être compétent (e)
Elle représente tout comme de nombreux ministres en poste actuel ou sous d’autres gouvernances que notre pays ne nomme pas des compétences mais des hauts fonctionnaires et PLUS GRAVE TOUJOURS les mêmes dont AUCUN ne peut donner un bilan des différents postes occupés précédemment
Alors gérer l’après NDDL est assez comique et on comprend qu’elle n’ a rien à dire et ne propose rien car sur le fond qu’elle est sa compétence sur un tel sujet, en dehors de ce statut de haut fonctionnaire le MAL français des copains. Peut elle se prévaloir de réelles compétences la question reste posée la réponse serait elle RIEN? Lorsque les citoyens comprendront que la majorité de ces ministres ne sont que des marionnettes et qu’ils n’ont rien à en attendre? la France d’en bas celle qui donne des carrières mirobolantes en terme de rémunérations avantages en nature voiture de fonction ,apprt utilisation des moyens de l’état tout cela sans AUCUN contrôle dans l’opacité la plus totale alors la France d’en bas aura fait un grand pas pour un changement de ce pays dont la gestion est plus synonyme de royauté que de République citoyenne. Ceux qui ont déchiré leur carte d’électeur sont tout aussi comique que la ministre car comme disait le général les français des veaux. Notre pays n’ a rien de libéral pas plus en économie, qu’en gestion de gouvernance car commet être un libéral sous la coupe des exécutifs et hauts fonctionnaires attachés à la tradition jacobine et M. Macron n’échappe pas, au contraire, à cette volonté de tout gérer ne rien laisser aux entités locales qui d’ailleurs malgré leur grands coups de gueule s’en accommode très bien cela permet de dire que l’on est un opposant souvent de la même caste sauf la Corse qui a su voter pour une autonomie. J’attends des grandes gueules régionales de lancer une consultation dans un premier temps pour demander de l’autonomie régionale.
Réponse de le 28/01/2018 à 13:44 :
Soyez concis .
Ce qui est clair se dit en peu de mots .
a écrit le 28/01/2018 à 11:48 :
Quel gouvernement d'incapables fort en gueule mais devant la réalité c'est le silence .
a écrit le 28/01/2018 à 11:10 :
P.S: la preuve que ces gens là sont totalement déconnectés des réalités, ils croient encore les promesses des candidats à la présidence de la république, ça fait belle lurette que les citoyens eux le les croient plus.
a écrit le 28/01/2018 à 11:09 :
Le titre devrait être les assises de l 'immobilisme, l'Etat étant aux mains de petits comptables fonctionnaires de Bercy obsédés par les économies visibles mais peu concentrés sur les dépenses inutiles et les augmentations de salaire des fonctionnaires. La caste au pouvoir se goinfre d'argent public pour son plaisir et ses petits besoins, tout en massacrant les investissements. Après eux le déluge en quelque sorte. Certes, cet aéroport n'était pas des plus nécessaire, mais le désengagement coutera plus au "con-tribuable" que sa réalisation. Où est le principe de réalité dans toute cette gabegie ? D'autant que le critère d'abandon a été principalement la trouille devant les zadistes. Bel argument pour une totale absence de confiance dans les capacités de l'Etat à défendre le Droit.
a écrit le 28/01/2018 à 11:08 :
C'était courageux de sa part, pas facile de débarquer dans un contexte aussi hostile, de nombreux ministres, premiers ministres et présidents de la république auraient reculé, chapeau.

Cela scelle définitivement cette aberration économique de nddl qui reposait seulement sur le fait que vinci avait promis d'arroser les élus, ceux ci et leurs acolytes ne sont pas contents ils ne vont pas recevoir d'argent.

Misère de la politique locale actuelle représentée essentiellement par des retraités ou des membres de partis qui se focalisent d'abord et avant tout sur leurs seuls intérêts les faisant bien entendu intérêts de la région.
Réponse de le 28/01/2018 à 11:29 :
@citoyen blasé
"cette aberration économique de nddl qui reposait seulement sur le fait que vinci avait promis d'arroser les élus, "
-->Bravo pour cette information Mr le Citoyen aigri, vous devez appartenir à une agence de renseignement ou plus surement êtes le roi pour véhiculer des fakes news.
Réponse de le 28/01/2018 à 13:47 :
Pour nantes44 :
vous avez les highways gratos en Bretagne , alors souriez ! Et oui, ce machin ne sert à rien et ce gouvernement a eu le courage de dire NON quand les autres vous ont mené en bateau , un peu normal au bord de la Loire !
Réponse de le 28/01/2018 à 14:50 :
@leon
faudra vous occuper des choses que vous connaissez.
Nantes A11 vers Paris Payante,
Nantes A83 vers Bordeaux payante
on a même le privilège depuis très longtemps d'avoir un axe payant pour traverser Carquefou au nord est de Nantes.
Ce gouvernement à dit non mais nous somme plus dans le domaine de la politique politicienne (de Rugy au parlement, Nicolas Hulot dans un ministère tout 2 opposés au projet).
Réponse de le 28/01/2018 à 15:11 :
Pourquoi arroser des élus pour une aberration économique. Belle contradiction dans vos propos.
Réponse de le 28/01/2018 à 19:48 :
">Bravo pour cette information Mr le Citoyen aigri, vous devez appartenir à une agence de renseignement ou plus surement êtes le roi pour véhiculer des fakes new"

Apprenez à vous expliquer correctement svp, cmême dans l'invective vous êtes incohérent.

"Pourquoi arroser des élus pour une aberration économique. Belle contradiction dans vos propos. "

Parce que c'est une aberration économique justement et que seul la corruption peut mener à bout et non la logique. Remettez vos neurones à l'endroit vous hein...
a écrit le 28/01/2018 à 10:51 :
Ah oui des assises !!
Avant c’était un livre blanc !
Ou une grande consultation !
Elle n avait rien à dire et elle aurait dû rester bosser dans son ministère
Il faudra plus de 4 ans pour faire agrandir la piste sûrement 10 ans
Les choses ne sont donc pas terminés il faut juste. Attendre le prochain président
MDR
a écrit le 28/01/2018 à 9:16 :
J'observe que de nombreuses villes réclament : l'aéroport, le TGV et l'autoroute, c'est de la bonne gestion, il y a combien d'aéroport en Bretagne, 7? (170 aéroports en France et une trentaine en Allemagne). Quant au contrat avec Vinci on va décoré le guguss qui a signé ce machin en 2012? moi je me serais fait virer.
Réponse de le 30/01/2018 à 22:15 :
Si vous connaissiez un tout petit peu ce projet, vous auriez compris qu’il constituait justement une réponse face à l’éparpillement des aéroports en France. L’avenir c’est le regroupement et la constitution d’une dizaine de plateformes regionales. Les aéroports de Nantes et Rennes auraient fermé, Lorient et Vannes auraient suivi, NDDL aurait répondu aux attentes de mobilité des bretons et ligériens avec plus de vols vers les grandes villes européennes. Bon ça c’etait avant, avant que Macron ne vienne enterrer ce projet soi-disant dépassé ! L’avenir selon Macron ? Que les aéroports travaillent en réseau ! Faudra m’expliquer comment ça marche car la, désolé, mais je ne vois pas. Mais j’imagine que notre super président à la solution pas vrai ?? On nous aurait menti ???
a écrit le 28/01/2018 à 8:19 :
Un déplacement onéreux pour rien
a écrit le 28/01/2018 à 8:15 :
L'évolution du dossier a suivi un chemin tracé par deux fautes politiques de première importance commises par l'ex Président Hollande.

La première faute a été d'organiser un simulacre de référendum dépourvu de force de loi en lui donnant les limites du département de la Loire. Pour accentuer cette faute son auteur a laissé entendre sans démenti qu'une décision conforme à l'orientation sortie des urnes serait suivie.

A bien y réfléchir on se demande à quoi ont pu servir toutes les déclarations d'intérêt public où ont été associés tous les particuliers et organismes concernés par le projet. Idem pour toutes les concertations qui se sont succédées depuis cinquante ans. C'est d'ailleurs assez étonnant que la dernière étude ait conclu que NDDL soit devenu un projet dépassé comme s'il ne l'avait pas déjà été avant le simili-référendum. JM Ayrault n'a pas dû consulter que publiquement en toute transparence.

La seconde a été de ne pas aller au bout de la logique en laissant pourrir une situation déjà blette sans se conformer à l'orientation donnée par ledit référendum et en laissant des agitateurs opposants dicter leur loi sur le terrain comme si des ânes bâtés se tenant dans les rangs des Autorités avaient instrumenté tout le dossier. La leçon à en tirer est qu'il n'y a plus d'autorité dans l'Etat sauf celle de tous les contestataires musclés.

J'oubliais la faute tertium qui couronne l'oeuvre. Comment est il possible qu'un contrat ait été signé et ait fixé des indemnités de désistement pour le groupe Vinci alors que rien ne prenait le chemin d'une décision ? Faut il y voir une magouille de copinage de plus au sommet de l'Etat.

Je suis sidéré par les œillères, la gabegie et l'incompétence que nous montre toute l'évolution de cette affaire.

Maintenant on nous parle d'assises nationales de la mobilité.
Assises nationales ou assises de méninges rassotées et de ronds de cuir incompétents ?

Si c'est pour sortir encore des tours de passe passe de la même obédience que NDDL, il serait plus indiqué de concevoir un modus-opéranti où les tous premiers concernés seraient associés et détiendraient la clé de la décision.

Une seule chose est sûre et a été annoncée. Elle rejoint la philosophie des lois et de leur application. Une loi bienvenue et qui sera bien appliquée est une loi qui doit être acceptée par une grosse majorité d'administrés. Ne pas respecter cette démarche rend la loi inutile et inapplicable. De même, avec environ 50 % seulement de votes favorables, le projet de NDDL aurait dû être aussitôt abandonné en toute publicité.

Contrairement au gouvernement précédent, Monsieur le Premier Ministre Philippe Richard a bien compris cette constante obligatoire dans les décisions publiques. Il faut espérer que le gouvernement d'aujourd'hui continue son travail avec ce mode d'emploi.
Réponse de le 28/01/2018 à 10:02 :
Votre conclusion est partisane. Edouard Philippe n'a aucun courage. Il en fait la preuve tous les jours. Se soumettre au Zadiste en est l'évidence. A part mettre des taxes sur l'essence la limite à 80 kmh pour remplir les caisses de l'etat et satisfaire ses amis de Vinci pour obliger à prendre les autoroutes augmentées par un décret de Macron ministre du budget, il n'a comme guide que quelques associations qui veulent se croire représentantes de la bonne pensée. Une décision courageuse ? laquelle?
Réponse de le 28/01/2018 à 12:40 :
On voit tout de suite que vous maîtrisez le sujet parler du premier ministre Philippe Richard, chapeau bas
a écrit le 27/01/2018 à 22:58 :
Pour compenser l'augmentation des nuisances sur Nantes, la Ministre promet ......de développer l'aéroport de Rennes !!!!!! Hallucinant !
Réponse de le 28/01/2018 à 12:01 :
@mefiant37
oui c'est tour le paradoxe de ce qui se passe.
Alors que l’aéroport de Notre Dame des Landes aurait pu devenir un grand aéroport de l'ouest Nantes-Rennes-Vannes-Saint Nazaire à l'écart des contraintes urbaines. On va concentrer les nuisances sur le tissu urbain.
La logique écologique veut qu'on concentre les habitations sur le villes (pour diminuer les transports) et les nuisances dans des zones peu urbanisées.
a écrit le 27/01/2018 à 21:42 :
des aides a l'insonorisation !!! si on ne veut pas de bruit on ne construit pas près d'un aeroport; Il n'est pas là depuis hier cet aeroport!! On va a notre dame, là on sera tranquille...Tellement de gens avait a y gagner que tout s'en aille à notre dame, sauf qu'on ne pense pas aux ouvriers qui travail dans les boites qui sont autour.
Réponse de le 27/01/2018 à 22:59 :
Des personnes se sont installés dans la zone sud-ouest de Nantes car l'aéroport devait déménager et historiquement le sud de Nantes (Reze- Bouguenais) est moins cher que le nord Loire. Ils ont fait le mauvais choix...
On ne peut pas comparer habiter et travailler. Cela n'a rien à voir.
Ceux qui sont au sud ouest de Nantes subiront les désagréments du développement souhaitable de l'aéroport de Nantes (je suis habitant de la Loire Atlantique) ou ils devront déménager.
Un petit coin tranquille existe au nord à Notre Dame des Landes, une zone à l’abri des avions, dans un bocage préservé par 50 ans de protection en prévision du déplacement de l'aéroport ...
a écrit le 27/01/2018 à 21:36 :
Rien à proposer parce que NDDL était le projet structurant qui coûtait le moins cher à l'état. Le réaménagement de Nantes Atlantique sera déjà infiniment plus coûteux que NDDL pour l'état car on peut penser que les collectivités locales ne mettront pas un centime dans un projet dont elles ne veulent pas, sans compter l'isolation de milliers de logements que l'état sera bien forcé de financer. Le dédit dû à Vinci pourra peut-être être minimisé en apparence par des conditions très avantageuses accordées sur la concession de Nantes Atlantique voire l'attribution d'ADP. Reste que l'indispensable élargissement des N165 et 171 entre Nantes et Saint-Nazaire, l'aménagement de l'aéroport de Rennes, voire la prolongation de la LGV du Mans à Nantes et la construction d'un franchissement routier supplémentaire de la Loire en aval de Nantes pour désengorger les ponts de Cheviré et de Saint-Nazaire sont des investissements quasi-incontournables dans une région économiquement en forme. Mais qui coûteront à l'état 20 à 30 fois plus cher que NDDL. Sauf si une nouvelle poignée de zadistes parviennent à tout bloquer, fournissant autant de prétextes à l'état pour ne rien faire.
a écrit le 27/01/2018 à 21:31 :
Après les zadistes verts de NDDL, les zadistes "urbains" de SAGL...

Pas sûr que les plus civilisés soient ceux qu'on pense. Ceux de SAGL sont d'une violence verbale rare, ce n'est même plus de la colère mais de la rage.
Les propos tenus sont assez révélateurs d'un mépris de classe des urbains bien pensants envers les "pouilleux" de NDDL.
Ils ne pardonneront pas au gouvernement d'avoir fait passer leurs propres intérêts après celui des zadistes (sauf que le gouvernement a fait le choix de l'intérêt général du pays et de la région et n'en a rien à battre des intérêts des zadistes).

Par ailleurs, je suis assez stupéfait de tous ces gens qui découvrent en 2018, qu'ils vivent au voisinage d'un ancienne base militaire bâtie en 1928, qui est est devenue civile il y a un demi siècle et n'a cessé de se développer depuis.
S'ils ne supportent pas les avions pourquoi diable se sont t'ils installés à coté d'un aéroport déjà connu de leurs grands parents ?
a écrit le 27/01/2018 à 21:20 :
le comportement des élus est hallucinant!
NDDL leur aurait couté des centaines de millions entre la subvention AGO 115 millions, la desserte routière 84 millions, la desserte ferroviaire tram train 150 millions plus 45 de rames et au moins 7 millions de déficit annuel
ils devraient remercier l'état d'avoir pris la seule décision rationnelle!
En plus, on aurait récupéré un aéroport pas pratique, hors de prix (le plus cher des aéroports français si l'on prend les chiffres du business plan RBC/VINCI) qui aurait fait fuir les low cost
les élus les plus irresponsables et impécunieux du continent!
Réponse de le 28/01/2018 à 10:11 :
De toutes façons, NDDL ou pas, vu l'attractivité et le développement économique de la région il faut renforcer les infrastructures routières et ferroviaires autour de Nantes, notamment en direction de Rennes et Saint-Nazaire (c'est à dire principalement les directions qui auraient desservi NDDL).
a écrit le 27/01/2018 à 21:20 :
Allez , un petit effort , un TGV ou un train pendulaire reliant Nantes à Roissy en 1h30
un développement du port de St Saint-Nazaire via Airbus et les chantiers .
L’extension de l'aéroport existant et l'indemnisation des riverains pour qu'ils puissent déménager dans une zone plus calme. Un bon début pour ce gouvernement qui n'arrive même pas à régler le problème des surveillants de prison et qui refusent toute augmentation de salaire aux matons qui pourtant sont au Smic. C'est vrai que notre président préfère supprimer l'ISF aux actionnaires du CAC 40.
Réponse de le 28/01/2018 à 10:24 :
Nantes CDG en 1h30, c'est simplement impossible, même en construisant une LGV entre Lle Mans et Nantes (Le Mans-Rennes a coûté 3,6 milliards pour une distance comparable. Accessoirement son emprise sur les terres agricoles est bien supérieure à celle d'un aéroport). De plus il faudrait compléter le bouclage est de Paris en construisant une nouvelle LGV en zone urbaine dense (donc probablement en souterrain) entre Marne la Vallée-Chessy et Massy-Palaiseau, là où les TGV actuellement se traînent en s'intercalant entre les RER C. Quant aux riverains, au mieux on subventionnera à 80% l'isolation de leurs logements qui de toutes façons ne vaudront pas grand chose à la revente. Un petit chiffre, si l'état devait racheter 10000 logements à 150000€, il y en a pour 1,5 milliard.
a écrit le 27/01/2018 à 21:12 :
"Les assises de la mobilité" :

Voir le canard enchainé de cette semaine:
Grosso modo, si j'ai bien compris, l 'article dit que pour ce titre pompeux au contenu incertain, ils( le ministère) ont lancé un appel d'offre pour 30 000 € pour tout écrire: le pourquoi, le titre , l 'architecture du texte, son rédigé , bref tout
Car souligne savoureusement l'article 2 ministres, 2 sous ministres, une trentaine de chargé de mission dans les cabinets ministériel sont incapable de faire le minimum pour lesquels ils sont ( très bien ) payés ,a savoir pondre des argumentaires pour la ministre afin qu'elle n' apparaisse pas comme une inutile dans les medias !
Caramba encore raté!
a écrit le 27/01/2018 à 21:10 :
Comme les habitants de Saint Aignan Grandlieu ne vont pas saccager les centre-villes de Nantes et de Rennes, s'approprier illégalement des terres, y édifier des constructions non moins illégales, bloquer des routes et les transformer en dépotoirs, ils n'ont que peu de chances de se faire entendre. Comme quoi pour obtenir une décision en France il vaut mieux en passer par l'illégalité la violence de quelques ultras que par la justice et la démocratie. Par contre sur 10 députés que compte la Loire Atlantique il y a 9 LREM et 1 Modem... Aux habitants de leur faire savoir qu'ils ne renouvelleront pas cette erreur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :