"Oubliée" de la SNCF, la Normandie prend en charge ses trains et commande 40 rames

 |  | 432 mots
Lecture 2 min.
Hervé Morin et Guillaume Pépy le 24 novembre 2016.
Hervé Morin et Guillaume Pépy le 24 novembre 2016. (Crédits : Reuters)
La région Normandie est la première en France à prendre en charge l'ensemble de ses trains, en échange d'un financement par l'Etat de 40 rames commandées au groupe Bombardier, au prix de 720 millions d'euros.

La région Normandie, la première en France à prendre en charge l'ensemble de ses trains, a symboliquement passé commande jeudi de 40 rames neuves dans le centre technique SNCF de Sotteville-lès-Rouen, appelé à devenir le plus moderne de France. "Cette commande a remis la Normandie en haut de la pile" des dossiers à traiter d'urgence par la SNCF, a déclaré le président normand Hervé Morin qui a choisi la solution radicale de prendre en charge l'ensemble des lignes ferroviaires, en échange d'un financement par l'Etat de 40 rames commandées au groupe Bombardier, au prix de 720 millions d'euros.

"Du fait de la volonté de la région qui a proposé une solution totalement innovante, de  l'écoute du Premier ministre Manuel Valls qui est totalement rentré dans le jeu et a pris la décision, et enfin de l'énergie de la SNCF pour trouver une solution, on a réussi à faire quelque chose d'extraordinaire", s'est félicité Hervé Morin.

"Que du bonheur", s'est exclamé de son côté le président de la SNCF Guillaume Pepy. "Le retard de la Normandie va être comblé", a-t-il ajouté, précisant que les premiers trains arriveront à Sotteville en septembre 2019 pour rôdage avant une entrée en service début 2020. Ces trains circuleront sur les lignes Paris-Caen-Cherbourg, sur la branche Deauville-Trouville et sur Paris-Rouen-Le Havre.

14 mois de production et 450 emplois directs

Les rames sur deux niveaux, et pouvant rouler jusqu'à 200 Km/h, seront dotées du wifi. Ballon d'oxygène pour l'usine Bombardier de Crespin, près de Valenciennes (Nord), elles représentent l'équivalent de 14 mois de production et 450 emplois directs pour le site nordiste qui compte 2.000 salariés, et "trois fois plus d'emplois" pour les fournisseurs, parmi lesquels plusieurs entreprises normandes.

Au total, compte tenu des travaux d'infrastructures engagés par la SNCF, et le coût de modernisation du centre de Sotteville qui va remplacer Clichy (Seine-Saint-Denis) pour la maintenance des trains normands, la Normandie va bénéficier d'investissements dépassant le milliard d'euros. En contrepartie, la région va prendre en charge les déficits de ses cinq lignes ferroviaires, un risque financier que lui reproche l'opposition socialiste.

Trop proche de Paris pour disposer d'une ligne TGV, la Normandie a été longtemps délaissée par la SNCF, que ce soit pour le matériel ferroviaire (trains intercités Corail vieux de 40 ans) que pour les infrastructures. Il en résulte de très mauvaises conditions de transport et une perte de clientèle pour les trains. Une ligne nouvelle est envisagée, mais pas avant 2030 voire 2035.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2016 à 11:36 :
J'espère que petit à petit et à commencer par toutes nos actuelles grandes régions de droite et du centre, les mêmes décisions soient prises pour bouter hors de nos préoccupations, la pesanteur gauchiste SNCF alliée aux cocos de la CGT et de SUD.
a écrit le 25/11/2016 à 17:36 :
il s'agit de Clichy la garenne dans le 92 et non celui du 93 où il y a un centre de maintenance des trains de Saint Lazare.
a écrit le 25/11/2016 à 11:07 :
la ligne Granville, Paris sera t'elle oubliée il y aura t'il de nouveau train merci de vôtre réponse Evelyne
a écrit le 25/11/2016 à 9:17 :
C'est une bonne initiative de la part du gars qui exige que l'on parle français sur les chantiers normands.

Dans ce cas il faut qu'ils disent à ses copains patrons d'arrêter d'employer des travailleurs détachés, on ne peut pas défendre le traité de Lisbonne et exiger que les roumains, les turques et autres tchèques parlent français.

Parce que les polonais ils bossent 12 heures par jours pour 50 euros ils ont pas le temps d'apprendre le français hein, faut savoir ce qu'on veut, quand on veut des esclaves on ne veut pas des citoyens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :