Privatisation d'ADP : l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol suit de près le dossier

 |   |  1155  mots
(Crédits : Air France)
A la veille du vote définitif de la Loi Pacte qui inclut la privatisation d'ADP, la journée investisseurs du gestionnaire des aéroports parisiens a fait salle comble ce vendredi 5 avril 2019. Elle devrait être promulguée en mai. Déjà actionnaire à hauteur de 8% d'ADP, l'aéroport d'Amsterdam serait quant à lui intéressé pour augmenter sa participation. Sans confirmer, l'aéroport néerlandais répond qu'il veut "continuer à être un actionnaire clé".

La loi Pacte, dans laquelle figure la possibilité pour l'État de passer en dessous de 50% du capital du gestionnaire des aéroports parisiens, sera votée la semaine prochaine, le 11 avril, pour être promulguée en mai selon certains observateurs. Mais, à quel moment l'État appuiera-t-il sur le bouton du lancement du processus de privatisation ?  L'État veut aller vite, selon des connaisseurs du dossier qui évoquent un lancement de l'opération après la publication des résultats semestriels du groupe aéroportuaire le 26 juillet. A Bercy, on explique que "rien n'est décidé" et que si la loi était votée,"il faudrait du temps pour élaborer le cahier des charges de l'opération". On ajoute que "l'été n'est pas une saison propice pour lancer une telle opération". Un argument retoqué par certains observateurs : "les banquiers d'affaires peuvent travailler en août", plaisante-t-on.

La privatisation des autoroutes avait été lancée le 18 juillet 2005

Il y a pourtant des exemples de privatisation lancées l'été, dont un qui risque de faire tiquer l'État, voire de le dissuader, si tant est qu'il ait bien eu l'idée de déclencher le processus cet été : celui de la privatisation des... autoroutes, lancée le 18 juillet 2005. La hausse des tarifs des péages autoroutiers est en effet systématiquement pris en exemple par les opposants à la privatisation d'ADP pour justifier le maintien d'ADP dans la sphère publique. Et le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a toujours clamé qu'il ne voulait pas reproduire "les mêmes erreurs". Même s'il parlait évidemment de la manière de céder l'actif et non du timing du lancement de l'opération, il n'est pas sûr qu'il soit tenté par une date qui peut réveiller les critiques.

« Attendons déjà de voir comment le gouvernement sortira de la crise des gilets jaunes », explique quant à lui un banquier d'affaires.

Quel sera le niveau de la participation de l'État cédée?

Une chose semble sûre, l'État n'a pas encore tranché sur le niveau de la participation qu'il cédera. Récemment, l'ancien porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, avait évoqué le maintien de la participation de l'État à hauteur de 20%, avant d'expliquer qu'il s'agissait d'un scénario parmi d'autres. Autre interrogation: l'État vendra-t-il la participation qu'il aura fixée en un seul bloc d'actions ou en petit blocs, sachant que ce dernier scénario risque d'empêcher la prise de contrôle d'ADP par un candidat, et donc limiter l'intérêt de certains industriels. Vinci, déjà actionnaire à hauteur de 8%, a déjà dit par exemple qu'il ne serait pas intéressé par l'opération s'il n'avait pas le contrôle d'ADP.

En attendant, la plus grande opération boursière mondiale concernant une entreprise publique (ADP vaut près de 18 milliards d'euros en Bourse) suscite un vif intérêt. Ce vendredi à Paris, la journée «investisseurs » d'ADP, au cours de laquelle la direction a expliqué son modèle et ses perspectives, a attiré un grand nombre de candidats potentiels, comme Vinci, Ferrovial, les fonds d'infrastructures Macquarie, Ardian, qui est prêt à faire une offre avec les départements d'Île-de-France, IFM, TCI, Insight Capital Management et la plupart des grandes banques d'affaires : JP Morgan, Morgan Stanley, Satander, Barclays, BNP Paribas, Crédit Suisse, la Société Générale, Lazard, HSBC, Citigroup.

« Un vrai panier de crabes », plaisantait un participant.

L'aéroport d'Amsterdam intéressé?

Selon des connaisseurs du dossier, Schiphol Group, le gestionnaire de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, déjà actionnaire d'ADP à hauteur de 8% à l'issue d'un accord de participations croisées signé en 2008, fait preuve d'un intérêt pour augmenter sa participation dans le capital du groupe aéroportuaire tricolore. Il pourrait ainsi chercher à faire partie d'un consortium avec d'autres candidats. Interrogé ce dimanche par La Tribune, Schiphol Group n'a ni démenti ni confirmé cette information mais n'a en revanche pas caché sa volonté de continuer à être partenaire capitalistique clé d'ADP.

"Schiphol Group suit de près les projets annoncés par l'État français de privatiser davantage le groupe ADP. Nous avons l'intention de poursuivre notre coopération stratégique avec ADP et de continuer à être un actionnaire clé d'ADP", a-t-on expliqué à à La Tribune.

L'intérêt hollandais interpelle quelques semaines après l'entrée surprise de l'État hollandais au capital d'Air France-KLM, à hauteur de 14% comme l'État français. Car l'aéroport d'Amsterdam-Schipol est détenu par l'État hollandais à hauteur de 70%. En tout cas, la France a un rempart. L'accord signé en 2018 s'inscrivait pour une période de 12 ans et en 2020, il peut être demandé à l'aéroport de Schiphol de sortir du capital.

La loi Pacte maintient les ambitions d'ADP

Vendredi, lors de la journée investisseurs, la direction d'ADP a expliqué sa stratégie  et ses ambitions pour les prochaines années et les conséquences de la loi Pacte sur celles-ci.

« La loi Pacte maintient intactes les ambitions d'ADP. La seule chose qui change, c'est le fait que dans 70 ans, ADP reviendra propriété de l'État. La loi maintient la pleine propriété pendant 70 ans, toutes les missions de service public, l'intégralité du système aéroportuaire, le statut des salariés (qui ne pose d'ailleurs pas de problème) et renforce même le système de double caisse et sa visibilité », a expliqué le PDG d'ADP.

Ce système de double-caisse sépare les activités aéronautiques régulées de celles provenant des commerces, des parkings et de l'immobilier sur lesquelles ADP a la liberté de fixer les prix.

« Le coût moyen pondéré du capital qui fonde le contrat de régulation économique est intangible sur la durée du contrat. Cette visibilité pour les investisseurs, qui existait de facto, est gravée dans la loi. La juste rémunération des capitaux est pérennisée », a ajouté Augustin de Romanet.

7,7 milliards d'euros d'investissement prévu entre 2021 et 2025

La direction a par ailleurs détaillé sa proposition de contrat de régulation économique (CRE) pour la période 2021-2025, publiée cette semaine. Une période au cours de laquelle ADP entend investir 7,7 milliards d'euros, dont 6 milliards dans le périmètre régulé. Le groupe a présenté des objectifs ambitieux en termes de développement à l'international en comptant exploiter 30 à 40 aéroports dans le monde d'ici à 2025 (contre 25 aujourd'hui) et accueillir 400 à 450 millions de passagers, contre 281 millions en 2018. Les objectifs sont tout aussi ambitieux dans le domaine immobilier puisque l'objectif est d'exploiter d'ici à 2025 30% des 1,5 million de m2 constructibles, mais aussi dans le développement des commerces. ADP vise en effet une hausse du chiffre d'affaires par passager de 6,10 euros à 27 euros d'ici à 2025. Finalement, ADP prévoit une hausse de son résultat opérationnel courant de 50 à 60% entre 2021 et 2025, et entend maintenir le versement d'au moins 60% de son résultat net.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/04/2019 à 8:51 :
En premier lieu on ne doit pas oublier que l'Etat a besoin d'argent. Il ne peut vendre que les valeurs en portefeuille attractives. A lui dans la mesure de la législation d'établir des conditions de la juste valeur. Après coup, on ne pourra pas avoir des regrets.
a écrit le 08/04/2019 à 22:41 :
"adp prévoit une hausse de son résultat opérationnel courant de 50 à 60% entre 2021
et 2025 et entend maintenir le versement d'au moins 60% de son résultat net"..
c'est sûr que dans ces conditions il était vraiment urgent de brader la participation
de l'état, d'autant qu'il est parfois évoqué que le retour supposé dans 70 ans ne se
ferait pas gratuitement mais nécesiterait une indemnisation, qu'y a t il de vrai ou de
faux sur le sujet ???
a écrit le 08/04/2019 à 18:33 :
Les néerlandais ont raison de s'inquiéter. Le désastre de la privatisation de l'aéroport de Toulouse ne leur a pas échappé. Pour en savoir plus sur cette pitoybale affaire, il faut lire "L'empreinte du Dragon" de Jean Tuan chez CLC Editions. Disponible en sur les principaux sites de vente d'internet... Didactique et bien renseigné...
a écrit le 08/04/2019 à 14:38 :
C’est marrant, quelle surprise !
Après le DEBUT de la mainmise sur Air France les Bataves prévoient de racheter Paris Airports, par l’intermédiaire de Schiphol Group (ou bien, en loucedé par des banques amies comme ils l’ont fait pour AF).
A quand la vente du Château de Versailles et du Mont St Michel ?
On parle, tous les jours, à la télé de référendum. Que le gouvernement organise un référendum sur la vente de Paris Airports !
Réponse de le 08/04/2019 à 18:33 :
"A quand la vente du Château de Versailles et du Mont St Michel ?"

Pour nos barrages ...c'est fait :

Le 7 février 2018, le gouvernement Philippe, après avoir fait savoir à l’interfédérale des salariés du secteur hydroélectrique français qu’il ne trouvait rien à redire au principe, a donc acté la privatisation. D’ici 2022, 150 des plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) devraient être vendus, pour une puissance totale de 4,3 GW équivalant à celle de trois réacteurs nucléaires de nouvelle génération. Le reliquat du parc public, sauf effondrement global, sera mis à l’encan avant 2050. EDF, société détenue à 83,5 % par l’État, gère 85 % des 433 concessions du pays (une concession représente un ou plusieurs barrages raccordés à une même centrale électrique). Engie et des structures régionales comme la Compagnie nationale du Rhône ou la Société hydroélectrique du Midi se partagent les 15 % restants.Cela faisait dix ans que la Commission européenne réclamait cette privatisation, avec un acharnement spécial et suspect de la part de la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager depuis sa nomination en 2014. Macron et Philippe l’ont signée, sans l’ombre d’une hésitation. Il s’agit de mettre fin à l’abus de « position dominante » d’EDF, incompatible avec l’article 106 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.Il faut dire que pour la concurrence si chère à Margrethe Vestager, les barrages français, avec leur excédent brut de 2,5 milliards d’euros par an, dont la moitié revient aux collectivités locales, leur masse salariale faible (21 000 salariés) et leurs installations amorties depuis des lustres, sont une proie de choix.Ce secteur hydroélectrique est vital, comme le rappelait Martine Orange en novembre 2015. Il représente 12,5 % de la production d’électricité française, près de 70 % des énergies renouvelables. C’est l’électricité la moins onéreuse : de 20 à 30 euros le MWh. Les centrales hydroélectriques fournissent 66 % de la capacité d’appoint rapide (moins de deux minutes) lors des pics de consommation (le reste est assuré par les centrales thermiques).
a écrit le 08/04/2019 à 12:23 :
On privatise, on nomme les copains à la direction avec des salaires par pleines brouettes, et le public raque 40 euros de plus par vol.
a écrit le 08/04/2019 à 5:55 :
Coquille sur accord signé en 2018 pour 12 ans ..c est 2008 .
a écrit le 07/04/2019 à 21:55 :
Sais plus si c'est à Singapour l'aéroport le meilleur au monde (d'après ceux qui y passent), il est public, comme quoi y a pas "que" le privé qui sait gérer, qui sait faire mieux.
Il suffit d'abandonner les choses, ne plus entretenir les routes et montrer comme une évidence que privatiser résoudra le problème [provoqué, organisé].
a écrit le 07/04/2019 à 16:25 :
Pays bas, beau pays, gens très sympa et super pour les actionnaires. Pour moi le mot "privatisation" en langage financier se traduit par "vol ou pillage du patrimoine" en Français..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :