SNCF : les TGV low-cost Ouigo attaquent le marché domestique espagnol en cassant les prix

La filiale de la SNCF vient défier l'opérateur historique espagnol Renfe en débutant ce lundi ses services commerciaux entre Madrid et Barcelone. Avec cinq rotations par jour et des rames à double niveau, l'opérateur français va provoquer un choc capacitaire sur cette ligne, lequel, combiné à un prix d'appel à 9 euros, va tirer fortement les tarifs à la baisse. La Renfe a indiqué souhaiter une meilleure réciprocité pour pouvoir opérer sur le marché français.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

La SNCF va une nouvelle fois tester à l'étranger, en l'occurrence l'Espagne, ce qu'elle redoute en France : l'ouverture à la concurrence du marché ferroviaire domestique. Après avoir fait intrusion sur le marché italien entre 2008 et 2015, du temps où elle était actionnaire de l'opérateur privé transalpin NTV, la SNCF débarque en force sur le marché espagnol. Ce lundi, au lendemain de la levée de l'état d'urgence sanitaire en Espagne, sa filiale low-cost, Ouigo, débutera ses services commerciaux entre Madrid et Barcelone via Saragosse et Tarragone, en concurrence frontale avec à l'opérateur historique Renfe.

Choc capacitaire

Avec cinq aller-retours quotidiens, Ouigo va assurer près du tiers des fréquences sur cette ligne ferroviaire exploitée à raison de 14 aller-retours par jour par Renfe. Le choc capacitaire est plus important encore, dans la mesure où la SNCF va utiliser des rames doubles, offrant deux fois 509 places sur chaque trajet.

"Les Espagnols vont découvrir à la fois le low-cost et les rames à deux niveaux", a indiqué à l'AFP le directeur général de Voyages SNCF, Alain Krakovitch.

Cette offensive capacitaire va se doubler d'une attaque en règle sur les prix. A la manière des low-cost aériennes, Ouigo va commercialiser des prix extrêmement agressifs, à partir de 9 euros (bagages compris), uniquement accessibles sur Internet.

"Nous sommes sur une politique de volume", détaille la directrice générale de Ouigo España, Hélène Valenzuela: "En offrant le plus de places possibles sur un même sillon avec des trains plus capacitaires, et donc faire baisser les coûts et répercuter ces économies au client. C'est comme ça que, structurellement, nous sommes moins chers."

En réponse, la Renfe va lancer ses propres trains à grande vitesse low-cost Avlo le 23 juin entre Madrid et Barcelone.

La Renfe évoque des obstacles pour se lancer en France

L'offensive espagnole de la SNCF ne fait que commencer. Ouigo a prévu de lancer des liaisons de Madrid vers Valence et Alicante (sud-est) à la fin de l'année, et vers l'Andalousie (sud) d'ici 2023. Un troisième opérateur, baptisé Ilsa ( filiale commune de la compagnie publique italienne Trenitalia et de la compagnie aérienne espagnole Air Nostrum) a prévu de se lancer au second semestre 2022, avec des trains neufs.

 Du côté de Renfe, on aimerait davantage de réciprocité sur le marché français. "Nous aimerions que ce modèle (de concurrence, NDLR) s'applique de la même manière dans d'autres pays comme la France, où la Renfe et d'autres fabricants espagnols rencontrent beaucoup d'obstacles pour avancer au même rythme avec l'AVE", son propre train à grande vitesse qu'elle veut lancer sur Lyon-Marseille, a-t-elle aussi déclaré à l'AFP.

Encadré : La SNCF retrouve le sourire

La SNCF envisage "une belle année ferroviaire post-pandémie", selon le PDG de SNCF Voyageurs Christophe Fanichet, qui s'est montré optimiste pour l'été.

"Je suis vraiment confiant. Je pense qu'on fera mieux que 85%", c'est-à-dire la fréquentation de l'été 2020 par rapport à la performance de 2019, a-t-il indiqué à l'AFP en marge de l'inauguration du TGV low-cost Ouigo en Espagne.

"Les Français ont vraiment envie de bouger, les mesures sanitaires sont vraiment connues. Ça sera vraiment différent de l'an dernier", a-t-il relevé, ajoutant que la SNCF "aura aussi des touristes européens".

Cette "belle année" commence par le lancement de Ouigo Espagne, qui sera suivi par la relance du train de nuit Paris-Nice --peut-être le 20 mai--, l'annonce d'une nouvelle gamme tarifaire plus accessible le 1er juin, cet été qu'il espère meilleur, le choix de nouveaux opérateurs pour des TER en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, les 40 ans du TGV en septembre, et enfin une application SNCF unique à la fin de l'année, a-t-il énuméré. Aujourd'hui, il y en a huit.

Le dirigeant s'est par ailleurs montré "très confiant" quant au sauvetage d'Eurostar, une filiale à 55% de la SNCF qui risque le dépôt de bilan si elle n'est pas renflouée rapidement.

(Avec AFP)

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 11/05/2021 à 9:35
Signaler
En parlant de train : Quelque 2.500 salariés de West Midlands Trains, une compagnie ferroviaire britannique, ont dû connaître un sacré ascenseur émotionnel. Comme le relate The Guardian, ils ont reçu un mail expliquant que le directeur général de ...

à écrit le 11/05/2021 à 7:23
Signaler
ouvrir une ligne en espagne avec le financement des contribuables francais car qui a achetez les trains pour une entreprise qui perd ce n'est au francais de payer une enquête doit etre ouverte pour verifier le financement

à écrit le 10/05/2021 à 16:26
Signaler
Pratique: la SNCF eut du s'appeler Société Nationale des Chemins de Fer Français; le fait de n'avoir qu'un seul F lui permet d'avoir un statut de société mondiale. Etant donné que le trafic voyageur et marchandise est languissant en France; il le dev...

à écrit le 10/05/2021 à 14:04
Signaler
La SNCF reçoit de l'aide de l'état pour plusieurs milliards d'Euro est n'est toujours pas capable de gagner de l'argent. Maintenant la SNCF commence encore avec ces subventions généreux des contribuables français à investir en Espagne et très probab...

le 10/05/2021 à 17:38
Signaler
@Bravo: Cherchez "SNCF dividende" dans votre navigateur; vous en serez ébaubi, tout comme moi et, je le pense, le personnel SNCF.

à écrit le 10/05/2021 à 8:58
Signaler
la sncf refusent toute concurrence en france pour garder son monopole mais ne vois aucun inconvénient pour faire de la concurrence dans des pays tiers lamentable pas étonnent que la majorité des français détestes et ne peut plus encaisser les chemino...

à écrit le 09/05/2021 à 12:12
Signaler
Chez les autres. et pas de problème s'il y a des pertes, elles seront payées par les impôts des français. c' est du fou....ge de gueule.

le 09/05/2021 à 14:03
Signaler
Soyez fières de ce projet au lieu de râler constamment

le 10/05/2021 à 14:36
Signaler
Soyant fières, surtout si les français payent cette nouvelle aventure en Espagne et que ce sont les mêmes contribuable qui vont payer le déficit dans les années à venir. Pourquoi la SNCF devrait être capable de gagner de l'argent en Espagne, alors ...

à écrit le 09/05/2021 à 9:22
Signaler
Casser les prix ce n'est pas une politique durable, je préférerais lire une adoption d'un prix plancher sur les divers trajets tenant compte des salaires honorables, du cout des équipements, de l'entretien, de son amortissement, Etc.

à écrit le 09/05/2021 à 8:43
Signaler
Avec les mêmes rames (même si peintes avec des logos différents), circulant sur les mêmes voies, on a Ouigo, Inoui et SNCF, dont l'offre est incompréhensible dans une jungle tarifaire. Pas contre la concurrence, mais d'une part le client lambda n'y c...

à écrit le 09/05/2021 à 4:35
Signaler
C'est au consommateur espagnol de decider. L'offre francaise avec a la cle des salaires a la baisse de la RNFE.

à écrit le 08/05/2021 à 20:22
Signaler
Moi, j'aimerais qu'en France, AirFrance-KLM arrive à mettre en place une exploitation conjointe de lignes TGV (avec ouigo, ou autres opérateurs...) pour des lignes Lyon-st Ex / Paris CdG, avec enregistrement et prise en charge (y compris suivi des ba...

à écrit le 08/05/2021 à 20:05
Signaler
Casser les prix c'est facile qund c'est le contribuable qui passe à la caisse derrière. Une chose est certaine en France le sprix ne sont pas cassés au contraire....

à écrit le 08/05/2021 à 16:43
Signaler
La SNCF serait-elle devenue une entreprise performante ?

le 08/05/2021 à 17:47
Signaler
Bah après avoir , en partie, déserté nombre de régions Françaises ,on dira simplement l'appel du grand large de la part de la vieille dame SNCF ou plutôt celui de la péninsule Ibérique. L'axe juteux Madrid/Barcelone est juste comparable à celui de P...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.