Pour casser l'image d'un "TGV cher", la SNCF étudie un "tarif maximum acceptable"

Préparant une stratégie de reconquête du TGV, la SNCF planche sur une nouvelle gamme tarifaire dont la trame devrait voir le jour d'ici à l'été 2021. Selon son président, Jean-Pierre Farandou, elle doit passer par un ajustement des prix à la baisse, avec notamment la fin des prix élevés lors des réservations tardives. Par ailleurs, la SNCF s'attend à essuyer une perte nette de 5 milliards d'euros environ en 2020.
Fabrice Gliszczynski

5 mn

(Crédits : Vincent Kessler)

Frappée de plein fouet par la crise du Covid-19, la SNCF est à la peine. Le trafic est au plus bas, les pertes s'accumulent, et la dette se creuse. Après avoir essuyé une perte nette de 2,5 milliards d'euros au premier semestre, le groupe ferroviaire prévoit une perte du même ordre au deuxième semestre. Ce qui portera donc à près de 5 milliards d'euros le niveau de perte nette en 2020, un an après avoir déjà perdu 800 millions d'euros en 2019 à la suite de la grève contre la réforme des retraites.

"Je n'aurais pas dit cela avant le confinement numéro 2, parce que le deuxième semestre aurait été moins mauvais, mais là, nous ne serons pas loin de faire fois deux", a déclaré ce mercredi le PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou, lors d'une audition devant la Commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat.

Et de préciser :

"C'est autant d'argent qu'il faudra aller chercher sur les marchés financiers, car c'est autant d'argent qui manque dans les caisses."

En octobre, la SNCF a lancé avec succès un emprunt de 2 milliards d'euros sur trente ans.

La dette s'envole

Résultat, la dette de la SNCF, qui avait fortement décru du fait de la reprise par l'État de 35 milliards d'euros en janvier, repart à la hausse. "On voit la dette s'envoler", a concédé Jean-Pierre Farandou. Au premier semestre, la dette avait bondi de près de 3 milliards d'euros pour atteindre plus de 38 milliards d'euros.

Pour la réduire, il n'y a que deux solutions, selon Jean-Pierre Farandou : une recapitalisation par l'État et des cessions d'actifs.

Des cessions, mais pas d'actifs stratégiques

"Nous allons faire un bout du chemin avec des cessions", a rappelé le président de la SNCF, en précisant qu'il s'était opposé, au cours des discussions avec l'État sur ce sujet, à la vente de Keolis et de Geodis, deux filiales "au coeur de la stratégie du groupe".

Pour l'heure donc, seule Ermewa, la filiale de location de wagons, est en vente et la direction espère obtenir un chèque de 2,5 milliards d'euros. D'autres cessions sont en cours de réflexion. La participation à hauteur de 50% dans Akiem, une société de location de locomotives, en fait partie. Si la cession des actifs doit permettre de faire un bout de chemin, une recapitalisation devra donc permettre de faire le reste. L'État-actionnaire s'est déjà prononcé sur le sujet. En octobre, Martin Vial, le directeur de l'agence des participations de l'État (APE) avait indiqué que l'aide de l'État à la SNCF "passera par un renforcement des fonds propres". Interrogé ce mercredi sur les aides d'État, Jean-Pierre Farandou s'est néanmoins montré très prudent.

"Il faut être très attentif à des montages dans lesquels il y aurait une aide uniquement fléchée sur l'opérateur SNCF. Ce ne serait pas si simple pour obtenir les validations de Bruxelles", a-t-il dit.

Reconquête commerciale du TGV

Au-delà de ces opérations de renforcement de fonds propres, la SNCF prépare un gros chantier sur le plan commercial : celui de la relance du TGV, mis à mal par la crise sanitaire et par les changements de comportements des passagers. Depuis début novembre, seuls 25% des trains grande ligne circulent.

"Il faut que l'on retrouve un vent de conquête commercial pour nos clients", a martelé le président de la SNCF, qui veut retrouver des volumes de trafic importants, nécessaires pour supporter un modèle dont les coûts fixes sont élevés. Ceci alors que l'ouverture à la concurrence se profile et "qu'il faudra du temps pour retrouver les volumes de trafic d'avant-crise".

Ayant intégré dans ses prévisions des diminutions "de 10%,15%, 20% de sa clientèle affaires", la SNCF veut compenser ce manque à gagner "en allant chercher des volumes sur la clientèle privée de loisirs". Ce qui passera, selon Jean-Pierre Farandou, "par un ajustement des prix avec des prix plus accessibles, y compris au dernier moment".

À ses yeux, la SNCF doit "changer son logiciel tarifaire pour attirer plus de gens dans les TGV". Autrement dit, mettre fin à cette étiquette de prix élevés qui lui colle à la peau. Pour y parvenir, Jean-Pierre Farandou veut remettre en question les techniques de "yield management", un système de fixation des prix fondé sur la loi de l'offre et la demande qui permet d'optimiser les recettes. Dans un tel système, où la rareté se paye au prix fort, les dernières places en vente sont évidemment plus chères que les places disponibles à l'ouverture des réservations.

Prix maximum acceptable

"Aujourd'hui, si vous vous y prenez au dernier moment, vous n'avez plus de prix réduits, il n'y a que les prix maximum, et ils sont élevés. C'est pour cela que l'on se fait coller le sparadrap du TGV cher. Il faut changer cela", estime Jean-Pierre Farandou.

Dans cette logique, ce dernier a même évoqué l'idée d'un "prix maximum acceptable en seconde classe". Reste à le définir, ce qui ne sera pas une mince affaire. Une trame de cette nouvelle gamme tarifaire devrait voir le jour d'ici à l'été prochain. En tout cas, cette remise en cause du "yield management" fait sourire certaines personnalités du transport aérien, qui rappellent que les compagnies aériennes "rencontreraient de sérieux problèmes" si elles abandonnaient cette pratique. Paradoxalement, le débat dans le transport aérien porte sur l'instauration d'un prix minimum pour éviter la vente de billets trop bas.

Parmi toutes les cibles visées, Jean-Pierre Farandou souhaite notamment attirer davantage les "séniors actifs", qui constituent à ses yeux un "gisement important de trafic".

"Nous ne sommes pas assez orientés en matière de services sur ce segment de clientèle qui ne demanderait pas mieux que de prendre le train. À nous d'aller les chercher par des services de porte-à-porte, de  prise en charge des bagages... On doit être plus à l'écoute de cette clientèle."

Fabrice Gliszczynski

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 27/05/2021 à 14:07
Signaler
Lamentable. Il faut sortir des diktats ideologiques de Bruxelles ou le train doit etre soumis a la concurrence pure... et arretez d'eponger les pertes en vendant les filiales rentables. Le train doit rester un monopole de service public et un moyen...

à écrit le 03/12/2020 à 23:28
Signaler
Nous la question se pose pas, on n'a pas les moyens de se payer le TGV, le train c'était avant et banal, même le TER RER sans carte c'est impossible. C'est un moyen de transport pour les riches, un truc drôle, chez les chinois le retour des comparti...

à écrit le 03/12/2020 à 14:33
Signaler
en clair ça veut dire que la SNCF nous a escroqué pendant des années

le 03/12/2020 à 16:24
Signaler
pourquoi "escroqué" ? Le tarif est affiché, il plait ou pas. Pour aller de Nice à la Corse, j'avais remarqué que les jours avant le départ (en mai) voyaient les prix du ferry grimper parfois 10€/jour, signe qu'il faut prévoir le voyage plus tôt, c'e...

le 03/12/2020 à 18:43
Signaler
Quand une entreprise gagne de l'argent, elle fait... des BENEFICES!! Un truc de dingue! Mais bon, peut être ne connaissez-vous pas grand chose à comment ça fonctionne l'économie d'une entreprise. Il coute combien à faire votre téléphone portable? Cer...

à écrit le 03/12/2020 à 10:36
Signaler
Ah! le mistral, c'était autre chose pour descendre dans le sud.

à écrit le 02/12/2020 à 21:22
Signaler
Si le TGV était si cher tout le monde prendrait l'avion donc il faut croire qu'il est plutôt bon marché pour les voyageurs grâce aux subventions pour concurrencer déloyalement l'avion...

le 04/12/2020 à 0:01
Signaler
Ben à une époque, avant tout le tintoin de NDL, il y avait une ligne d'avions Angers Marcé/ Nice bien plus rapide évidement que le tgv et moins cher. Depuis cet excellent aérodrôme bien situé capable de diviser le trafic de Nantes est plutôt mal vu...

à écrit le 02/12/2020 à 21:08
Signaler
Je ne prends jamais le train, même entre Rennes et Roissy, je prends l'avion quand je suis en correspondance. Sinon, c'est la voiture. ma vieille 607 HDi consomme moins de 5 litres au cent @120km/h et j'ai presque 1500km d'autonomie avec un plein de ...

à écrit le 02/12/2020 à 18:25
Signaler
C'est pas grave hein que le tgv soit un peu cher, il est plus rapide, c'est tous les autres trains qui le sont beaucoup trop !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.