Transport aérien : en Europe, un redécollage poussif

 |   |  737  mots
Au niveau mondial, le trafic de passagers a atteint le fond en avril en plongeant de 94,3% (mesuré en kilomètres-passagers payants, ou RPK) par rapport à avril 2019.
Au niveau mondial, le trafic de passagers a atteint le fond en avril en plongeant de 94,3% (mesuré en kilomètres-passagers payants, ou RPK) par rapport à avril 2019. (Crédits : iStock)
La reprise du trafic à l'échelle européenne s'avère très lente, mettant un peu plus à mal les compagnies aériennes qui profitent habituellement de la saison estivale pour "constituer des réserves financières" en prévision des mois d'hiver "plus difficiles", comme le rappelle Rafaël Schvartzman, vice-président de l'Iata pour l'Europe.

Après l'"uppercut" porté aux compagnies aériennes par le Covid-19, le trafic reprend doucement en Europe au fur et à mesure des réouvertures de frontières, mais des milliers d'emplois restent menacés.

  • Une reprise très lente

Selon l'Iata, la grande association internationale du secteur, pour des raisons à la fois de restrictions de circulation et de craintes de voyageurs, le trafic redémarrera d'abord sur les marchés intérieurs, puis continentaux et enfin au quatrième trimestre sur les vols long-courrier. Il ne retrouverait son niveau de 2019 qu'en 2023.

Lire aussi : Reprise : pourquoi les compagnies de "hub" sont désavantagées par rapport aux low-cost

Les pays européens doivent par exemple se prononcer sur une proposition de liste d'une quinzaine d'États dont les voyageurs seront admis dans l'Union au 1er juillet, qui exclut les États-Unis et qui inclut la Chine sous condition.

En Europe, dans la semaine du 15 au 21 juin, 7.706 vols ont été effectués en moyenne par jour, (-77,9% par rapport à la même période en 2019), principalement par Turkish Airlines, Lufthansa, Wizz Air, Wideroe, DHL et Air France, selon l'organisation Eurocontrol. C'est à l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle que le trafic a été le plus important, suivi par Francfort, Schiphol (Amsterdam), Heathrow (Londres) et Istanbul.

Au niveau mondial, le trafic de passagers a atteint le fond en avril en plongeant de 94,3% (mesuré en kilomètres-passagers payants, ou RPK) par rapport à avril 2019.

  • Quelles destinations en Europe?

La capitale portugaise Lisbonne arrive en tête des réservations de billets d'avion en Europe pendant la première quinzaine de juin, devant Paris, Amsterdam, Athènes, Rome, Madrid, Francfort, Vienne, Barcelone et Londres, selon des données diffusées lundi par la société spécialisée Forwardkeys.

Il y a un an, la capitale britannique arrivait en tête des réservations. Cette relégation traduit l'effet des mesures de quarantaine mises en place, selon la société.

"Les pays qui ont mis en place des mesures de quarantaine ont observé des baisses de trafic similaires à une interdiction totale de vols", a pour sa part souligné Brian Pearce, l'économiste en chef de l'Iata.

Lire aussi : Quarantaine à l'arrivée sur le sol britannique: British Airways, EasyJet et Ryanair attaquent en justice le gouvernement

L'organisation des compagnies aériennes plaide en faveur de la mise en œuvre par les aéroports et les compagnies de mesures sanitaires (port du masque, prise de températures, déclaration de santé...).

Lire aussi : L'OACI publie ses recommandations sanitaires pour relancer le secteur aérien

  • Le pire encore à venir?

Les aides gouvernementales "ont sauvé des milliers d'emplois et permis aux compagnies de maintenir les liaisons. Mais je crains que le pire reste encore à venir", commentait à la mi-juin, Rafaël Schvartzman, vice-président de l'Iata pour l'Europe.

Habituellement, "les compagnies comptent sur la saison estivale pour constituer des réserves financières pour les mois d'hiver, plus difficiles [...]. Il n'y aura pas de réserves d'été" cette année, a-t-il ajouté.

Les compagnies européennes devraient enregistrer une perte nette de 21,5 milliards de dollars en 2020 (contre un bénéfice net de 6,5 milliards en 2019), ce qui pourrait menacer "6 à 7 millions d'emplois liés à l'aviation en Europe", selon l'Iata.

  • Les coupes claires à venir ou récentes en Europe

Vendredi, Air France doit ainsi présenter l'impact sur l'emploi de son "plan de reconstruction" qui passera par une réduction drastique des liaisons intérieures et se traduira selon les syndicats par des milliers de postes supprimés, sans départs contraints.

De son côté Guillaume Faury, le président exécutif d'Airbus, qui a réduit les cadences de production d'un tiers, a prévenu que le groupe pourrait être amené à prendre des décisions "amères" et "difficiles" pour l'emploi "avant fin juillet".

Depuis une semaine, par exemple:

- Le groupe suisse de services aéroportuaires Swissport a annoncé la suppression de plus de 4.000 emplois au Royaume-Uni.

- L'entreprise d'aménagement intérieur d'avions Jet Aviation va supprimer environ 200 emplois sur son site à l'aéroport franco-suisse de Bâle-Mulhouse.

- L'opérateur suisse de boutiques hors taxes Dufry va réduire ses dépenses de personnel de 20% à 35%.

- Les compagnies Lufthansa et Turkish Airlines vont fermer la filiale allemande de leur coentreprise Sunexpress, menaçant 1.200 postes.

- La branche autrichienne de Level, la filiale long-courrier à bas coût du groupe britannique IAG a déposé le bilan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2020 à 23:02 :
Triste pour les personnels qui vont perdre leur emploi mais bonheur pour la planète ! moins de pollution kérosène, sonore et sociale avec moins de barbares se rependant partout à travers la planète pour la détruire...
a écrit le 30/06/2020 à 17:47 :
En avion Paris Bordeaux Paris dans la journée pour le boulot. En train impossible, chambre d’hotel et 2 ème journée engagée. Resultat, on prend la voiture.
a écrit le 30/06/2020 à 9:34 :
L'avion n'a plus ça place quand le train peut transporter beaucoup plus de monde (tgv double étage)+electricite quasi gratuite.A quoi bon acheter du pétrole et aggraver notre déficit commercial.Sauf à sauver quelques emploi à Toulouse au détriment de la planète.Le train va même au-delà des frontières maintenant et il serai bon de le développer comme en chine.
a écrit le 30/06/2020 à 9:18 :
Surveiller les taux de remplissage ne serait pas du luxe non plus quand on sait que l'oligarchie européenne fait voler des avions vides.
Réponse de le 30/06/2020 à 10:17 :
voler à vide c'était du début quand il fallait garder les créneaux d'aéroports, pas utilisé un certains temps = perdu ! Ils ont dû changer les règles, je pense.
J'imagine que les gens ayant un billet à 5€(sais pas le vrai prix de "braderie", pas pris l'avion depuis 30 ans) c'est justement pour remplir mieux l'avion, ça ou rien, autant encaisser 5€ pour les "bouche-trou" mais plus l'avion est chargé plus il consomme aussi, faut trouver le bon réglage.
Kérosène taxé un jour (???) = voyages plus sélectifs vs le budget personnel, les riches en avion les moins aisés en train (1, 2, 3ème classe), comme dans les débuts.
Réponse de le 30/06/2020 à 10:31 :
En effet à 5 euros c'est pire que vides, ils n'ont décidément aucune limite à leurs mauvaises idées !

La vache mais qu'avons nous fait pour mériter une oligarchie aussi dégénérée !

Ah oui, les élections...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :