Airbus s'apprête à annoncer un plan massif de suppressions de postes

Contraint par la crise qui frappe le transport aérien de réduire sa production d'avions de 40% en 2020 et 2021, Airbus va réunir le 30 juin et le 1er juillet un comité de groupe européen au cours duquel un plan de suppressions de postes devrait être annoncé chez Airbus "Avions". Selon certaines sources, environ 15.000 postes sont menacés, dont environ de 5.000 en France répartis chez Airbus, ATR et Stelia Aerospace.
Fabrice Gliszczynski

2 mn

(Crédits : Christinne Muschi)

Après avoir préparé le terrain depuis plusieurs semaines, Airbus s'apprête à annoncer un plan de suppressions de postes massif pour s'adapter à la crise sans précédent qui frappe l'industrie aéronautique et les compagnies aériennes. Confronté à une chute des livraisons d'avions et à une reprise qui s'annonce très longue - puisque le directeur général d'Airbus, Guillaume Faury, ne prévoit pas un retour du niveau de trafic aérien enregistré en 2019 avant 2023, voire 2025 -, Airbus est obligé de réduire sa production d'avions de 40% en 2020 et 2021 et ses effectifs dans la division "Avions", qui compte 90.000 salariés.

Lire aussi : Airbus va prendre des "décisions difficiles", "amères", "mais nécessaires pour protéger son avenir" (Guillaume Faury, CEO)

Airbus, ATR et Stelia concernés

Un comité de groupe européen est prévu mardi 30 juin et mercredi 1er juillet au cours duquel l'ampleur des suppressions de postes ainsi que leur répartition par pays doivent être présentées aux représentants du personnel. Une annonce officielle devrait être faite ce mardi à la clôture de la bourse. Selon certaines sources, près de 15.000 suppressions de postes devraient être annoncées dans la division "Avions" au niveau mondial, dont 5.000 environ en France, réparties entre Airbus "Avions", sa filiale à 100% Stelia Aerospace spécialisée dans les aérostructures, et ATR, le constructeur d'avions régionaux codétenu avec le groupe italien Leonardo. L'agence Reuters évoque de son côté une fourchette allant de 14.000 à 20.000 suppressions de postes.

Ces chiffres ne prennent pas en compte les 2.665 suppressions de postes dans la division Défense & Space (dont 464 en France) pour laquelle un plan de restructuration a été annoncé en février.

Négociations sur le chômage partiel longue durée

L'annonce du plan social chez Airbus "Avions" marquera le point de départ des négociations avec les syndicats pour aboutir à un accord sur les conditions du plan de sauvegarde pour l'emploi (PSE) d'ici à fin octobre. D'autres négociations parallèles pourront faire évoluer le plan social. Notamment celles sur les conditions d'application du dispositif de chômage partiel longue durée (Arme), lequel peut aller jusqu'à deux ans de prise en charge par l'État de 85% de l'indemnité versée par l'entreprise (80% si un accord d'entreprise ou de branche est signé après le 1er octobre). Ce mécanisme pourrait ainsi réduire le nombre de départs contraints et permettre à Airbus de préserver ses compétences nécessaires au moment de la reprise.

Lire ici les dernières informations : Airbus confirme les 15.000 suppressions de postes

Fabrice Gliszczynski

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 30/06/2020 à 14:20
Signaler
C'est pas un scoop. B. a déjà liquidé plus de 20000 emplois. Mais avec le chômage partiel généreux dt a bénéficié A depuis mars et qui va se poursuivre jusqu'en 2022, on peut espérer en France du moins, qu'il n'y aura pas de licenciements sec avec le...

à écrit le 30/06/2020 à 8:39
Signaler
2 ans de chomage partiel...On pourrai les pousser un peu a se diversifier reinventer, quand on est capable de fabriquer des avions,on doit bien arriver a faire autre chose. On parle de ramener des industries,le faire a partir de structures preexistan...

le 30/06/2020 à 9:55
Signaler
et non, il est plus facile de creer a partir de rien que d adapter quelque chose qui a ete prevu pour autre chose. apres il faut aussi trouver la chose que personne ne fait (ou fait mal) pour creer le produit (pas simple ..)

le 30/06/2020 à 10:52
Signaler
Pensez-vous que vs idées peuvent se réaliser en quelques mois ?

le 30/06/2020 à 13:42
Signaler
Vous avez certainement des suggestions très pertinentes à faire, ne vous brimez pas, faites en profiter tout le monde. Pour les TV et les réfrigérateurs voire les caravanes la maison a déjà donné....

le 30/06/2020 à 20:19
Signaler
Oui, tuons Shumpeter pour mieux épargner Kuznets

à écrit le 30/06/2020 à 8:33
Signaler
Je croyais les carnets de commandes pleins jusqu'en 2028?

à écrit le 30/06/2020 à 8:27
Signaler
Corona m'a tué. Boire ou voler il faut choisir !

à écrit le 29/06/2020 à 22:47
Signaler
fichtre plus aucun avion ne vole toute les entreprises de transport gelent leurs achats meme si elles ne font pas faillite, et contre toute attente y a des licenciements chez airbus... bon, l'immobilier va redevenir raisonnable sur toulouse donc

le 30/06/2020 à 14:09
Signaler
non l'immobilier va monter: 1) la pièce c'est du solide 2) les taux sont historiques bas (donc on s'en moque du prix, non ? j'ai oublié un poncif ?

à écrit le 29/06/2020 à 20:25
Signaler
Pas de probleme. Le gouvernement garantie l'allocation chomage jusqu'au 84% du remuneration net, vers le dos des contribuables du pays nordics, bien sur. Tout prevu avec Lagarde etc. Santa Claus Macron alors.

le 30/06/2020 à 10:53
Signaler
Vous n'êtes pas à jour de votre chiffre de 84 % . Informez vous!

à écrit le 29/06/2020 à 18:42
Signaler
Le Covid19 a révélé avant l'heure une situation intenable sur le long terme. Le transport aérien de masse adossé à un tourisme de masse délirant s'etait engagé dans un modèle intenable dans la durée. Des marges faibles et des trésoreries quasi nulle...

à écrit le 29/06/2020 à 18:26
Signaler
Airbus et Boeing ont gaspille des decennies en produisant des avions camelotes quand ils auraient pu tant faire pour reduire l'impact environnementale et augmenter donc le rendement et surete des avions. Nous etions plus avances dans les annees 50s e...

à écrit le 29/06/2020 à 17:48
Signaler
Donc nous sommes bien carrément dans l'amputation de l'économie aérienne planifiée à long terme ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.