Airbus va prendre des "décisions difficiles", "amères", "mais nécessaires pour protéger son avenir" (Guillaume Faury, CEO)

 |   |  3039  mots
(Crédits : Joseph Campbell)
Dans un courrier adressé aux salariés d'Airbus, le directeur général du groupe, Guillaume Faury, prévient que le trafic aérien ne reviendra pas à son niveau de 2019 avant 2023 ou 2025. Alors que la production est réduite de 40% pour les années 2020 et 2021, il présentera prochainement "un plan d'adaption" qui aura des conséquences sur l'emploi. Selon nos informations, ce plan pourrait être annoncé fin juin-début juillet. Dans la division Defense & Space, les suppressions de postes annoncées en février sont renforcées.

"L'ampleur de la crise du Covid-19 pour notre secteur impose à Airbus de s'adapter. Cette adaptation signifie en fait une réduction significative du format de notre entreprise (...). Elle nous contraint à des décisions amères. Ces décisions sont malheureusement nécessaires pour protéger l'avenir de notre entreprise et de notre écosystème".

Dix jours après la présentation du plan de relance du gouvernement pour le secteur aéronautique, Guillaume Faury, le directeur général d'Airbus, prépare les salariés à un plan de restructuration du groupe aéronautique qui aura un impact sur l'emploi.

Lire aussi : Aéronautique : le plan de relance n'évitera pas les plans sociaux

Dans un courrier adressé aux salariés que La Tribune s'est procuré, Guillaume Faury explique qu'un plan d'adaptation va être prochainement annoncé d'ici à fin juillet pour permettre à Airbus de traverser une crise qui s'annonce longue et profonde.

"La crise du secteur de l'aviation sera longue et d'une ampleur telle qu'elle nécessite que nous prenions des mesures plus importantes chez Airbus. Nous avons, je le rappelle, perdu plus d'un tiers de notre activité d'aviation commerciale, et nos coûts continuent de dépasser largement nos revenus. Ce n'est pas tenable. Notre plan de charge est également devenu structurellement très inférieur à nos effectifs. Dit simplement: nous avons encore des mesures à prendre pour retrouver notre équilibre industriel et financier", écrit-il.

Un plan massif de départs devrait être annoncé fin juin-début juillet, selon nos informations. En mai, la presse britannique évoquait plus de 10.000 suppressions de postes. En France, il concernerait Airbus Avions, ATR et Stelia. Évalués à 2000-2500 personnes, les départs naturels seraient, selon des sources internes "largement insuffisants pour combler le sureffectif". Reste à avoir néanmoins si les mesures de prise en charge du chômage partiel longue durée que l'État s'apprête à prendre pour certains secteurs permettront de réduire l'impact. Ce plan s'ajoutera au plan de suppressions de postes au sein de la Defense & Space annoncé en février, lequel a été renforcé puisqu'il passe de 2.362 à 2.665 en Europe et de 404 à 464 en France, selon un communiqué de la CFE-CGC.

Lire aussi : "Nous lançons une restructuration pour retrouver de la compétitivité" (Guillaume Faury)

Le niveau de trafic de 2019 n'est pas attendu avant 2023 ou 2025

Alors que le transport aérien repart après plus de deux mois d'arrêt quasi-complet, Guillaume Faury a une vision beaucoup plus précise du marché qu'il ne l'avait il y a quelques semaines.

"Sur la base des dernières études de marché, nous pensons qu'il faudra attendre 2023 au mieux, voire 2025, pour voir le trafic aérien retrouver son niveau de 2019. La reprise devrait d'abord concerner les  monocouloirs, la demande de gros-porteurs restant faible probablement plus longtemps en raison de la structure de ce segment de marché, et de l'impact durable de la crise sanitaire sur les voyages internationaux long-courriers", fait-il valoir.

 Et d'ajouter :

" A court terme, nous avons basé les décisions de réduction des rythmes de production sur les très nombreuses discussions et négociations que nous avons eues avec nos clients ces derniers mois. A ce stade, nous avons réduit notre production d'environ 40 % pour 2020 et 2021, comparé aux prévisions précédentes pour ces deux années. Cette baisse reste adaptée à notre compréhension actuelle du marché. Mais une reprise plus faible que prévue du trafic aérien pourrait nous obliger à la réduire encore davantage, atteignant alors des niveaux dangereusement bas."

Compromis entre la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2020 à 1:38 :
Peak Oil n'a pu pas finalement se reporter. Production du petrole aux Etats Unis est revenu au niveau d'il y a 10 ans - avant le petrole du schiste, qui n'a jamais ete rentable. Pas un sou ou un dime. Saudi Ghawar produisait plus que 50% de l'eau injecte au premier lieu pour faire sortir le petrole il y a 12 ans. Maintenant? Qui sait. 80%? Nous sommes a 70 MB/d maximum maintenant contre un "besoin" de 90 MB/d. Si on avait dit en 2005 qu'il faut remplacer le parc d'automobiles et avions avec une autre technologie (le moteur a l'eau par exemple, resonant pulse electrolysis) et commencer une transition nous ne serions pas dans cette situation maintenant. Non, non, on ne peut pas sacrifier l'industrie automobile et aeronautique clamait-t-on en 2005 - et maintenant? Ils sont finis. Avec bien plus que seulement ces industries car les pretendus "leaders" refusent de prendre des bonnes decisions responsables nonobstant les consequences pour milliards des etres humains. Il n'etait jamais necessaire d'utiliser la petrole mais parce que les pretendus "leaders" ne savent rien - et je veux dire rien - concernant ce qui compte - ils sont completement incapables et impropres a faire les decisions qui leur incombent.
a écrit le 21/06/2020 à 12:29 :
il était temps, le cours de l'action a fortement chuté et cela ne pouvait pas durer comme ca
il faut prendre des mesures rapide:
-réduire le personnel francais et le remplacer par des roumains ou des marocains
-réduire le nombre de fournisseurs et leur imposer de travailler a marge nulle plutot que de ne pas travailler du tout
cesser de payer les fournisseurs récalcitrants, ils n'avaient qu'a être assuré contre les impayés
réduire les salaires et donner à la place des actions dont le cours devrait remonter pour récompenser les salariés restant
verser de la participation et de l'intéressement à ceux qui auront joué le jeu de la reconstruction
enfin et surtour verser de grosses stock option au dirigeant qui aura eu le courage et la force mentale de mettre au placard son humanité pour redresser la barre au profit des actionnaires
a écrit le 21/06/2020 à 12:29 :
il était temps, le cours de l'action a fortement chuté et cela ne pouvait pas durer comme ca
il faut prendre des mesures rapide:
-réduire le personnel francais et le remplacer par des roumains ou des marocains
-réduire le nombre de fournisseurs et leur imposer de travailler a marge nulle plutot que de ne pas travailler du tout
cesser de payer les fournisseurs récalcitrants, ils n'avaient qu'a être assuré contre les impayés
réduire les salaires et donner à la place des actions dont le cours devrait remonter pour récompenser les salariés restant
verser de la participation et de l'intéressement à ceux qui auront joué le jeu de la reconstruction
enfin et surtour verser de grosses stock option au dirigeant qui aura eu le courage et la force mentale de mettre au placard son humanité pour redresser la barre au profit des actionnaires
a écrit le 21/06/2020 à 10:31 :
Le problème de l'information actuelle c'est qu'elle est dirigé afin d'orienter l'humeur pathologiquement instable des financiers, ce serait bien que l'on connaisse les prévisions économiques précises en matière d'économie aérienne.

Mais forcément ce serait exposer que les milliards d'argent public injecté là dedans au final sont plus improductifs qu'autre chose.
a écrit le 21/06/2020 à 6:59 :
a dégager le pdg de airbus qui a délocaliser la production de nacelles aux états unis
alors que leur conception ont été réalisé en France
a écrit le 20/06/2020 à 21:22 :
Le *chef* peut il préciser de quel *son avenir* parle t’il ?????
Des actionnaires, de l’entreprise, des salariés ???
a écrit le 20/06/2020 à 18:52 :
On pouvait s'y attendre, mais maintenant cela va se concrétiser. Les doutes sur le transport aérien étaient déjà présents avant l'épidémie, secteur très en retard en matière de transition écologique, l'épidémie en bloquant le trafic aérien et mettant les compagnies aériennes sur les genoux a créé un immense trou d'air et les compagnies aériennes ont repoussé voire annulé leur commande.
La production d'avion ne peut qu'être dans la tourmente, les sous traitants seront les plus rapidement impactés.
Toulouse et sa région vont souffrir même aidés par l'Etat.
a écrit le 20/06/2020 à 15:57 :
Et tout les usines sont en Allemagne.Avec la fermeture de la ligne de production de A380 a Toulouse le resultat sera bcp des chomeurs et plus specifiquement des ingenieurs.
a écrit le 20/06/2020 à 15:06 :
J'ai subit un épisode de difficulté respiratoire dès le mois d'Avril 2019 ! Suite à un bête rhume je pouvais difficilement marcher sans être essoufflé.
Heureusement pour moi ça s'est guéri naturellement mais je n'avais pas connu de tels difficultés auparavant.

TOus le monde a des doutes légitimes sur cet épisode arrivé opportunément c'est à dire avant une grande récession, fin d'un cycle anormalement long car prolongé par les ltro et autres plancha billet.
Il s'agit de faire passer l'économie au cycle de croissance suivant et pour celà la productivité des salariés lambda, en moyenne, est devenu insuffisante, elle n'augmente plus. Pour éviter la stagnation dont ont horreur les partisans de l'accélération de l'histoire, comme une urgence de progrès techno scientifiques pour sauver l'espèce supérieure, coloniser l'espace (ça ne vous rappel rien? les debuts des révolutions industrielles ont été le préalable à la colonisation des empires britanniques et francais, il s'agit de trouver des matières premières à faire transformer par le complexe industriel pour qu'il soit rentable. Des firmes US ont deja monté des filières pour l'exploitation de matières premières extra terrestre.

Les salariés sont peu à peu éloignés de leurs entreprises via le télétravail avant un jour de recevoir par mail leur éviction.
Les robots au sens général (on parle de bots lorsqu'ils ne sont que software) doivent remplacer massivement des millions d'employés, les robots ne font pas grève, n'ont aucun besoin autre que de l'énergie, de la maintenance ou d'un renouvellement/amélioration pour accomplir leurs taches, ce sont les archétypes de l'esclave, de l'architecture maître-esclave. Même le design peut être automatisé, l'humain restant dans la boucle pour évaluer son feedback et donc la pertinence du design (au sens esthétique ici).

Comme le dit Jack Daniels, pardon jean marc Daniel, nous sommes entré dans l'ère de la concurrence généralisée, vous êtes en concurrence avec les scientifiques du MIT, de Berkeley, de Standford (you stand no chance). Ils pronent le savoir être, un soft skill comme ils disent, en fait c'est une arme pour un soft kill, on peut écarter n'importe qui au nom d'un supposé manque de savoir être. Le savoir être c'est ce qui était exigé des domestiques par les grands bourgeois, le savoir être est meme plus important que la compétence technique, un domaine réservé.
Vous êtes en compétition avec des communautés technos scientifiques qui ont encore pour un temps besoin de vous pour configurer, initialiser leurs modèles de big data, d'IA. Mais cette fonction sera aussi automatisée, les data analystes ont une connaissance superficielle des modèles qu'ils utilisent, conçus par des data scientists extremements compétents dans un nombre importants de domaines transversaux. Ils vont prendre tous les marchés, la production sera entièrement automatisée, des robots machines offriront la flexibilité des humains pour le montage. Ne considérez pas que vous allez être remplacé par des robots mais que vous effectuez des taches à leur place actuellement, pas uniquement dans les usines mais aussi dans les bureaux.

Les périodes de croissance forte s'accompagne d'un accroissement de la productivité forte, l'homme lambda est un frein.
Réponse de le 20/06/2020 à 15:51 :
"TOus le monde a des doutes légitimes sur cet épisode arrivé opportunément " Que voulez vous dire exactement ? Que quelqu'un a sciemment introduit le virus pour masquer la fin d'un cycle économique ? A ce rythme on peut trouver des complots partout.
Réponse de le 20/06/2020 à 18:07 :
Quel délire .
Réponse de le 22/06/2020 à 8:11 :
Les licenciements pas mail ds 48h se font déjà en Grande Bretagne et au danemark...
a écrit le 20/06/2020 à 11:59 :
Merci qui? merci au gouvernement chinois qui a menti, ment et mentira car c' ets dans l' adn de ce type de régime politique.
Les gogo, bobo qui achètent huwai, asus et consorts seraient bien inspirés de réfléchir à leurs actes d' achats....qui soutiennent ce type de régime...qui rêve de nous faire disparaitre car la démocratie le gêne....les consommateurs européens ont ils conscience des enjeux géo-stratégiques quand ils achètent made in china ? moi je lis touts les étiquettes évitent d' acheter de l' huile d' olive et coulis tomates soit disant italienne alors ques produits viennent du maghreb ou de chine !
réveillez-vous sinon le réveil dans 5, 10, 20 ans sera dévastateur pour toute l' europe...au fait Les chercheurs italiens de l'Institut supérieur de la santé retrouvent des traces du Sars-CoV-2 dans les eaux usées à partir du 18 décembre à Milan et Turin....donc la pandémie a débuté bien avant ce qu' a déclaré la chine en janvier ...
certains médecins chinois bravant le silence étatique évoque une contamination des octobre voire peut etre juin...les gauchos ou facho, Les Républicains au lieu de polémiquer sur la gestion du covid devraient regarder leur passé: qui a décidé de la baisse de 100000 lits a l 'hopital dès 1995 , qui a fait détruire les masques avant 2017 ? DEVINEZ....
Réponse de le 21/06/2020 à 8:26 :
Brehart,
Si on vous comprends on ne peut plus acheter de produits fabriqués en chine pour ne pas soutenir ce régime.
Facile à dire mais dans ce cas on ne pourra plus acheter de produits électroniques, de voitures car c'est plein de composants électroniques made in china, produits électroménagers etc.
Donc par conséquent on doit vivre comme 19e siècle.
Je ne suis pas sûr que les Français bobos ou pas soient d'accord.
Réponse de le 22/06/2020 à 7:13 :
La majorité des sociétés chinoises sont nées des investissements occidentaux. La richesse produite ces dernières décennies par nos entreprises occidentales a été investi en Chine. C'est désormais notre propre argent qui nous affaibli économiquement par un dumping qui va finir par détruire aussi la démocratie. Les titres boursiers ont remplacés les titres monarchiques.
a écrit le 20/06/2020 à 11:58 :
Merci qui? merci au gouvernement chinois qui a menti, ment et mentira car c' ets dans l' adn de ce type de régime politique.
Les gogo, bobo qui achètent huwai, asus et consorts seraient bien inspirés de réfléchir à leurs actes d' achats....qui soutiennent ce type de régime...qui rêve de nous faire disparaitre car la démocratie le gêne....les consommateurs européens ont ils conscience des enjeux géo-stratégiques quand ils achètent made in china ? moi je lis touts les étiquettes évitent d' acheter de l' huile d' olive et coulis tomates soit disant italienne alors ques produits viennent du maghreb ou de chine !
réveillez-vous sinon le réveil dans 5, 10, 20 ans sera dévastateur pour toute l' europe...au fait Les chercheurs italiens de l'Institut supérieur de la santé retrouvent des traces du Sars-CoV-2 dans les eaux usées à partir du 18 décembre à Milan et Turin....donc la pandémie a débuté bien avant ce qu' a déclaré la chine en janvier ...
cetains médecins chinois bravant le silence etatique évoque une contamination des octobre voire peut etre juin...les gauchos ou fachau, Les Républicains au lieu de polémiquer sur lagestio du covid devraient regarder leur passé: qui a décidé de la baisse de 100000 lits a l 'hopital dès 1995 , qui a fait détruire les masques avant 2017 ? DEVINEZ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :