Interdit à Paris, UberPOP va contester l'arrêt préfectoral qui "ne change rien"

 |   |  284  mots
Le mouvement des chauffeurs de taxi contre les véhicules clandestins qui utilisent UberPop pour des activités payantes de transport de passagers a été marqué par plusieurs incidents violents, notamment à Paris.
Le mouvement des chauffeurs de taxi contre les véhicules clandestins qui utilisent UberPop pour des activités payantes de transport de passagers a été marqué par plusieurs incidents violents, notamment à Paris. (Crédits : Reuters)
Paris s'est ajouté à la liste des villes ayant déjà interdit le service de la société américaine Uber. Le ministre de l'Intérieur a également demandé à l'ensemble des préfets de saisir les procureurs de la République pour qu'ils appliquent la "plus grande fermeté" à la répression des infractions.

| Article publié à 13h22, mis à jour à 19h09.

L'arrêté d'interdiction de l'activité d'UberPOP, demandé jeudi 25 juin au matin à Marseille par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, a été pris par le préfet de police de Paris, a annoncé la préfecture. UberPOP est considéré comme une concurrence déloyale par les chauffeurs de taxi qui manifestent dans toute la France.

Cet arrêté vise "notamment les personnes utilisatrices des applications UberPOP, Heetch et Djump", précise un communiqué

Le mouvement des chauffeurs de taxi contre les véhicules clandestins qui utilisent UberPop pour des activités payantes de transport de passagers a été marqué par plusieurs incidents violents, notamment à Paris.

Jeudi soir, sur RTL, le directeur général d'Uber France Thibaud Simphal a déclaré que la société allait "contester" l'arrêté préfectoral comme elle l'avait fait avec les autres, les considérant comme "potentiellement illégaux". Selon lui, cela "ne change rien", ajoutant que "UberPOP peut continuer".

UberPop déjà interdit à Lyon et Marseille

Bernard Cazeneuve a également demandé à l'ensemble des préfets de saisir les procureurs de la République pour qu'ils appliquent la "plus grande fermeté" à la répression des infractions aux règles sociales et fiscales constatées de la part de la société américaine Uber avec UberPop.

L'activité est déjà interdite à Lyon, depuis le 18 juin, à Marseille, Strasbourg ainsi qu'à Nantes. Le préfet de Rhône-Alpes, Michel Delpuech, avait justifié son interdiction d'UberPop par le souci d'éviter "les risques de trouble à l'ordre public" mais aussi pour assurer la sécurité des personnes transportées via ce service alors que "la qualification et la formation des conducteurs ne sont pas garanties".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2015 à 15:31 :
c'est vraiment une dommage. Uberpop fait les jobs et bc moins chers que les taxis parisiens. Les gens moins riche peuvent prendre un Uber mais pas un taxi. Encore plus, les taxis parisiens ne sont pas gentil (pas tous), sont difficile a trouver....les machine a taper, l'appareil des photos, de machines a fax, le minitel, et les chauffeurs de taxi....tous one diminue a cause de une technologies qui est meilleur et moins cher
a écrit le 26/06/2015 à 11:02 :
Que notre gouvernement soit incompétent à n'avoir pas su ni gérer ni anticiper cette crise n'est malheureusement pas une surprise.
Par contre, une fois le TAFTA signé, ni les préfets, Cazeneuve ou autre président de la république n'y pourront quelque chose... Le droit US prévaudra sur l'ensemble du globe.
Ca devrait en faire réfléchir (et agir) plus d'un avant qu'il ne soit trop tard !!
a écrit le 26/06/2015 à 8:31 :
out se passe par des transactions bancaires. Visa a une epoque a pas hesite a couper les terminaux cb du vatican et ceux de wikileaks. Pour bloquer c est facile . de meme que pour declancher des remonter automatique au fisc. Mais derrière uber y a google ... firme us alors on fait du bricolage . Et il faut transformer tous les taxi en vtc en leur permettant de deduire fiscalement la totalité de leur licence de leur revenus.
a écrit le 26/06/2015 à 8:02 :
La solution est tres simple. Les villes donnent les licences, les villes ont besoin d'argent, il manque des taxis. Les villes n'ont qu'a mettre aux encheres des licences pour augmenter de 10% a 20% le nombre de taxis.
Ca leur fait des sous, ca fout les taxis au boulot, meilleure couverture client et prix plus bas et meilleur service, et donc moins besoin de Uber POP.
Seulement il faut un peu de c...... ourrage.
Réponse de le 26/06/2015 à 11:17 :
le precedent gouvernement avait tenté de le faire en 2011 mais avait fait marche arriere apres que la corporation a fait greve ...
Réponse de le 26/06/2015 à 12:19 :
Sauf que puisque les licences sont gratruites, c'est seulement la spéculation du fait de leur rareté qui a généré un marché privé. C'est comme un achat de droit au bail ou de fond de commerce payé cher et qui peut valoir rapidement 0 avec l'implantation d'une grande ou moyenne surface autorisée par les élus communaux, départementaux et régionaux ou la transformation d'un quartier et là tout le monde trouve cela normal.
a écrit le 26/06/2015 à 0:13 :
Le seul enseignement de la journée est que nous avons encore une fois la preuve que nous sommes gouverné par des incompétents. Pourquoi attendre d être au bord de la guerre civile pour prendre des décisions ou plutôt faire de beaux discours ? Si je comprend les arguments des taxis, je ne supporte pas qu on puisse frapper des chauffeurs uber ou détruire des véhicules. J ai de plus en plus le sentiment de vivre dans une république bananière ou on n écoute que ceux qui hurlent le plus fort et ou il ne fait pas bon être un français moyen
a écrit le 25/06/2015 à 23:45 :
Les ministres de l'économie Montebourg et Macron on soit disant réformé les professions réglementés; mais pas touche aux taxis, alors qu'en général on prend plus souvent le taxi que l'on va chez le notaire.
Le gouvernement aurait du depuis longtemps régler ce problème, avant qu'il n'y ai de tels débordements. Cette situation de monopole n'a plus lieu d'être aujourd'hui, la licence que le taxi achète, au final, c'est le client qui la rembourse.
a écrit le 25/06/2015 à 22:40 :
Super : le libéralisme, c'est pour les autres. En France, on a le droit d'acheter des vêtements fabriqués au Vietnam dans des conditions lamentables, mais on n'a pas le droit de mettre en concurrence des corporations.
Et oui, on n'a toute une tripotée de : le libéralisme, je l'approuve chez les autres : artisans, chauffeurs de taxis, agriculteurs, médecins....
Réponse de le 26/06/2015 à 4:17 :
Vous appelez ça mettre en concurrence ? moi je vais vous mettre en concurrence avec un ouvrier ou un ingénieur roumain ! à moins que vous soyez retraité ou fonctionnaire à l'abris du besoin !!
Réponse de le 26/06/2015 à 11:25 :
Oui: j'appelle cela de la concurrence !
le prix de votre licence: c'est votre problème... vous avez pris un risque comme tout entrepreneur et l’évolution technologique envoie votre business plan à la poubelle ...

Je n'ai pas en tant que contribuable et citoyen a supporté votre mauvaise vision de l'avanir de votre profession !

Concernant, la concurrence avec d'autres pays: dans ma profession c'est déjà le cas mais on s'adapte sans déranger les autres ..... je suis informaticien :-)
Réponse de le 27/06/2015 à 23:09 :
Le fond du problème n est pas tant la mise en concurrence que le travail au noir. C est vraiment une blague de laisser travailler des gens sans qu ils payent leurs cotisations sociales. Ce sont les autres qui payent.
Réponse de le 02/07/2015 à 23:59 :
Comme si les taxis déclaraient tous leurs revenus réel...
a écrit le 25/06/2015 à 22:03 :
Uber Pop n'est que l'arbre qui cache la forêt des désordres en France, nous le voyons à tous les niveaux, la France est en plein désordres, chômage massif, bazar financier, voyoucratie en cols blancs, Valls est bien l'homme des désordres, tout comme Sarkozy a été l'homme des désordres ... des jumeaux parfaits.
a écrit le 25/06/2015 à 20:56 :
Avez vous remaqué l'origine de ces casseurs ...
a écrit le 25/06/2015 à 20:14 :
Le covoiturage devrait être aussi interdit puisqu'il y a partage des frais de transport et que les chauffeurs sont des particuliers. N'y a-t-il pas deux poids et deux mesures ?

A n'y rien comprendre !...

J'avais cru comprendre dans la description relative aux statuts des chauffeurs UberPop qu'ils étaient astreints à être auto-entrepreneurs, ce qui est absolument légal, et à contracter une assurance de transport de personnes, d'ailleurs assortie d'une assurance complémentaire fournie par l'entreprise Uber. On peut donc en déduire que les passagers UberPop sont mieux protégés que ceux des covoiturages !...

Provincial, je ne suis qu'un utilisateur occasionnel des transports en voiture essentiellement dans Paris mais l'excellente qualité de service des VTC que j'ai utilisés à quatre ou cinq reprises n'a rien à voir avec celle des taxis parisiens que je refuse de prendre désormais :

*** il faut payer en liquide ce qui leur permet de détourner pas mal d'argent, (refusent aussi bien les cartes de crédit que les chèques),
***ils sont arrogants tout au moins pour les deux seuls que j'ai pris, prenant le client de province pour un demeuré de manière à peine voilée,
***en suivant sur la carte, je pense que l'itinéraire était loin d'être le meilleur pour moi financièrement,
***que le changement de zone au compteur m'est apparu bien tardif ou prématuré suivant le cas, bien sûr en ma défaveur, (pas au même endroit à l'aller et au retour),

bref... pas de quoi les soutenir en ce qui me concerne. Certes, deux taxis ne font pas pas la généralité mais les taxis qui désapprouvent ce que je dis feraient mieux de neutraliser leurs brebis galeuses qui leur font plutôt du tort;

Au lieu de jouer les casseurs, ce qui me paraît inadmissible quelqu'en soient les raisons, ils feraient mieux de se réformer dans la modernité et non pas de défendre un monopole complètement érodé.

Dommage pour la France, car, pour les étrangers, j'imagine qu'ils sont des repoussoirs donc faute professionnelle en puissance. Ils me paraissent avoir tout faux....
Réponse de le 25/06/2015 à 21:10 :
Le covoiturage mutualise les besoins et permet d'économiser et de moins polluer.
Y'a pas d'emploi derrière, pas de vente de service, c'est un choix (aménagement) dont le but n'est pas de concurrencer les professionnels.
Réponse de le 26/06/2015 à 0:48 :
Mensonge! Les sites de covoiturage permettent au chauffeur de fixer les prix qu'il veut sans se limiter aux couts réels du transport. Si on interdit UberPop, il faut aussi interdire les sites de covoiturage comme Blablacar... Et c'est bien sur ce biais juridique que se base Uber
Réponse de le 26/06/2015 à 6:30 :
L'argument principal pour interdire uberpop réside dans fait le qu'il se pose un problème d'assurance (et de formation). Le même problème se pose dans le co-voiturage voir l'auto-stop. Cet argument ne tient pas et vise à protéger une profession qui a trop longtemps fait la fine bouche en sélectionnant les clients grâce à son monopole (le nombre de fois où moi et mes amis nous sommes faits refouler lorsqu'il s'agissait de rentrer à Rosny en fin de soirée...). Les temps changent, ce phénomène est de toute façon une évolution générale de la société.
a écrit le 25/06/2015 à 18:36 :
Ce gouvernement recompense les mouvements violents. Plus vous cassez, plus vos droits sont reconnu. Faut il preciser que les services de VTC sont totalement légal, et qu'il existe toujours un vide juredique concernant Uberpop (voir la derniere decision du tribunal qui a relaxé un chauffeur.
Il est interressant de rappeler que les taxis n'hesite pas non plus a frauder notament grace au paiement en liquide et leur refus d'accepter les cartes bleu.
Concernant la securité des personnes transporté, l'argument ne tient pas puisque les service de covoiturage sont légal et il n'y a pourtant pas de formation supplementaire pour les conducteurs.
En parlant de fraude, Monsieur hollande devrait commencer par mieux choisirs les personnes faisant partie de son gouverment cahuzac, thevenoud ...
Réponse de le 25/06/2015 à 22:42 :
Sauf erreur de ma part, les chauffeurs de taxis votent largement à droite. Il suffit de discuter avec eux....
a écrit le 25/06/2015 à 17:23 :
Le ministre de l'interieur avec les casseurs ??

Démission, il y en a assez de ces incompétents, pas un seul ministre / politique (y compris dans les autres partis hélas) qui ne critiquent la mafia des taxis
Réponse de le 25/06/2015 à 18:51 :
+1, Le gouvernement est aux cotes des syndicalistes. L'interet de la France et des francais, ils s'en foutent royalement.
a écrit le 25/06/2015 à 17:14 :
une minorité de taxis fait fléchir le gouvernement après avoir pris les Français en otages avoir créé de la violence SUPER TOUT CA allons nous ?
a écrit le 25/06/2015 à 16:54 :
Un vrai scandale. Jusqu'ici j'aimais bien Cazeneuve mais quelle pantalonnade ! Il y a en France des millions de chômeurs dont pas mal ont une voiture et l'envie de gagner un peu d'argent. Il y a à Paris, et certainement en Province dans des zones désertées par les taxis un besoin des usagers pour ce type de transport. A Paris, essayez de trouver un taxi sur les champs Elysées le week end vers 1 heure du matin... Bon courage, la dernière fois que j'ai essayé, je suis rentré à pied après avoir poireauté 45 minutes derrière 4 personnes à une borne taxi. Essayez aussi de réserver un taxi pour le lendemain quand vous avez un avion à prendre. Impossible. J'ai un abonnement G7 (entreprise) et ce service n'existe pas. Uber impose désormais à ses chauffeurs de s'inscrire comme auto-entrepreneur et de souscrire une assurance pour le transport de personnes. Tous les arguments liés à la sécurité invoqué par les taxis et leurs soutiens sont foireux. A-t-on seulement essayé de faire des analyses comparatives d'accidentalité entre les taxis / Uber / les VTC ? A ma connaissance non. Bref, voilà un gouvernement qui prétend faire de la lutte contre le chômage une priorité absolue et qui décide d'interdire l'activité d'une entreprise qui pourrait créer des milliers d'emplois en répondant à un besoin de transport qui n'est assumé par personne aujourd'hui ...
a écrit le 25/06/2015 à 16:09 :
Uberpop est légal ou pas ? Le commun des mortels n'y comprend rien !
a écrit le 25/06/2015 à 16:09 :
Il faut évidemment interdire ce genre d'application, c'est la porte ouverte à du grand n'importe quoi et pas seulement dans les taxis.
a écrit le 25/06/2015 à 15:27 :
Tout dérèglementer, oui pourquoi pas, au premier abord cela semble assez séduisant.Tient demain je vais me mettre médecin, après-demain pilote d'Airbus ou de Rafales, ensuite vendeur de légumes et après Architecte c'est cool la liberté.
Réponse de le 25/06/2015 à 22:32 :
il faut tout déréglementer sinon nous aurons 20 millions de chomeurs et une guerre !!! les taxis ont tout faux !!!!!!!!!!!!!!!! les métiers changent dans tous les secteurs : le marchand de légume qui n'a rein compris aux changements ira pointer au chomage de même que le médecin
Réponse de le 25/06/2015 à 22:32 :
il faut tout déréglementer sinon nous aurons 20 millions de chomeurs et une guerre !!! les taxis ont tout faux !!!!!!!!!!!!!!!! les métiers changent dans tous les secteurs : le marchand de légume qui n'a rein compris aux changements ira pointer au chomage de même que le médecin
Réponse de le 26/06/2015 à 4:28 :
@ bertrand, vous avez parfaitement raison ! plus de cotisations sociales, plus d'assurances obligatoires, plus de formations, plus d'heures max de conduite, plus de code de la route non plus !!!! les limitations de vitesse limite aussi la productivité !! bref, vive la jungle, et à moi le fric !!
Note: oui, les taxis parisiens sont inbuvables, et alors ?
Réponse de le 26/06/2015 à 11:57 :
@pepito

Ben on ne prendra plus de taxi......
Réponse de le 26/06/2015 à 21:43 :
Oui, d'ailleurs, comme les médecins ou les pilotes, il faut beaucoup de formation pour devenir taxi. Ah, en fait non, il n'en faut pas du tout, il faut juste démontrer son aptitude à trouver l'argent pour racheter une licence (ou attendre assez longtemps une licence gratuite).
a écrit le 25/06/2015 à 14:46 :
Est-ce l'heure de se demander si nos dirigeants n'ont pas d'intérêts bien cachés dans cette affaire?.....banana république oblige

Olla, que viens-je d'ecrire??????
a écrit le 25/06/2015 à 14:35 :
bravo: les taxis cassent tout et c est uber qui est interdit ...
il serait peut etre temps un jour de mettre au pas les casseurs, qu ils soient taxis ou FNSEA
Réponse de le 25/06/2015 à 16:42 :
Non pas UBER, les VTC ne sont pas interdits. Mais les particuliers utilisant UberPop pour se faire de l'argent illégalement, du travail au noir interdit en France depuis 1947. Si tout le monde travaille au noir, la république sera bientôt une jungle, où tout sera permis. Sans argent, un état n'a plus de police, plus de justice. Au fait si quelqu'un vient faire votre travail sans être déclaré, donc avec un cout hraire moins éléve at que vous on vous licencie, vous dites quoi ? Bravo je suppose !!!
Réponse de le 25/06/2015 à 18:56 :
@8889A, n'importe quoi, Parce que les taxis ne font jamais du noir!? Ils arnaquent les touristes et donne l'argent a l'etat?
Réponse de le 26/06/2015 à 4:31 :
@ Gina G, et alors? c'est les taxis qu'il faut mettre au pas, et non pas autoriser une société voyou !!!
a écrit le 25/06/2015 à 14:29 :
C'est une journée d'action sociale avec des revendications sociales, de la justice sociale et il faut le dire de la violence sociale.
Alors aujourd'hui, on peut : casser, insulter, écraser, déboulonner, incendier, cogner...
C'est la journée soupape en France. Il en faut une de temps en temps. Les sans dents ont besoin de cela pour continuer à vivre.
Amusez vous tous. C'est gratuit et vous passerez peut être à la télé ou sur Twitter, Facebook, Instagram. ....
a écrit le 25/06/2015 à 14:27 :
Une pensée pour ceux qui passent le bac,
pour les touristes qui galèrent en pestant contre notre pays, en disant qu'ils n'y reviendront plus,
pour tous les courageux qui affrontent les transports en grève
aux professionnels bloqués par les taxis, cette caste qui a organisé sa propre déchéance
et rassurons-nous, les politiques sauront se déplacer sans problème, soit en utilisant les avions de la République, soit en payant 40.000€ un taxi qui les conduira où ils veulent.
Vive la médiocratie française ! Et comme le disait Coluche, "c’est pas dur la politique comme métier ! Tu fais 5 ans de droit et tout le reste c’est de travers…", on est pas sortis de l'auberge...
a écrit le 25/06/2015 à 14:13 :
Interdire n'est d'aucune utilité face à une entreprise qui se contrefiche de la loi et vise à passer au dessus (plutôt que de la faire changer).
Il faut sanctionner et pour cela mettre des moyens de contrôle et de coercition aussi bien sur Uber que sur les travailleurs dissimulés qui profitent (mais pour combien de temps, les pauvres...) de l'escroquerie Uber.
La démarche de M. Cazeneuve ne peut apparaître que dilatoire.
a écrit le 25/06/2015 à 14:04 :
Cazeneuve ferait mieux de s'occuper des gens pris en otage par ces taxis
Réponse de le 25/06/2015 à 14:49 :
Absolument!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 25/06/2015 à 17:18 :
et de punir sévèrement les auteurs de troubles - Le chomage croit et avec UberPOP ils vont en creer encore davantage.
a écrit le 25/06/2015 à 13:51 :
la liberté d' entreprendre prime les privilèges éhontés !
a écrit le 25/06/2015 à 13:47 :
Les evenements d'aujourd'hui demontrent bien que ce sont les taxis qui sont les troubles a l'ordre public, que leurs manifestations devraient etre interdites par les prefets et que les aggressions et autres actes de vandalisme enfin reprimes par les forces de l'ordre et le ministere de l'interieur.
a écrit le 25/06/2015 à 13:44 :
Encore une fois le PS défend une minorité pour le plus grand malheur d'une majorité.
Merci PS de baisser encore plus notre pouvoir d'achat.
Réponse de le 25/06/2015 à 16:30 :
Tous les gouvernements ont toujours reculé contre cette corporation... En 2008, suite au rapport Attali.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :