Serveurcom joue la carte de la proximité

Vigilance et développement : tels sont les maîtres mots qui guident la stratégie de la PME.
(Crédits : DR)

pays de la Loire/télécom

Créé en 2004, l'opérateur en téléphonie haut débit Serveurcom a choisi la carte de la proximité pour développer son offre. Concrètement, derrière Serveurcom se cachent Sarthe Télécom, Anjou Télécom ou encore Isère Télécom. « Nous sommes potentiellement dans douze départements », indique Damien Watine, l'un des fondateurs de la société. Avec l'arrivée de la crise, les perspectives de croissance sont devenues plus mesurées. Même si la société sarthoise a cependant enregistré une belle progression de son activité, faisant passer son chiffre d'affaires de 300.000 euros en 2005 à 2 millions d'euros l'an dernier. « Au mieux, nous atteindrons en fin d'année 2,5 millions d'euros », estime, prudent, le jeune PDG.

opportunités

La seule conséquence de la crise qui affecte Serveurcom concerne la question des paiements. « Nous sommes très attentifs sur les délais et le niveau des créances douteuses. » Car, pour le reste, l'entreprise déborde de projets de développements. Et notamment en termes de présence géographique. « On a des opportunités fabuleuses grâce aux DSP, les délégations de service public menées par les collectivités. Elles nous permettent d'accéder directement à des réseaux sur lesquels on peut installer nos propres équipements », souligne Damien Watine. Une indépendance à laquelle il faut ajouter la signature avec Bouygues Télécom d'un partenariat MVNO sur le mobile. Serveurcom couvre désormais, en indépendant, l'intégralité des offres télécom.

recrutement

Mature, l'entreprise peut se montrer plus active commercialement. « Nous avons recruté une responsable marketing en début d'année », précise Damien Watine, preuve que l'entreprise souhaite se faire davantage connaître. Par ailleurs, elle a en perspective l'ouverture de bureaux départementaux, « lorsqu'on atteint un certain niveau de chiffre d'affaires dans le territoire ». Cela devrait être le cas dans le Maine-et-Loire et l'Indre-et-Loire.

Enfin, Damien Watine place des espoirs importants sur le réseau des revendeurs informatiques indépendants. « Ils ont des clients captifs, mais n'ont pas forcément une proposition de voix sur Internet. » Autant d'éléments qui permettent d'envisager l'avenir sous le signe du développement.

Denis Kerdraon, à Nantes

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.