Réduisez vos coûts d'achat en toute sécurité

 |   |  578  mots
Acheter ne s'improvise pas : il faut s'assurer de la qualité des produits, de la stabilité financière du fournisseur et de sa capacité de livraison dans les délais impartis. Les directions des achats, devenues incontournables dans les entreprises, remettent en cause les approvisionnements lointains trop bon marché...

Méthode classique pour améliorer les marges et la rentabilité, surtout quand, en période de conjoncture difficile et de forte concurrence, les prix de vente ne peuvent être augmentés : réduire les coûts d'achat. Dans ce domaine, les « cost killers » tiennent la vedette. En renégociant le périmètre d'intervention des fournisseurs, ces chasseurs de coûts arrivent à abaisser le montant des factures initiales jusqu'à 30 %. Toutefois, ils interviennent rarement dans les achats stratégiques. Car là, les réductions sont plus difficiles à obtenir. « Une entreprise qui demande à ses fournisseurs de matières premières une baisse de 15 % au moins peut être condamnée pour abus de position dominante... », prévient François Delatouche, président de l'Arseg (Association des directeurs et des responsables des achats généraux). Certains acheteurs sont alors ou ont été tentés de s'approvisionner dans les pays à bas coûts. « Ce n'est pas sans risque, compte tenu des nombreux problèmes de qualité rencontrés par les acheteurs, des délais et du coût du transport », prévient Olivier Beaujard, senior manager chez Bearing Point, cabinet de conseil en management et stratégie. Résultat, les entreprises européennes ont revu leurs schémas d'approvisionnement. En témoigne ce sondage réalisé par MFG.com, une plate-forme électronique d'achats industriels utilisée par 80 % de PME-TPE. « Plus de 40 % des sondés européens ont l'intention de s'approvisionner en Europe. Contre 16 % en Chine, alors que cette dernière représentait 30 % à 40 % des intentions d'achats l'an dernier », observe Caroline Frykman, directrice marketing Europe, Moyen-Orient et Afrique de MFG.com. À cet égard, la qualité des produits arrive en tête des critères de choix, suivie par le prix et les délais. La hausse du tarif des transports terrestres et celle du fret maritime rend encore plus attractif le « sourcing » (approvisionnement) de proximité aux yeux de l'acheteur. Lequel y voit le moyen de diminuer le niveau de ses stocks de sécurité. En revanche, il passera au peigne fin les critères de stabilité financière des fournisseurs et leur capacité à livrer les usines ou les magasins en justeà- temps.

Système de notation interne

Car sécuriser les approvisionnements stratégiques devient crucial pour les acheteurs. D'où l'attention portée à la sélection de ses fournisseurs : « Avec Societe.com et d'autres bases de données comme celle de la Coface, nous vérifions la santé financière de chaque prestataire qui doit avoir au moins deux ans d'existence, affirme Sébastien Lacombe, directeur commercial de Companeo, plate-forme électronique d'achats généraux. En outre, notre système de notation interne mesure la réactivité des fournisseurs à envoyer des devis et à évaluer la qualité de la prestation fournie, grâce aux questionnaires que renvoient nos utilisateurs. » Une pratique que partage MFG.com.

De fait, le référencement électronique des fournisseurs est en vogue dans les grandes entreprises. « Nous référençons dans un catalogue électronique les produits dont les prix ont été négociés. Nous pouvons voir à tout moment ce que consomment les différents services », explique François Delatouche, également directeur des services aux collaborateurs de Bouygues Télécom. « Le référencement ne présente pas que des avantages, nuance cependant Bertrand Maguet, coanimateur du groupe achat du Syntec Conseil en management. Le danger, c'est de tuer l'innovation en privilégiant le critère sécurité que sont censés apporter les grands prestataires. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :