L’IA scrute les assiettes des cantines scolaires nantaises

 |  | 756 mots
Lecture 4 min.
L'expérimentation menée auprès des cantines scolaires nantaises a montré que le recours à l'IA aurait permis d'éviter de produire 430 repas par jour sur les 15.000 servis quotidiennement.
L'expérimentation menée auprès des cantines scolaires nantaises a montré que le recours à l'IA aurait permis d'éviter de produire 430 repas par jour sur les 15.000 servis quotidiennement. (Crédits : Stéphane Bellanger)
C’est la première expérimentation d’Intelligence Artificielle menée dans les politiques publiques de la collectivité nantaise suite à la création du collectif Naoned IA. A Nantes, les startups Vertego et Maestria ont été sollicitées pour concevoir un algorithme permettant de limiter la surproduction dans les cantines nantaises, le gaspillage alimentaire et… l’impact sur la planète.

« C'est un compagnon. Un outil d'aide à la décision que les agents de la cuisine centrale et des quatre-vingt-sept cantines scolaires décideront d'utiliser ou non», explique Francky Trichet, vice-président de Nantes Métropole qui a impulsé l'idée de l'utilisation de l'intelligence artificielle pour détecter les seuils de surproduction de la cuisine centrale. Lancée dans le cadre du Nantes City Lab voulu pour faire de la métropole un champ d'expérimentation ouverts aux acteurs de l'innovation, l'opération a fait appel aux savoir-faire des startups Verteego, éditeur de solutions d'IA prédictives et MaestrIA, spécialisée dans l'appropriation de l'IA par les entreprises. Objectif : prévoir la fréquentation des cantines scolaires nantaises pour ajuster au mieux la production.

En quelques mois, ces deux acteurs ont extrait, agrégé, qualifié et compilé dix années de données pour concevoir et éduquer deux...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2021 à 18:34 :
Encore une " couillonade"...ferait mieux de s'occuper de mettre des produits de qualité dans l'assiette des gamins. Les cantines scolaires, à part quelques rares exceptions, sont une honte pour le pays de la gastronomie.
Toute la filière industrielle d'approvisionnement des collectivités est: une mafia.
Une machine à cash sur la santé des enfants, des ados et des vieux en Epahd ou institutions diverses.
a écrit le 21/01/2021 à 17:36 :
Aaaaaaaaah !! L'IA, le cloud, le DP !! C'est tellement mieux que d'échanger avec des humains !! D'ailleurs, les humains, le nouvel ordre mondial est en train d'en tuer des millions pour permettre aux élites de contrôler ceux qui restent ...
a écrit le 21/01/2021 à 15:37 :
le bullshit du titre!
moi je m'attendais a un reseau convolutif qui scrutait chaque assiette pour voir ce qu'il y a dedans!!!!!!!!!! et dire si le petit mange equilibre!
ce que vous appelez AI, c'est ce qu'on appelle en entreprise ' operations management', et ca existe depuis bien longtemps
y a 25 ans je mettais deja en place des solutions ( euh oui, pas avec du deep learning hein ca n'existait pas)
ah, remarquez, quand c'est des ingenieurs et des start ups, c'est intelligent, j'avais oublie
au passage chacun aura note avec un oeil avise la difference avec des modelisations industrielles.......
les collectivites decouvrent qu'il ne faut pas gaspiller? faut etre ecolo? oui, avant il suffisait d'augmenter les impots!
en entreprise ca marche pas comme ca! quand vous faites n'importe quoi vous ne pouvez pas augmenter le prix de vente pour demander au client de payer votre incapacite a gerer! ca se voit tout de suite sur le compte de resultat
en collectivite on gaspille puis on augmente les impots de 10%
alors si l'argument ecolo qui n'est qu'une foutaise peut etre une incitation a bien gerer et a arreter les betises, pourquoi pas

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :