Plan Ecophyto : la Cour des comptes insatisfaite des résultats

 |   |  350  mots
Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, qui avait fixé un objectif de réduction de 50% de l'usage des pesticides de synthèse en 10 ans, les deux plans successifs mis en oeuvre, Ecophyto 1 et 2, ont été des échecs.
Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, qui avait fixé un objectif de réduction de 50% de l'usage des pesticides de synthèse en 10 ans, les deux plans successifs mis en oeuvre, Ecophyto 1 et 2, ont été des échecs. (Crédits : Stephane Mahe)
Les effets demeurent très en deçà des objectifs fixés, regrette la juridiction financière. Pourtant, 400 millions d'euros d'euros de fonds publics ont été mobilisés rien qu'en 2018.

La Cour des Comptes épingle la politique de réduction des pesticides agricoles du gouvernement, dont les effets sont "très en deçà des objectifs", malgré la mobilisation d'"environ 400 millions" d'euros de fonds publics rien qu'en 2018, dans un référé rendu public mardi.

"En dépit de ces actions et de la mobilisation de fonds publics pouvant être estimés, pour 2018, à environ 400 millions d'euros (dont 71 millions prélevés sur la redevance pour pollutions diffuses), plusieurs travaux d'évaluation ont dressé un bilan réservé de l'action menée. La Cour constate, pour sa part, que les effets des plans Écophyto demeurent très en deçà des objectifs fixés", selon le référé.

La consommation de produits phytosanitaires en agriculture a augmenté de 21% en France en 2018, a-t-on appris début janvier lors d'un bilan des résultats du Plan Ecophyto 2, chapeauté par quatre ministères: Agriculture, Santé, Recherche et Transition écologique.

De nouvelles données chiffrées "courant avril" 2020

Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, qui avait fixé un objectif de réduction de 50% de l'usage des pesticides de synthèse en 10 ans, les deux plans successifs mis en oeuvre, Ecophyto 1 et 2, ont été des échecs. En avril, le gouvernement français a donc tenté pour la troisième fois de désintoxiquer l'agriculture des excès de la chimie en lançant un plan Ecophyto 2+.

"Dix ans après, les objectifs fixés ne sont pas atteints", souligne en effet la Cour des Comptes, qui estime que "plusieurs leviers peuvent favoriser l'évolution des pratiques agricoles".

Dans sa réponse aux critiques émises sur les trois plans gouvernementaux successifs, le Premier ministre Édouard Philippe reconnait que ces objectifs ne sont pas atteint et promet, parmi d'autres mesures, de nouvelles données chiffrées "courant avril" 2020 sur les ventes de produits phytosanitaires en 2019, issues des déclarations des distributeurs de ces produits.

Par ailleurs, "l'objectif du gouvernement est d'améliorer la lisibilité, de permettre une vision pluri-annuelle sur les financements mobilisés dans le cadre d'Ecophyto et de simplifier les circuits de financements", ajoute Édouard Philippe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 16:51 :
En moyenne, un agricultueur français touche environ 25.000 euros d'"aides" et de subsides chaque année. Sans rien foutre. En tout cas, sans rien foutre de bon ! Et - ô superbe coïncidence - un paysan pudiquement appelé conventionnel ou prétendument raisonné dépense en moyenne 25.000 euros par an en produits aussi inutiles que toxiques. Si ces subsides ne servent pas in fine à faire la fortune des Bayer et associés, c'est bien imité en tout cas. La vraie solution ne serait-elle dès lors pas de supprimer immédiatement et totalement tous ces subsides indus qui ne servent qu'à nous empoisonner chaque jour davantage ? Rares sont les métiers qui sont subventionnés pour empoisonner les citoyens, non ?
a écrit le 06/02/2020 à 13:37 :
Comme dans bien d'autres domaines, la france est encore une fois totalement arriérée sur le plan agricole. Il n'y a qu'un pays à peine moyenâgeux pour continuer à subventionner grassement des agricultueurs conventionnels ou soi-disant raisonnés qui tuent les sols, polluent les nappes phréatiques, assassinent la biodiversité et empoisonnent autant leurs cultures que les consommateurs. Mais bon : dans un pays où le copinage et la corruption sont élevés au rang de dogme, il ne faut pas s'étonner que, là aussi, la france ne soit qu'un chancre qui... "cultive"... surtout la médiocrité et le nivellement par le bas. Le pays a-t-il une agriculture qui ressemble à sa populace ? pas impossible !
a écrit le 06/02/2020 à 13:30 :
Sans s'attaquer au puissant lobby obscurantiste agro-industriel, en effet ça sert à rien de faire semblant étant donné que la situation est tellement désespérée que l'on peut penser que ces 400 millions n'ont au final servi que pour la dette de BAYER, cynisme de notre oligarchie d'avant guerre oblige, ça leur permet de croire qu'ils vivent, les riches, de nous faire souffrir tout en nous exterminant comme au "bon vieux temps".
Réponse de le 06/02/2020 à 16:47 :
Mais on ne "fait pas semblant", cher citoyen blasé ! Avez-vous vu les sommes colossales qui ont été engagées... et dilapidées au profit de petits copains bien placés ? Ce n'est pas faire semblant de détourner des fonds publics, ça, tout de même ! Et avez-vous suivi toutes les déclarations "fortes et ambitieuses" annônnées par l'incompétent élyséen qui ne comprend même pas lui-même ce qu'il raconte ? Et avez-vous également suivi tous les "grenelle" aussi ridicules qu'inutiles ? Ce n'est pas faire semblant de faire du vent pour bourrer le mou au populo et occuper la scène médiatique, ça, quand même ! Non, non, cher citoyen blasé ! Les nullards qui se sont emparés du pouvoir en france ne font pas semblant ! Certes, ils se foutent complètement de l'environnement, du climat, de la santé des consommateurs... qui ne pèsent pas lourd face aux intérêts sonnants et trébuchants des petits copains qui leur renverront l'ascenseur quand ces mêmes nullards se feront déboulonner, mais ils ne font jamais semblant de gaspiller l'argent public et de se faire mousser à bon compte (surtout que le compte n'est pas le leur) dans certains medias peu connus pour leur déontologie, leur objectivité et leur sens critique.
a écrit le 06/02/2020 à 12:34 :
Augmenter de 20% quand ça doit baisser de 50% (vœu pieux), sûr que c'est raté. Il parait que c'est à cause de la production qui a augmenté... De 120 % ?
En 2022 50% de matériaux 'verts' dans les bâtiments neufs, un vœu pieux ? Il faut des objectifs très ambitieux (= une forte volonté), mais souvent déçus.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :