La vente de produits phytosanitaires augmente en France

 |   |  1082  mots
Selon l'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP), en revanche, les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs ont augmenté de 8% en 2018.
Selon l'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP), en revanche, les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs ont augmenté de 8% en 2018. (Crédits : Stephane Mahe)
Le gouvernement constate une augmentation des ventes de 21%. La ministre de la Transition écologique reconnaît la nécessité de "donner un nouveau souffle" aux politiques visant une réduction.

La consommation de produits phytosanitaires en agriculture a fortement augmenté en France en 2018, malgré les polémiques et deux plans gouvernementaux successifs dont l'objectif était pourtant de diminuer leur usage. "Après une légère baisse en 2017, le comité a constaté une augmentation globale forte (+21%) des quantités vendues de produits phytopharmaceutiques en 2018", ont indiqué mardi soir dans un communiqué les quatre ministères de l'Agriculture, de la Santé, de la Recherche et de la Transition écologique. Plus tôt dans la journée, l'association des producteurs et vendeurs de produits phytosanitaires (UIPP) avait indiqué pour sa part dans un autre communiqué que les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs avaient augmenté de 8% en 2018, à 68.000 tonnes.

"Effet conjoncturel"

"Nous pensons que la hausse de 8% de la quantité de substances vendues par rapport à 2017 est due à un effet conjoncturel", le stockage des produits par les agriculteurs fin 2018 pour anticiper la hausse de la redevance pour pollution diffuse (RPD) entrée en vigueur le 1er janvier 2019, a expliqué à l'AFP Eugénia Pommaret, directrice générale de l'UIPP. Ce phénomène avait déjà été observé lors des précédentes augmentations de la RPD en 2008 et 2015, a-t-elle ajouté.

L'explication est la même au niveau gouvernemental:

"Cette évolution paraît liée à une anticipation des achats en fin d'année 2018 en prévision de l'augmentation de la RPD", assure le communiqué interministériel.

"La politique menée depuis 10 ans ne produit pas les résultats attendus", a observé dans un tweet la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne. "Il nous faut lui donner un nouveau souffle car nous n'avons pas d'autre choix que d'aller vers une société moins dépendante des produits phytosanitaires", a-t-elle ajouté.

"Echec total" du plan Ecophyto

"Nous, on n'y comprend plus rien", a commenté Eric Thirouin, secrétaire général adjoint FNSEA, auprès de l'AFP, à propos de la différence entre les chiffres donnés par les professionnels et ceux du gouvernement. "On constate que les pratiques agricoles ont évolué" et que les progrès "sont bien réels". Il demande donc que les indicateurs soient "remis à plat".

"Je pense qu'on ne peut pas imputer une telle augmentation simplement aux stocks qui ont été faits avant l'introduction d'une augmentation", a pour sa part déclaré à l'AFP François Veillerette, directeur de l'association Générations Futures.

Dans un communiqué, l'organisation écologiste dénonce "cette hausse considérable de la dépendance de notre agriculture aux pesticides qui marque l'échec total de ce plan Ecophyto! Il est maintenant évident que ce plan restera un échec tant que l'Etat s'en remettra au bon vouloir de la profession agricole pour faire évoluer de manière volontaire ses pratiques!".

"Alors que ces chiffres devraient appeler à une profonde remise en question et à un sursaut historique, le gouvernement reste atone" a réagi de son côté la Fondation Nicolas Hulot, qui "appelle le gouvernement et les parlementaires à se ressaisir pour donner un cap clair aux agriculteurs et protéger l'environnement et les citoyens".

"Un plan de réduction qui conduit à une augmentation, ça devient tragicomique!", a commenté M. Veillerette.

Plus de produits de biocontrôle

Depuis le Grenelle de l'environnement fin 2007, les deux plans successifs destinés à réduire les pesticides de synthèse, baptisés Ecophyto 1 et 2, ont été des échecs. En avril, le gouvernement français a donc tenté pour la troisième fois de désintoxiquer l'agriculture des excès de la chimie en lançant un plan EcoPhyto 2+.

Malgré ces hausses révélées mardi, en 20 ans, les quantités de matières actives utilisées ont baissé de "plus de 40%", passant d'environ 120.000 tonnes achetées par les distributeurs en 1999 à 68.000 tonnes en 2018, selon les chiffres de l'UIPP. L'UIPP note également "une augmentation constante de la part des produits de biocontrôle (solutions plus respectueuses de l'environnement, NDLR) en volume", passée de 13,4% en 2010 à 23,7% en 2017, selon les chiffres de la DGAL (direction générale de l'Alimentation, qui dépend du ministère de l'Agriculture).

Lire: Fragilisé par les procès liés au glyphosate, Bayer veut s'imposer dans le biocontrôle

"Le nombre et les quantités de substances les plus préoccupantes diminuent d'année en année; la quantité de produits de biocontrôle augmente, tout comme l'engagement des agriculteurs dans des démarches reconnues économes en produits phytosanitaires", assurent également les quatre ministères concernés.

Appel de l'annulation d'un arrêté anti-pesticides

Mardi, le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), Daniel Cueff, a pour sa part annoncé avoir fait appel de la décision du tribunal administratif de Rennes d'annuler son arrêté anti-pesticides. "On a fait appel le 24 décembre", après la consultation organisée par le gouvernement à laquelle ont participé "presque 54.000 personnes", a déclaré M. Cueff à l'AFP, confirmant une information de France Info.

"Manifestement cette consultation demandait au gouvernement de créer des distances d'éloignement face aux pesticides de synthèse et, naïvement, on pensait que le gouvernement en tiendrait compte", souligne M. Cueff.

Mais, "manifestement (le gouvernement) reste sur ce qu'il avait annoncé avec une distance des habitations de 5, 10, 20 m pour les substances les plus dangereuses", souligne le maire. Pour le maire de Langouët, "ces cinq mètres ne protègent en rien les populations".

Un collectif des maires ayant pris un arrêté anti-pesticides

M. Cueff avait pris le 18 mai un arrêté interdisant l'utilisation de produits phytopharmaceutiques "à une distance inférieure à 150 m de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d'habitation ou professionnel". Cet arrêté, annulé le 25 octobre 2019 par la justice, a lancé un vaste débat sur l'usage des pesticides. Plusieurs dizaines de communes ont pris par la suite des arrêtés similaires, dont Paris et Lille.

Lire: Les pesticides, nouvelle bataille des maires contre la pollution de l'air

L'emblématique maire, qui a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat lors des municipales de mars, entend désormais porter son combat devant le Conseil d'Etat et la Commission européenne avec "un collectif des maires ayant pris un arrêté anti-pesticides". Ce collectif a désigné comme avocate l'ex-ministre de l'Environnement Corinne Lepage "pour défendre les intérêts des communes". Le collectif dont les statuts ont été déposés le 19 décembre au Sénat, "mise sur l'adhésion de la totalité des maires ayant pris des arrêtés antipesticides, soit une centaine de communes", selon M. Cueff.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2020 à 9:58 :
nous vivons dans un monde où seul compte le profit...peu importe si on empoisonne les gens, les industriels gouvernent et jamais un gouvernement n'aura le COURAGE de <<taper du poing sur la table>> et interdire tous ces produits nocifs , solution qui pourtant permettrait à la sécu de faire des économies et ce serait me semble-t-il la seule solution pour éradiquer le cancer.....qui tue des milliers de gens et qui coûte très chère à la société. Un peu de bon sens et pensons aux générations futures.
a écrit le 08/01/2020 à 19:37 :
Les agriculteurs ont décider d'assumer de nous tuer jusqu'au dernier...
a écrit le 08/01/2020 à 18:58 :
Mais la natalité n'a pas augmenté. Un des rares domaines où la terreur climatique joue un rôle modérateur favorable à la "survie de la planète".
A force de se faire peur, les écologistes n'ont plus à s'inquiéter de leur stérilité. Elle devient positive dans la réalité comme dans les idées.
a écrit le 08/01/2020 à 11:43 :
Pour éliminer l'aspect négatif du phytosanitaire ( utilisé pour lancer "la machine" qui permettra de s'en passer) il faut retrouver un sol vivant, qui demande du temps et de la technicité, générateur de substantielle diminution de charge a production égale a terme!
Le plus dur est de se remettre en cause car rien ne facilite les choses!
a écrit le 08/01/2020 à 11:36 :
Plus de prémix; donc plus de volume liquide, mais moins de matières actives.
C'est une hérésie niveau transport, stabilité du produit et prix; mais c'est pratique!

Et puis le bio consomme en volume plus de phyto...
Ce ne sont pas les mêmes produits que le conventionnel, mais on en met plus souvent...
Qu'on vous le dise!
a écrit le 08/01/2020 à 11:02 :
Ben, on interdit les molecules les plus efficaces, alors les gens achetent plus de molecules moins efficaces. Vite un ecophyto 3.0 pour aller encore plus loin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :