Plastique recyclé : Skytech ouvre une usine dans l'Eure

 |  | 463 mots
Lecture 2 min.
Skytech a mis au point un procédé novateur de tri des polymères par triboélectricité et sans solvant qui permet de séparer et de recycler des plastiques issus du broyage de déchets électriques et électroniques et de véhicules hors d'usage
Skytech a mis au point un procédé novateur de tri des polymères par triboélectricité et sans solvant qui permet de séparer et de recycler des plastiques issus du broyage de déchets électriques et électroniques et de véhicules hors d'usage (Crédits : Skytech)
Pépite de l’économie circulaire, Skytech fabrique des granulés plastiques recyclés dont la pureté tutoie les 100%. A l'étroit dans les Yvelines, elle va déménager dans l’Eure pour tripler sa production.

Un bon dirigeant se doit d'avoir le sens du timing. Deux mois après l'adoption de la loi anti-gaspillage et pour une économie circulaire et au plus fort des débats sur la loi climat, Arthur Rozen, PDG de Skytech, vient d'annoncer avoir signé une promesse d'achat pour l'ancienne usine du groupe Draka Paricable située à Aubevoye dans l'Eure. La décision semble opportune. Cet expert du recyclage, propriété du fonds Xerys Gestion depuis l'origine, devrait, en effet, profiter à plein du durcissement des contraintes règlementaires mais aussi de la hausse du coût des matières premières.

Qui est-elle ? Née en 2018 à l'aboutissement d'un programme de recherche avec le CNRS, Skytech a mis au point un procédé novateur de tri des polymères par triboélectricité et sans solvant qui permet de séparer et de recycler des plastiques issus du broyage de déchets électriques et électroniques et de véhicules hors d'usage. Grâce à quoi elle  produit des granulés d'ABS (acrylonite butadiène styrène) de polystyrène et de polypropylène dont « les propriétés sont comparables à ceux des résines vierges avec un niveau de pureté de 99%, une qualité très homogène et à un tarif inférieur de 20% », précise son PDG.

Un marché en croissance

La prise de conscience des consommateurs aidant, les perspectives sont engageantes. Un peu plus d'un an après avoir mis à feu ses installations à Bonnières-sur-Seine, l'entreprise déménagera donc son siège et ses installations début 2022 sur un site plus vaste en Normandie. Deux nouvelles lignes viendront rejoindre la première moyennant un investissement de 15 millions d'euros et le recrutement d'une cinquantaine de nouveaux collaborateurs (30 à ce jour). Le but : tripler les capacités de fabrication pour les porter à 35.000 tonnes. A écouter Arthur Rozen, le moment est bien choisi. « Sur les 18 millions de tonnes de plastique fabriquées dans le monde chaque année, le taux d'incorporation du recyclé ne dépasse pas les 10% mais le marché croît au rythme de 4% par an », détaille-t-il.

Skytech, qui n'a aujourd'hui a aucun mal à écouler sa production pour moitié sur le Vieux continent et pour l'autre en Chine « auprès d'une dizaine de gros clients », se rêve en leader européen du polymère recyclé « premium ». Son équipe dirigeante projette d'ailleurs déjà d'ouvrir d'autres unités de fabrication en Italie et en Allemagne dans l'idée d'atteindre une capacité de 250.000 tonnes à horizon 2025 pour servir les marchés européen et asiatique. D'ici là, Arthur Rozen n'exclut pas de faire voyager par le fleuve les granulés plastique expédiés en Chine depuis le port du Havre à raison d'un bateau par semaine. « Le site d'Aubevoye permet d'envisager un projet fluvial vertueux » se félicite-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2021 à 8:32 :
Hum... vu le niveau de nos riches ils pourraient faire passer ça pour du caviar de haute qualité, ils mangeraient ça en se régalant et en se félicitant d'être aussi originaux. se féliciter étant leur principale occupation. Le tout est de le vendre très cher ! Puis ce serait un retour à l'envoyeur en quelque sorte.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :