Soupçonné de greenwashing, Jeff Bezos fait don de 10 milliards de dollars pour sauver la planète

 |   |  811  mots
La Terre est la seule chose que nous ayons tous en commun. Protégeons-la, ensemble, a lancé Jeff Bezos sur son compte Instagram
"La Terre est la seule chose que nous ayons tous en commun. Protégeons-la, ensemble", a lancé Jeff Bezos sur son compte Instagram (Crédits : KATHERINE TAYLOR)
Le fondateur d'Amazon a annoncé la création d'un fonds "pour la Terre" doté de 10 milliards de dollars afin de contribuer à la lutte contre le changement climatique. Cette annonce intervient peu de temps après que 300 employés ont critiqué la politique environnementale du géant du commerce en ligne.

10 milliards de dollars. C'est la somme colossale que Jeff Bezos, l'homme le plus riche du monde, entend investir dans la lutte contre le réchauffement climatique et la défense de l'environnement. Le patron d'Amazon l'a annoncé, lundi 17 février, sur son compte Instagram et a indiqué que cette enveloppe était "pour commencer". Ce "Fonds Bezos pour la Terre" représente 7,7% de sa fortune personnelle, estimée à 130 milliards de dollars par Forbes.

"Cette initiative mondiale financera des scientifiques, des militants, des ONG - soit tout effort qui offre une réelle possibilité d'aider à préserver et à protéger le monde naturel", a ajouté le patron d'Amazon.

Il a précisé que les premières subventions seraient octroyées cet été. "Nous pouvons sauver la Terre", a-t-il affirmé dans ce message accompagné d'une photo de la planète, plaidant pour "une action collective des grandes et petites entreprises, des Etats, des organisations mondiales et des individus""Je veux travailler avec d'autres pour accroître les moyens connus et aussi pour chercher de nouvelles façons de lutter contre l'impact dévastateur du changement climatique", a encore fait valoir M. Bezos. "La Terre est la seule chose que nous ayons tous en commun. Protégeons-la, ensemble", a-t-il conclu.

La somme promise par M. Bezos représente "énormément d'argent", selon Dave Reay, professeur et directeur exécutif du Centre for Carbon Innovation de l'université d'Édimbourg. "Mais s'attaquer au changement climatique est un défi incroyablement difficile et coûteux. Ces 10 milliards de dollars pourront sans aucun doute avoir un réel impact et c'est très bien de voir que l'accent sera mis sur le renforcement des solutions existantes ainsi que sur la découverte de nouvelles solutions", M. Reay.

L'annonce de M. Bezos survient 20 jours après que 300 employés d'Amazon ont signé des critiques contre leur groupe, notamment au sujet de sa politique environnementale. Le groupe Amazon Employees for Climate Justice (AECJ) pousse l'entreprise à aller plus loin dans son plan en faveur de l'environnement annoncé à grand renfort de publicité en septembre. Jeff Bezos avait alors promis qu'Amazon atteindrait la neutralité carbone en 2040, avec 10 ans d'avance sur les engagements de l'accord de Paris.

Des millions de tonnes d'équivalent CO2

Amazon, qui a bâti son succès sur un énorme réseau logistique de transport routier pour assurer des livraisons de plus en plus rapides, est un gros producteur de gaz à effet de serre, les principaux responsables du changement climatique. Les fermes de serveurs d'Amazon, qui a fait du cloud (espace informatique dématérialisé) une autre source très importante de profits, sont elles aussi extrêmement gourmandes en énergie.

Selon la plateforme en ligne Climate Watch, les 44,4 millions de tonnes d'équivalent CO2 produites chaque année par Amazon représentent un peu plus de 10% des émissions annuelles totales de la France. Les manifestations pour la protection de l'environnement et contre les grandes sociétés polluantes se sont multipliées partout dans le monde, notamment sous la houlette d'associations comme Greenpeace, de la militante suédoise Greta Thunberg ou du mouvement Extinction Rebellion (XR).

Accusations de "greenwashing"

Amazon a ainsi été la cible de plusieurs actions visant à dénoncer la surconsommation et les conséquences écologiques du "Black Friday" en novembre, une des grandes journées de promotion qui contribuent aux revenus colossaux de la multinationale. Jeff Bezos est aussi le fondateur de la société spatiale Blue Origin, dont le but affiché est, selon le milliardaire, de réduire les coûts d'accès à l'espace afin d'aider l'humanité à coloniser la Lune et d'autres planètes, pour un jour permettre de dépolluer la Terre.

Lire aussi : Face au consumérisme, le "Green Friday" peut-il supplanter le "Black Friday" ?

Géants de l'internet, du pétrole ou de l'agroalimentaire multiplient les promesses de réduire leur empreinte environnementale et de s'adapter à une économie bas-carbone. Mais les spécialistes préviennent que nombre de ces annonces relèvent davantage du "greenwashing" (éco-blanchiment). L'ONG altermondialiste Attac France a ainsi accusé M. Bezos de chercher à "se donner bonne conscience" à travers ce nouveau fonds.

"Et si @Amazon commençait plutôt par payer sa juste part d'impôts?", s'est interrogé Attac France sur Twitter, alors que le géant du commerce en ligne est souvent accusé de minorer ses revenus pour réduire ses contributions fiscales.

Attac n'est pas candidate pour recevoir l'argent qui permettra à Jeff Bezos de se donner bonne conscience.

Et si @Amazon commencait plutôt par payer sa juste part d'impôts ? https://t.co/TnDb9lDt2H

— Attac France (@attac_fr) February 18, 2020

"Le greenwashing, c'est de la désinformation, un brouillage de la réalité", soulignait pour sa part la patronne de Greenpeace Jennifer Morgan en janvier au Forum économique de Davos,"compte tenu de l'urgence climatique, nous n'avons plus de temps pour le baratin ou l'hypocrisie".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 19:04 :
Soyons positifs, car M.Bezos fera certainement plus pour la planète avec sa fondation et ses dix milliards, que l'état français qui dépense trois fois plus dans le Ministère de la transition énergétique chaque année (pour ne rien avoir ou si peu que l'on ne peut le percevoir..)! La comparaison est raison: combien de tonnes de CO2 en moins, quels programmes mis en place avec quels effets, voilà ce qui va être passionnant de suivre (et pour les médias de commenter)!
a écrit le 18/02/2020 à 18:02 :
Un saint homme, ça se voit de suite. Il ne pense qu'au bien être de son prochain. Ce sont ces gens là qui nous font pédaler toujours plus pour leur tas d'or sans se soucier aucunement de la planète ou des générations futures. Ils ne se soucient déjà pas de leurs semblables. C'est eux qui ont le pouvoir et nous envoient tous au mur. Les politiciens sont leurs hommes de main
a écrit le 18/02/2020 à 11:28 :
Les GAFA, multinationales devenues très riches très vite et de fait n'ayant pas eu le temps d'installer des politiciens à eux un peu partout dans le monde se retrouvent accusés de ce que les anciennes multinationales ont toujours fait depuis des décennies voir des siècles générant des lobbys faibles et en plus dont on voit bien que ce n'est une stratégie mise en avant, un intermédiaire coûteux et de plus en plus inutile du fait d'internet et de l'exposition de plus en plus forte de leur compromission avec l'argent.

Maintenant les critiques ne peuvent pas leur faire de mal puisque les enfants ne sont pas responsables ayant tendance à se faire prendre la main dans le pot de confiture, maisv10 milliards cela devrait faire taire les hypocrites un moment jusqu'à ce qu'ils trouvent une nouvelle idée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :