Amazon récolte les fruits de sa livraison en moins de 24 heures

 |   |  690  mots
Pour réduire encore davantage les délais de livraison, les coûts logistiques d'Amazon ont bondi de 35% sur l'année, à 37,9 milliards de dollars.
Pour réduire encore davantage les délais de livraison, les coûts logistiques d'Amazon ont bondi de 35% sur l'année, à 37,9 milliards de dollars. (Crédits : Mike Segar)
L'ogre du e-commerce a massivement investi courant 2019 pour réduire les délais de livraison à un jour. Résultat : Amazon revendique désormais 150 millions d'abonnés à son programme Prime (+50% sur un an). Il a enregistré un chiffre d'affaires annuel de 280,5 milliards de dollars pour un bénéfice net de 11,6 milliards.

Amazon fait le bonheur de ses actionnaires. Son action s'est envolée de plus de 13% dans les échanges après la clôture à Wall Street, jeudi, suite à la publication de ses résultats financiers annuels. La firme de Seattle a enregistré un chiffre d'affaires de 280,5 milliards de dollars (+20%). En raison de ses coûts logistiques toujours faramineux, elle enregistre un bénéfice de 11,6 milliards de dollars (+15% environ).

Porté par le grand raout promotionnel du Black Friday et les fêtes de fin d'année, le dernier trimestre de l'année est toujours particulièrement crucial pour l'activité du groupe. Cette période a vu bondir les souscriptions d'abonnement à son service phare, baptisé Amazon Prime. Ce programme permet notamment de bénéficier de la livraison gratuite en un jour ouvré, et d'accéder à d'autres services, comme l'accès aux services de streaming vidéo et audio. L'abonnement annuel est de 119 dollars aux Etats-Unis et de 49 euros en France.

"Nous n'avons jamais vu autant de gens s'abonner en un trimestre et nous avons maintenant 150 millions d'abonnés Prime dans le monde", s'est réjoui le patron et fondateur du groupe, Jeff Bezos, dans un communiqué de presse.

C'est 50 millions de plus qu'il y a un an. Au-delà d'une adoption désormais massive, Amazon Prime est donc en pleine croissance. Les revenus tirés des abonnés ont bondi de 35% sur un an, à plus de 19 milliards de dollars.

+35% des coûts logistiques

Pour attirer toujours plus d'abonnés, le géant de la vente en ligne souhaite constamment réduire les délais de livraisons. Le but : rester compétitif face à une concurrence accrue, de la part d'acteurs comme Walmart, qui propose désormais une livraison en deux jours sans frais d'abonnement. "Nous livrons toujours plus rapidement avec Prime : le nombre de colis livrés aux Etats-Unis en un jour, voire le jour même, a été quadruplé au dernier trimestre par rapport à l'année précédente", a précisé Jeff Bezos.

Conséquence : les coûts logistiques d'Amazon ont augmenté de 35% sur l'année, à 37,9 milliards de dollars. Tout comme ses effectifs. Le groupe - dont les conditions de travail dans les entrepôts sont régulièrement critiquées - a renforcé les recrutements au cours du dernier trimestre (+23%), en employant au total 798.000 personnes (temps partiel, temps plein et saisonniers inclus). A l'international, Amazon continue d'être déficitaire, avec une perte de 1,7 milliard de dollars sur l'année 2019.

| Lire aussi : Amazon : créateur d'emplois... et de tensions dans les territoires

Cloud et publicité, les armes méconnues d'Amazon

En parallèle, le groupe de Jeff Bezos continue d'être dopé par ses deux activités les plus lucratives : le cloud, via sa division Amazon Web Services (AWS), et la publicité. AWS a vu ses ventes augmenter de 37% sur un an, engendrant 35 milliards de dollars. Cette division a représenté 67% du bénéfice d'exploitation, selon Patrick Moorhead, analyste de Moore Insight & Strategy, rapporte l'AFP.

La publicité est encore une division méconnue dans l'écosystème d'Amazon. Elle génère pourtant des revenus substantiels pour le groupe depuis trois ans environ. Une fois de plus, elle s'affiche comme un nouveau service phare pour l'écosystème de l'entreprise : elle a engendré 14,1 milliards de dollars sur un an, soit une hausse de 40%.

Si le marché de la publicité en ligne est dominé à l'échelle mondiale par Google et Facebook, le géant du e-commerce dispose d'un avantage non négligeable : sa marketplace permet aux annonceurs de toucher directement des internautes prêts à passer à l'achat, sans avoir à sortir de sa plateforme ou consulter d'autres sites. A l'inverse, un internaute peut simplement consulter Google pour se renseigner sur un produit, avant de passer à l'achat sur un site dédié.

Autre précieux avantage : la montagne de données récoltées par la firme de Seattle. Historiques d'achats, habitudes de consommation des produits, données démographiques grâce à la livraison... Autant de données précieuses pour affiner très précisément les publicités ciblées.

| Lire aussi : Publicité : Amazon peut-il s'imposer face à Google et Facebook ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2020 à 17:52 :
Publicité à moitié mensongère. Comptez 36heures si l'article est disponible en entrepôt Amazon,mais 5 à 6 jours si vendu par un site partenaire.
a écrit le 31/01/2020 à 16:40 :
Pas compliqué d'avoir plus d'abonnés au service PREMIUM quand celui-ci vous est imposé et que vous le remarquez en regardant votre compte bancaire.
Une belle escroquerie cette affaire!!!!
a écrit le 31/01/2020 à 16:06 :
Révoltant tous ces gens qui s'obstinent à avoir du choix, une livraison rapide et fiable, des garanties de reprise.
Et en plus, ya des capitalistes qui en profitent, au lieu de placer leur argent dans des activités inutiles ou liberticides.
Ca devrait être interdit. Vive le Moyen Age, la pénurie et la peur de l'apocalypse, que du naturel !
Réponse de le 01/02/2020 à 2:01 :
Vous aussi vous préférez vous déplacer en magasin pour faire vos achats?
a écrit le 31/01/2020 à 13:27 :
Il faut des dizaines de milliers de véhicules pour transporter les marchandises ( dont beaucoup asiatiques et de mauvaise qualité), donc, beaucoup de pétrole consommé et de pollution générée ! Amazon et le climat ? Rien à "carrer". Les milliards, c'est pour lui et ses actionnaires, les employés peuvent se tuer à la tâche: No problèm.
a écrit le 31/01/2020 à 13:20 :
"Cloud et publicité, les armes méconnues d'Amazon"

Et l'immobilier de ce fait puisqu'il faut bien des lieux pour installer les serveurs... On dirait bien en effet que le commerce semble être seulement un point d'appui, alors certes un énorme point d'appui mais quand on sait que le commerce n'est jamais viable car dépendant trop de facteurs sur lesquels on a pas la main, comme le pouvoir d'achat, envahir discrètement, de sorte de ne pas alerter des lobbys installés depuis la nuit des temps et donc puissants à défaut d'être compétents, d'autres secteurs plus pérennes semblent être une bonne stratégie, la leur en tout cas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :