Trump veut supprimer la publication des résultats trimestriels

 |   |  392  mots
Jamie Dimon (à gauche), le patron de JPMorgan Chase, et Donald Trump -dont il est un fervent soutien- se serrant la main, lors d'un réunion stratégique avec les dirigeants des grandes entreprises à la Maison Blanche le 3 février 2017.
Jamie Dimon (à gauche), le patron de JPMorgan Chase, et Donald Trump -dont il est un fervent soutien- se serrant la main, lors d'un réunion stratégique avec les dirigeants des grandes entreprises à la Maison Blanche le 3 février 2017. (Crédits : Reuters)
Jusqu'ici, publier ses résultats trimestriels était, pour les entreprises cotées, une obligation légale inspirée par la nécessité de gagner et conserver la confiance des investisseurs. Mais, poussé par des patrons de grandes entreprises (Jamie Dimon, Warren Buffett...), Trump vient d'évoquer l'idée de résultats d'entreprises cotées publiés tous les six mois au lieu de trois. Explications sur le retour de ce vieux serpent de mer dans les milieux d'affaires et financiers.

Donald Trump a évoqué vendredi l'idée d'une publication des résultats des entreprises cotées tous les six mois au lieu de trois comme c'est le cas actuellement et demandé au gendarme américain de la Bourse, la SEC, de se pencher sur la question.

Dans le tweet d'aujourd'hui (ci-dessus), le président américain explique avoir consulté "certains des plus grands chefs d'entreprises du monde" sur la façon de créer davantage d'emplois et d'améliorer encore le climat des affaires et on lui aurait dit:

"Arrêtez la publication des résultats trimestriels et adoptons un système de six mois."

"Donner plus de flexibilité et économiser de l'argent"

"Ça donnerait plus de flexibilité [aux entreprises, Ndlr] et économiserait de l'argent. J'ai demandé à la SEC d'étudier" cette proposition, enchaîne le locataire de la Maison Blanche, qui relance ainsi un vieux débat.

Les partisans de la suppression des résultats trimestriels estiment que ces rapports d'étape censés fournir un carnet de santé d'une entreprise à un moment donné mettent beaucoup de pression sur elles à court terme au détriment de la performance à long terme.

Ils ajoutent qu'il faut du temps pour que des investissements effectués par une entreprise produisent leurs fruits.

La transparence, nuisible à l'investissement long terme ?

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase et patron de la principale organisation patronale américaine, et le milliardaire Warren Buffett, avaient plaidé en début d'année, dans une tribune au Wall Street Journal, pour la suppression des prévisions trimestrielles jugeant qu'elles n'encourageaient pas à investir sur le long terme.

Ils avaient toutefois rappelé que les résultats trimestriels faisaient partie de l'exigence de transparence nécessaire pour la confiance des marchés car ils représentent une fenêtre sur l'activité d'une entreprise pour les investisseurs et le grand public.

Pour les entreprises de taille moyenne, la publication des résultats trimestriels est souvent un moyen de capter l'attention de la communauté financière.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/08/2018 à 8:29 :
à l'époque des ordinateurs ultra rapides et de leurs logiciels performants … une durée de 30 jours semble plus logique ..que 3 mois… probablement que les agences de notations y verront plus clair……………..?
a écrit le 18/08/2018 à 22:00 :
Les résultats trimestriels ne veulent le plus souvent pas dire grand chose, et ils servent donc le plus souvent à faire de la copie pour les journaux, et de l'actualité bidon pour que les brokers aient quelque chose à dire à leurs clients, autrement dit, à faire du bruit.
Les entreprises qui se gèrent au trimestre n'ont pas de stratégie, pas plus que les soi-disant investisseurs qui sont prêts à tout passer par dessus bord parce qu'un résultat trimestriel ne bat pas le consensus.
Bref : en un mot comme en cent, les résultats trimestriels servent avant tout à entretenir la volatilité, qui est le pain béni des spéculateurs (et autres bénis bouffe-tout), et Mr Trump n'a peut-être pas tort. Pour une fois.
Réponse de le 19/08/2018 à 8:33 :
difficile de vous contredire… mais les médias du mainstream trouveront sans une critique anti-Trump.….
a écrit le 18/08/2018 à 15:36 :
Trump essaie de donner l’illusion qu’il a une vague idée de quoi faire de son mandat, mis à part enrichir lui et ses proches.
a écrit le 17/08/2018 à 23:46 :
Les publication trimestrielles sont pour les petits actionnaires les seuls moyens de connaître l'évolution des fondamentaux des sociétés dont ils possèdent des actions.

Ces rapports sont en général des prodiges d'hypocrisie et il est recommandé de savoir lire entre les lignes pour les décrypter, mais malgré tous leurs défauts ils ont le mérite d'exister.

Les gens que Trump fréquente ne sont pas des petits actionnaires. Ils font partie de ceux qui hantent les conseils d'administration et donc ont accès à toutes les informations privilégiées.

C'est ce qui leur garantit d'avoir une longueur d'avance sur les autres investisseurs et de se dégager d'un titre avant qu'il ne chute, ou au contraire d'acheter avant une hausse et de faire un coup boursier.
Pour ces gens là, moins les petits actionnaires en savent plus ils sont manipulables et moins ils chercheront à en savoir sur les petites et grosses manipulations de cours.

Et pour les directeurs exécutifs, un actionnaire qui ne sait rien est un actionnaire qui vous fout la paix et vous laisse tourner en rond sous la supervision du conseil d'administration.

Idem vis à vis des administrations. Plus l'activité et les résultats financiers sont opaques, plus il est facile de frauder.

Pas étonnant que pour Trump un rapport annuel de 3 pages avec beaucoup d'images suffise largement.
De toutes manières il est incapable de lire un rapport complet, il n'a pas la capacité de concentration nécessaire.
a écrit le 17/08/2018 à 21:02 :
Les publications se feront deux fois moins souvent mais les marchés réagiront deux fois plus.
Bref tout ça part d'une bonne intention mais ça ne changera pas la face du monde.
a écrit le 17/08/2018 à 20:23 :
Seul la finance a besoin de pub pour avoir ses pigeons, mais quand on veut un actionnariat sain et stable cela se travaille sur la réalité et non sous forme de casino!
a écrit le 17/08/2018 à 16:52 :
"l'exigence de transparence nécessaire pour la confiance des marchés"

Voilà, on parle de transparence mais pour les marchés financiers à savoir aucunement pour les citoyens américains pas de souci. Du coup en effet que les investisseurs soient incités à laisser plus longtemps leur argent en place parait une bonne idée, encore une de la part de Trump.

"Tout est bruit pour celui qui a peur" Sophocle

Or les marchés financiers frémissent à la moindre brindille écrasée et du coup sans aucune objectivité, il est évident que cette hystérie ne peut que nuire à la pérennisation d'une entreprise.
Réponse de le 18/08/2018 à 0:18 :
"Voilà, on parle de transparence mais pour les marchés financiers à savoir aucunement pour les citoyens américains pas de souci".

Les citoyens américains font partie des marchés financiers, puisque c'est précisément là qu'ils placent l'essentiel de leurs économies. Donc je pense qu'ils se sentent grandement concernés par le rythme des publications !
Réponse de le 18/08/2018 à 12:59 :
"Les citoyens américains font partie des marchés financiers, puisque c'est précisément là qu'ils placent l'essentiel de leurs économies."

Non et il est franchement dommage que vous vous répandiez sur ce forum avec une connaissance aussi partielel de l'économie actuelle.

Les établissements financiers placent l'argent des citoyens, ce ne sont pas ces derniers qui décident de bouger les capitaux et d'investir ça ou là ce sont seulement les établissements financiers dans une opacité des plus totales puisqu'il n'est pas rare que cet argent passe par du trafic d'arme, de traite de blanche,s de trafic de drogue et-c...

"Donc je pense qu'ils se sentent grandement concernés par le rythme des publications ! "

Un sondage nous le dirait vite et je peux vous garantir que plus de la moitié des américains s'en tape comme de l'an quarante des publications des résultats des entreprises puisque justement l'investissement passe par les établissements financiers et non par eux, cela ne leur ai d'aucune utilité sauf pour les quelques passionnés bien entendu. J'ai raison et vous le savez très bien.
Réponse de le 18/08/2018 à 15:30 :
Que dire face à tant de mauvaise foi ? Pris en flagrant délire une énième fois, vous nous annoncez des chiffres sortis de votre chapeau ("plus de la moitié des Américains s'en tape") et les brandissez comme parole d'Evangile de manière puérile ("J'ai raison, na !").

NON, il n'y a pas que les fonds de pension aux USA. Il y a bcp de gens qui possèdent eux-mêmes leurs titres, souvent de l'entreprise dans laquelle ils travaillent mais pas uniquement. L'intéressement à base de titres (stock options et autres) y est bcp plus développé que chez nous, et l'Américain moyen possède bcp plus de titres financiers, et est bien plus attentif à la bourse que le Français moyen qui a une épargne bien plus "à la papy". Le risque est dans leur culture bien plus que dans la nôtre.
Vous connaissez visiblement aussi mal la finance que les USA. Ma foi rien de bien surprenant, mais faudrait quand même pas essayer de nous la faire à l'envers, vos pirouettes ne trompent personne. :-)
Réponse de le 18/08/2018 à 18:10 :
"Pris en flagrant délire une énième fois, vous nous annoncez des chiffres sortis de votre chapeau"

"Un sondage nous le dirait vite"

Vous ne savez pas ce qu'est le subjonctif donc sans rire !?

Comme vous ne pouvez pas vous empêcher de troller et comme j'ai autre chose à faire qu'à répondre à un clown, je m'arrête et vous signale.
Réponse de le 18/08/2018 à 18:11 :
"Un sondage nous le dirait vite"

Le conditionnel plutôt.

Marre de perdre du temps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :