Le jour où tout a commencé (3/5) : l'URSS est morte... vive la Russie !

 |   |  1192  mots
Le 19 août 1991, le président russe, Boris Eltsine (au centre) sur un char devant la Maison blanche, le parlement de la république soviétique de Russie, exhorte les militaires à ne pas s'en prendre à la population et appelle à la grève générale. La Russie fête cette semaine le 20e anniversaire de la tentative manquée de coup d'Etat du 19 au 21 août 1991. Cette tentative de putsch, menée par quatre dignitaires du PC souhaitant reprendre le pouvoir et mettre fin à la perestroïka (restructuration
Le 19 août 1991, le président russe, Boris Eltsine (au centre) sur un char devant la Maison blanche, le parlement de la république soviétique de Russie, exhorte les militaires à ne pas s'en prendre à la population et appelle à la grève générale. La Russie fête cette semaine le 20e anniversaire de la tentative manquée de coup d'Etat du 19 au 21 août 1991. Cette tentative de putsch, menée par quatre dignitaires du PC souhaitant reprendre le pouvoir et mettre fin à la "perestroïka" (restructuration (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011)
Pour cette série d'été, La Tribune raconte la première journée d'une aventure qui connait encore des rebondissements en 2013. Aujourd'hui, le 31 décembre 1991, l'Union soviétique cesse d'exister. Comme un comédien donnant sa dernière représentation, Mikhaïl Gorbatchev le proclamait sans émotion particulière à la télévision. Une fin annoncée, celle d'un grand malade dans le coma que l'on débranche. Ni fleurs, ni couronnes, ni discours...

Quand la lente agonie de l'URSS a-t-elle commencé ? À la disparition de Staline, en 1953, qui clôturait le règne le plus sanglant de l'histoire de la Russie ? Après le limogeage de Khrouchtchev en 1964 qui clouait au silence un homme différent des autres dirigeants soviétiques ? Plus tard, à la mort de Brejnev, en 1982, qui laissait l'image d'un homme et d'un système dont les neurones étaient détruits ? En fait, chacune de ces grandes dates de l'histoire de l'URSS a marqué une étape décisive dans la progression de la maladie.

Aujourd'hui encore, cela reste un événement déterminant

L'Union des Républiques Socialistes Soviétiques, la deuxième puissance mondiale, dotée d'une force de frappe nucléaire terrifiante, disparaissant sans combattre, s'autodétruisant en silence... Si la chute du mur de Berlin marque la réunification de l'Europe, le 31 décembre 1991 annonce un changement considérable dans l'équilibre du monde : la fin du tête-à-tête est-ouest, la disparition du meilleur ennemi de l'Occident. La scène mondiale se libère et s'apprête à accueillir de nouveaux acteurs, dont on ne sait pas encore que certains d'entre eux seront beaucoup plus redoutables que celui qui vient de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :