La crise financière et la guerre, et ce qui les lie

 |   |  1084  mots
Harold James. Copyright Project Syndicate
Harold James. Copyright Project Syndicate (Crédits : @ Project Syndicate)
Harold James est professeur d'Histoire et d'Affaires internationales à l'université de Princeton et professeur d'Histoire à l'Institut universitaire européen de Florence. Son dernier livre s'intitule Making the European Monetary Union.

L'approche du 100e anniversaire du début de la Première Guerre mondiale en 1914 fait réagir les dirigeants politiques et les commentateurs inquiets de la situation politique et économique de la planète. Le Premier ministre luxembourgeois, Jean-Claude Juncker, a même déclaré récemment que la polarisation croissante entre le nord et le sud de Europe a fait reculer le continent d'un siècle.

 

Les leçons de 1914 ne portent pas seulement sur le danger des animosités nationales. La Grande Guerre est un précédent fascinant quant à la manière dont la mondialisation financière peut devenir l'équivalent d'une course aux armements qui menace l'ordre international.

 

En 1907, une crise financière majeure née aux USA a affecté le reste du monde et démontré la fragilité du système financier international. La réponse à la crise actuelle reproduit une dynamique similaire.

 

Dans Lombard Street, un livre de 1873 devenu un classique, Walter Bagehot décrivait la City de Londres comme "la plus grande combinaison de puissance et de doigté économique que le monde ait jamais vue". Selon une idée popularisée en 1910 par l'écrivain et parlementaire travailliste Norman Angell, futur prix Nobel de la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :