Internet, une pollution cachée

 |   |  104  mots
(Crédits : reuters.com)
[Replay] Si Internet était un pays, il serait le cinquième consommateur mondial d'électricité ! Documentaire de Laurent Lichtenstein et Coline Tison

Aujourd'hui, 247 milliards de mails transitent chaque jour par la toile. Quelle énergie le permet ? Propre en apparence, le monde virtuel est en réalité aussi polluant qu'énergivore. Mais ses besoins, immenses, se heurtent à la diminution des ressources énergétiques.

Voyage dans les «datacenters», usines de stockage qui fonctionnent jour et nuit, centres névralgiques de la prochaine guerre de l'économie numérique. Certains grands groupes, comme Google ou Apple, ont réagi en construisant de nouveaux centres, utilisant des énergies renouvelables. La Toile pourrait-elle être, à l'inverse, à l'origine d'une troisième révolution industrielle ?

>>> REPLAY Internet, la pollution cachée !

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2014 à 19:02 :
Cette pollution reste minime. Combien de nouvelle TV, d'ordinateur, de lecteur DVD/TNT, de chaîne hifi... sont alimenté par des alimentation extérieur et restent branché? Si on veux réduire nos consommations, il faudra sûrement revenir comme avant avec notre bon vieux bouton en face avant qui coupe l'alimentation interne.
a écrit le 23/06/2014 à 9:41 :
Il faut faire aussi la part de l'énergie économisée grâce aux mails, qui remplacent des lettres, télégrammes, fax... permettent d'éviter des déplacements et rendent plus efficaces les entreprises.
a écrit le 22/06/2014 à 9:30 :
pertinent article , le cloud ces dernières années a accelleré la mise en place des data centers au niveau mondial ce qui a un cout tôt ou tard sur le plan énergétique , les besoins découlent d'une demande qui ne cesse de croitre .; mais l'expansion n'est pas éternelle non plus .. donc on risque très vite de se rendre compte des limites ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :