Un cluster éolien annoncé en Aquitaine

 |   |  463  mots
(Crédits : valorem)
Considérée comme un axe de développement économique dans la région, la filière est en train de se structurer.

Avant le colloque national éolien 2010 qui se tiendra à Bordeaux le 14 décembre, Alain Rousset a fait un galop d'essai vendredi dernier, à l'occasion du séminaire sur les « perspectives industrielles de l'éolien ». Organisé par la Région avec ses agences Innovalis et 2ADI et avec le concours de Bordeaux-Gironde Investissement (BGI), ce colloque, qui avait pour objet de sensibiliser les industriels, a permis au président de la région Aquitaine d'annoncer la création d'un cluster éolien. Officiellement présenté en décembre, il prendra la forme d'une association regroupant le conseil régional, la communauté urbaine de Bordeaux (CUB) et BGI. Mais aussi des industriels impliqués sur l'agglomération bordelaise, tels qu'Astrium avec son futur site de production de pales à Blanquefort ou Valorem, entreprise girondine spécialisée notamment dans le conseil, l'accompagnement et l'exploitation de parcs éoliens.

Les perspectives en termes d'emploi sont alléchantes. Matthias Fekl, vice-président du conseil régional chargé de l'emploi et du développement économique, avance le chiffre de 600 emplois créés en cinq ans par la filière. Un potentiel porté par Valorem et Astrium, les compétences des sous-traitants de l'aéronautique ou de l'automobile transférables à l'éolien, les entreprises spécialisées dans les matériaux composites, le futur centre de formation Composites TechnoTraining ou les zones industrielles du port de Bordeaux pour le transport de grosses pièces. Mais pour l'heure, seul Plastinnov, à Marmande (Lot-et-Garonne), produit des pales de 23 mètres. En revanche, le projet de First Aquitaine Industrie (ex-Ford), qui devait fabriquer des pièces pour la filière éolienne, reste en suspens en raison des turbulences que traverse l'entreprise. L'Aquitaine a donc encore un certain nombre d'étapes à franchir avant d'être identifiée comme un authentique pôle de l'éolien, capable d'attirer un turbinier international.

Aragon fait figure d'exemple

Autre écueil, la Région est pour l'instant en queue de peloton en matière d'implantations de « ces magnifiques monstres froids », comme les qualifie Alain Rousset. Les vents y sont peu propices et les éoliennes offshore y seront difficiles à installer car le plateau continental est court.

Pourtant, juste de l'autre côté des Pyrénées, l'Aragon fait figure d'exemple. Cette petite région, qui ne produisait que 16 % de sa consommation d'énergie en 1985, l'a fait passer à 65 % en 2009 grâce aux énergies renouvelables, dont 969 MW éoliens installés. Ce secteur génère 5 % du PIB de la Navarre et fédère une centaine de nouvelles entreprises, qui ont créé 5.000 emplois directs et 20.000 indirects. Le groupe Acciona, spécialisé dans les énergies renouvelables, de la conception à la maintenance, qui y est implanté, a réalisé un chiffre d'affaires de 6,512 milliards d'euros en 2009. Et pourtant, il y a très peu de vent en Navarre. Claude Mandraut

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :