La crise a durement affaibli la profession

 |  | 318 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
En 2009, les revenus des architectes ont progressé de 33 % après une chute de 31 % en 2008.

Les architectes ont accusé le coup de la crise économique et financière, en dépit de l'effet d'inertie lié aux chantiers qui courent sur le long terme. D'après une étude de l'Ifop, réalisée en septembre 2010 pour le Conseil national de l'Ordre des architectes (CNOA), leurs revenus annuels ont chuté en moyenne de 31 % entre 2007 et 2008 pour tomber de 41.139 euros à 28.184 euros. Si la remontée intervenue en 2009 (+ 33 %, à 37.425 euros) a été très sensible, elle n'a que partiellement compensé cette chute des revenus. De fait, si les architectes ont réalisé en 2009 un chiffre d'affaires très proche de celui de 2007 (à raison en moyenne d'un peu plus de 278.000 euros), leur taux de marge s'est érodé.

La situation des petites agences reste tendue : les structures dont le chiffre d'affaires est inférieur à 50.000 euros ont vu leur activité diminuer de moitié en deux ans alors que les grandes agences (plus de 100.000 euros) ont été peu affectées ? même si elles ont généralement concédé une réduction importante de leurs honoraires. Certaines agences ont fait le choix de se diversifier avec succès dans la décoration ou l'aménagement d'espaces. Les architectes exerçant à titre individuel ont été les plus touchés par la crise, les salariés ayant été moins affectés ? confortant en cela la stratégie de l'Ordre qui a tout fait pour promouvoir le statut d'associé en lieu et place de l'exercice libéral.

Emplois préservés

« La commande publique n'a pas joué le rôle attendu d'amortisseur tandis que le plan de relance a eu seulement une influence modératrice », souligne Dominique Gendre, qui était jusqu'en novembre dernier en charge de l'observatoire de la situation économique au sein du CNOA.

En tout état de cause, même quand leur chiffre d'affaires s'est effondré, les architectes ont très peu licencié, de manière à préserver leur outil de travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :