2010, année d'explosion solaire en Italie

 |   |  347  mots
L'Italie, 3ème marché solaire européen derrière l'Allemagne et l'Espagne, devrait doubler ses capacités photovoltaïques en 2010 pour atteindre 2 GW. Les développeurs se hâtent de démarrer leurs projets avant que les généreuses subventions du gouvernement ne disparaissent, selon les pronostics de GSE, l'équivalent italien de l'Ademe.

Fin 2009, l'Italie comptait déjà environ 900 MW installés sur 60.000 sites, selon GSE, qui prévoit que les 1,2 GW seront atteints mi-2010.

La France court loin derrière

Cela reste loin des 7 GW installés en Allemagne, mais c'est une croissance éclair comparée à celle de la France, qui a pourtant des tarifs aidés tout aussi généreux, mais privilégie les installations intégrées au bâti, plus petites que les centrales au sol qui commencent à fleurir au-delà des Alpes.

La France ne comptait fin 2009 que 400 MW installé, selon le cabinet PWC. L'objectif du Grenelle de l'Environnement (5,4 GW en 2020) semble encore lointain.

Rush avant la fin des aides

L'Italie est actuellement « le » pays qui attire les opérateurs du solaire : depuis la mise en place de tarifs de rachats subventionnés en 2007, le photovoltaïque y explose.

Mais ces aides s'arrêteront courant 2010, lorsque le pays aura atteint son objectif de 1,2 GW d'installations totales, sauf pour les installations qui seront opérationnelles dans les 14 mois qui suivront la date où ce plafond sera atteint.

Voilà pourquoi ce plafond théorique de 1,2 GW devrait déboucher sur près de 2 GW installés au final.

« Au moins 800 MW, voire 1.000 MW seront installés cette année, qui sera une année de boom", selon le directeur des opérations de GSE, Gerardo Montanino. Une telle combinaison d'aides et de baisse du prix des panneaux ne se reverra pas de sitôt : sans les subventions, les conditions ne seront pas aussi favorables l'an prochain, a-t-il souligné.

Un coût important pour l'Etat
Le gouvernement a repoussé la publication de son nouveau programme d'aides, qui verra une réduction du tarif subventionné. Il pourrait le dévoiler ce 25 février.

Le système d'aides au solaire aura un prix élevé pour les finances de l'Etat : en 2008, les subventions lui coûté environ 100 millions d'euros, puis 342 millions en 2009 et elles devraient grimper à 614 millions en 2010, à l'origine en majorité pour les très petites installations, mais avec une part croissante pour les grandes installations, selon les estimations de GSE.


Green Business - le site de référence

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :