Appel d'offres éolien géant : Sarkozy prend l'air à Saint Nazaire

 |   |  272  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Nicolas Sarkozy confirme ce mardi l'appel d'offres pour l'éolien en mer, attendu depuis des mois, pour 3.000 MW sur cinq sites entre Saint-Nazaire et Le Tréport. La bataille s'engage pour attirer les industriels.

Le détail des sites côtiers sélectionnés pour l'appel éolien offshore français n'a été confirmé que ce mardi par Nicolas Sarkozy. Mais la taille de cette première tranche semblait acquise depuis quelques jours. Ce sera 3 gigawatts (GW), sur un total de 6 prévus par le Grenelle à l'horizon 2020. De quoi donner naissance à une véritable filière française. À en croire Philippe Cochet, senior vice president d'Alstom Hydro and Wind, l'éolienne offshore de demain sera une machine de 6 MW « direct drive », autrement dit sans boîte de vitesse, sur laquelle travaillent aussi bien Alstom, Siemens ou Vestas.

Et le français est dans le bon timing, avec un premier prototype en mer fin 2011 et un site pilote en 2013, largement avant l'entrée en service prévue pour les 3.000 MW de l'appel d'offres. Allié à EDF Energies Nouvelles dans le cadre d'un accord exclusif annoncé la semaine dernière, Alstom espère rafler « une part significative du marché français ». Si les modalités de l'appel d'offres devraient être précisées d'ici à la fin février, les résultats en revanche ne seront pas connus avant un an. Jusque-là, difficile d'être plus précis, mais Alstom envisage « des investissements industriels pérennes, comme dans l'hydraulique, qui emploie 1.250 personnes dans l'Hexagone alors que la France ne représente que 0,5 % du chiffre d'affaires du groupe ». Où ça ? « A priori près d'une des zones désignées, en fonction aussi de l'environnement industriel et universitaire... et pour servir tout le marché européen ».

Tous les détails dans les pages "green business" de La Tribune de ce mardi 25 janvier 2010.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2011 à 17:46 :
Il faut bien préciser que ce parc ne sera pas implanté à Saint-Nazaire mais devant La Baule et Le Pouliguen. Il ne sera pas visible de Saint-Nazaire. Sympa pour la baignade.
a écrit le 25/01/2011 à 23:58 :
Le Centre d?Analyse Stratégique gouvernemental a remis au premier ministre un rapport sur les éoliennes incluant des comparaisons avec le nucléaire. Il reprend des éléments de l?Institut Montaigne? pour les démonter. Avec quelques affirmations qui sont notables dans une telle publication officielle.

En voici quelques éléments :

Émissions de CO2 :

"L?éolien émet 0,008 t CO2/MWh contre 0,05 t pour le nucléaire et 0,87t pour le charbon. Soit 6 fois moins de CO2 pour l?éolien contre le nucléaire et 100 fois moins que le charbon".

Par contre, construire des éoliennes met la tonne de CO2 non produite plus chère que celle issue des économies d?énergie.

Intégration des éoliennes sur le réseau électrique :

"Il est officiellement confirmé que les éoliennes s?intègrent très bien dans le réseau électrique français malgré son intermittence. L?aléa de la production éolienne inquiète moins RTE que les pannes de centrales nucléaires".

"Aujourd?hui on sait déjà mettre en réserve de l?énergie dans les barrages hydrauliques et par les centrales thermiques. Demain RTE le fera par les réseaux « intelligents » (smart grids). L?intermittence n?est donc plus un problème".

Construction d?éoliennes :

"Les constructions d?éoliennes se font surtout en 2008/2009 par de grosses entreprises surtout du fait de la frilosité des banques liée à la crise financière. Cela fragilise les petits constructeurs qui ont du mal à avoir des crédits".

La France s?est fixé un objectif de 20 GW éolien en 2020,? déjà atteint en Espagne en 2010 qui fournit désormais ses excédents à la France comme à l'hiver 2010.

"Le nucléaire est un frein objectif à la volonté d?implanter des éoliennes" (sous-entendu l?éolien est trop fortement en concurrence avec le nucléaire pour que le premier soit mis en avant par les pouvoirs publics).

Electricité éolienne moins chère que celle du nucléaire !

RTE écrit : "Pour le même coût, on peut construire 5,2 GW d?éolienne contre 1,3 GW de centrale nucléaire. Donc avec un facteur de charge de 23 % pour l?éolien et de 75 % pour le nucléaire (62% en 2009), pour le même coût, on produit 1,2 GWh d?éolien pour 0,87 GWh
de nucléaire". Le prix du kWh d?éolien est ainsi 40% moins cher que celui du nucléaire.

Et pourtant, ce que ne dit pas l?étude, le retraitement des déchets nucléaires, le démantèlement, l?entretien et les frais de fonctionnement beaucoup plus chers pour le nucléaire ne sont pas inclus.

Ce qui démontre que l?électricité produite par l?éolien est, y compris en France, moins chère que celle produite par le nucléaire.

Mieux, il est démontré qu?en cas d?augmentation « hautement probable » du coût des énergies fossiles, les éoliennes sont très rentables pour la collectivité.

Retard de la France :

L?industrie française est très en retard en éolien. Le personnel qualifié manque. Le rapport préconise entre autres un rattrapage, des procédures administratives moins complexes. Le leader mondial est le Danemark. Son succès est lié à l?implication active de la population dans les projets d?énergie verte.

Un réseau Nord Europe (North Sea Grid) et Sud Europe s'installe comprenant tous les pays du Nord et du Sud. La France qui est pourtant entre ces 2 zones majeures fait défaut pour l'instant. Sa filière n'est pas assez prête.

Pendant ce temps les pays d'Asie dont la Chine détiennent à l'heure actuelle déjà plus de 40% du marché mondial des énergies renouvelables et progressent de plus en plus (voir les programmes et les aides de la Chine, Inde, Corée, Taïwan etc).

Le pétrole lui continue de monter et a atteint son pic (selon la majorité des opérateurs et intervenants crédibles dont l'Aspo).

En conclusion : meilleur urbanisme, nouveaux et meilleurs types de constructions, meilleurs gestion des ressources et recyclages, meilleure rénovation des bâtiments anciens, plus grande utilisation de tous types de déchets dont épuration villes etc
= biogaz/chaleur/électricité/stockage/transport,
très en retard en France malgré la ressource importante, implantations contrôlées de champs d'éoliennes (pas n'importe où) qui démontrent largement leur efficacité dans le monde, développement d'une filière solaire PV et thermique (toitures professionnelles et particuliers bien sûr plutôt qu'au sol) et soutien dégressif (pour rappel toutes les énergies ont disposé d'aides, pour certaines colossales à leur départ et encore de nos jours, dont pétrole, gaz, nucléaire..., celles des énergies renouvelables sont comparativement dérisoires, çà ne veut pas dire faire n'importe quoi en matière d'aides mais développer des filières avec retours sur investissements), développement de la géothermie etc et de la R&D entre autres.






a écrit le 25/01/2011 à 13:44 :
... et la marmotte, elle emballe le chocolat dans le papier alu...

vivement qu'on aie tous une petite centrale nuclaire chacun dans son jardin, ça fera toujours plaisir aux anti verts...
a écrit le 25/01/2011 à 12:38 :
L'éolien est le casse du siècle.
Subventions pour installer; paiement du Kw au dessus du tarif . Paiement par les usagers. dans une société libérale c'est aux actionnaires éventuels de prendre des risques et de les assumer.
L'état ne devrait rien à voir la dedans.
Les"verts" sont les dictateurs de ces initiatives. Ils faut les combattre comme tous les extrèmistes.
Réponse de le 25/01/2011 à 14:15 :
D'accord à 300% avec vous. Quel gâchis financier (le prix de revient de son KW/h est 17 fois plus élevé que celui du nucléaire qui ne produit que de la vapeur d'eau) et écologique (une éolienne terrestre demande plus d'énergie au cours de sa fabrication et de son installation que toute l'électricité qu'elle produira au cours de son activité, sans compter sa maintenance et son démantèlement).
En outre, les éoliennes imposent des centrales classiques au fuel ou au charbon, donc très polluantes, pour compenser l'irrégularité de leur production.
Que ne ferions nous pas pour sacrifier à des mythes à la mode soit disant écolo (qui passera comme toutes les modes).
Comme le Grenelle de 1968, le "saint" Grenelle de l'environnement sera un fiasco ruineux pour le pays (mais pas pour les lobbys industriels, principalement allemands).
Réponse de le 25/01/2011 à 21:06 :
Comment peut on dire autant de bêtise, est ce vraiment de l'ignorance ? le vrai coût du nucléaire est de l'ordre de 7 à 9 cts/kwh (externalités comprises) comment pouvez vous dire que l'éolien est 17 fois plus cher avec un tarif de rachat onshore à 8 cts/kwh !! Quant à l'irrégularité de la production il y a un truc qui s'appelle la météorologie, cela vous dit quelques chose ?
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :