Vers un regain d'énergie des renouvelables

 |  | 404 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Après trois années difficiles, le secteur de l'environnement devrait entrer, en 2011, dans un nouveau cycle haussier.

Voilà qui mettra un peu de baume au coeur des entreprises de l'économie verte. Selon une étude que vient de publier la société de gestion indépendante spécialisée dans l'univers du développement durable, la Financière de Champlain, l'avenir des énergies vertes s'éclaircit. « Après trois années de baisse, succédant aux trois années ?green? [2005-2007], nous pensons que le secteur de l'environnement devrait entrer progressivement, en 2011, dans un nouveau cycle haussier », estiment les auteurs de ce point de conjoncture.

L'optimisme de Champlain est nourri par plusieurs éléments. D'abord la sortie de la crise qui n'a pas épargné « le secteur de l'environnement, l'une des premières victimes de l'instabilité du contexte macroéconomique et de la rigueur budgétaire ». Cette crise a toutefois eu des conséquences positives puisqu'elle a « permis un assainissement et une maturation du secteur des énergies renouvelables », relèvent les auteurs.

Du coup, et après cette convalescence, le secteur peut désormais s'appuyer sur d'autres « leviers » que les réglementations favorables mises en oeuvre par les différents États sous forme de subventions et/ou de tarifs de rachat avantageux. En effet, les industries des énergies renouvelables, et particulièrement celle du secteur photovoltaïque, grâce à « la baisse continue du prix des panneaux solaires » deviennent « de plus en plus compétitives ».

Cette marche vers la compétitivité avec les énergies fossiles est soutenue par la hausse attendue des prix des matières premières fossiles et de celle du pétrole en particulier. La demande d'hydrocarbures « reste en effet soutenue dans les transports et les pays émergents » et l'offre « après avoir fortement reculé en 2009, ne progresse que faiblement ».

Se libérer des aides

Fort des ces constats, le président de la financière Champlain, Jean-François Descaves, prévoit que « la hausse du prix des matières premières devrait permettre aux énergies renouvelables de s'exonérer du cadre réglementaire [subventions] en étant compétitives par rapport aux énergies fossiles beaucoup plus tôt que prévu ».

Une telle prévision ne peut qu'entretenir l'espoir des filières vertes de se libérer le plus rapidement possible des aides publiques. Néanmoins, en attendant cette compétitivité, elles apprécieraient que le soutien de l'État soit aussi cohérent que celui dont a bénéficié le nucléaire il y a trois décennies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :