« À long terme, les véhicules hybrides seront privilégiés »

 |   |  371  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)

Jean-Marc Ollagnier, directeur des activités énergie et ressources naturelles chez Accenture

Comment expliquez-vous, ainsi que le montre votre étude, que les voitures hybrides soient nettement préférées aux véhicules entièrement électriques ?

Cela ne m'étonne guère. D'abord parce que l'offre de voitures hybrides rechargeables dans le monde est aujourd'hui plus importante que celle des voitures entièrement électriques. Ensuite parce que les automobilistes prennent en compte le manque d'infrastructures de recharge, tout comme ils se soucient de la faible autonomie des voitures électriques ou encore de la durée de recharge. A long terme, je suis convaincu que la répartition entre hybrides et électriques se fera à l'avantage des premières.

L'étude fait ressortir que les automobilstes préfèrent recharger leur batterie plutôt que de la changer. Qu'en pensez-vous ?

Plus de soixante pour cent des personnes interrogées se prononcent contre l'échange de batterie dans une station service et privilégient la recharge sur borne. Cette posture démontre qu'il y a un grand manque d'information et que le public ne connaît pas les avantages de la formule qui, en réalité, compte parmi les plus économiques puisqu'elle permet notamment d'abaisser considérablement le prix d'achat d'un véhicule électrique. Cela ne remet pas en cause le modèle de changement de batteries développé aujourd'hui par la société Better Place, car, dans l'avenir, on peut parfaitement imaginer que plusieurs dispositifs de recharges cohabiteront harmonieusement.

Les sondés sont-ils sensibles à l'origine de l?électricité qui recharge leurs véhicules ?

Il y a une sensibilité forte des utilisateurs à la source de l'électricté que leur fournissent les producteurs. 80 % souhaitent connaître l'origine de l'électricité et 45 % affirment que l'origine de l'énergie a une influence sur leur décision d'acheter. C'est une demande citoyenne dont devront bien évidemment tenir compte les producteurs d'électricité. Notre sondage montre également que les chinois, contrairement à ce qu'on pourrait croire, sont loin d'être en retard sur les occidentaux et font preuve d'un interêt croissant aux questions environnementales. Cette prise de conscience n'est pas nouvelles, nous l'avions déjà décelée dans de précédentes enquêtes. Propos recueillis par R. J.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :