Bonus en hausse pour les salariés écolos de Danone

 |  | 349 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Le groupe Danone verse à 1.500 de ses cadres des primes indexées sur la réduction de leur impact carbone.

Comment inciter à la réduction des émissions de carbone et impliquer au mieux les cadres et dirigeants de l'entreprise dans cette aventure ? Les responsables du groupe agroalimentaire Danone se sont posé la question dès 2008. Et la réponse qu'ils ont trouvé s'est notamment concrétisée par une formule : les « bonus carbone ».

Au départ « nous avons élaboré un plan de réduction de 30 % nos émissions sur cinq ans de 2008 à 2012, qui porte sur l'ensemble de nos activités et de nos produits, hors agriculture » explique Myriam Cohen-Welgryn, directrice générale nature pour le groupe Danone. Ce programme devait non seulement permettre de fabriquer les produits du groupe en affaiblissant leur impact environnemental mais parallèlement de réduire les coûts. Autrement dit la déclinaison au niveau du groupe, de la désormais célèbre formule « marier l'écologie et l'économie ». Mais afin d'impliquer l'ensemble du management dans cet effort, le groupe leur a offert des bonus carbone, c'est-à-dire des primes sonnantes et trébuchantes qui peuvent représenter de 5 % à 35 % du salaire.

Et le système semble avoir porté ses fruits. Dès 2010, soit trois années après le lancement du plan, l'impact carbone du groupe « a baissé de 22 % », se félicite la directrice nature. L'aiguillon « bonus verts » a prouvé son efficacité même si, relativise-t-elle, il est loin d'être le seul élément de réussite.

4.000 tonnes de CO2 en moins

Concrètement, le plan a transformé de nombreuses pratiques. Le groupe mondial qui produit plusieurs gammes de produits laitiers ou encore d'eau en bouteille est parvenu à des résultats industriels significatifs. Le poids de la bouteille en plastique d'eau minérale est passé de 11 grammes à 5 grammes et nécessite 13 % de plastique de moins qu'auparavant. Soit autant de grammes de CO2 non envoyés dans l'atmosphère. Les emballages des produits laitiers ont eux aussi subit des évolutions. Notamment la suppression des « cartonnettes » qui rassemblaient les packs de yaourt. Leur abandon a permis d'éviter d'émettre en deux ans plus de 4.000 tonnes de CO2, se félicite Mme Cohen-Welgryn.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2011 à 13:05 :
Une bouteille qui pèse 5 grammes ! Bravo Danone ! Mais vous oubliez de précicer un petit détail, c'est de dire la taille de la bouteille, vous parlez bien entendu d'une bouteille de 50 cl, et non de 1,5 l. Il faut être précis, sinon l'amaigrissement de la bouteille serait spectaculaire. Là, il est comparable à ce qu'on trouve sur le marché, dans toutes les marques. Pas de quoi en faire un plat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :